L'année médias 2017 vue par... Claude Askolovitch

Partager l'article
Vous lisez:
L'année médias 2017 vue par... Claude Askolovitch
Claude Askolovitch
Claude Askolovitch © Arte
Pour la cinquième saison, puremedias.com vous propose "L'année médias vue par...", votre série de fin d'année.

Que retenir de cette année médiatique ? Pour la cinquième saison, puremedias.com propose sa série d'interviews des personnalités du PAF, qui vous livrent leurs coups de coeur et coups de gueule. Au tour de Claude Askolovitch, journaliste sur France Inter, Arte et "Slate".

À lire aussi
Diffusion Euro : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Euro : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
"Je me battrai jusqu'au bout" : Stéphane Guy se confie sur sa vie post-Canal+
TV
"Je me battrai jusqu'au bout" : Stéphane Guy se confie sur sa vie post-Canal+
Adrien Quatennens charge Laurence Ferrari : "CNews participe à un agenda médiatique d'extrême droite"
TV
Adrien Quatennens charge Laurence Ferrari : "CNews participe à un agenda...
Une étude Ifop souligne la méfiance des Français à l'égard des médias
TV
Une étude Ifop souligne la méfiance des Français à l'égard des médias

La personnalité médiatique de l'année ?
En 2016, il attrapait les femmes par le pussy mais c'était une vieille histoire, des propos volés, de sales blagues que ses ennemis avaient déterrées contre lui. En 2017, il a produit ses propres saloperies, mais délibérément, et cela fait du bruit et du bruit encore, il retweete les messages islamophobes d'une fasciste britannique, il vomit la presse libre, il menace la Corée du Nord des feux de l'enfer, parfois même il est drôle, ce salopard, quand il dit que Kim Jong-Un est un petit gros, et ce mec est plus fort que nous, qui nous offusquons de sa laideur, ça nous occupe, ça nous obsède, ça nous envahit... Fuck Donald Trump on my mind...

La personnalité politique de l'année ?
Fuck​ ​him.​ ​Fuck​ ​Donald​ ​Trump.​ ​Voir​ ​plus​ ​haut.​ ​Le​ ​type​ ​qui​ ​ratiboise​ ​les​ ​quelques politiques​ ​vertes​ ​mises​ ​en​ ​place​ ​sous​ ​Obama,​ ​balance​ ​la​ ​COP​ ​21,​ ​réinvente​ ​une​ ​Amérique hostile​ ​au​ ​monde​ ​et​ ​confite​ ​en​ ​son​ ​égoïsme​ ​d'inculte,​ ​qui​ ​ne​ ​voit​ ​pas​ ​la​ ​différence​ ​entre des​ ​nazis​ ​et​ ​des​ ​antifascistes,​ ​le​ ​type​ ​qui​ ​tend​ ​un​ ​miroir​ ​hideux​ ​à​ ​notre​ ​époque​ ​et​ ​rend dérisoire​ ​nos​ ​bonnes​ ​volontés,​ ​et​ ​qui​ ​​fait​ ​de​ ​la​ ​Chine,​ ​de​ ​la​ ​Chine !​ ​Par​ ​contraste, l'espérance​ ​de​ ​la​ ​planète,​ ​si​ ​ce​ ​n'est​ ​pas​ ​un​ ​politique,​ ​ça...

Le coup médias de l'année ?
Sérieusement​ ​les​ ​enfants... ​Je​ ​n'en​ ​sais​ ​fichtre​ ​rien.​ ​Drahi​ ​qui​ ​prend​ ​les​ ​droits​ ​du​ ​foot,​ ​ça compte ?

Le mensonge médiatique de l'année ?
Franchement​ ​les​ ​copains.​ ​Je​ ​n'en​ ​sais​ ​fabuleusement​ ​rien.

