Laurent Guimier (France Info) : "On a tenu nos engagements éditoriaux pendant les attentats"

Partager l'article
Vous lisez:
Laurent Guimier (France Info) : "On a tenu nos engagements éditoriaux pendant les attentats"
Laurent Guimier, le patron de France Info
Laurent Guimier, le patron de France Info © Radio France / Christophe Abramowitz
Après les résultats encourageants enregistrés par sa station sur la vague de novembre/décembre 2014, puremedias.com fait le point avec Laurent Guimier, le nouveau patron de France Info.

Vague en progression pour France Info. Fortement relancée en septembre autour d'une offre recentrée sur l'information, la station publique compte désormais 4,3 millions d'auditeurs et 6,3% de PDA. France Info gagne ainsi 72.000 fidèles sur un an (+1,7%) et inverse l'érosion de son audience entamée depuis plusieurs années. La radio se paye même le luxe de repasser devant RMC. puremedias.com a demandé à Laurent Guimier, le nouveau patron de la station arrivé en juin dernier, de commenter ces résultats encourageants.

À lire aussi
Neymar au PSG : Le coup de gueule de Patrick Montel dans "Stade 2"
TV
Neymar au PSG : Le coup de gueule de Patrick Montel dans "Stade 2"
Canal+ dévoile sa grille pour la saison 2017/2018
TV
Canal+ dévoile sa grille pour la saison 2017/2018
"Touche pas à mon poste" fait sa rentrée le 4 septembre sur C8
TV
"Touche pas à mon poste" fait sa rentrée le 4 septembre sur C8

Propos recueillis par Benjamin Meffre

"On sent qu'il y a un décollage sur le 6-9"

puremedias.com : Vous disiez en août que l'objectif était de stabiliser l'audience dans un premier temps puis de reconquérir. Vous êtes un peu en avance sur votre planning ?
Laurent Guimier
: Je ne crois pas que ça soit très modeste de dire qu'on est en avance. Oui, on monte un peu plus vite que ce qu'on avait prévu. On a fidélisé et là, on progresse. Sur un an, on monte sur toutes les tranches, week-end compris. C'est très important pour nous parce que le reformatage de France Info passait par une antenne avec la même proposition de 4 heures à minuit, du lundi au dimanche. Donc cette progression sept jours sur sept est plutôt de nature à nous rassurer, encore plus que le chiffre global. On a un format qui se réinstalle avec un service qu'on essaye d'avoir le plus homogène possible toute la semaine. Ca prend du temps.

Comment se porte votre matinale ?
Le 6h-9h est stable sur un an, c'est à dire qu'on gagne 50.000 auditeurs. Sur une vague, on gagne 0,3% d'audience cumulée. On sent qu'il y a un décollage sur le 6-9 sur la courte période depuis septembre. Même si cela reste à confirmer, c'est plutôt de nature à nous rassurer. Pareil sur nos autres tranches phares comme le 12h-14h avec une augmentation sur une vague qui est assez sensible.

"La proposition d'info en continu à la télé a fortement augmenté le soir"

Vous êtes plus faible en soirée...
Sur le 20h-21h, on progresse de 0,1%sur un an et on baisse en revanche sur le 21h-22h. Globalement, la seule tranche où l'on est faible, c'est le 21h-minuit. Je pense que c'est dû à une forte évolution de la consommation de l'information en soirée. La proposition d'info en continu à la télé a fortement augmenté à ces heures-là avec une audience très domestique, c'est-à-dire une consommation qui se fait dans le salon ou la chambre à coucher.

Justement, quels sont vos chantiers prioritaires désormais ?
D'abord, consolider et essayer de faire évoluer la grille là où ça monte moins. On a surtout notre projet de radio visuelle en streaming sur lequel on avance. Il va nous amener à travailler dessus jusqu'à la rentrée prochaine. Mais sur l'antenne en elle-même, pas de changement à opérer puisque ce qu'on a fait, c'est installer un format et une organisation pour que l'actu arrive sur l'antenne de France Info dès qu'elle se produit. On va conserver ce qu'on a mis en place.

"Notre projet numérique est absolument inédit"

Vous disiez en août que le sport et l'économie étaient les deux thématiques que vous alliez réinvestir. En avez-vous d'autres en tête désormais ?

On continue là-dessus pour l'instant. Aujourd'hui, ce sont deux thématiques qui sont bien installées sur l'antenne. Sur l'économie, on est monté en gamme. On a un plus fort pouvoir de prescription et des rendez-vous se sont installés comme "L'interview éco" de Jean Leymarie. Sur le sport, je reste très prudent. On enregistre des progressions intéressantes, notamment le week-end. On devance même ces jours-là notre concurrent sur le terrain sportif, RMC.

