Martin Weill, "à la conquête de Las Vegas" : "Nous avions envie de faire une émission avec une unité de lieu"

Partager l'article
Vous lisez:
Martin Weill, "à la conquête de Las Vegas" : "Nous avions envie de faire une émission avec une unité de lieu"
Martin Weill en interview sur puremedias.com
Martin Weill en interview sur puremedias.com © Anthony Ghnassia / TMC
Le journaliste est à la tête du troisième numéro de "Martin Weill" ce soir sur TMC.

Troisième numéro pour Martin Weill. Après les nouveaux gourous et le corps parfait, le journaliste présente ce soir un nouveau numéro de son émission en prime time sur TMC, "à la conquête de Las Vegas". A cette occasion, puremedias.com a rencontré Martin Weill pour évoquer avec lui cette nouvelle enquête mais également ses autres projets.

À lire aussi
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et Gilles Pélisson
TV
"L'heure des Pros" : Pascal Praud et Nadine Morano s'attaquent à "Quotidien" et...
Audiences : Enorme carton pour "Mask Singer", "Les Vieilles Canailles..." plus fortes que "Bull"
Audiences
Audiences : Enorme carton pour "Mask Singer", "Les Vieilles Canailles..." plus...
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama" Samuel Gontier
Justice
BFMTV et Marc-Olivier Fogiel portent plainte contre le journaliste de "Télérama"...

Propos recueillis par Kevin Boucher.

puremedias.com : Après les nouveaux gourous et le corps humain, pourquoi faire cette troisième émission sur Las Vegas ?
Martin Weill : Nous avions envie d'essayer de faire une émission en se donnant une unité de lieu et on a choisi Las Vegas parce que c'est une ville qui parle de notre époque. C'est un confetti sur la planète vers lequel l'ensemble de l'humanité va pour poser son cerveau pendant quelques jours. Prendre le pouls de Las Vegas, s'intéresser sur ce qui marche à Las Vegas, ce que les gens vont y faire, cela en dit quand même beaucoup sur nous, nos obsessions... On dit souvent que Las Vegas est Disneyland pour adultes, aller voir ce qu'il y a comme attractions, c'est très intéressant. Au-delà de ça, c'est une ville qui bouge beaucoup, qui cherche perpétuellement à se réinventer, qui a été hyper impactée par la crise de 2008. Il faut savoir qu'aujourd'hui, le jeu ne fait quasiment plus recette - aujourd'hui, quand les gens veulent jouer, c'est à Macao. On a donc la ville du vice, la ville du casino, qui est obligée de se réinventer et de trouver de nouvelles attractions pour attirer ces adultes en quête d'une semaine de "free time". C'est aussi une ville avec des inégalités monstrueuses.

Ils ont dit
"Je ne suis pas sûr que le sujet sur le porno soit si léger que cela"
Martin Weill

Parmi les sujets, le supermarché du cannabis et l'industrie du porno peuvent paraître légers...
Légers, je ne sais pas. Le sujet sur le porno, je ne pense pas que ce soit si léger que cela. Evidemment, quand je suis à l'AVN, le salon de l'industrie du X, cela peut paraître léger parce que c'est marrant mais au final, on s'intéresse à la façon dont l'industrie résiste face au tout gratuit sur internet.

Sur le supermarché du cannabis, on est quand même loin de l'ayahuasca du premier numéro.
Rien à voir mais parce que ce ne sont pas les mêmes drogues. Et ce qui est intéressant sur le cannabis à Las Vegas, c'est que c'est la ville du gigantisme. Donc la façon dont on va s'intéresser à la consommation, à la production et à la vente du cannabis, ce n'est pas ce que j'ai pu voir dans le Colorado, en Californie... Las Vegas cherche à écraser tout le reste et, à chaque fois qu'une industrie fonctionne, à se l'approprier et devenir le meilleur là-dedans. C'est quand même une ville qui a créé de toute pièce une équipe de hockey qui a fini dans les Play Off l'an dernier, qui a dépensé 500 millions de dollars pour acheter une licence. Ils sont par ailleurs en train de construire le stade le plus cher de l'histoire du sport, qui coûte 1,8 milliard de dollars. Les gens qui misent sur Las Vegas, c'est tout ou rien.

Toute énorme industrie a ses secrets. Le plus difficile, c'est d'approcher ces patrons ou les gourous du premier numéro ?
Les deux peuvent être compliqués. Dès qu'il y a de l'argent investi, ils n'ont pas envie ou intérêt à ce qu'on mette le nez dedans. Et au final, ça fait aussi de la pub... Donc pour le coup, il n'y a pas un sujet plus dur que l'autre.

