Radio France : Portrait des 6 candidats retenus par le CSA

Partager l'article
Vous lisez:
Radio France : Portrait des 6 candidats retenus par le CSA
"La maison de la radio", siège et studios de Radio France.
"La maison de la radio", siège et studios de Radio France.
Mais qui sont Jean-Luc Hees, Martin Ajdari, Anne Durupty, Mathieu Gallet, Anne Brucy et Philippe Gault ? Portraits.

Hier midi, le CSA a dévoilé la liste des six candidats retenus dans la course à la présidence de Radio France. Conformément aux nouvelles modalités de nomination des dirigeants de l'audiovisuel public votées l'automne dernier par le Parlement, les neuf Sages décideront, le 7 mars prochain, lequel d'entre eux dirigera le groupe public pour les cinq années à venir.

À lire aussi
Canular homophobe dans "TPMP" : Le CSA a reçu des centaines de signalements
TV
Canular homophobe dans "TPMP" : Le CSA a reçu des centaines de signalements
David Pujadas écarté du "20 Heures" : Delphine Ernotte s'explique devant la rédaction
Mercato
David Pujadas écarté du "20 Heures" : Delphine Ernotte s'explique devant la...
Marine Le Pen à David Pujadas : "Vous ne pensez qu'à lécher le cul du pouvoir"
Politique
Marine Le Pen à David Pujadas : "Vous ne pensez qu'à lécher le cul du pouvoir"

Les six candidats retenus, quatre hommes et deux femmes, seront auditionnés, à huis clos, le mardi 25 février prochain afin de présenter leur projet aux membres du CSA. Mais qui sont ces six personnalités ? puremedias.com vous les présente.

Jean-Luc Hees, le sortant

Dur dur d'être sortant. Depuis Jean-Marie Cavada, aucun président de Radio France n'a fait deux mandats. Même avec un bon bilan. Celui de Jean-Luc Hees étant mitigé, sa reconduction semble très difficile. Depuis la nomination par Nicolas Sarkozy en mai 2009 de ce journaliste (le seul de la shortlist) à la voix de velours, le réseau France Bleu et France Culture ont atteint des niveaux d'audience record. Plébiscitée pendant la présidentielle, France Inter n'a pas su fidéliser ces nouveaux auditeurs. Le succès de la matinale Patrick Cohen et des émissions comme "A votre écoute coûte que coûte" ou "Sur les épaules de Darwin" ne cachent pas les nombreux échecs du déroutant Philippe Val (les départs de Stéphane Guillon et Didier Porte ou la succession chaotique de Stéphane Bern). A coup de nouvelles formules, le flegmatique Jean-Luc Hees a tenté à plusieurs reprises d'inverser la courbe déclinante des audiences France Info et du Mouv'. En vain. Et, concentré sur les travaux de la maison de la radio, le groupe a pris du retard sur le chantier du numérique.

Celui qui avait déjà occupé tous les postes de France Inter (de simple journaliste, à correspondant à Washington en passant par directeur de la station) a en plus un problème d'âge. A 62 ans, il ne pourra pas aller au bout de son second mandat sans que soient modifiés les statuts de l'entreprise qui imposent une limite de 65 ans pour son dirigeant...

Martin Ajdari, le comptable

Depuis son arrivée à France Télévisions, Martin Ajdari ne chôme pas. En tant que secrétaire général, il a la lourde tache de gérer les relations compliquées entre le groupe et l'Etat. Ainsi que celle de surveiller les finances des chaînes publiques qui sont affectées, d'une part, par la chute des revenus depuis l'arrêt de la publicité après 20 heures, et d'autre part par l'impératif de rigueur exigé par l'Etat.

Si la gestion de France Télévisions a été plusieurs fois critiquée par la tutelle, et notamment par la ministre de la Culture, les qualités de gestionnaire de Martin Ajdari sont saluées, au gouvernement comme au CSA. Cet énarque de 45 ans a un atout de poids : il a été directeur général délégué de Radio France, sous le mandat de Jean-Paul Cluzel, le prédécesseur de Jean-Luc Hees. A cette époque, il a fréquenté David Kessler, aujourd'hui conseiller médias de l'Elysée. Proche de Laurent Fabius (il a travaillé à ses côtés au ministère des Finances entre 2000 et 2002), Martin Adjari a un profil de "technocrate", peut-être moins légitime pour parler des programmes d'un groupe qui compte sept stations de radios. Autre dilemme pour le CSA : sa nomination priverait France Télévisions de l'un de ses cadres les plus brillants.

