Maïtena Biraben : "Tout va bien les gars, tout va bien !"

Partager l'article
Vous lisez:
Maïtena Biraben : "Tout va bien les gars, tout va bien !"
Maïtena Biraben © Dailymotion
L'animatrice du "Grand Journal de Canal+" a réagi ce matin sur France Inter aux nombreuses critiques visant son émission.

Maïtena Biraben sort du silence. Alors que son "Grand Journal" enregistre des audiences décevantes, l'animatrice de Canal+ a répondu aux nombreuses critiques visant son émission ce matin dans "L'instant M" sur France Inter. Elle est tout d'abord revenue sur les conditions de son arrivée aux commandes du talk-show de Canal+. "Je n'ai pas intrigué pour avoir cette émission. J'ai fait une compet' à la loyale du temps de Rodolphe Belmer (le précédent DG de Canal+, ndlr) qui s'est soldée par un échec patenté à Cannes où il m'a dit que 'Le Grand Journal' continuerait avec Antoine de Caunes à sa tête", a-t-elle raconté.

À lire aussi
Diffusion Coupe du monde 2018 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Coupe du monde 2018 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
Europe 1 : Daniel Cohn-Bendit remercié, Maxime Switek sur le départ
Radio
Europe 1 : Daniel Cohn-Bendit remercié, Maxime Switek sur le départ
Europe 1 veut garder Julie dans la matinale à la rentrée
Radio
Europe 1 veut garder Julie dans la matinale à la rentrée

"Je n'ai jamais voulu présenter le 'Grand Journal', je n'aimais pas le format", a ajouté l'animatrice, précisant qu'elle avait refusé la proposition de sa chaîne de co-présenter l'émission avec Antoine de Caunes. "La décision a été prise de sortir Renaud Le Van Kim (l'ancien producteur du 'Grand Journal', ndlr). Je n'y peux rien. Je n'ai pas manoeuvré pour ça. Je n'ai rien fait pour avoir le truc. On me l'a proposé. J'ai réfléchi. La liste des contre était très, très, très longue. La liste des pour, il y avait une phrase : c'est mon métier", a conclu Maïtena Biraben sur le sujet.

"Vincent Bolloré n'intervient pas dans l'éditorial"

Maïtena Biraben a ensuite évoqué les nombreuses critiques essuyées par elle et son émission. "Ca tape dur, je m'y attendais. On savait que ça serait difficile et extrêmement compliqué. Mais on y va et on essaye de garder le sourire (...) On a envie de la défendre cette émission parce qu'on y croit et parce que ce qu'on fait n'est pas indigne. Après, c'est la cible. C'est normal (..). C'est le navire amiral. C'est là-dessus que se portent les regards et les critiques. C'est normal. C'est le jeu", a commenté l'animatrice, philosophe.

Et d'ajouter : "Ce déferlement de critiques devient exotique. Moi je fais mon métier. C'est une chance de faire cette émission. C'est une aventure extraordinaire ! On va aller le plus loin possible. On n'est pas satisfaits des audiences. Elles devraient être bien plus hautes. Elles vont le devenir. Tout va bien les gars ! TOUT VA BIEN !". Elle a un peu plus tard jugé l'émission "totalement perfectible". "Il faut amener de la gaieté, de l'incertitude. Je trouve que ça manque de fantaisie mais ça va venir", a-t-elle annoncé.

Interrogée ensuite sur l'influence de Vincent Bolloré sur la fabrication de l'émission, Maïtena Biraben a balayé les soupçons. "Vincent Bolloré n'est pas dans mon oreillette et j'ai un cerveau. Vincent Bolloré ne m'a jamais appelé pour me demander quoi que ce soit sur cette émission. Il n'a jamais appelé les producteurs pour leur demander quoi que ce soit. Il n'intervient pas dans l'éditorial. C'est nous qui décidons de ce que nous faisons", a-t-elle affirmé.

"Je suis désolée pour les peine-à-jouir"

L'animatrice a également nié la déprogrammation comme invité de Fabrice Arfi, dénoncée par le principal intéressé. "La programmation du 'Grand Journal' est faite par les programmateurs du 'Grand Journal'. Elle n'est pas faite par Vincent Bolloré ni par Fabrice Arfi. Fabrice Arfi sera invité un jour au 'Grand Journal' et il viendra. Il peut dire qu'il a été déprogrammé. C'est faux ! C'est juste simplement faux !", a-t-elle lancé. Et de relativiser : "Ce n'est pas très facile de travailler dans ce contexte mais c'est mon job et je vais le faire (...) A la fin des fins, il s'agit d'une émission de télévision. Ce n'est pas sur le plateau du 'Grand Journal' que se joue l'indépendance du journalisme en France".

Concernant les rumeurs de déprogrammation de son émission, Maïtena Biraben a affirmé avoir "le soutien de la direction de Canal+". "Je ne suis dans la tête de personne. Ils feront bien ce qu'ils veulent. Moi, je fais mon job (...) Je suis désolée pour les peine-à-jouir. On est juste contents de faire l'emission. C'est tout", a-t-elle conclu.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Pékin Express" de retour le 12 juillet sur M6
TV
"Pékin Express" de retour le 12 juillet sur M6
"Les Ombres rouges" : puremedias.com était sur le tournage de la nouvelle série de C8
TV
"Les Ombres rouges" : puremedias.com était sur le tournage de la nouvelle série de...
"The Walking Dead" : Un personnage emblématique de retour dans la saison 9
TV
"The Walking Dead" : Un personnage emblématique de retour dans la saison 9
"Nus et culottés" : La saison 6 inédite dès ce soir sur France 5
TV
"Nus et culottés" : La saison 6 inédite dès ce soir sur France 5
"Le village préféré des Français" : Stéphane Bern aux commandes de l'édition 2018 ce soir sur France 2
TV
"Le village préféré des Français" : Stéphane Bern aux commandes de l'édition 2018...
Diffusion Coupe du monde 2018 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Coupe du monde 2018 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
Ce soir que regardez-vous ?
75
Votes
47
Votes
Le village préféré des...
Je regarde
43
Votes
The Island célébrités
Je regarde
41
Votes
Camping Paradis
Je regarde
15
Votes
Nus et culottés
Je regarde
6
Votes
Un monde sans femmes
Je regarde
3
Votes
Le grand bêtisier de...
Je regarde
2
Votes
90' Enquêtes
Je regarde
2
Votes
Les tubes de l'été
Je regarde
2
Votes
Pawn Stars, les rois...
Je regarde
2
Votes
1
Votes
Embrasse-moi !
Je regarde
1
Votes
Urgences, la vie au...
Je regarde
1
Votes
0
Votes
Bébés en danger : une...
Je regarde