Les personnels de Libération dénoncent une "faute déontologique grave" après la Une sur Laurent Fabius

Partager l'article
Vous lisez:
Les personnels de Libération dénoncent une "faute déontologique grave" après la Une sur Laurent Fabius
Par Julien Bellver Rédacteur en chef

Co-rédacteur en chef de puremedias.com, Julien Bellver est diplômé de l'Institut Pratique de Journalisme (IPJ). Passionné par les nouvelles technologies et les médias, il a collaboré à plusieurs émissions...

La Une de Libération du 8 avril 2013 : "Le cauchemar continue".
La Une de Libération du 8 avril 2013 : "Le cauchemar continue". © DR
Aujourd'hui, Libération relaye à sa Une des rumeurs sur un prétendu compte en Suisse de Laurent Fabius, se cachant derrière "une piste explorée" par Mediapart.

Malaise, ce matin, à la rédaction de Libération. Dès hier soir, après la publication de la Une sur les rumeurs autour d'une "piste explorée par Mediapart" d'un compte en Suisse attribué à Laurent Fabius, Edwy Plenel avait accusé le quotidien de "perdre la tête" en "prétendant démentir une non-information" du site qu'il dirige. "Il s'agit là d'une faute déontologique grave", vient de dénoncer dans un communiqué la Société Civile des Personnels de Libération (SCPL) intitulé "la faute".

À lire aussi
"Libération" fustige un article de "Médiapart" qui met "en doute son indépendance" après le prêt de Daniel Kretinsky
Presse
"Libération" fustige un article de "Médiapart" qui met "en doute son indépendance"...
"Je laisse les gens fantasmer" : Laurence Ferrari réagit aux critiques sur sa nomination à "Paris Match"
Presse
"Je laisse les gens fantasmer" : Laurence Ferrari réagit aux critiques sur sa...
Elizabeth II : Comment les médias britanniques anticipent depuis des années la disparition de la reine
Presse
Elizabeth II : Comment les médias britanniques anticipent depuis des années la...
"Paris Match" : La direction accusée d'avoir censuré un entretien avec Valérie Pécresse
Presse
"Paris Match" : La direction accusée d'avoir censuré un entretien avec Valérie...

"La SCPL déplore que Libération ait relayé ce matin une rumeur sans fondement sur un prétendu compte en Suisse de Laurent Fabius, avec pour effet de l'accréditer. Notre travail de journaliste ne consiste pas à rendre publique une rumeur, mais à enquêter pour savoir si elle correspond à des faits. Ce travail élémentaire n'a pas été fait", dénonce le communiqué.

Nicolas Demorand mis en cause

Pour les personnels du journal, "cet épisode dommageable à l'image de Libération, engage la responsabilité de Nicolas Demorand", il "illustre une nouvelle fois la mauvaise gouvernance du journal". La SCPL en profite pour rappeler qu'elle réclame "en urgence" l'élection d'un directeur de la rédaction de plein droit, "en vertu des statuts de l'entreprise, réclamée depuis le 19 mars par 94% de l'équipe."

"Depuis jeudi, un scénario noir circule dans tous les ministères : Mediapart aurait en sa possession les preuves que Laurent Fabius détient un ou plusieurs comptes en Suisse, écrivait Libé dans son édition du 8 avril 2013. Et comme Edwy Plenel se répand partout que son site se prépare à révéler un 'scandale républicain', la rumeur s'emballe. Info, intox ? Nul ne sait." Dans l'éventualité où cette rumeur devait se vérifier, le quotidien pronostiquait la chute de "tout le gouvernement", "immédiatement". Le journal racontait notamment comment Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, a rencontré Laurent Fabius dimanche pour confronter ses informations avec le ministre.

"Règles élémentaires du journalisme"

Dans un tweet publié dès hier soir, Edwy Plenel affichait sa stupéfaction : "Libération perd la tête : il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart". Ce matin, le patron de Mediapart y revenait plus longuement sur son blog : "Après ne pas avoir accordé suffisamment de crédit aux informations documentées et recoupées de Mediapart sur le compte suisse de Jérôme Cahuzac, voici que (Libération) officialise et relaye une rumeur concernant Laurent Fabius, pour les mêmes faits (...) Nous ne l'évoquerions même pas si cette mise en scène, éloignée des règles les plus élémentaires du journalisme, ne s'abritait derrière la mention de Mediapart."

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
"Si vous voulez, je rentre chez moi" : Richard Ferrand très agacé par une remarque de Nicolas Demorand
"Mon éternel frangin" : Nicolas Demorand rend hommage sur France Inter à son frère décédé
"Ca me met les larmes aux yeux" : Nicolas Demorand ému en évoquant sa mère sur France Inter
"Eh oh là !" : Nicolas Demorand hausse le ton pour faire taire Dominique Seux et Thomas Piketty
Voir toute l'actualité sur Nicolas Demorand
Autour de Nicolas Demorand
l'info en continu
"Libération" fustige un article de "Médiapart" qui met "en doute son indépendance" après le prêt de Daniel Kretinsky
Presse
"Libération" fustige un article de "Médiapart" qui met "en doute son indépendance"...
"Poutine est une fiotte" : Après un nouveau dérapage, LCI se sépare de son expert Sergueï Jirnov
TV
"Poutine est une fiotte" : Après un nouveau dérapage, LCI se sépare de son expert...
Audiences : Le "13 Heures" de Julian Bugier au plus haut depuis septembre 2019 sur France 2
Audiences
Audiences : Le "13 Heures" de Julian Bugier au plus haut depuis septembre 2019 sur...
"Je ne peux pas les blairer" : La France insoumise veut des excuses après la sortie d'une journaliste de France 24 (MAJ)
TV
"Je ne peux pas les blairer" : La France insoumise veut des excuses après la...
Audiences access 20h : Records pour Cyril Hanouna et Yann Barthès
Audiences
Audiences access 20h : Records pour Cyril Hanouna et Yann Barthès
Audiences access 19h : Records pour "Quotidien" sur TMC et "N'oubliez pas les paroles !" sur France 2
Audiences
Audiences access 19h : Records pour "Quotidien" sur TMC et "N'oubliez pas les...