Ils ont dit
"Le meilleur moyen de ne pas faire quelque chose de très glauque, c'est de montrer qu'on peut rire de certaines choses"
Martin Weill

Sur le porno, on ne peut s'empêcher de rigoler en vous voyant jouer avec des sextoys ou regarder un film X en réalité virtuelle. Vous n'avez pas peur que ces séquences vampirisent le reste ?
Ce n'est pas grave. Je pars toujours du même principe : il ne faut pas se prendre au sérieux. On voit un truc qui est rigolo, on le montre. Honnêtement, je pense que le sujet est sérieux - je l'espère en tout cas. Personnellement, j'ai appris beaucoup de choses en le faisant, et j'espère que les gens vont découvrir des choses aussi. Je ne me pose pas la question de savoir si ça va vampiriser les choses ou pas. Je ne pense pas, en plus. Je pense même que le meilleur moyen de ne pas faire quelque chose de très glauque, c'est de montrer qu'on peut rire de certaines choses. Je pense que c'est ce qui peut faire notre plus.

En vous voyant déambuler dans le supermarché du cannabis comme dans les coulisses de l'AVN, on peut penser à Bernard de La Villardière dans "Enquête exclusive" sur M6.
Parce que c'est incarné ? Je ne pense pas que nous fassions la même chose, sans dire si c'est mieux ou moins bien d'ailleurs : nous n'avons pas le même public ni la même manière de restituer l'information. Pourquoi, lorsqu'on touche à ces thèmes-là et qu'on fait de l'incarné, on estime qu'on fait comme lui ou d'autres ? Moi, je ne vais jamais m'interdire de faire un sujet en me disant "Non, on va dire que c'est comme X ou Y". Ce sont des sujets qui sont dans l'air du temps. Se dire que le porno n'est pas un phénomène de société, c'est un non-sens. Se dire que le cannabis ou la cocaïne ne sont pas des phénomènes de société, idem. S'interdire de faire ces sujets-là parce qu'ils ont déjà été traités par d'autres d'une certaine manière, ce serait dommage.

Question pratique : comment aborde-t-on la drogue et le porno en prime time sur TMC ?
Justement, en se posant la question de la réalisation pour que rien ne soit choquant, et surtout de manière assez simple. Car ces sujets, au-delà du côté un peu "excitant", sont des sujets hyper intéressants. Ce qui est intéressant, ce n'est pas de voir une paire de seins ou des gens qui ont fumé dix pétards, c'est d'expliquer comment le business fonctionne. Ce sont des sujets plus amusants que d'autres mais qui sont à la fois économiques, sociaux... Il n'y a pas besoin de montrer des choses glauques. On ne fait pas du porno ! (Rires) Et il faut rappeler que la drogue est interdite en France.

Ces sujets plus légers sont le bon prétexte pour amener jusqu'à celui sur les chevaux dans le désert ?
Oui. Ca paraît moins fun mais c'est surtout différent. On fait vraiment les sujets qui nous intéressent. Là, les chevaux, c'est un sujet plus National Geographic. On est dans le Nevada, un des plus beaux états des Etats-Unis, avec ce phénomène autour des chevaux. C'est hyper différent, beaucoup plus images mais avec aussi beaucoup de tension. Il y a un vrai enjeu là-bas sur ces chevaux. Le gouvernement veut en tuer certains, une millionnaire en a recueillis... C'est un vrai polar, ce sujet !

Ils ont dit
"Peut-être que le plateau sera encore amené à changer, je ne sais pas"
Martin Weill

Entre le premier et le deuxième numéro, le plateau de l'émission a changé.
Il est mieux ! (Rires)

Mais ce plateau est nécessaire ?
C'est une question qu'on se pose. On verra. On s'est d'ailleurs posé la question de le faire éventuellement en situation. Mais il nous permet de faire autre chose, de dire bonsoir aux gens par exemple de manière plus statutaire. Je pense que c'est plus agréable pour les gens de voir que j'ai fait un effort, que j'ai mis la chemise avec le joli costume... (Sourire) Et au-delà de ça, ça nous permet de faire des pastilles. Mais c'est ce qui est sympa aussi, c'est que c'est une espèce de laboratoire. Peut-être qu'il sera amené à changer encore, je ne sais pas.

La concurrence est rude ce soir. Mar-tin a-t-il peur de Mar-leau ?
Je n'ai jamais vu "Capitaine Marleau". Mais on m'a dit que c'était un truc énorme. C'est pour ça que je ne sais pas faire de pronostic d'audiences. Et après, l'émission peut vivre en replay. Nous, on souhaite surtout que l'émission soit bonne. Après, évidemment que si on ne fonctionne pas, je me lèverai un peu dépité.

Ils ont dit
"On va faire une émission sur les routes de la cocaïne"
Martin Weill

Selon nos informations, vous partez en Colombie pour un quatrième numéro.
C'est vrai. On va faire une émission sur les routes de la cocaïne, mais pas qu'en Colombie. C'est une drogue qui se retrouve partout, notamment en France et dans des secteurs où on ne l'attend pas. On veut savoir comment ça se passe aujourd'hui, d'où ça vient, qui contrôle, qui en profite... L'idée est de suivre ce produit, de là-bas jusqu'à chez nous.

