Le site "Reflets" interdit par la justice de publier des articles sur Altice à partir de données piratées

Partager l'article
Vous lisez:
Le site "Reflets" interdit par la justice de publier des articles sur Altice à partir de données piratées
Par Ludovic Galtier Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
Un journaliste d'investigation annonce sur BFMTV la parution d'une enquête sur Patrick Drahi, actionnaire de la chaîne. © Abaca
Le site "Reflets" a publié, en septembre, des articles relatifs à Patrick Drahi à partir de données piratées par un tiers. Si ces articles ne seront pas supprimés, le site n'est plus autorisé à en écrire d'autres selon le même procédé à titre préventif car ils pourraient faire "peser une menace" sur Altice.

"L'effet procès-bâillon pour faire taire les journalistes est atteint", a réagi hier le journal d'investigation en ligne, "Reflets", à la décision du juge des référés du tribunal de commerce de Nanterre dans le litige qui l'opposait au groupe Altice. Dirigé par Patrick Drahi, ce dernier a, en effet, poursuivi Rebuild.sh (la société qui édite "Reflets") pour avoir publié, en septembre dernier, trois articles exploitant des données volées à Altice par des pirates informatiques, et qui évoquaient le train de vie de Patrick Drahi, notamment ses déplacements en jet privé.

À lire aussi
"Zone interdite" sur l'islam radical : Deux témoins déposent plainte contre M6 un an après la diffusion de l'enquête
Justice
"Zone interdite" sur l'islam radical : Deux témoins déposent plainte contre M6 un...
"Reflets" finalement autorisé par la justice à publier des enquêtes sur Patrick Drahi et Altice
Justice
"Reflets" finalement autorisé par la justice à publier des enquêtes sur Patrick...
Injure raciste envers Hapsatou Sy : Éric Zemmour condamné par le tribunal correctionnel de Paris
Justice
Injure raciste envers Hapsatou Sy : Éric Zemmour condamné par le tribunal...
Attaqué par Marc-Olivier Fogiel et BFMTV pour diffamation, Samuel Gontier ("Télérama") relaxé
Justice
Attaqué par Marc-Olivier Fogiel et BFMTV pour diffamation, Samuel Gontier...

En réponse, Altice avait alors saisi le tribunal de commerce de Nanterre en référé, demandant le retrait de ces publications. L'audience a eu lieu le 27 septembre. "Altice et son président Patrick Drahi étaient passablement énervés par nos articles qui détaillent les montages financiers, les dépenses colossales, l'optimisation fiscale à outrance, révélés dans des documents publiés sur Internet par le groupe de ransomware Hive", a raconté "Reflets" sur son site.

Pas de suppression des articles déjà parus mais interdiction d'en publier de nouveaux

Dans son ordonnance, rendue publique hier, le tribunal juge que la suppression des articles déjà parus n'est pas justifiée, car "Reflets" n'est pas l'auteur du piratage. "Le site reflets.info s'est contenté de relater le piratage et le rançonnage du groupe Altice et de publier à cet égard des articles de presse évoquant cet acte de piraterie et la nature des informations piratées", est-il indiqué. Le tribunal écarte donc le "trouble manifestement illicite", motif qui aurait pu justifier leur suppression.

En revanche, la justice interdit à "Reflets" de publier de nouveaux articles basés sur ces informations piratées. Pour le tribunal de Nanterre, "si une violation évidente du secret des affaires n'est pas justifiée à ce stade, il n'en demeure pas moins que Rebuild.sh a manifesté son intention de poursuivre la publication sur son site des informations nouvelles que le groupe Hive pourrait rendre publiques. Cette volonté affirmée de poursuivre les publications d'informations obtenues frauduleusement par un tiers, fait peser une menace sur les sociétés du groupe Altice face à l'incertitude du contenu des parutions à venir qui pourraient révéler des informations relevant du secret des affaires. Cette menace peut être qualifiée de dommage imminent".