Anne Durupty, la discrète

C'est l'inconnue de cette finale. Anne Durupty, 59 ans, est la directrice générale d'Arte France depuis mars 2011. Enarque, elle a également un profil "haut fonctionnaire". Elle a passé la majorité de sa carrière dans les médias, et notamment au CSA dont elle connaît parfaitement les arcannes pour avoir été directrice de cabinet d'Hervé Bourges puis directrice générale. Elle a également officié au CNC, à France 3 ou à la DDM (Direction du développement des médias).

Lors de son audition devant le CSA, Anne Durupty devra elle aussi prouver sa connaissance des problématiques de contenus et exposer sa vision des programmes. Mais la bonne santé d'Arte, qui a comme Radio France une philosophie de programmation basée sur l'offre, plaide en sa faveur. Et elle est également une femme. Ce qui semble être un atout en cette période favorable à la parité. Radio France n'a plus été dirigé par une femme depuis ... 1982 ! Et si Anne Durupty était la favorite ?

Anne Brucy, la polyvalente

Comme les chats, Anne Brucy a eu sept vies. Dans la première, elle a été journaliste. Sur Radio 7, l'ancienne station jeune de Radio France, puis sur France Culture et France Inter et enfin sur France 3 ("Les dossiers de l'histoire"). Au milieu des années 90', Anne Brucy a troqué sa carte de presse pour faire de la communication. Elle a été dircom de Havas puis de France 3, du temps où la chaîne était dirigée par Rémy Pflimlin. Enfin, elle a eu des expériences de chef d'entreprise à France 3 Nord Pas-de-Calais Picardie puis au réseau France Bleu. Le passage à la tête de cette dernière, de 2010 à 2012, est sans doute son plus grand atout tant le réseau local de Radio France a multiplié les records d'audience ces dernières années.

Une mésentente avec Jean-Luc Hees l'avait poussée à quitter le groupe public. Revenir par la grande porte en mai prochain serait une belle revanche pour cette femme de 56 ans, appréciée du pouvoir. Cet automne, Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture et de la communication, lui a confié une mission sur l'avenir de France 3 dont elle doit rendre les conclusions en avril prochain. Son entregent, sa connaissance des contenus et des obligations d'une dirigeante en font une candidate sérieuse.

Mathieu Gallet, l'ambitieux

Mathieu Gallet voit son avenir à la radio. Le plus jeune de la bande des six retenus (37 ans) est le PDG de l'INA depuis mai 2010. Mais, à un an de la fin de son mandat, ce beau gosse pense à la suite. En plus de trois ans, il a dépoussiéré l'entreprise qui gère les archives audiovisuelles en améliorant encore leur mise a disposition sur Internet et en modernisant le statut social des salariés de son entreprise. Une recette qu'il souhaiterait dupliquer à Radio France.

Cet ancien du groupe Canal+ connaît bien l'audiovisuel dont il a suivi les dossiers les plus chauds en tant que membre du cabinet du ministre de la Culture et de la Communication sous Christine Albanel et Frédéric Mitterrand. C'est ce dernier qui a suggéré à Nicolas Sarkozy de le nommer à l'INA. Seul hic, le jeune dirigeant, qui avait gardé sa candidature secrète, est marqué à droite. Mais il a dû prendre au mot la promesse d'indépendance d'Olivier Schrameck. Il y a quelques jours, le président du CSA a assuré n'avoir reçu "aucune consigne" de la part du président de la République quant au choix du président de Radio France.

Philippe Gault, l'indépendant

En coupe de France de football, on parle de "Petit Poucet". Philippe Gault est l'invité surprise de ce deuxième tour. Né en 1956, cette figure des radios libres a débuté sa carrière lors de la libéralisation de la bande FM, en créant la station Forum, à Poitiers. Après l'intégration de Forum au groupe Start (désormais dénommé Groupe 1981), qui possède également Ado, Voltage ou Vibration, Philippe Gault a occupé plusieurs postes de direction. Il a participé à la création de "Les Indés Radios", un groupement d'intérêt économique qui permet à une centaine de radios locales et indépendantes de vendre ensemble leurs espaces publicitaires.