TF1 avait annoncé à la rentrée "7-8 numéros" de l'émission pour cette saison. Nous sommes en avril, j'en dénombre 3, avec un quatrième en approche.
Parce qu'à la base, on avait prévu de me cloner mais ça a raté... (Rires) C'est super parce que ça montre que la chaîne est ambitieuse et nous soutient. Maintenant, je vous l'annonce, on n'aura pas le temps d'en faire beaucoup plus d'ici la fin de l'année. Pour l'instant, on aime bien cette formule où on produit 90 minutes utiles en deux mois voire moins. Dans les conditions actuelles, nous ne pourrons pas en faire 6 ou 7. Si on veut en faire plus, il faudra trouver une autre manière de fonctionner.

Outre la Colombie, il y en aura donc un cinquième ?
Probablement. On va en faire le plus possible.

Depuis votre départ de "Quotidien", vous laissez planer le doute quand à un éventuel retour. Sincèrement, on ne vous y reverra pas, non ?
Oui. Mais encore une fois, je n'ai pas le temps. Je ne crois pas qu'il y ait le besoin. Après, je travaille toujours avec les mêmes personnes. Mais s'il y a possibilité à un moment, on verra. En tout cas, la question ne se pose pas trop pour le moment.

On dit toujours que ce qui se passe à Las Vegas reste à Las Vegas. Pas de secrets ici.
A titre personnel, un mois à Las Vegas, c'est quand même sacrément long ! C'est une ville très particulière, dans laquelle les gens vont faire la fête sur un temps court. Moi, j'y suis allé pour bosser pendant un mois. C'est dur sur l'homme... On a beaucoup bossé. Après, chacun ses idéaux types de sortie. Moi, la nuit de Las Vegas, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé... Je dirai juste qu'au moment où tu penses que tu as développé une stratégie efficace à la roulette, il faut partir ! (Rires)

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Gravalon

Ce qu'il y a de bien, sure Puremedias, c'est que plus une émission, un animateur ou un journaliste y sont descendus en flammes, plus on peur être sûr du contraire. Avant d'allumer ma TV, je passe faire un petit tour par ici. Plus ça râle, plus je passe une bonne soirée devant l'émission qui ne plaît pas aux clampins du site. merci, continuez comme ça...



Oasis

Laisser croire que payer 500M$ pour acquérir une licence NHL puis lancer la construction d'un nouveau stade, c'est du jamais vu et que ça ne peut arriver qu'à Las Vegas, c'est à la limite du mensonge !
Le hockey étant plutôt le parent pauvre des 4 sports majeurs, c'est les licences les moins chères à acquérir et la valeur des franchises dans les 3 autres sports tournent plutôt entre 1 et 2 Milliards aujourd'hui, voire plus ! Et il y a sans arrêt des nouveaux stades ou salles de sport, qui poussent aux USA et avec une inflation constantante des coûts de construction.



Pickle Rick

Vivement Martintin chez les homéoputes malgaches.



Pickle Rick

On échappe à une Hugo Clémentisation, c'est déjà ça.



Jon75

Son successeur l'est encore plus.



Cazz666

Drogue, argent, sexe & prostituées, sectes,... Il se Delavillardiérise à grands pas.



LittleBoots

Ce mec est vraiment mauvais.



comments powered by Disqus
l'info en continu
"La bataille des couples" : Dylan crache sur une candidate, la production intervient
TV
"La bataille des couples" : Dylan crache sur une candidate, la production intervient
"Le Cercle Séries" : Un nouveau magazine dédié aux séries dès ce soir sur Canal+
TV
"Le Cercle Séries" : Un nouveau magazine dédié aux séries dès ce soir sur Canal+
"20h30, le dimanche" : Qui a appelé Olivier de Kersauson au téléphone en direct sur France 2 ?
TV
"20h30, le dimanche" : Qui a appelé Olivier de Kersauson au téléphone en direct...
Box-office US : "Le Mans 66" démarre fort et détrône "Midway", grosse déception pour "Charlie's Angels"
Cinéma
Box-office US : "Le Mans 66" démarre fort et détrône "Midway", grosse déception...
Audiences dimanche : Record historique pour "20h30, le dimanche", le bloc "66 minutes" au plus haut
Audiences
Audiences dimanche : Record historique pour "20h30, le dimanche", le bloc "66...
Audiences : Albanie/France large leader devant "Telle mère, telle fille", "Designated Survivor" et "E=M6 Family" faibles
Audiences
Audiences : Albanie/France large leader devant "Telle mère, telle fille",...
Vidéos Puremedias