"Nous ne sommes pas censurés sur le passé... mais sur l'avenir"

Autrement dit, la justice interdit la publication de futurs articles de reflets.info basés sur les données piratées, sans même savoir si les informations qu'ils contiendront tomberont sous le coup de la loi du 30 juillet 2018 relative à la protection du secret des affaires.

À l'audience, relate l'AFP, "Reflets" avait fait valoir que ces informations relevaient d'un "débat d'intérêt général" et de la "liberté d'informer". "Il ne relève pas de la compétence du président du tribunal de commerce statuant en référé de se prononcer sur une éventuelle atteinte à la liberté d'expression qui nécessite ici un débat de fond", a répliqué le tribunal.

Une "décision au très intense parfum de censure légale (...) plus qu'étrange. Ce qui laisse présager des futures et potentielles entraves à l'encontre de l'ensemble de la presse", juge le site spécialisé. Et de poursuivre : "Nous ne sommes pas censurés sur le passé... mais sur l'avenir !", déplore encore reflets.info, qui fustige dans un tweet un "procès bâillon façon 'Minority Report'".

Le Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (Spiil), dans un communiqué, ne dit pas autre chose : "La décision du tribunal de commerce instaure de fait une censure en interdisant à un éditeur de presse de publier de nouveaux articles. Cette situation ne fait que confirmer les craintes exprimées par le Spiil depuis 2018 concernant le fait que la loi sur le secret des affaires permette à des entreprises d'interdire à des médias de publier des informations en s'appuyant sur le droit commercial. Le Spiil demande à nouveau au législateur de veiller à ce que le droit d'informer et la liberté de la presse priment sur le secret des affaires".

De son côté, Reporters sans frontières (RSF) "dénonce une décision qui entérine le contournement du droit de la presse".

"Nous allons faire appel"

Notons enfin que le tribunal de commerce de Nanterre condamne également la société éditrice de "Reflets" à verser aux trois sociétés plaignantes (Altice France, Altice Group et Valais Management Services, le bureau de gestion de patrimoine de la famille Drahi) 1.500 euros chacune de frais de justice, soit 4.500 euros. "Nous allons faire appel. Pour nous-mêmes, mais aussi pour toute la profession", a annoncé le journal sur Twitter.

Patrick Drahi
Patrick Drahi
Patrick Drahi s'offre Sotheby's, la célèbre maison de vente aux enchères
"Monsieur Drahi, que voulez-vous faire ?" : La colère de la SDJ de "L'Express" après l'éviction de Guillaume Dubois
Altice : Patrick Drahi reprend la main, Michel Combes démissionne
Voir toute l'actualité sur Patrick Drahi
Autour de Patrick Drahi
l'info en continu
Quel "Astérix" a signé le meilleur box-office au cinéma ?
Cinéma
Quel "Astérix" a signé le meilleur box-office au cinéma ?
"The Voice" : Un ancien coach emblématique de retour pour l'étape des "Super Cross-Battles"
TV
"The Voice" : Un ancien coach emblématique de retour pour l'étape des "Super...
Amazon : Cette immense réussite du cinéma hollywoodien va bientôt quitter la plateforme
SVOD
Amazon : Cette immense réussite du cinéma hollywoodien va bientôt quitter la...
Jean-Luc Lemoine hérite de la case de "Plus belle la vie" dès ce soir
TV
Jean-Luc Lemoine hérite de la case de "Plus belle la vie" dès ce soir
Pourquoi "Un si grand soleil" est déprogrammé ce jeudi sur France 2 ?
Déprogrammation
Pourquoi "Un si grand soleil" est déprogrammé ce jeudi sur France 2 ?
"Formula 1 : Pilotes de leur destin", "Interstellar", "Demon Slayer" : Quelles sorties sur Netflix en février 2023 ?
SVOD
"Formula 1 : Pilotes de leur destin", "Interstellar", "Demon Slayer" : Quelles...