Virée de "L'Obs", Aude Lancelin dénonce une "purge politique"

Partager l'article
Vous lisez:
Virée de "L'Obs", Aude Lancelin dénonce une "purge politique"
Aude Lancelin invitée de Léa Salamé hier matin
Aude Lancelin invitée de Léa Salamé hier matin © Capture Dailymotion
La numéro deux de l'hebdomadaire était au micro de Léa Salamé hier dans la matinale de France Inter.

Aude Lancelin , l'ex-numéro 2 de "L'Obs" évincée en mai dernier, était l'invitée de l'interview quotidienne de Léa Salamé hier matin dans la matinale de France Inter. L'occasion pour la journaliste de revenir sur un licenciement qu'elle qualifie de "purge politique".

À lire aussi
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne...
Eric Zemmour devient chroniqueur sur CNews dès lundi à 19h
TV
Eric Zemmour devient chroniqueur sur CNews dès lundi à 19h
"Stars à nu" : Les 7 célébrités masculines qui se déshabilleront sur TF1
TV
"Stars à nu" : Les 7 célébrités masculines qui se déshabilleront sur TF1

"Il n'est pas admissible que des purges de cette nature puissent exister dans notre pays"

Celle qui était jusqu'au mois dernier en charge des pages "Débats" de l'hebdomadaire de gauche avait jusqu'alors décidé de ne pas commenter son départ prématuré. "Il est temps de donner ma version des faits, c'est un sujet d'intérêt général. Qu'à un an d'une élection présidentielle on puisse débarquer de façon aussi brutale et inédite la numéro 2 du premier hebdo de gauche de France intéresse, je pense, le public", a-t-elle déclaré hier matin.

Quelques jours après son éviction, une quarantaine de personnalités et de journalistes avaient décidé de cosigner une tribune dans Libération pour dénoncer un "licenciement très politique". Une vision que l'ancienne numéro deux partage désormais. "Il n'est pas admissible que des purges de cette nature puissent exister dans notre pays. Je tiens à dire que l'ensemble des sociétés des rédacteurs du groupe le Monde (Le Monde, La vie, Télérama, L'Obs) donne des raisons politiques, ouvertement politiques à mon éviction. Ils dénoncent la connotation politique assumée par un actionnaire", a-t-elle confié. "Nous avons des preuves que l'actionnariat du groupe est intervenu dans cette affaire. Elle est devenue réellement, pleinement politique, à partir du moment où Claude Perdriel (l'un des fondateurs et actionnaires de l'hebdomadaire) a donné des raisons politiques à mon éviction. Il l'a fait en Conseil de surveillance (...) et dans une correspondance privée en me disant que mon travail n'était pas en cause, que mes opinions politiques étaient en cause".

Une ouverture à la gauche de la gauche décriée

Parmi les raisons principales de son départ, Aude Lancelin évoque notamment la volonté d'avoir "souhaité ouvrir la ligne de L'Obs". Les pages "Débats", dont elle était à la tête, laissent en effet libre expression à de nombreux intellectuels venant de différents bords politique. Une ouverte à la gauche de la gauche, notamment, qui semblait en déranger certains. "Ce journal ne supporte même plus aujourd'hui qu'on puisse ponctuellement, une ou deux fois par an, donner la parole à des radicaux. Ces propos tenus sur ma supposée ligne de gauche radicale sont réellement des fariboles. Certes, j'ai souhaité ouvrir la ligne de L'Obs à ce type d'intellectuels qui n'avaient pas le droit de cité les années auparavant".

Aude Lancelin confirme cependant avoir reçu le soutien deMatthieu Pigasse, l'un des actionnaires majoritaire du journal. "Si Matthieu Pigasse ne peut pas sauver d'un licenciement une journaliste dont il considère, lui-même, qu'elle représente ses idées à l'intérieur d'une rédaction, je m'interroge sur le degré de liberté d'expression qui règne au sein de ce groupe", a-t-elle ajouté. Et de conclure : "Je pense simplement que la gauche actuellement au pouvoir et la gauche dans certains journaux ne supportent plus que l'entre-soi". Suite au licenciement de la numéro 2 de l'hebdomadaire, Aude Lancelin, une motion de défiance contre le directeur de la rédaction, Matthieu Croissandeau, avait recueilli près de 80% des voix chez les salariés de "L'Obs" en mai dernier.

