TF1 : Qui est Rodolphe Belmer, le nouveau patron de la Une ?

Partager l'article
Vous lisez:
TF1 : Qui est Rodolphe Belmer, le nouveau patron de la Une ?
Par Ludovic Galtier Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
Bertrand Chameroy moque l'échec de la fusion entre TF1 et M6 © Iannis Giakoumopoulos
puremedias.com brosse le portrait de celui qui succédera en 2023 à Gilles Pélisson à la tête de la première chaîne de France.

J+7. Une semaine après l'annonce officielle de l'échec de la fusion des groupes TF1 et M6, l'écosystème médias s'emballe. Les candidats au rachat du groupe M6, que Bertelsmann souhaite toujours vendre, ont jusqu'à ce vendredi soir pour se faire connaître. TF1, de son côté, annonce dans le même temps dans un communiqué l'arrivée de Rodolphe Belmer en qualité de PDG du groupe, à compter du 13 février 2023. Il y retrouvera notamment Ara Aprikian, aujourd'hui directeur des programmes de TF1, et comme lui ancien dirigeant au sein du groupe Canal+.

À lire aussi
Audiences samedi : Carton pour "Quelle époque", le nouveau talk de Léa Salamé sur France 2
TV
Audiences samedi : Carton pour "Quelle époque", le nouveau talk de Léa Salamé sur...
Audiences : Succès pour "100% logique" le nouveau jeu de Cyril Féraud
TV
Audiences : Succès pour "100% logique" le nouveau jeu de Cyril Féraud
"Quelle époque !" : Découvrez les invités de la première de Léa Salamé sur France 2
TV
"Quelle époque !" : Découvrez les invités de la première de Léa Salamé sur France...
"Cette émission, c'est pour les plus de 80 ans" : Cyril Hanouna étrille "C à vous" après une séquence polémique
TV
"Cette émission, c'est pour les plus de 80 ans" : Cyril Hanouna étrille "C à vous"...

Fin connaisseur des plateformes de streaming et du numérique

S'il succédera officiellement poste pour poste à Gilles Pélisson, rattaché au groupe Bouygues comme directeur général adjoint en charge des médias et du développement, en début d'année prochaine, Rodolphe Belmer débutera dans ses nouvelles fonctions de directeur général dès le jeudi 27 octobre. De Canal+, où il a connu les grandes années, à "Brut" en passant par Netflix, puremedias.com donne une ébauche du profil du futur nouveau boss de la Une.

Sa mission sera de "gérer (...) la réinvention de TF1 pour faire face aux plateformes" de streaming vidéo comme Netflix ou Amazon, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. Des acteurs délinéarisés que Rodolphe Belmer a bien identifiés : il est membre du conseil d'administration du géant américain Netflix depuis 2018.

"Nous saurons (...) répondre aux multiples enjeux du nouveau monde des médias et ouvrir au groupe TF1 de nouvelles perspectives de développement et de croissance à l'ère" du numérique, a-t-il aussi affirmé dans le communiqué de TF1. Des usages numériques dont il est familier puisque Rodolphe Belmer a intégré en 2018 le conseil d'administration de "Brut", le média vidéo fondé par Renaud Le Van Kim, Roger Coste, Guillaume Lacroix et Laurent Lucas, tous quatre des anciens piliers de Canal+.

Il lance "Le grand journal" et les créations originales de Canal+

Au-delà de ces récentes activités, le quinquagénaire évolue depuis plus de vingt ans dans le secteur de l'audiovisuel, qu'il a marqué de son empreinte. A 53 ans, le nouveau boss de la Une s'est forgé une solide expérience. Si ce diplômé de HEC - promotion 1992 - débute dans le marketing (Procter & Gamble) et le conseil médias (McKinsey), Rodolphe Belmer rejoint, à l'aube du XXIe siècle déjà, un grand groupe médias. En octobre 2001, il prend, en effet, les rênes de la stratégie et du développement de Canal+ Distribution et CanalSatellite.

Il passe ensuite quelques mois à la direction du marketing et de la stratégie avant de décrocher le poste de directeur général délégué dans lequel il a les coudées franches et revient aux fondamentaux. C'est lui qui lance notamment "Le grand journal" avec Michel Denisot, présenté à l'époque comme un "'Nulle part ailleurs' ripoliné", comme le rappelle "Libération".

