Crise de l'information à France Télévisions

Partager l'article
Vous lisez:
Crise de l'information à France Télévisions
Siège de France Télévisions.
Siège de France Télévisions. © GUYON Nathalie / FTV France 5
Certains journalistes dénoncent le non-renouvellement des CDD et la situation des JRI dans le groupe audiovisuel public.

Enquête. "La rédaction est au bord de l'implosion", s'attriste-t-on à France Télévisions. Depuis plusieurs semaines, des journalistes pointent du doigt "la mauvaise gestion humaine" au sein de la rédaction du groupe audiovisuel dirigé par Delphine Ernotte. Avec l'annonce des 50 millions d'euros d'économies voulues par le gouvernement, la situation ne s'arrange guère et les rédactions s'inquiètent de la réduction des moyens et de la dégradation de la qualité de l'information des journaux et des magazines.

À lire aussi
L'audiovisuel public est "la honte de la République", l'Elysée dément les propos prêtés à Emmanuel Macron (MAJ)
Politique
L'audiovisuel public est "la honte de la République", l'Elysée dément les propos...
"L'émission politique" : Jean-Luc Mélenchon s'en prend violemment à Nathalie Saint-Cricq
TV
"L'émission politique" : Jean-Luc Mélenchon s'en prend violemment à Nathalie...
"Les Z'Amours" : Tex mis à pied par France 2 après sa blague douteuse sur C8
TV
"Les Z'Amours" : Tex mis à pied par France 2 après sa blague douteuse sur C8

"C'est la crise"

En réaction, un préavis de grève a d'ailleurs été déposé par plusieurs syndicats du groupe audiovisuel (CGT, CFDT et FO) pour le 17 octobre prochain. Pour rassurer ses troupes, la présidente de France Télévisions, qui tente toujours de convaincre le gouvernement de revenir sur son coup de rabot, a reçu hier la Société des journalistes (SDJ) de France 2.

Cette dernière n'a pas manqué de lui faire remonter le sentiment de malaise régnant au sein de la rédaction. "La plupart des journalistes sont au bord du craquage. Les piges ont disparu... Les arrêts-maladies qui explosent ne sont pas remplacés. Les amplitudes horaires sont dingues. Les personnels n'ont qu'une envie : partir. C'est la crise", résume un salarié présent depuis plusieurs années à France Télévisions, contacté par puremedias.com.

"On est en train de perdre des jeunes journalistes que nous avons formés"

Parmi les points de crispation, "le non-renouvellement des CDD". "La baisse des effectifs précaires a des conséquences graves sur le travail de la rédaction", a ainsi noté récemment la SDJ de France Télévisions dans un courrier transmis à Delphine Ernotte le 3 octobre dernier. "Aujourd'hui, on se sépare des jeunes journalistes que nous avons formés, sur lesquels nous avions investi. On est en train de les perdre et c'est dramatique" raconte un rédacteur en chef contacté par puremedias.com. Au total, 64 CDD des rédactions de France 2 et France 3 sont concernés, dont la plupart ne devraient pas être renouvelés.

Contactée par puremedias.com, la direction de l'information de France Télévisions assure de son côté qu'il y aura toujours des renouvellements de CDD, mais qu'ils seront en effet moins nombreux en raison du budget alloué pour l'année 2017 et de la "suractivité liée à la séquence électorale au premier semestre". "Pour être vertueux, il faut resserrer les choses au second semestre. On est dans une situation conjoncturelle", souligne-t-on.

Concernant la réduction de la durée des journaux, autre piste d'économies qui inquiète également la SDJ, France Télévisions explique vouloir simplement "revenir à des durées équivalentes à 2016". "Il n'a jamais été envisagé de diminuer les journaux", explique-t-on au sommet du groupe audiovisuel.

"Un arrêt brutal des piges" des JRI

Autre point de blocage : la situation des journalistes reporters d'images de France Télévisions, qui ont connu "un arrêt brutal des piges dans les plannings". Ces derniers dénoncent notamment les "tournages annulés au service des sports" et le "recours aux JRI extérieurs pour les magazines de la rédaction", et ce afin de boucher les trous au sein d'effectifs internes insuffisants.

Interrogée à ce sujet, France Télé affirme qu'elle continuera à acheter des reportages pour certains magazines. "On ne va pas s'interdire d'en acheter. Cela fait vivre un tissu de producteurs", explique-t-on au sommet de l'entreprise. Concernant l'externalisation des JRI dont certains s'inquiètent en interne, France Télévisions précise qu'elle "ne le souhaite pas" et que "ce n'est pas son intention". Enfin, sur les tournages annulés au service des sports, la direction de l'information nous déclare que "des arbitrages" ont été réalisés dans les magazines. "La direction de France Télévisions a travaillé avec le service des sports afin de leur donner des garanties", a-t-on poursuivi.

