Zapping : Gros malaise au "Grand Journal" quand Dupont-Aignan demande les salaires de Denisot et Aphatie

Partager l'article
Vous lisez:
Zapping : Gros malaise au "Grand Journal" quand Dupont-Aignan demande les salaires de Denisot et Aphatie
Nicolas Dupont-Aignant, invité du "Grand Journal" de Canal +. © DR
Invité en tant que candidat à l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan s'en est violemment pris aux journalistes présents en plateau, les exhortant de donner leurs salaires.

Moment surréaliste, vendredi soir, dans "Le Grand Journal" de Canal +. Invité en tant que candidat à l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan s'en est violemment pris aux journalistes présents en plateau. "Je sais pourquoi les Français ne lisent plus les journaux, ils vont sur internet. Parce que tous ces éditorialistes de bazar, qui vivent ensemble, qui font tout le temps les mêmes articles, qui sont totalement coupés des réalités, qui gagnent un argent fou, et qui croient connaître les Français, on va s'en débarrasser un jour !" a-t-il lancé. Visés directement, Jean-Michel Aphatie et Michel Denisot. Il exhorte Ariane Massenet d'aller voir avec lui "sur le terrain les Français qui vivent, qui souffrent."

À lire aussi
Cohen, Bürki, Hondelatte... : Europe 1 détaille sa grille de rentrée
Radio
Cohen, Bürki, Hondelatte... : Europe 1 détaille sa grille de rentrée
Audrey Pulvar fait ses adieux au journalisme sur CNews
Video
Audrey Pulvar fait ses adieux au journalisme sur CNews
Audiences access : Bon démarrage pour "Demain nous appartient" sur TF1, Nagui et le "19/20" résistent bien
Audiences
Audiences access : Bon démarrage pour "Demain nous appartient" sur TF1, Nagui et...

"Vous vous en mettez plein les poches"

"On ne vit pas sur la Lune (...) Vous ne savez pas où je vis" lui rétorque Denisot. Puis Dupont-Aignan lâche : "Donnez nous votre salaire, combien vous gagnez ? combien vous gagnez ? Dites-le aux Français ! Vous n'oserez pas le dire." Denisot "refuse de polémiquer", lui répond que "ça ne (le) regarde pas" et que son salaire "est payé avec (ses) impôts." Le leader de Debout la République ne lâche pas : "Vous ne pouvez pas dire droit dans les yeux aux Français combien vous gagnez, car c'est une somme tellement extravagante... Et à force de jouer les bons samaritains." Denisot refuse toujours ("Je n'ai pas de leçon à recevoir de vous"), Dupont-Aignan lui reproche de s'en "mettre plein les poches."

Aphatie entre alors en scène, très en colère : "Traitez nous de voleurs tant que vous y êtes ! Plein les poches, qu'est ce que ça veut dire ? Qu'est ce que ça veut dire ? Mon salaire, je le mérite, comme vous ! Je ne vous le donnerai pas, vous n'êtes pas un inquisiteur !." Le chroniqueur l'accuse de "populisme intégral", Dupont-Aignan l'exhorte à "sortir de (son) petit milieu."

"Denisot est lâche et mesquin"

Nicolas Dupont-Aignan n'a jamais porté l'équipe du Grand Journal dans son coeur, accusant déjà en février Michel Denisot d'être "lâche et mesquin, faisant ses coups en douce." Sa dernière invitation hors campagne officielle sur Canal + remonte au 18 janvier dernier. Ce soir-là, pas de clash, il est interrogé comme la plupart des politiques invités en première partie de l'émission. Seul le magnéto "Point com" de Bruno Donnet était comme souvent poil à gratter. Jean-Michel Aphatie, chroniqueur maison, ne trouve pas non plus grâce à ses yeux. "Quel mépris à mon égard" lâche-t-il. Sur Canal +, le journaliste de RTL avait interpellé le candidat sur le retour au franc qu'il prône. Mais déjà en mai 2010, Nicolas Daupont-Aignan s'était agacé qu'Aphatie ne l'invite plus sur RTL "depuis 3 ans".

Les journalistes pour cible

Comme Jean-Luc-Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan a fait de la critique des médias sa marque de fabrique. "Ce qui est dramatique, c'est le degré zéro des émissions politiques. Il y a un fossé entre les journalistes des quatre colonnes qui ne sortent pas de l'Assemblée, et la réalité de la vie" expliquait-il. Il y a un plus d'un an, le 26 janvier 2011, il s'en était pris à un autre journaliste, Jean-Pierre Elkabbach.

"Vous n'y allez pas vous Marc-Olivier Fogiel à la présidentielle en 2012 ? Parce que quand on voit la liste des n'importe qui veulent se présenter..." avait ironisé le journaliste sur Europe 1 à propos de la multiplication des candidatures. Nicolas Dupont-Aignan répondait à la petite phrase d'Elkabbach quelques minutes plus tard sur son Twitter : "Elkabbach me traite de "n'importe qui". Venant de la serpillière des puissants, c'est presque trop d'honneur !".

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Europe 1 : Sonia Mabrouk de 18h à 20h le dimanche à la rentrée
Mercato
Europe 1 : Sonia Mabrouk de 18h à 20h le dimanche à la rentrée
Tous les programmes de la télé du 12 au 18 août 2017
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 12 au 18 août 2017
"James Bond" sera de retour en 2019 au cinéma
Cinéma
"James Bond" sera de retour en 2019 au cinéma
M6 : Karine Le Marchand et Stéphane Plaza re-signent... jusqu'en 2020 !
TV
M6 : Karine Le Marchand et Stéphane Plaza re-signent... jusqu'en 2020 !
Audiences : Le lancement de "Demain nous appartient" signe un record à J+7
Audiences
Audiences : Le lancement de "Demain nous appartient" signe un record à J+7
Mort de Claude Rich : France 5 diffusera le "Crabe-tambour"
TV
Mort de Claude Rich : France 5 diffusera le "Crabe-tambour"
Ce soir que regardez-vous ?
57
Votes
Football
Je regarde
57
Votes
Quantico
Je regarde
35
Votes
La stagiaire
Je regarde
34
Votes
Camping Paradis
Je regarde
15
Votes
Indonésie : la...
Je regarde
12
Votes
Nus et culottés
Je regarde
6
Votes
Double riposte
Je regarde
5
Votes
Les 11 commandements
Je regarde
5
Votes
Luc Besson, à la...
Je regarde
5
Votes
Les cracks
Je regarde
3
Votes
Fais pas ci, fais pas ça
Je regarde
2
Votes
Vue sur mer
Je regarde
2
Votes
Tout doit disparaître
Je regarde
1
Votes
Cache-toi si tu peux
Je regarde
0
Votes
Petits meurtres entre...
Je regarde