"Il fait son chemin au sein de la chaîne cryptée, développe aussi les séries maison", complète "Les jours". Et le succès est au rendez-vous ! Les créations originales - "Les revenants", "Braquo", "Engenages" - permettent à Canal+ de gonfler son parc d'abonnés et au futur président du festival SériesMania, qu'il est encore aujourd'hui, d'asseoir sa stratégie.

Limogé par Vincent Bolloré en 2015

Le départ en 2008 d'Alexandre Bompard, proche de Bertrand Méheut, pour Europe 1, lui laisse le champ libre pour prendre la tête du groupe crypté. Il est nommé directeur général du groupe Canal+, autrement dit numéro 2, en 2012. Mais Vincent Bolloré, à qui Rodolphe Belmer a racheté Direct 8 à l'époque pour tourner Canal+ vers la télévision gratuite, lui coupe l'herbe sous le pied et empêche le "successeur désigné" de Bertrand Méheut de gravir la dernière marche.

Au moment de son entrée au capital de Canal+ avec Vivendi, le milliardaire lui a préféré, en 2015, son fidèle "Monsieur loyal", comme le surnomme "Le Monde" dans un portrait, Maxime Saada. "Il était reproché à Belmer", écrivait "Le Point" en 2015, "de ne pas avoir fait le grand ménage dans la tranche 19 heures-21 heures", minée par les audiences décevantes du "Grand journal", dont le coût de production n'a pas baissé... "Des échecs" sont à mettre à son crédit, ajoute "Libération", tels que "la matinale et l'émission du midi de Canal+ et la chaîne info i-Télé, distancée par BFMTV".

France Télévisions, Eutelsat, Atos... Ses autres expériences

Après son renvoi de Canal+, et avant que Gilles Pélisson ne soit nommé en février 2016, le nom de Rodolphe Belmer était évoqué pour le poste de PDG de TF1, qui va finalement lui échoir sept ans plus tard, rappelle l'AFP. Finalement, l'année de son éviction, en 2015, Delphine Ernotte, tout juste nommée à la tête de France Télévisions, fait appel à lui pour créer et animer un comité d'orientation stratégique au sein du groupe audiovisuel public.

Il enchaîne, à partir de mars 2016, avec d'autres responsabilités. Il est nommé directeur général de l'opérateur satellite Eutelsat Communications avant de rejoindre le 1er janvier dernier en tant que directeur général le groupe informatique français Atos. Un poste qu'il n'a occupé que pendant six mois, précise l'AFP, et qu'il a quitté sur fond de rumeurs de désaccords avec le président du conseil d'administration Bertrand Meunier.

Rodolphe Belmer
Rodolphe Belmer
Rodolphe Belmer va remplacer Gilles Pélisson à la tête de TF1
Rodolphe Belmer : "J'ai tourné la page Canal+ et souhaite le meilleur à Yannick Bolloré"
Rodolphe Belmer rejoint Brut
Voir toute l'actualité sur Rodolphe Belmer
l'info en continu
Succès de "Mongeville" sur C8 : TMC s'offre à son tour une série de France Télévisions
Séries
Succès de "Mongeville" sur C8 : TMC s'offre à son tour une série de France...
"Rénovation surprise" : Stéphane Plaza arrive sur Gulli dès le jeudi 13 octobre
Programme TV
"Rénovation surprise" : Stéphane Plaza arrive sur Gulli dès le jeudi 13 octobre
Conflit TF1-Canal+ : Récit d'un feuilleton médiatique, entre guerre des nerfs et guerre d'usure
Business
Conflit TF1-Canal+ : Récit d'un feuilleton médiatique, entre guerre des nerfs et...
Audiences samedi : Carton pour "Quelle époque", le nouveau talk de Léa Salamé sur France 2
TV
Audiences samedi : Carton pour "Quelle époque", le nouveau talk de Léa Salamé sur...
Audiences : Succès pour "100% logique" le nouveau jeu de Cyril Féraud
TV
Audiences : Succès pour "100% logique" le nouveau jeu de Cyril Féraud
Ce soir à la télé : Ce film avec une star de Canal+ n'est pas resté dans les annales
Programme TV
Ce soir à la télé : Ce film avec une star de Canal+ n'est pas resté dans les...