Certains journalistes s'inquiètent aussi de la gestion de Pascal Doucet-Bon, directeur éditorial des journaux de France Télé. "Depuis sa nomination, ça ne s'est pas arrangé du tout. Il déteste les magazines et préfère travailler avec des boîtes de production", nous explique un journaliste. Une phrase de Pascal Doucet-Bon avait d'ailleurs choqué plusieurs salariés lors d'une édition spéciale de franceinfo : "180 personnes pour faire cette merde", aurait-il lâché à son entourage. "Cette phrase est fausse", nous assure la direction de l'info de France Télé.

Le "mur des cons" de France Télévisions

Quoi qu'il en soit, une partie des journalistes a l'impression que la "rédaction s'agrandit par le haut" avec "plus d'encadrants" et s'amaigrit par le bas avec "moins de reporters." De cette situation est né ce que certains journalistes ont appelé "le mur des cons", dont puremedias.com a pu vérifier l'existence.

Très éloigné dans son esprit de celui du Syndicat de la magistrature qui avait fait scandale en 2013, ce mur regroupe les nouvelles nominations à la direction de France Télévisions, accrochées quasiment chaque semaine par les journalistes sur un placard situé près des couloirs des syndicats. Les noms, les visages et les fonctions de chacun y sont ainsi affichés. Sont principalement concernées les directions déléguées aux ressources humaines et à l'organisation, au secrétariat général, au réseau France 3, à la communication, et également à la stratégie et aux programmes.

"France Télévisions, c'est une sorte de Tour Eiffel à l'envers. On ajoute des têtes en haut, on en coupe en bas. Ce mur des cons montre le ras-le-bol de tous ces gens qui sont nommés. C'est un acte de journalistes qui sont au bout du rouleau", explique-t-on à puremedias.com, avant de développer : "Il y a 10 ans, il y avait près de 12.000 salariés, aujourd'hui moins de 10.000. Donc ce n'est pas comme si France Télévisions n'avait jamais fait d'efforts. On exprime le ras-le-bol de cette hiérarchie pléthorique en haut, alors que ceux qui fabriquent l'information en bas se réduisent comme peau de chagrin."

Contactée par nos soins, la direction de l'information assure "ne pas être au courant" de l'existence de ce mur et "douter de la réalité des faits". Au sujet des nominations, France Télévisions confirme qu'il y a des "nominations régulièrement", et précise qu'elle sont parfois "internes".

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Gul'dan

Coming Soon Cash Investigation on France Télévison !



Backpacker

Mais tu veux faire quoi avec un budget tronqué et sans autres ressources telles que la pub après 20h ou la hausse de la redevance? Il n'y a pas de miracle : d'abord tu t'attaques aux programmes en investissant moins et en multipliant les rediffusions : Ernotte l'a fait.
Ensuite, tu renégocies contrat après contrat avec chaque société de production en faisant pression afin de baisser les coûts de production : Ernotte l'a fait également. Elle a même fait mieux en forçant "Plus belle la vie" et d'autres programmes à succès de rester sur le service public pour un coût inférieur. Elle manque peut-être de vision mais elle est une excellente gestionnaire puisqu'elle a réduit la dette du groupe.
Enfin, tu t'attaques au personnel en tentant de le diminuer à contre-coeur. Elle va devoir le faire, elle n'aura pas le choix. Mais il y aura de la casse et des grèves à répétition, ça promet... Et aucune garantie qu'elle réussisse. Du coup, tant mieux, car cela forcera peut-être le gouvernement à revenir sur ses baisses de budget...



Marcel Bouchu

Je déplore qu'on coupe dans le budget de France TV, mais je déplore aussi la façon dont cette réduction de budget s'applique.



Backpacker

Ernotte peut négocier tout ce qu'elle veut avec le gouvernement, c'est lui qui a le dernier mot pour le budget non? Après, on est d'accord que c'est elle qui décide de ce qu'elle peut faire avec le budget qu'on lui donne. Mais pas des miracles si on le lui rabote...



Marcel Bouchu

Hé bien moi je ne sais plus, je reconnais tout ça, mais on dirait bien que Delphine Ernotte a commencé à opérer un virage à 180°, et ça n'est pas rassurant.



Starlight

Si les décisions sur "Vu" et sur VDB/Madenian ont manqué de finesse, il faut quand même garder raison. C'est bien France Télévisions sous la houlette de sa présidente qui a ramené "Le Zapping" dans son giron. C'est toujours France Télévisions qui a diffusé le documentaire sur le Crédit Mutuel censuré par Canal+. C'est encore France Télévisions qui diffuse toutes les grandes émissions d'investigation ("Cash Investigation", "Pièces à conviction") auxquelles il faut rajouter "Envoyé Spécial" et "Complément d'enquête". Quand Elise Lucet dit qu'elle a le soutien de sa présidente, je la crois.