L'émission télé de l'année ?
"28​ ​minutes".​ ​Vous​ ​voulez​ ​vraiment​ ​que​ ​je​ ​vous​ ​dise​ ​pourquoi ?​ ​Parce​ ​qu'on​ ​essaie​ ​chaque jour​ ​d'être​ ​dans​ ​et​ ​de​ ​l'actualité​ ​en​ ​échappant​ ​à​ ​la​ ​narration​ ​stupide​ ​ou​ ​mécanique​ ​ou vulgaire​ ​que​ ​l'on​ ​trouve​ ​sur​ ​(just​ ​name​ ​it)​ ​ou​ ​(devinez)​ ​ou​ ​encore​ ​(vous​ ​ne​ ​croyez​ ​pas que​ ​je​ ​vais​ ​me​ ​fâcher​ ​avec​ ​des​ ​consoeurs​ ​ou​ ​frères​ ​pour​ ​une​ ​notule​ ​dans​ ​​Pure Médias ?)... Et​ ​sérieusement​ ​aussi,​ ​parce​ ​que​ ​c'est​ ​une​ ​émission​ ​dirigée​ ​par​ ​des​ ​femmes,​ ​UNE productrice,​ ​Sandrine​ ​Beyne,​ ​UNE​ ​meneuse​ ​de​ ​bande,​ ​Elisabeth​ ​Quin,​ ​UNE​ ​chevau-léger, Nadia​ ​Daam,​ ​où​ ​les​ ​mâles​ ​blancs​ ​quinquagénaires​ ​ou​ ​quadra​ ​sont​ ​en​ ​deuxième​ ​rideau, respectés,​ ​faut​ ​pas​ ​croire,​ ​mais​ ​en​ ​second​ ​rideau​ ​quand​ ​même,​ ​ou​ ​(mieux​ ​que) remplaçants​ ​de​ ​luxe​ ​façon​ ​Renaud​ ​Dely...​ ​Plus.​ ​Nous​ ​autres​ ​tostéronés​ ​travaillons ensemble​ ​en​ ​dépit​ ​d'opinion​ ​ou​ ​de​ ​philosophies​ ​absolument​ ​divergentes,​ ​et​ ​dépassons cela... ​Entre,​ ​par​ ​exemple,​ ​Roquette,​ ​Dely,​ ​Tremolet,​ ​ma​ ​pomme,​ ​sur​ ​la​ ​droite,​ ​la​ ​gauche, la​ ​laïcité,​ ​l'identité,​ ​il​ ​pourrait​ ​y​ ​avoir​ ​des​ ​abîmes...​ ​Mais​ ​l'alchimie​ ​de​ ​l'émission​ ​les dialectise.​ ​What​ ​else ?​ ​Que​ ​si​ ​j'avais​ ​du​ ​blé,​ ​genre​ ​vraiment,​ ​je​ ​produirais​ ​les​ ​chroniques de​ ​Saltiel​ ​et​ ​Mauduit​ ​pour​ ​mon​ ​compte​ ​et​ ​j'en​ ​ferais​ ​des​ "​restas"​ ​de​ ​youtube,​ ​et​ ​j'en assurerais​ ​mes​ ​vieux​ ​jours.

L'émission radio de l'année ?
La​ ​matinale​ ​d'Inter.​ ​Vous​ ​voulez​ ​que​ ​je​ ​vous​ ​dise​ ​pourquoi ?​ ​Parce​ ​je​ ​peux​ ​en​ ​parler,​ ​j'en suis,​ ​parce​ ​que​ ​que​ ​le​ ​hasard​ ​des​ ​chaises​ ​musicales​ ​m'a​ ​donné​ ​la​ ​chance,​ ​à​ ​54​ ​berges, d'être​ ​dans​ ​une​ ​aventure​ ​rare,​ ​une​ ​autre​ ​alchimie,​ ​une​ ​matinale​ ​de​ ​radio​ ​qui​ ​évite​ ​depuis des​ ​années​ ​la​ ​plupart​ ​des​ ​pièges​ ​du​ ​temps,​ ​et​ ​c'est​ ​un​ ​grand​ ​luxe​ ​de​ ​monter​ ​sur​ ​ce bateau.​ ​Plus,​ ​je​ ​regarde,​ ​au​ ​premières​ ​loges,​ ​le​ ​Mohamed​ ​Ali​ ​des​ ​ondes,​ ​ben​ ​oui. Demorand,​ ​c'était​ ​le​ ​môme​ ​surdoué​ ​des​ ​matinales​ ​radio,​ ​il​ ​raflait​ ​tout​ ​minot,​ ​Cassius Clay,​ ​vole​ ​comme​ ​un​ ​papillon,​ ​pique​ ​comme​ ​l'abeille,​ ​puis​ ​il​ ​est​ ​parti​ ​faire​ ​d'autres​ ​trucs, et​ ​il​ ​revient​ ​là,​ ​tout​ ​mur​ ​et​ ​pareil​ ​mais​ ​tout​ ​mur,​ ​et​ ​il​ ​reprend​ ​la​ ​quête,​ ​comme​ ​Mohamed Ali​ ​après​ ​l'éclipse,​ ​il​ ​a​ ​les​ ​mêmes​ ​gestes​ ​mais​ ​il​ ​sait​ ​faire​ ​un​ ​rope-a-dope​ ​si​ ​ça​ ​chauffe,​ ​et voilà,​ ​​Nico​ ​Boma​ ​Yé,​ ​Nico​ ​Boma​ ​Yé​ ​!

