Le CSA valide sous conditions le rachat de Direct 8 et Direct Star par Canal+

Partager l'article
Vous lisez:
Le CSA valide sous conditions le rachat de Direct 8 et Direct Star par Canal+
Les logos de D8 et D17
Les logos de D8 et D17 © Canal
Après l'autorisation de l'opération par l'Autorité de la concurrence en juillet, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a donné son feu vert, l'assortissant de plusieurs conditions négociées avec Canal+. Le lancement des nouvelles grilles est prévu début octobre.

Plus d'un an après l'annonce du son intention de racheter Direct 8 et Direct Star pour 465 millions d'euros maximum, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a autorisé Canal+ à racheter les actifs TV du groupe Bolloré. Néanmois, ce feu vert est assorti de plusieurs conditions âprement négociées avec la filiale de Vivendi.

À lire aussi
Laurence Haïm quitte "En marche !" et la politique
Politique
Laurence Haïm quitte "En marche !" et la politique
Hélène Jouan quitte France Inter pour Europe 1
Mercato
Hélène Jouan quitte France Inter pour Europe 1
Cohen, Bürki, Hondelatte... : Europe 1 détaille sa grille de rentrée
Radio
Cohen, Bürki, Hondelatte... : Europe 1 détaille sa grille de rentrée

En juillet dernier, Canal+ avait déjà pris plusieurs engagements (valables 5 ans) devant l'Autorité de la concurrence afin de limiter les effets de l'opération sur le marché de la télévision gratuite. Ses acteurs, TF1 et M6 en tête, ont tous dénoncé cette transaction, opérant un intense lobbying auprès du régulateur. Selon eux, Canal+, en situation de quasi-monopole sur le marché de la télévision payante, pourrait engendrer des dégâts "considérables" dans le PAF, de par la puissance financière et les singularités du groupe Canal+. Au premier semestre, Canal+ a réalisé un chiffre d'affaires de 2,5 milliards d'euros, contre 1,3 milliard pour TF1 et 711 millions pour M6.

Le CSA durcit les engagements

Ainsi, Canal+ ne pourra signer un accord cadre qu'avec un seul des studios américains pour ses chaînes gratuites. Il ne pourra pas acquérir les droits gratuits et payants de plus de 20 oeuvres cinématographiques par an (dont 10 maximum pourront afficher un budget supérieur à 7 millions d'euros) et devra mettre en place deux centrales d'achats autonomes : une pour son activité de télévision payante, une autre pour la gratuite. D'autres engagements ont été pris pour assurer une bonne circulation des oeuvres de Studiocanal (un des plus gros catalogues de films en France, filiale à 100% de Canal+) et des droits sportifs.

Aujourd'hui, les Sages du CSA ont assorti leur accord de plusieurs conditions supplémentaires, restreignant davantage l'opération. Pendant trois ans, D8 ne pourra proposer qu'une soirée consacrée aux séries américaines par semaine, contre les deux souhaitées par la chaîne cryptée, révèle BFM. Quant aux séries françaises vues sur Canal+ ("Engrenages", "Braquo", etc.), D8 devra "attendre un an et demi après cette diffusion en payant", précisent nos confrères. Une autre restriction concerne les longs métrages : au moins un tiers des acquisitions devra concerner des films à petits budgets (moins de 7 millions d'euros) tandis qu'un maximum de 36% des films achetés pourront provenir du catalogue de Studiocanal. Enfin, les obligations de production d'oeuvres patrimoniales européennes ont été fixées à 8,5% du chiffre d'affaires de la chaîne.

Canal a déjà sorti le chéquier

Les objectifs de Canal+ sont particulièrement ambitieux pour D8, la nouvelle Direct 8 (Direct Star sera également rebaptisée, en D17). Le groupe de Bertrand Méheut portera progressivement le budget de la chaîne à 120 voire 150 millions d'euros (contre environ 50 millions annuels actuellement) avec l'objectif d'atteindre les 4% de parts de marché (contre 2,1% depuis le début de l'année).

La nouvelle grille des programmes sera lancée début octobre, après une présentation à la presse jeudi. On en connaît les grands contours : outre l'acquisition de films et de séries (à l'instar de "Game of Thrones", "The Event", "The Borgias", "Million Dollar Baby", MR 73", etc.), Cyril Hanouna animera son divertissement "Touche pas à mon poste" (H2O) du lundi au vendredi en access et en deuxième partie de soirée le jeudi. Laurence Ferrari présentera un magazine quotidien programmé à la mi-journée. Guy Lagache héritera pour sa part d'un magazine économique (Flab Prod) tandis que Daphné Roulier sera aux commandes du JT du soir. En soirée, Thierry Ardisson animera "Tout le monde en a parlé" (ADL), Alexandre Delpérier sera aux commandes de "Amazing Race" (Shine) et "Nouvelle Star" (Fremantle) sera de retour dès cet automne.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
La série "Stargate" ressuscitée !
Séries
La série "Stargate" ressuscitée !
Emmanuel Perreau, Bérengère Bonte... : Europe 1 officialise sa nouvelle organisation interne
Radio
Emmanuel Perreau, Bérengère Bonte... : Europe 1 officialise sa nouvelle...
Bilan : La saison 2016-2017 de... France 2
TV
Bilan : La saison 2016-2017 de... France 2
Bernard Tapie : "Je déteste les journalistes"
Presse
Bernard Tapie : "Je déteste les journalistes"
"The Originals" : La saison 5 sera la dernière
Séries
"The Originals" : La saison 5 sera la dernière
"Pop Rock Studio" : Nouvelle émission pour Stéphanie Renouvin sur RTL2
Radio
"Pop Rock Studio" : Nouvelle émission pour Stéphanie Renouvin sur RTL2
Ce soir que regardez-vous ?
15
Votes
Football
Je regarde
2
Votes
Les paradis perdus...
Je regarde
1
Votes
Les invisibles
Je regarde
0
Votes
Football
Je regarde
0
Votes
Le sang de la vigne
Je regarde
0
Votes
Echappées belles
Je regarde
0
Votes
NCIS : Nouvelle-Orléans
Je regarde
0
Votes
Inspecteur Barnaby
Je regarde
0
Votes
0
Votes
Une femme d'honneur
Je regarde
0
Votes
Chroniques criminelles
Je regarde
0
Votes
No Limit
Je regarde
0
Votes
Dinotopia
Je regarde
0
Votes
Glamour et pouvoir, la...
Je regarde
0
Votes
Totally Spies
Je regarde