Présidentielle US : la vidéo de Mitt Romney qui pourrait faire basculer l'élection

Partager l'article
Vous lisez:
Présidentielle US : la vidéo de Mitt Romney qui pourrait faire basculer l'élection
La vidéo de Mitt Romney qui pourrait faire basculer la campagne présidentielle américaine © Mother Jones
Une vidéo mise en ligne sur Internet montre le candidat républicain Mitt Romney en train de critiquer la moitié des Américains. Elle pourrait lui coûter l'élection.

Depuis quelques années, faire campagne pour un poste à responsabilité est une entreprise semée d'embûches nouvelles que les hommes politiques n'ont pas encore forcément intégrées. Aujourd'hui, tout le monde dispose d'un téléphone portable capable de prendre des photos compromettantes ou d'enregistrer en audio ou en vidéo des propos gênants. Il n'existe plus de moment où l'attention d'un candidat peut se relâcher et il peut sortir de son discours préparé avec son équipe.

À lire aussi
"The Voice" 2018, la finale : "J'ai tout foutu en l'air"
TV
"The Voice" 2018, la finale : "J'ai tout foutu en l'air"
Sophie Davant sur le départ d'Alain Laugier : "C'est pitoyable"
TV
Sophie Davant sur le départ d'Alain Laugier : "C'est pitoyable"
"Koh-Lanta" : Le tournage de la nouvelle saison annulé après un "événement survenu entre deux participants"
"Koh-Lanta" : Le tournage de la nouvelle saison annulé après un "événement survenu...

Il attaque 47% des Américains

Une leçon que le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney vient d'apprendre dans la douleur. Plusieurs vidéos tournées lors d'un dîner organisé en mai dernier afin de récolter des fonds viennent en effet d'être mises en ligne sur un site américain, Mother Jones, et révèlent un discours moins lisse et plus direct de Mitt Romney, qui s'est vraisemblablement senti plus à l'aise et plus libre face à ces millionnaires qu'il ne l'est face aux caméras. Et parmi ces vidéos, une en particulier pose problème.

A un moment du dîner, Mitt Romney explique en effet qu'il n'a aucune chance de convaincre 47% des Américains, qui voteront quoi qu'il arrive pour Barack Obama. Et il se lance dans une analyse très personnelle de ces 47% du pays. "Il y a 47% des gens qui voteront pour le président peu importe ce qui se passe. 47% qui sont avec lui, qui sont dépendants de l'Etat, qui croient qu'ils sont des victimes, qui estiment que l'Etat a une responsabilité envers eux, qui pensent qu'il est normal qu'ils reçoivent une sécurité sociale, de la nourriture, une maison, plein d'autres choses. Pour eux, c'est un droit. Et ils estiment que l'Etat doit le leur donner. Ce sont des gens qui ne paient pas d'impôts", explique ainsi Mitt Romney.

Impossible de s'en prendre trop violemment à Obama

Face à ces millionnaires, Mitt Romney a donc dénigré la moitié du pays qu'il espère diriger dès l'année prochaine. Il a caricaturé la moitié des Américains et les a réduits à une généralisation qui fait d'eux des profiteurs, des gens qui ne contribuent pas à l'effort de la nation et qui profitent de l'argent de l'Etat et ne paient pas d'impôts. Une attaque qui passe mal outre-Atlantique, où Mitt Romney a refusé de rendre publiques plusieurs déclarations d'impôts... Il n'a pourtant pas hésité à mettre ces 47% des Américains en opposition avec des gens comme lui, qui se sont battus pour réussir.

Et dans une autre vidéo du même dîner, le candidat républicain explique qu'il ne peut pas attaquer le président Obama de manière trop virulente. "Nous devons aller chercher les 5, 6 ou 7% qui ne font pas partie de ce groupe, et qui ont tous voté pour Barack Obama il y a quatre ans. Ils l'apprécient. Mais ils ont été déçus par lui. Mais comme ils ont voté pour lui, ils n'ont pas envie qu'on leur dise qu'ils avaient tort, qu'il est mauvais, qu'il a mal agi ou qu'il est corrompu. Ils veulent qu'on leur dise qu'ils ont fait le bon choix mais qu'il n'était simplement pas à la hauteur", explique Mitt Romney à ses convives.

La réaction de Mitt Romney

Quelques heures après la mise en ligne de ces vidéos, l'équipe de Mitt Romney a publié un communiqué afin de tenter de limiter la casse. "Mitt Romney veut aider tous les Américains qui sont à la peine dans l'économie actuelle causée par Barack Obama. Comme il l'a expliqué tout l'année, le gouverneur est inquiet face au nombre croissant de gens qui sont dépendants de l'Etat fédéral, du nombre de gens qui ont recours aux timbres alimentaires, du fait qu'un Américain sur six vit dans la pauvreté et que 23 millions d'Américains peinent à trouver du travail".

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Patrick Sébastien : "Dans mon contrat, j'ai interdiction de dire du mal de France Télévisions"
Radio
Patrick Sébastien : "Dans mon contrat, j'ai interdiction de dire du mal de France...
Visé par une plainte pour viol, Luc Besson dénonce des "accusations fantaisistes"
Cinéma
Visé par une plainte pour viol, Luc Besson dénonce des "accusations fantaisistes"
Laurent Guimier sur Europe 1 : "Il n'y aura pas de purge"
Radio
Laurent Guimier sur Europe 1 : "Il n'y aura pas de purge"
Palmarès du Festival de Cannes 2018 : La Palme d'or à "Une affaire de famille" de Hirokazu Kore-Eda
Cinéma
Palmarès du Festival de Cannes 2018 : La Palme d'or à "Une affaire de famille" de...
Mariage de Harry et Meghan : Les audiences des éditions spéciales
TV
Mariage de Harry et Meghan : Les audiences des éditions spéciales
Audiences samedi : "On n'est pas couché" et "Salut les Terriens !" sont au plus bas de la saison
TV
Audiences samedi : "On n'est pas couché" et "Salut les Terriens !" sont au plus...
Ce soir que regardez-vous ?
97
Votes
51
Votes
Inspecteur Barnaby
Je regarde
35
Votes
Un + une
Je regarde
29
Votes
Capital
Je regarde
14
Votes
Les grandes vacances
Je regarde
12
Votes
Notre-Dame de Paris
Je regarde
8
Votes
La sardine en boîte,...
Je regarde
7
Votes
4
Votes
Le tour du monde en 80...
Je regarde
3
Votes
22 Jump Street
Je regarde
2
Votes
Intérieur sport
Je regarde
2
Votes
Princesse Mila et le...
Je regarde
1
Votes
Pawn Stars, les rois...
Je regarde
0
Votes
Les experts : Miami
Je regarde
0
Votes
Tellement vrai : les...
Je regarde