Le dérapage médias de l'année ?
Un​ ​débat​ ​de​ ​journalistes,​ ​pris​ ​au​ ​hasard,​ ​sur​ ​une​ ​chaîne,​ ​prise​ ​au​ ​hasard,​ ​sur​ ​n'importe quel​ ​sujet​ ​mais​ ​de​ ​préférence​ ​la​ ​politique,​ ​prise​ ​au​ ​hasard,​ ​quand​ ​on​ ​blablate​ ​et​ ​on​ ​n'en sait​ ​rien,​ ​quand​ ​on​ ​parle​ ​du​ ​petit​ ​milieu​ ​et​ ​plus​ ​des​ ​gens,​ ​quand​ ​on​ ​croit​ ​que​ ​le bavardage ​fait​ ​partie​ ​du​ ​métier,​ ​ce​ ​que​ ​l'on​ ​nous​ ​impose,​ ​ce​ ​que​ ​je​ ​fis,​ ​ce​ ​que​ ​l'on​ ​fait.​ ​Un dérapage,​ ​petits​ ​gars,​ ​c'est​ ​tous​ ​les​ ​jours,​ ​nos​ ​habitudes.​ ​Sinon,​ ​un​ ​joli,​ ​tout​ ​récent,​ ​les caméras​ ​qui​ ​enregistrent​ ​et​ ​ronronnent​ ​quand​ ​le​ ​gentil​ ​Président​ ​Macron​ ​fait​ ​la​ ​leçon​ ​à une​ ​sans-papier​ ​marocaine,​ ​et​ ​pas​ ​un​ ​journaliste​ ​ne​ ​va​ ​aller​ ​interroger​ ​cette​ ​dame​ ​pour en​ ​savoir​ ​plus...

Le flop TV/radio de l'année ?
Une​ ​quinquagénaire​ ​dont​ ​le​ ​père​ ​avait​ ​mauvaise​ ​réputation​ ​se​ ​serait​ ​ridiculisée​ ​un​ ​soir de​ ​printemps​ ​de​ ​l'entre-deux​-tours​ de la ​présidentielle​ ​en​ ​poussant​ ​des​ ​borborygmes​ ​illustrés de​ ​gestes​ ​vaguement​ ​inquiétants.

Le/la journaliste de l'année ?
Elisabeth​ ​Quin,​ ​vous​ ​croyez​ ​quoi,​ ​et​ ​pas​ ​seulement​ ​parce​ ​qu'elle​ ​est​ ​à​ ​moi,​ ​mais​ ​parce que​ ​je​ ​n'en​ ​vois​ ​pas​ ​d'autres,​ ​qui​ ​interrogent​ ​ainsi​ ​l'actualité​ ​en​ ​frémissant​ ​de​ ​culture, une​ ​culture​ ​rentrée,​ ​celle​ ​que​ ​l'on​ ​n'exhibe​ ​pas​ ​pour​ ​ne​ ​pas​ ​déranger​ ​mais​ ​qui​ ​vous​ ​leste, que​ ​l'on​ ​ressent,​ ​qui​ ​sort​ ​parfois,​ ​comment​ ​s'en​ ​empêcher,​ ​et​ ​donne​ ​une​ ​autre​ ​dimension à​ ​la​ ​banalité​ ​des​ ​moments,​ ​et​ ​rien​ ​n'est​ ​plus​ ​banal​ ​justement,​ ​par​ ​ce​ ​décalage,​ ​par​ ​ce doute​ ​que​ ​protègent​ ​mille​ ​flèches​ ​et​ ​traits​ ​d'esprits,​ ​cette​ ​année​ ​et​ ​encore​ ​l'an​ ​prochain.