Aude Lancelin
Aude Lancelin
Aude Lancelin démissionne de la présidence du "Média"
Licenciement d'Aude Lancelin : "L'Obs" condamné à lui verser 90.000 euros
"L'Obs" : Jean Daniel dézingue l'ouvrage d'Aude Lancelin
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
bernard59

Vous insistez...
Vos précédents commentaires ont déjà été effacés et vous récidivez (avec un pseudo bien approprié)



propofol

Mais non, c'est bon, votre profil tout neuf est bien privé, vous ne risquez rien :)



propofol

Non non, ce n'est pas parce qu'elle vit avec lui qu'elle pense exactement tout comme lui, on a même vu des gens de gauche et de droite se marier, pour dire...



propofol

Oui, mais c'est ce qui différencie la gauche de la droite ça, si la gauche fait tout comme la droite on a... Ah ben le gouvernement actuel, pile poil :)



propofol

C'est sympa de voir qu'en 2016 il y a encore des mecs pour croire que les femmes sont totalement soumises à leur mari.



propofol

Ah si si, on vous met sur la liste des gens qui ont voté la motion et vous êtes le premier à vous faire virer (sous un faux prétexte), donc c'est utile au patron :)



Michel Licorde

Elle Lancelinfo un peu vite...



Mlle_N

Franchement, c'est vraiment n'importe quoi les gens des qu'ils rentrent au gouvernement. Ils ont raison de l'ouvrir.



personnethegod

bienvenue dans le monde reel



Greengan

Les motions de défiance ça sert à quoi exactement ? Parce que ça a pas l'air de changer grand chose...



ClauDE.F-G

Mais la presse de gauche n'a jamais loupé la gauche au pouvoir alors que celle à droite ménage toujours une majorité de droite !
C'est comme le reste: tous les partis de gauche (y compris le PS avec au moins les frondeurs, ainsi que les jeunesses socialistes avec la MNEF comme on l'a vu avec les manifs puis Nuit Debout) attaquent le gouvernement et le président alors que c'est très rare quand la droite est au pouvoir de se faire attaquer dans son propre camp... (ça vient du centre, d'une partie du centre.)
Quand on a des amis politiques, politiciens plutôt, comme ça et des journalistes aussi en opposition systématique caricaturale, on a plus besoin d'ennemis !

Et elle continue la caricature. Car pour lire le Nouvel Obs, ils tapent sans arrêt sur le pouvoir en place et ce depuis qu'ils ont été élus ! Bien plus que la presse de droite.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Dix pour cent" : Gérard Depardieu, Sigourney Weaver et Sandrine Kiberlain pressentis dans la saison 4
Séries
"Dix pour cent" : Gérard Depardieu, Sigourney Weaver et Sandrine Kiberlain...
"Le Cercle Séries" : Un nouveau magazine dédié aux séries dès le 18 novembre sur Canal+
TV
"Le Cercle Séries" : Un nouveau magazine dédié aux séries dès le 18 novembre sur...
Audiences : Quel bilan pour la première semaine d'Eric Zemmour sur CNews ?
Audiences
Audiences : Quel bilan pour la première semaine d'Eric Zemmour sur CNews ?
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
TV
Diffusion Coupe du monde de rugby 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne...
Salto : TF1, France Télé et M6 vont tripler le budget de leur plateforme de SVOD
SVOD
Salto : TF1, France Télé et M6 vont tripler le budget de leur plateforme de SVOD
Comparaison entre voile et uniforme SS : Olivier Galzi "fermement rappelé à l'ordre" par la direction de LCI
TV
Comparaison entre voile et uniforme SS : Olivier Galzi "fermement rappelé à...
Vidéos Puremedias