Audiences : Le grand bilan du "Grand Journal" de Canal+

Partager l'article
Vous lisez:
Audiences : Le grand bilan du "Grand Journal" de Canal+
Les quatre visages du "Grand Journal"
Les quatre visages du "Grand Journal" © Canal+
Demain soir, l'émission phare de Canal+ tire sa révérence après 13 ans d'existence. puremedias.com revient sur son parcours côté audiences.

J-1 avant les adieux du "Grand Journal". Demain, Victor Robert présentera sur Canal+ l'ultime numéro de l'émission d'access prime time, lancée en 2004 par Michel Denisot. Ce dernier a ainsi tenu la barre jusqu'en 2013, après une dernière saison co-animée par Daphné Bürki. Depuis, Antoine de Caunes (2013-2015), Maïtena Biraben (2015-2016) et enfin Victor Robert (2016-2017) se sont succédé aux commandes du programme. A l'occasion de cette dernière, puremedias.com revient sur 13 ans d'audiences du rendez-vous phare des années 2000 de Canal+.

À lire aussi
"Hey le prolo ! Parler, tu sais ce que ça veut dire ?" : Quand le débat de BFMTV dérape complètement...
TV
"Hey le prolo ! Parler, tu sais ce que ça veut dire ?" : Quand le débat de BFMTV...
"Morbide", "navrant", "indigne"... : Catherine Deneuve flingue son "Un jour, un destin" et Laurent Delahousse
TV
"Morbide", "navrant", "indigne"... : Catherine Deneuve flingue son "Un jour, un...
"C'est pas une manifestation, c'est la guerre !" : Jean-Jacques Bourdin bouche bée face à la colère d'un auditeur de RMC
TV
"C'est pas une manifestation, c'est la guerre !" : Jean-Jacques Bourdin bouche bée...

2004-2013 : La progression de l'ère Denisot

C'est le 30 août 2004, à 18h50, que Canal+ donne le coup d'envoi du "Grand Journal". Une nouvelle émission pour tenter de retrouver le succès dans cette case où les échecs se sont multipliés depuis juin 2001 et l'arrêt de "Nulle part ailleurs". Frédéric Beigbeder s'y est ainsi cassé les dents avec son "HyperShow" (2 mois et demi d'antenne en 2002), tout comme "Maurad contre le reste du monde" (décembre 2002-février 2003) puis "Le JBN" devenu "Le contre-journal" de Karl Zéro en 2003 et, enfin, "Merci pour l'info" d'Emmanuel Chain, sur la saison 2003-2004.

Dans cette case sinistrée, "Le Grand Journal" enregistre des débuts corrects. Sur la saison 2004-2005, entre 18h50 et 19h55, Michel Denisot et ses chroniqueurs de l'époque (Isabelle Morini-Bosc, Stéphane Blakowski, Mademoiselle Agnès, Laurent Weil...) rassemblent en moyenne chaque soir 700.000 téléspectateurs, soit 4,2% du public. Suffisant pour que Canal+ reconduise l'émission et lui accorde même une deuxième partie, remplaçant les "20h10 pétantes" de Stéphane Bern.

En s'agrandissant, "Le Grand Journal" renouvelle son équipe : Laurent Weil, Yann Barthès et Frédérique Bel sont les seuls à rester d'une saison à l'autre et accueillent Ariane Massenet, Frédéric Beigbeder ou encore Tania Bruna-Rosso. Et l'audience décolle : chaque soir, ce sont 1,0 million de Français (4,6% de PDA) qui regardent "Le Grand Journal" et "Le Grand Journal, la suite". La saison suivante, où arrivent Jean-Michel Aphatie, Louise Bourgoin et Omar et Fred, ce sont 300.000 curieux de plus qui rejoignent Canal+ entre 19h10 et 20h50 (6,1% de PDA), puis 100.000 autres sur la saison 2007-2008 (6,8% de PDA), saison qui voit débarquer Ali Baddou à la table.

