Brothers : Une descente aux enfers froide, intelligente et brutale

Partager l'article
Vous lisez:
Brothers : Une descente aux enfers froide, intelligente et brutale
Remake intelligent et torturé du film danois "Brodre", le nouveau film de Jim Sheridan nous plonge dans un drame familial où se glissent les traumatismes de la guerre et un triangle amoureux porté par un trio d'acteurs épatants de justesse.

Home, sweet home ? Belle ironie et sournoise utopie vous crierait Jim Sheridan. Avec son drame Brothers, le réalisateur irlandais de My Left Foot et Au nom du Père nous plonge dans les traumas de la guerre et place son acteur Tobey Maguire face à ses propres démons. Car comment aspirer à une vie normale quand, après avoir vu de vos yeux les affres et horreurs de la guerre, sonne enfin l’heure du retour au foyer ? Qui peut comprendre ce que vous avez traversé ? Et avez-vous envie, finalement, qu’ils le comprennent…

Les regards, les non-dits et les gestes font plus mal que les mots



Le méconnaissable Tobey Maguire délaisse les collants de son Spider-Man pour se glisser dans la peau de Sam. Avec Grace, ils forment un couple parfait et sont les parents de deux petites filles. Sam est alors envoyé par l’ONU en mission à l’étranger et confie à Tommy, son frère tout juste sorti de prison, le soin de s’occuper de sa famille. Mais lorsque Sam est porté disparu et présumé mort, Tommy et Grace se rapprochent contre toute attente. C’est alors que Sam revient du front… Mais mieux vaut ne pas trop en dire sur Brothers pour ne pas lever le voile sur une fin partisane qui ne manquera pas d’enflammer les débats.

Il est intéressant de constater comment Jim Sheridan s’est attaché à faire monter en pression le drame psychologique qui se trame dans ce foyer où Tobey Maguire ne retrouve plus sa place. Car si le thème de départ (le traumatisme des soldats au retour de la guerre) a déjà été traité à plusieurs reprises au cinéma, comme dans Voyage au bout de l'enfer ou Le Retour, le cinéaste noue sa dramaturgie avec celui de la famille et des liens qui unissent chacun de ses membres. Dans Brothers, les dialogues sont distillés avec parcimonie. Les personnages parlent peu mais parlent juste. Et ce qui pourrait paraître vite pesant devient indéniablement la force du film : les regards, les non-dits et de simples gestes font parfois plus mal que les mots.

"Brothers" s’inscrit dans son époque et pointe du doigt les maux de notre temps



Pour cette famille, le silence n’est pas toujours d’or. Et les acteurs se plient avec talent à cette exigence. Tobey Maguire est impressionnant de vérité, Jake Gyllenhaal joue avec la sobriété qu’il faut, Sam Shepard en figure paternelle impose son charisme fragile. Quant à Natalie Portman, elle apporte à son rôle de mère-courage déchirée et à fleur de peau une justesse et une sincérité saisissantes. Elle porte sa famille comme elle porte le film. Sans artifice et sans fard. La lolita de Léon n’est plus une femme-enfant, elle apparaît comme une femme, tout simplement.

Alors bien sûr, Brothers est un remake du film danois Brodre et bien sûr, il n’évite pas certains clichés du genre. La repentance miraculeuse du frère, ou le pétage de plomb évident de Tobey Maguire semblent trop téléphonés pour nous coller au fond du siège. Mais le message essentiel passe et reste. Jim Sheridan est un maître d’œuvre engagé qui a les moyens de ses ambitions. On reprochera simplement au cinéaste de ne pas nous avoir pris au tripes comme Au nom du père, et puis, Tobey Maguire, malgré sa métamorphose, n’a pas non plus le charisme d’un Daniel Day-Lewis. Mais Brothers est une œuvre cohérente, intelligente et torturée, qui s’inscrit dans son époque en pointant du doigt les maux de notre temps. Jim Sheridan frappe là où ça fait mal. Et il frappe juste.

Jim Sheridan
Jim Sheridan
l'info en continu
Manon éliminée de "N'oubliez pas les paroles" : "J'ai fait une erreur bête qui m'a été fatale"
Interview
Manon éliminée de "N'oubliez pas les paroles" : "J'ai fait une erreur bête qui m'a...
Netflix : La fin du partage gratuit des comptes approche
SVOD
Netflix : La fin du partage gratuit des comptes approche
Accusé de violences conjugales, Justin Roiland, co-créateur de "Rick et Morty", écarté de la production
TV
Accusé de violences conjugales, Justin Roiland, co-créateur de "Rick et Morty",...
Twitch annonce des outils pour aider les streameurs à "gagner plus d'argent"
Internet
Twitch annonce des outils pour aider les streameurs à "gagner plus d'argent"
"Drag Race France" : Nicky Doll, Kiddy Smile et Daphné Bürki confirmés dans le jury de la saison 2
Internet
"Drag Race France" : Nicky Doll, Kiddy Smile et Daphné Bürki confirmés dans le...
RT France demande le dégel de ses fonds pour payer ses salariés
TV
RT France demande le dégel de ses fonds pour payer ses salariés