Depuis 1994, Philippe Gault se bat bec et ongle contre les grands groupes de radio privées (comme NRJ, RTL ou Lagardère) en tant que président du SIRTI, le syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes. S'il maîtrise bien les dossiers chauds de la radio (radio Numérique terrestre, les seuils anti-concentration, les quotas de diffusion de chanson française, etc.), Philippe Gault va devoir montrer qu'après une longue carrière dans le privé, il partage les valeurs du service public.

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
suanik

Philippe Gault, en tant que président du SIRTI s'est battu en faveur des radios indépendantes. Et notamment contre le fait de donner toutes les fréquences aux grands groupes, mais aussi contre les appétits excessifs de Radio France. Il était dans son rôle. Vous n'allez pas reprocher à la CGT de défendre les salariés ;)



starlight1

Il veut dire que les chaînes de service public sont des chaînes de "l'offre" en ce sens qu'elles proposent une diversité de programmes qui ne rassemblent pas forcément le grand public, contrairement aux chaînes commerciales qui, elles, sont des chaînes de "la demande" (d'une majorité relative de téléspectateurs) en visant l'audience la plus forte.



Danièle Sala

Je pense aussi que ce sera une femme , mais "qui a comme Radio France une philosophie de programmation basée sur l'offre, " Et si on tenait un peu compte de la demande ?



starlight1

Anne Durupty je suppose ?
Elle a à la fois un profil de gestionnaire et de professionnelle des programmes. C'est globalement ce qu'il faut pour une entreprise de service public audiovisuel.

Autre possibilité : un binôme qui associe un gestionnaire et un professionnel des programmes. Dans ce cas, Martin Ajdari a ses chances s'il a en tête un bras droit à faire valoir au CSA et qui répond parfaitement au second profil.



norbertgabriel

c'est bien ce qu'il me semblait ... pour Cavada, j'avais oublié Maheu.



dark-vador

Il y a une erreur dans ce que vous écrivez ! Vous dîtes aucun président n'a été renouvelé à la tête de Radio France c'est faux Jean Maheu et Jean Marie Cavada ont tous les 2 étaient reconduit à leur poste ! Il faudrait peut être vérifier !



norbertgabriel

ce sera Anne ... et voilà !



Taranaki

Vous oubliez de dire deux choses : Philippe Gault s'est battu contre l'ouverture de France Bleu Toulouse... Imaginez s'il devient PDG de Radio France.
Quant à Anne Brucy, son bilan, hors audiences, à la tête de France Bleu est proche du néant tant elle n'a rien fait, proposé, impulsé... une directrice invisible.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Premières séances : "Pirates des Caraïbes 5" leader au plus bas
Cinéma
Premières séances : "Pirates des Caraïbes 5" leader au plus bas
Tom Cruise confirme que "Top Gun" aura bien une suite
Cinéma
Tom Cruise confirme que "Top Gun" aura bien une suite
Disques : Sofiane devant Harry Styles, Alma en hausse
Musique
Disques : Sofiane devant Harry Styles, Alma en hausse
Bande-annonce : "K.O.", deuxième film du créateur des "Revenants"
Cinéma
Bande-annonce : "K.O.", deuxième film du créateur des "Revenants"
Eric Judor : "La télé ne me fait plus marrer"
TV
Eric Judor : "La télé ne me fait plus marrer"
Un reboot de "Drôle de dames" au cinéma en 2019
Cinéma
Un reboot de "Drôle de dames" au cinéma en 2019
Ce soir que regardez-vous ?
55
Votes
Grey's Anatomy
Je regarde
42
Votes
Football
Je regarde
34
Votes
Maison à vendre
Je regarde
19
Votes
Merci pour tout, Charles
Je regarde
18
Votes
Les enquêtes de TPMP
Je regarde
14
Votes
Des racines et des ailes
Je regarde
10
Votes
Timbuktu
Je regarde
5
Votes
Vice-Versa
Je regarde
4
Votes
90' Enquêtes
Je regarde
4
Votes
Shining
Je regarde
2
Votes
Terre sous influences
Je regarde
2
Votes
Captain America :...
Je regarde
1
Votes
40 ans du disco : le...
Je regarde
0
Votes
Les 30 histoires...
Je regarde
0
Votes
Vive la colo !
Je regarde