Mais c'est lors de la saison 2008-2009 que "Le Grand Journal" explose. L'émission réunit ainsi pas moins de 1,7 million de téléspectateurs du lundi au vendredi et pointe désormais à 7,9% de parts de marché en moyenne. Et si les deux saisons suivantes se stabilisent à 1,6 million de moyenne, "Le Grand Journal" retrouve son niveau historique entre 2011 et 2012. Mais la fin de cette saison marque un tournant majeur pour l'émission de Canal+ puisque deux figures emblématiques quittent le bateau : Ariane Massenet et Yann Barthès. La première part prendre les commandes de "La matinale" tandis que le second fait évoluer son "Petit Journal", passant d'une simple chronique à une émission à part entière.

Et ces départs s'accompagnent de changements : Canal+ récupère Daphné Bürki après une saison sur France 5 pour lui confier la co-animation du "Grand Journal", un "Grand Journal" dont la deuxième partie est alors décalée à 20h30 pour laisser place, entre 20h05 et 20h30, au "Petit Journal". Un découpage qui ne réussit pas à l'émission, qui égare alors 200.000 habitués sur un an. Face à ces audiences en déclin, des rumeurs de remplacement, et après des coups de feu lors du festival de Cannes, Michel Denisot et Daphné Bürki décident tous deux d'arrêter "Le Grand Journal".

2013-2015 : Antoine de Caunes lâche du lest (du million)

Mais si l'emblématique Michel Denisot lâche les commandes, Canal+ ne renonce pas à son "Grand Journal". La chaîne décide de faire appel à un ex-"Nulle part ailleurs" pour lui succéder : Antoine de Caunes. L'ancien complice de José Garcia à l'époque Gildas reprend ainsi les clés d'une émission désormais diffusée de 19h10 à 20h25. Mais après un démarrage en fanfare, l'émission ne tient pas le cap. Sur la saison, elle affiche ainsi une moyenne de 1,3 million de téléspectateurs (6,3% de PDA). Et le retour aux fondamentaux la saison suivante n'arrange pas les affaires puisqu'Antoine de Caunes perd 200.000 fidèles en un an.

Avec 1,1 million de téléspectateurs chaque soir, soit 5,5% du public, Antoine de Caunes aurait bien pu continuer une saison de plus au "Grand Journal". Sauf qu'entre-temps, arrive un certain Vincent Bolloré aux commandes du paquebot Canal+. Et le nouvel actionnaire du groupe reprend en main la grille et décide d'évincer manu-militari le producteur Renaud Le Van Kim et, par la même occasion, Antoine de Caunes pour réinventer son "Grand Journal", à la rentrée 2015...

2015-2016 : "Le Grand Journal" prend l'eau

Pour son "Grand Journal", dans un nouveau décor, avec une nouvelle équipe et un nouveau plateau, Vincent Bolloré choisit Maïtena Biraben, alors aux commandes avec brio du "Supplément", le magazine dominical de la chaîne. Sauf que dès son lancement, une semaine après les autres talk shows, "Le Grand Journal" nouvelle formule déçoit et ne parvient pas à passer le cap du million, avant de chuter jour après jour. Résultat, Maïtena Biraben fait fondre l'audience qui tombe en moyenne à 600.000 téléspectateurs. De quoi faire planer l'ombre d'un Vincent Bolloré qui, s'il lui avait assuré un soutien jusqu'en 2022 - date de fin de son mandat -, décide de l'évincer pour remanier une ultime fois "Le Grand Journal".

2016-2017 : RIP "Le Grand Journal"

En début de saison, c'est Victor Robert - chroniqueur de la période Biraben - qui prend les commandes du "Grand Journal". Mais désormais, sur Canal+, c'est la satisfaction de l'abonné qui prime. "LGJ" est donc découpé en deux parties : une en crypté, l'autre en clair. Une stratégie incompréhensible qui fait plonger les audiences. Si Canal+ maintient que celles-ci ne sont pas le critère premier, la chaîne fait pourtant marche-arrière au bout de trois semaines pour repasser en intégralité en clair et revenir à un découpage en deux parties.