Sur le numérique, pouvez-vous nous en dire plus sur votre projet de radio visuelle ?
Non, je ne peux pas. Je confirme que c'est quelque chose d'absolument inédit par rapport aux autres radios. On a encore des questions d'organisation à régler. On vous en reparlera dans les prochaines semaines.

La semaine dernière a été particulièrement ardue pour l'ensemble des médias. Quel bilan tirez-vous de la couverture par France Info de cette actualité tragique ?
Je me félicite de notre couverture des évènements parce qu'en termes d'organisation, on a tenu le coup. C'est à dire que de mercredi 11h50 jusqu'à lundi soir, on a fait de l'info 24h sur 24, ce qu'on ne fait pas d'habitude puisqu'on s'arrête entre minuit et quatre heures. Après, sur le fond, le débat ne fait que commencer. Je suis en tout cas très fier des équipes.

"On a donné à l'antenne uniquement les informations dont on était sûr"

Vous avez adopté globalement une approche plutôt prudente, non ?
Oui, car nous avions les moyens de l'être. On a un service police-justice composé de cinq personnes qui, jour et nuit, est là pour valider l'information donnée sur nos antennes. C'est aussi très important pour nous, France Info, station d'information du service public, d'être capable de dire à l'antenne : 'On ne sait pas' à propos d'une information sortie ailleurs. On l'a dit plusieurs fois la semaine dernière et on l'assume. L'idée n'est cependant pas de fanfaronner en disant : "On n'a pas fait d'erreur" mais bien de se dire qu'on a tenu nos engagements éditoriaux même dans les moments de très fortes tensions.

Si vous avez accepté de dire à l'antenne que vous ne saviez pas certaines choses, avez-vous refusé d'en dire d'autres que vous saviez ?
Bien sûr, c'est évident ! Et je ne vais vous dire lesquelles. Mais pour être très honnête, la plupart du temps, on n'a pas communiqué certaines informations parce que nous n'étions pas sûrs. Je n'ai aucun problème à le dire.

Vous participerez à la réunion du CSA demain ?
Oui, avec le président de Radio France, Mathieu Gallet.

Vous avez déjà débriefé la séquence avec vos équipes ?
On va débriefer vendredi avec le comité de direction de France Info. J'ai demandé à chacun de faire une note sur ce qui a marché et ce qui n'a pas marché. Et puis, on se retrouvera avec les équipes la semaine prochaine pour en parler.

Laurent Guimier
Laurent Guimier
Laurent Guimier (franceinfo) devient directeur des antennes et des contenus de Radio France
Laurent Guimier (franceinfo) : "Il faut garder cet esprit de 'start-up trentenaire'"
Laurent Guimier (France Info) : "Le réflexe info est totalement revenu"
Voir toute l'actualité sur Laurent Guimier
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Eyle Bay

Effectivement. France Info a été en radio ce que Le Monde Live a été sur Twitter (compliment)



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Mise à mort du cerf sacré" : Nicole Kidman et Colin Farrell très angoissés dans la première bande-annonce
Bandes-annonces
"Mise à mort du cerf sacré" : Nicole Kidman et Colin Farrell très angoissés dans...
Lorie Pester annonce un nouvel album pour la fin de l'année
Musique
Lorie Pester annonce un nouvel album pour la fin de l'année
Premières séances : "Atomic Blonde" écrase "Overdrive" et "Bigfoot Junior"
Cinéma
Premières séances : "Atomic Blonde" écrase "Overdrive" et "Bigfoot Junior"
Charlottesville : Le tweet de Barack Obama devient le plus "liké" de l'histoire
Internet
Charlottesville : Le tweet de Barack Obama devient le plus "liké" de l'histoire
Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu portent plainte contre "Mediapart"
Justice
Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu portent plainte contre "Mediapart"
Site anti-Trump : Le gouvernement américain exige les noms des 1,3 million de visiteurs !
International
Site anti-Trump : Le gouvernement américain exige les noms des 1,3 million de...
Ce soir que regardez-vous ?
47
Votes
Blindspot
Je regarde
30
Votes
Des racines et des ailes
Je regarde
24
Votes
24
Votes
Une saison au zoo
Je regarde
9
Votes
Zone interdite
Je regarde
9
Votes
Les Inconnus sur scène
Je regarde
7
Votes
Arletty, une passion...
Je regarde
4
Votes
Les docs de l'été
Je regarde
2
Votes
Football (Ou Film : La...
Je regarde
2
Votes
C'est pas sorcier
Je regarde
1
Votes
Michel Berger,...
Je regarde
1
Votes
Apocalypse Revolution
Je regarde
1
Votes
True Justice
Je regarde
0
Votes
Manchot pour la vie
Je regarde
0
Votes
Les 30 histoires...
Je regarde