Harry Roselmack dénonce, dans "Le Monde", le retour de "la France raciste"

Partager l'article
Vous lisez:
Harry Roselmack dénonce, dans "Le Monde", le retour de "la France raciste"
Harry Roselmack, journaliste à TF1.
Harry Roselmack, journaliste à TF1. © DR, Cauvin/TF1
Dans "Le Monde", le journaliste de TF1 Harry Roselmack s'inquiète du "fond de racisme" qui résiste dans la société française.

Harry Roselmack s'exprime peu dans les médias hors contexte promotionnel de "Sept à huit". Cet après-midi dans Le Monde, le journaliste signe une tribune pour dénoncer "le retour de la France raciste". Il revient d'abord sur les fondement de la République qui a su créer "un sentiment d'appartenance et d'attachement national chez des gens de classes sociales différentes, de cultures différentes, de couleurs différentes".

À lire aussi
Mort de l'ex-ministre Paul Quilès annoncée par erreur : L'AFP et plusieurs médias présentent leurs excuses
Politique
Mort de l'ex-ministre Paul Quilès annoncée par erreur : L'AFP et plusieurs médias...
Covid-19 : 29,5 millions d'euros d'aides pour les journalistes pigistes
Politique
Covid-19 : 29,5 millions d'euros d'aides pour les journalistes pigistes
La ministre Elisabeth Moreno dénonce la Une "abjecte" de "Causeur" sur le "Grand remplacement"
Politique
La ministre Elisabeth Moreno dénonce la Une "abjecte" de "Causeur" sur le "Grand...
Attentats du 13 novembre : Manuel Valls dépose plainte pour "diffamation publique" après un doc d'Arte
Politique
Attentats du 13 novembre : Manuel Valls dépose plainte pour "diffamation publique"...

"Je me vois peu, mais je ne me vois pas Noir. En tout cas, je ne me qualifie pas comme tel, en général. Je suis d'abord un homme, un fils, un frère, un mari et un père, un citoyen, un journaliste, un passionné et… oui, oui, c'est vrai, je suis noir. La République, son slogan et ses lois parviennent, la plupart du temps, à me le faire oublier", écrit-il. Pour Harry Roselmack, inquiet de la montée des extrêmes dans notre pays et en Europe, "une minorité grandissante qui se présente comme gardienne ou salvatrice de cette République française vient briser cette prouesse cocardière", et le ramène désormais à "(sa) condition nègre".

"Il n'est pas inutile que le vernis républicain, grossier maquillage dont Marine Le Pen badigeonne le FN consciencieusement, s'écaille de temps en temps"

Il revient sur le cas de cette élue FN qui, dans un reportage du magazine "Envoyé Spécial" sur France 2, comparait Christiane Taubira à... un singe . "Parce que l'expression de ce racisme, dans la bouche d'une candidate Front national aux municipales (exclue depuis), était primaire, parce qu'elle recourait à une iconographie profondément choquante qui niait au nègre le statut d'être humain, elle m'a amené à m'interroger, en tant que Noir d'abord, en tant que citoyen, fils, père et mari ensuite", écrit-il.

Il concède qu'il est "faux de dire que tous les électeurs et militants du FN sont racistes" mais "qu'il était tout aussi faux de dire qu'il n'y a pas de racisme dans ce parti". "La xénophobie, le racisme en constituent même le ciment essentiel, assure-t-il. Et il n'est pas inutile que son vernis républicain, grossier maquillage dont Marine Le Pen le badigeonne consciencieusement, s'écaille de temps en temps."

"Le fond de racisme résiste"

Pour Harry Roselmack, "le fond de racisme" résiste aux époques. Un "héritage des temps anciens, une justification pour une domination suprême et criminelle : l'esclavage et la colonisation". Un racisme ancestral qui a "laissé des traces" pour le journaliste de TF1. "Une vision que certains cultivent aujourd'hui encore, à leur corps défendant parfois. Combien de fois ai-je dû expliquer à un restaurateur ou même à un camarade que les vieilles affiches 'Y'a bon Banania' qu'ils accrochent à leurs murs ne peuvent pas être regardées qu'avec amusement ou nostalgie", raconte-t-il.

"Tant que l'on laissera ces peaux de Banania traîner dans nos cerveaux, des glissades et dérapages vers l'injure raciste sont à craindre. Surtout par les temps qui courent, avec cette crise qui alimente la xénophobie de son bien étrange carburant : la jalousie envers plus mal loti que soi", conclut Harry Roselmack.

> Lire la tribune en intégralité (abonnés "Le Monde")

l'info en continu
Netflix prépare une série inspirée de l'univers de "Charlie et la chocolaterie"
SVOD
Netflix prépare une série inspirée de l'univers de "Charlie et la chocolaterie"
L'acteur Saïd Bogota ("Pattaya", "Taxi 5") condamné à seize ans de prison pour tentative d'assassinat
Justice
L'acteur Saïd Bogota ("Pattaya", "Taxi 5") condamné à seize ans de prison pour...
"The Voice Kids" : TF1 officialise le jury de la saison 8 attendue en 2022
TV
"The Voice Kids" : TF1 officialise le jury de la saison 8 attendue en 2022
"Cuisine Ouverte" : Mory Sacko arrive en prime time ce soir sur France 3
Programme TV
"Cuisine Ouverte" : Mory Sacko arrive en prime time ce soir sur France 3
Tom Villa ému aux larmes en évoquant ses grands-parents atteints d'Alzheimer sur France 2
TV
Tom Villa ému aux larmes en évoquant ses grands-parents atteints d'Alzheimer sur...
"A tes côtés" : Le téléfilm inspiré de la vie de Jarry sera diffusé le lundi 11 octobre sur TF1
Programme TV
"A tes côtés" : Le téléfilm inspiré de la vie de Jarry sera diffusé le lundi 11...