Mais rien n'y fait. Déjà mourant, "Le Grand Journal" sombre. Il est désormais habituel de le voir sous la barre des 100.000 téléspectateurs, soit 17 fois moins qu'au meilleur de sa forme, six ans plus tôt. C'est donc sans éclats que l'émission phare du Canal+ des années 2000 va tirer sa révérence, avant deux semaines de best-of. Puis, le 20 mars, un nouvel access prendra le relais dès 19h30 avec "Le Journal du cinéma", "Le Gros Journal", "Le Petit Journal", "Catherine et Liliane" et "Les Guignols". Canal+ se laisse donc plusieurs mois pour trouver une nouvelle émission d'accueil en access prime time pour la rentrée prochaine, en espérant ne pas traverser la même crise qu'au début des années 2000.

Chiffres Médiamétrie. Moyenne des deux parties.

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Volpo

Merci d'avoir regardé le Grand Journal. Adieu Canal +



Guillaume Gout

Je suis nostalgique également de l'époque Denisot. Difficile de savoir si l'émission aurait connu le même succès s'il était resté aux commandes. Mais l'émission avait trouvé le bon compromis entre actu politique, divertissement, et humour.

Une chose est sûre, c'est que les "pastilles" rythmaient fortement l'émission et lui donnaient tout son intérêt : le SAV, les Guignols, le Zapping, Le petit journal (en 2 parties, c'était bien ficelé d'ailleurs), la miss Météo (j'adorais Doria Tillier, à l'époque de De Caunes), les live ... Et l'émission pendant le festival de Cannes, elle avait quand même de la gueule ...

Je profite d'ailleurs de ce commentaire pour dire que j'aimais assez bien Maïtena Biraben (peut-être suis-je le seul vu les avis sur le net). Je la trouvais souriante et spontanée. Je crois simplement qu'on l'a mise à la tête d'une émission en perdition totale qui manquait de contenu et d'invités intéressants.

Je suis déçu des access en ce moment. A mon avis TPMP s'épuise (trop de buzz et rires préfabriqués à mon goût, comparé à il y a 2-3 ans), mais il a son public et ça semble fonctionner tout de même. J'étais fan de Quotidien, mais je trouve que les défauts de l'émission deviennent de plus en plus apparents (tonalité politique trop binaire "on adore ou on déteste untel, sans demie mesure sans argumentation", séquences parfois trop longues). Malgré ces défauts, il arrive tout de même à faire un access complet qui reprend mine de rien les ingrédients du Grand Journal (et même leur plateau historique ^^). J'ai du mal à donner un avis concernant C à vous que je n'ai pas assez vue.

C'est assez dommage de voir qu'en pleine campagne présidentielle (si on peut appeler ça comme ça ...), aucune émission n'arrive à trouver la bonne recette pour mêler actu, divertissements etc ...



Saguilar

Avec Tapis , ou Rocancourt ?
Drey ?



Saguilar

Oui c'est clair.
L'un des rares bons moment avec maitena c'est avec Jcvd



Saguilar

C'était irrégulier avec de Caunes ca dépendait des invités.



Saguilar

Non pas trop. Bien avant sultan



Saguilar

Ou Quotidien



DansTonTube

Contrairement à ce qu'il s'est passé pour le Grand Journal, je crois que les audiences de Nulle Part Ailleurs on continué de progresser malgré le départ de Gildas.



Spry

Oui, Le Grand Journal a perdu de sa superbe au fil du temps. Et c'est normal pour une émission de ce type.

Il suffit d'ailleurs de se souvenir de l'époque de "Nulle part ailleurs" (pardon à ceux qui sont nés après 1995) pour se rendre compte que c'est tout simplement une histoire de cycle : D'abord l'emission gagne progressivement en puissance, puis trouve son équilibre, commence à perdre quelques points d'audience. Ensuite on commence à changer les animateurs, et malheureusement, la descente s'accélère jusqu'à l'annulation.