L'animateur/animatrice de l'année ?
Je​ ​vous​ ​dirais​ ​bien​ ​Elisabeth​ ​Quin​ ​encore,​ ​mais​ ​il​ ​parait​ ​que​ ​"journaliste"​ ​est​ ​plus​ ​coté qu'animateur/trice?​ ​Sinon,​ ​si​ ​on​ ​s'en​ ​fiche,​ ​parce​ ​qu'Elisabeth​ ​anime​ ​justement,​ ​elle donne​ ​vie,​ ​on​ ​transfère​ ​la​ ​réponse​ ​précédente​ ​ici.​ ​Et​ ​pour​ ​la​ ​journaliste,​ ​on​ ​dirait​ ​alors Elise​ ​Lucet,​ ​pour​ ​les​ ​enquêtes,​ ​certes​ ​oui,​ ​mais​ ​pour​ ​ce​ ​qu'elle​ ​incarne​ ​désormais,​ ​un journalisme​ ​simplement​ ​nécessaire​ ​que​ ​chacun​ ​sait​ ​menacé,​ ​par​ ​la​ ​pingrerie​ ​budgétaire ou​ ​l'impatience​ ​des​ ​puissants,​ ​et​ ​elle​ ​mobilise​ ​sur​ ​son​ ​nom,​ ​son​ ​équation,​ ​quelque​ ​chose qui​ ​la​ ​dépasse:​ ​elle​ ​anime,​ ​donc,​ ​aussi,​ ​un​ ​truc​ ​impalpable,​ ​la​ ​conscience​ ​démocratique.

La personnalité qui marquera 2018 ?
Nadia​ ​Daam.​ Je​ ​l'ai​ ​connue​ ​jeune​ ​et​ ​jeune​ ​elle​ ​est​ ​encore​ ​mais​ ​plus​ ​tant​ ​que​ ​ça, différemment​ ​plutôt,​ ​elle​ ​sait.​ ​Il​ ​y​ ​a​ ​des​ ​moments​ ​dans​ ​la​ ​vie​ ​d'une​ ​femme​ ​où​ ​les équations​ ​se​ ​rejoignent,​ ​et​ ​ce​ ​qu'elle​ ​a​ ​construit,​ ​ce​ ​qu'elle​ ​écrit,​ ​ce​ ​qu'elle​ ​défend,​ ​ce qu'elle​ ​rejette,​ ​rencontre​ ​les​ ​combats​ ​que​ ​l'on​ ​sait,​ ​des​ ​femmes​ ​mais​ ​pas​ ​seulement,​ ​des générations​ ​qui​ ​refusent​ ​que​ ​le​ ​destin​ ​leur​ ​échappe,​ ​les​ ​refus​ ​qui​ ​animent​ ​la​ ​société...​ ​Et ce​ ​n'est​ ​pas​ ​un​ ​hasard​ ​si​ ​des​ ​anonymes​ ​vindicatifs​ ​de​ ​l'internet​ ​mâle​ ​et​ ​boutonneux​ ​s'en sont​ ​pris​ ​à​ ​elle,​ ​pas​ ​un​ ​hasard​ ​si​ ​la​ ​société​ ​journalistique​ ​a​ ​réagi,​ ​unanime,​ ​en solidarité... ​Evidemment,​ ​je​ ​parle​ ​encore​ ​d'une​ ​copine​ ​et​ ​collègue,​ ​et​ ​tout​ ​ceci​ ​est suspect,​ ​mais​ ​​​je​ ​ne​ ​fais​ ​pas​ ​semblant​ ​au​ ​moins​ ​et​ ​regardez​ ​bien,​ ​bonnes​ ​gens,​ ​ce​ ​qui cristallise,​ ​regardez...​ ​Et​ ​puis,​ "si​ ​je​ ​ne​ ​suis​ ​pas​ ​pour​ ​moi,​ ​qui​ ​le​ ​sera",​ ​disait​ ​le​ ​sage Hillel.

Claude Askolovitch
Claude Askolovitch
"Culinairement xénophobe" : Claude Askolovitch dénonce un édito du "Parisien" sur la restauration chinoise
L'année médias 2019 vue par... Claude Askolovitch
Clash entre un journaliste de L'Express et du Point à propos de DSK
l'info en continu
Diffusion Euro : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Euro : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
"Je me battrai jusqu'au bout" : Stéphane Guy se confie sur sa vie post-Canal+
TV
"Je me battrai jusqu'au bout" : Stéphane Guy se confie sur sa vie post-Canal+
Adrien Quatennens charge Laurence Ferrari : "CNews participe à un agenda médiatique d'extrême droite"
TV
Adrien Quatennens charge Laurence Ferrari : "CNews participe à un agenda...
Box-office : Succès pour "Conjuring" devant "Nomadland", "Le discours" en embuscade, "Adieu les cons" 5e
Cinéma
Box-office : Succès pour "Conjuring" devant "Nomadland", "Le discours" en...
Marie Portolano, Laurent Boyer, Virginie Guilhaume... : La grille d'été 2021 de RTL se dévoile
Radio
Marie Portolano, Laurent Boyer, Virginie Guilhaume... : La grille d'été 2021 de...
Une étude Ifop souligne la méfiance des Français à l'égard des médias
TV
Une étude Ifop souligne la méfiance des Français à l'égard des médias