Marc-Olivier Fogiel P3 : "Sur M6, c'était moi le premier fautif"

Partager l'article
Vous lisez:
Marc-Olivier Fogiel P3 : "Sur M6, c'était moi le premier fautif"
Marc-Olivier Fogiel.
Marc-Olivier Fogiel. © Abaca pour RTL
Toute la journée, Marc-Olivier Fogiel est rédacteur en chef exceptionnel de puremedias.com. La P3 : ses envies et projets en télé.

Toute la journée, Marc-Olivier Fogiel est rédacteur en chef exceptionnel de puremedias.com. Pour cette troisième et avant-dernière partie, découvrez ses envies et ses projets en télévision pour les mois à venir.

À lire aussi
L'audiovisuel public est "la honte de la République", l'Elysée dément les propos prêtés à Emmanuel Macron (MAJ)
Politique
L'audiovisuel public est "la honte de la République", l'Elysée dément les propos...
"Les Z'Amours" : Tex mis à pied par France 2 après sa blague douteuse sur C8
TV
"Les Z'Amours" : Tex mis à pied par France 2 après sa blague douteuse sur C8
Mort de Johnny Hallyday : Les chaînes de télévision bousculent leurs programmes
TV
Mort de Johnny Hallyday : Les chaînes de télévision bousculent leurs programmes

Propos recueillis par Julien Lalande et Julien Bellver

Lors de votre départ d'Europe 1, vous avez évoqué des projets avec Mathieu Pigasse, notamment en presse écrite. Où en sont-ils ?

On avait notamment évoqué le lancement d'un quotidien sur iPad mais le projet a été abandonné compte tenu du modèle économique difficile à trouver. Il y a eu aussi la réflexion autour de l'Huffington Post. Matthieu Pigasse, qui est d'abord banquier, a pas mal de choses à gérer avec la crise. Mais on s'est dit qu'on allait relancer notre réflexion autour du numérique.

On n'a pas l'impression que le média internet vous excite beaucoup...

L'appétit, je l'ai. Mais je n'ai pas l'idée pour l'instant. Pour faire ce que font bien les autres, cela ne m'intéresse pas. Je n'irai que si je trouve quelque chose d'original, de différent. C'est d'ailleurs peut être le fil conducteur de mon parcours, je ne fais les choses que pour tenter d'y amener une nouveauté, et surtout éviter la routine. J'ai la chance de m'être offert plusieurs vies (professionnelles) en une seule. Etre toujours à la tête d'un talk show à la télé, c'était possible, mais quel aurait été l'intérêt à part le confort, ce qui n'ai pas mon moteur.

"Thierry Ardisson est bien plus riche que moi"

Votre meilleur ennemi Thierry Ardisson dit que s'il avait votre compte en banque, il aurait arrêté depuis longtemps la TV. Qu'est ce qui vous fait courir aujourd'hui ?

On ne va pas commencer à jouer comme les ados à celui qui a la plus... D'autant que de ce point de vue-là, c'est lui ! Ce qui est normal, il produit des émissions depuis toujours, et sait très bien négocier. En bon ex-pubard, Thierry Ardisson sait faire le buzz en alimentant régulièrement une guéguerre dans laquelle je ne souhaite pas entrer. Mais je ne peux m'empêcher de trouver ça ridicule d'autant qu'il est mal placé pour me donner des leçons, il occupe le créneau horaire sur Canal qui était le mien il y a 16 ans ("TV+" de 1996 à 2000, NDLR). Sur le fond, ce qui continue à me faire avancer, c'est le plaisir et de surtout continuer à apprendre. Ce n'est pas une histoire d'argent, j'ai juste encore beaucoup d'appétit pour ce que je fais, je n'aspire pas à m'arrêter de travailler. A un moment, j'ai pensé à tort que, dans les médias, j'avais fait le tour. Et fait je m'aperçois que non, ce métier continue de me passionner.

Avez-vous déjà songé à prendre des responsabilités dans des chaînes de télé ou radio ?

Oui, plusieurs fois. Mais tant que j'ai de l'appétit pour l'antenne, je n'ai pas intérêt à franchir ce pas, ce qui m'a été régulièrement proposé. En revanche, je me suis beaucoup accompli dans les différentes missions de conseil que j'ai pu avoir, notamment celle auprès d'Alexandre Bompard. Contribuer à la réflexion globale de l'antenne, de la rédaction et de son organisation au-delà de ma tranche a été passionnant et très complémentaire.

Si vous reveniez en télé, ce serait pour faire quoi ?

En tous cas, quelque chose d'original, et qui fait appel à l'ensemble de ce que je sais faire, aussi bien l'interview, que l'animation d'un plateau, la découverte de nouveaux talents, manager des équipes. Comme l'appétit m'est un peu revenu, fort de ce que je n'ai pas pu faire à M6, je suis en train de réfléchir à un format plus mécanisé, un vrai concept. Comme convenu avec les chaînes qui m'ont proposé de les rejoindre, on se verra tranquillement au cours du prochain trimestre pour imaginer 2013.

"Sur M6, c'était moi le premier fautif"

Sur M6, n'y avait-il pas un problème éditorial ?

C'était plutôt un souci d'exigence. C'était fait pour l'heure du déjeuner. Quand ça a été finalement programmé à 14 heures, j'aurais dû avoir l'exigence de demander à ce que ça reste avant le déjeuner, l'heure de l'info le dimanche. Sur le contenu, M6 voulait avoir une émission qui permette de recevoir des personnalités sans forcément en avoir les moyens. Donc c'était une production minimaliste. Il n'y avait pas suffisamment d'ambition mais ça m'allait ! C'était moi le premier fautif. Mon objectif principal étant de consacrer plus de temps à ma vie personnelle cette année particulière. En revanche, Je ne l'ai pas fait par-dessus la jambe, ça aurait été un bon talk-show d'une chaîne info de la TNT.