Du coup, on va en avoir pour quelques années un peu compliquées pour cette case, jusqu'au jour où, enfin, on aura une offre de programme completement sortie de nulle part qui commencera à faire sa place.



yakafoke

Même si le Grand Journal s'arrête, merci à lui pour nous avoir fait découvrir Yann Barthès entre autres.

Mais bon, quand j'entends du nouveau patron de Canal que l'objectif du Grand Journal ce n'était plus les audiences... https://uploads.disquscdn.c...



Alexxxx

Article intéressant! L'émission était phare, mais la chute à été aussi, voire plus rapide que la hausse



Jonas!

Adieu et à jamais !



A French

On voit ici clairement bien l'impact de l'arrivée de Bolloré sur l'émission dont l'audience a coulé en-dessous de celle réalisée lors de sa première année et a perdu son million de téléspectateurs restant en deux ans.. Aucunement comparable avec la baisse observée sous l'ère De Caunes.



bigtv

C'est bon les bilans , allez bye , next , bon voyage .............



Michel Licorde

Tout à fait !



LeKouign

J'espère qu'il feront au moins une émission spéciale vendredi. Avec tous les chroniqueurs/présentateurs de toutes les saisons par exemple, avec une rétrospective depuis les débuts... mais bon on peut toujours rêver.



mmalicorne

C'était idiot de continuer après De Caunes.



Furious Angel

L'émission avait une baisse naturelle à cette époque, après c'est pas dû qu'à TPMP, c'est la TNT dans son ensemble qui a pris des téléspectateurs à toutes les chaînes historiques.



Furious Angel

Exactement, c'était inimaginable pour moi de regarder autre chose.

Mais pour un rendez-vous Quotidien (majuscule volontaire) maintenant on a TMC.



Furious Angel

En gros ça a débuté pas mal, ça a grandi, ça s'est logiquement essoufflé et un taré breton s'est amusé à tout détruire.

"Canal+ se laisse donc plusieurs mois pour trouver une nouvelle émission d'accueil en access prime time pour la rentrée prochaine, en espérant ne pas traverser la même crise qu'au début des années 2000."

Le souci c'est que pour moi ils n'arriveront pas à repartir. Ou alors si un mec un peu mieux structuré mentalement rachète le groupe...



Michel Licorde

Denisot... cette époque me manque. C'était une grande émission, un rendez-vous quotidien.

Merci pour cet article nostalgique !



Jazzy

T as rien compris, LGJ a chuté avec l arrivé de Bolloré tout le monde sait ca...saufe toi.



sultan27

coïncidence ? le grand journal a commencé a bien chuter avec l'arrivée de TPMP sur D8....



BA TF1 2018

C'est Hanouna qui doit etre aux anges.



Sheka

Bravo à Vincent Bolloré qui à l'inverse de de la pierre philosophale arrive à transformer le succès en échec.



comments powered by Disqus
l'info en continu
"Tous les voeux sont permis" : Eric Antoine fête Noël sur M6 le 26 décembre
Programme TV
"Tous les voeux sont permis" : Eric Antoine fête Noël sur M6 le 26 décembre
L'année médias 2018 vue par... Pascale de La Tour du Pin
Année médias
L'année médias 2018 vue par... Pascale de La Tour du Pin
C8 : Catherine Laborde fait un retour surprise à la météo
TV
C8 : Catherine Laborde fait un retour surprise à la météo
Article 13 : Accusé d'une "campagne de désinformation", Youtube se défend
Internet
Article 13 : Accusé d'une "campagne de désinformation", Youtube se défend
Audiences : BFMTV deuxième chaîne de France, nouveaux records historiques pour CNews, LCI et franceinfo
Audiences
Audiences : BFMTV deuxième chaîne de France, nouveaux records historiques pour...
"Acte IV" des Gilets jaunes : Plusieurs journalistes blessés à Paris
Presse
"Acte IV" des Gilets jaunes : Plusieurs journalistes blessés à Paris
Vidéos Puremedias