Franz-Olivier Giesbert raconte dans ses derniers carnets que vous êtes allé à l'Elysée pour quémander une émission sur France Télévisions, vous confirmez ?

FOG raconte aussi dans ce livre qu'il va toujours voir Nicolas Sarkozy accompagné d'un témoin pour éviter que le président ne déforme leur entretien en racontant qu'il venait lui demander un service... C'est finalement ce qui semble m'être arrivé, sauf que j'y suis allé seul, donc peut-être que Nicolas Sarkozy lui a présenté les choses de cette manière. En tous cas, je n'ai jamais fait mystère de mon entretien à l'Elysée à mon départ de la matinale, je l'ai même raconté à Pierre Lescure sur Paris Première dans la foulée. L'objet n'était évidemment pas une intervention, d'abord parce que ça ne me ressemble pas, et en plus que je n'en avais pas besoin. Nous avons débriefé sereinement la question que j'avais posée à Carla Bruni et qui ne lui avait pas plu et parlé plus globalement des médias et des journalistes.

"D8 va faire du bien à la TNT"

Vous avez pris rendez-vous avec le nouveau président ?

On se connaît mais non. Je suis allé à l'Elysée voir David Kessler, son conseiller culture et médias que je connais bien, et Christian Gravel son conseiller communication pour leur présenter un projet pour France 4 avec François Hollande. Il a été différé.

Le groupe Canal+ investit le gratuit à la rentrée, avec D8. Beaucoup de grandes signatures ont été débauchées. Vous croyez à ce projet ?

Oui, complètement. Ca va faire du bien à la TNT, car elle n'est pas toujours synonyme de qualité. Je pense que Canal va tirer tout le monde vers le haut.

Ils vous ont contacté ?

Je ne peux pas dire que j'ai refusé une production de Direct 8, ce serait mentir. Mais oui, j'ai discuté avec le numéro deux du groupe Canal+, Rodolphe Belmer. Il m'a par exemple demandé si la marque "On ne peut pas plaire à tout le monde" m'appartenait et si je la verrais incarnée sur Direct 8. Je n'avais pas envie de le faire et ça tombait bien, parce que ça ne m'appartient pas.

Canal+ occupe déjà le marché du gratuit, avec un succès tout relatif qui est i-Télé...

Cette chaîne se cherche depuis le début. i-Télé est mal née. Mais avec Céline Pigalle à la direction de la rédaction depuis peu, je n'ai pas de doute pour qu'elle devienne une référence aux côtés de BFM TV. Cécilia Ragueneau, à la tête de la chaîne depuis un an, a eu l'intelligence de ne pas céder à l'égo en changeant tout d'un coup pour que cela se voie mais en faisant un très long audit pour comprendre ce qui n'allait pas. Ce n'est que maintenant que les choses commenceront sans doute à se voir et se mettre en place. Qu'i-Télé produise de la bonne info, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas possible mais ça va être long, l'avance de BFM TV n'est pas due au hasard. C'est remarquable ce qu'a entrepris Alain Weill et l'apport d'Hervé Béroud a vraiment permis à la chaîne de prendre une autre dimension.

> Rendez-vous à 17h pour les bonus de l'entretien.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Nouvelle Star" 2017, prime 7 : 5 éliminés, Lilou, Xavier, Mathieu et Kamisa mettent un pied en finale
TV
"Nouvelle Star" 2017, prime 7 : 5 éliminés, Lilou, Xavier, Mathieu et Kamisa...
"Nouvelle Star" 2017, épisode 6 : Carla éliminée, Yadam et Slon qualifiés
TV
"Nouvelle Star" 2017, épisode 6 : Carla éliminée, Yadam et Slon qualifiés
Agustín Galiana est le gagnant de "Danse avec les stars" 2017
TV
Agustín Galiana est le gagnant de "Danse avec les stars" 2017
"Danse avec les stars", la finale : Agustín Galiana l'emporte de justesse sur Lenni-Kim, Tatiana Silva troisième
TV
"Danse avec les stars", la finale : Agustín Galiana l'emporte de justesse sur...
Rachel ("Le Meilleur Pâtissier" 2017) : "J'ai failli abandonner et sortir de la tente"
Interview
Rachel ("Le Meilleur Pâtissier" 2017) : "J'ai failli abandonner et sortir de la...
Cyril Féraud dans #QHM : "On fait 'Slam' pour un tarif qui défie toute concurrence"
Internet
Cyril Féraud dans #QHM : "On fait 'Slam' pour un tarif qui défie toute concurrence"
Ce soir que regardez-vous ?
5
Votes
Liar : la nuit du...
Je regarde
2
Votes
Les rivières pourpres
Je regarde
1
Votes
La France a un...
Je regarde
1
Votes
Top of the Lake :...
Je regarde
0
Votes
Snowfall
Je regarde
0
Votes
Envoyé spécial
Je regarde
0
Votes
La grande librairie
Je regarde
0
Votes
Ahmed Sylla avec un...
Je regarde
0
Votes
0
Votes
Dans la ligne de mire
Je regarde
0
Votes
Noël et grandes...
Je regarde
0
Votes
Arthur et la vengeance...
Je regarde
0
Votes
Sherlock
Je regarde
0
Votes
Quelques messieurs...
Je regarde
0
Votes
Le dirlo
Je regarde