Marcel Bouchu

J'ai rien contre cette dame, mais quand on a hurlé (à juste titre) contre la censure de Bolloré, c'est un peu dommage de l'appliquer après. Je l'ai déjà dit, gérer une entreprise classique et un média ce n'est pas la même chose, Matthieu Gallet a eu du mal à le comprendre aussi, il faut des dirigeants de l'audiovisuel qui connaissent le métier, pas des gestionnaires sans âme.



Starlight

Je ne suis pas un "ernottezouze". J'ai déjà trouvé à redire sur la brutalité de certaines de ses décisions, sur sa communication pas toujours très maîtrisée ou encore, sur des choix de programmes discutables. Néanmoins, je condamne le bashing dont elle fait souvent l'objet d'où ce sentiment que je passe pour son avocat ici.
Et pas de crainte à avoir avec moi. Vous êtes absolument libres de penser ce que vous voulez. Je m'efforce juste d'apporter quelques éclairages :)



Marcel Bouchu

Bon, vous êtes un Ernottezouze, donc je ne pense pas vous convaincre de quoi que ce soit, en échange permettez-moi de penser ce que je pense :)



Starlight

"Vu" est produit en interne donc il n'y a pas vraiment eu de perte. Je répète que ce n'est pas ça le problème. C'est déjà plus problématique quand c'est une fiction qui n'est pas diffusée (soit parce qu'elle est ratée, soit parce qu'elle est datée).
Sur la fusion des rédactions, elle est acceptée chez les journalistes de France 2. C'est à France 3 qu'il y a opposition car dans cette future rédaction nationale unique, c'est l'organisation de France 2 qui primera.



Marcel Bouchu

Un perte même minime compte quand le budget est réduit, et je passe sur la mauvaise image que ça donne. Et si la fusion des rédactions est si formidable, pourquoi est-elle si peu populaire auprès des principaux concernés ?



Starlight

Ce n'est pas une pastille qui saute juste un soir qui va entraîner des pertes. Il en faut bien plus que ça...
Concernant la fusion des rédactions, il s'agit d'un alignement sur ce qui se fait dans bien d'autres pays européens. Bien des groupes publics européens n'ont qu'une seule grande rédaction qui travaille pour toutes les chaînes du groupe et pour tous les supports (TV, web...).



Marcel Bouchu

Quand on paye pour un programme qu'on ne diffuse pas, c'est une perte sèche. Et la fusion des rédactions est-elle vraiment souhaitable ou juste mue par des questions budgétaires ?



Starlight

Michel Field a été depuis remplacé par un professionnel historique de la rédaction, Yannick Letranchant, qui est apprécié en interne. Il n'empêche qu'il doit conduire à terme la fusion des rédactions qui suscite des crispations. D'ailleurs, il est étonnant que dans cette "enquête" de Puremédias, aucune mention n'ait été faite de cette fusion des rédactions qui en est à la phase 3 (sur les 4) et qui doit s'achever dans un an.
Concernant les dernières décisions sur Madenian/VDB et "Vu", je ne vois pas du tout le rapport avec les finances...



Marcel Bouchu

Oui, enfin, la grogne dans la rédaction est aussi due à une instabilité de la direction, Michel Field n'était pas fait pour ce poste mais son licenciement ajoute une couche d'incertitude là où il n'y en avait pas besoin. Par ailleurs, les émissions produites mais non diffusées comme le Vu du 2 octobre ou la chronique de Madénian et VDB n'arrangent pas les finances.



Starlight

Effectivement, il a fallu faire des choix sur les programmes et continuer à baisser les effectifs en réformant les structures. Le tout, alors que l'Etat ne tient pas ses engagements envers l'audiovisuel public.
Peu de monde en a conscience.



Marcel Bouchu

Oui, mais à quel prix ?



Starlight

Et c'est elle qui a redressé les comptes.



Marcel Bouchu

C'est elle qui gère le budget qu'on lui donne, c'est elle qui négocie avec la ministre, c'est elle qui décide où va l'argent.



ajusta quinoa

Vite, Vite, un "Complément d'Enquêtes" sur la gestion de France Télévisions...!



gege42520

Avec la nullité des programmes, le non respect des horaires, la multitude de chaines et de radio il serait bien temps de dégraisser le Mammouth et de mettre a la retraite tous les vieux briscards comme Drucker, Sébastien et tous les autres. Marre de recevoir des conneries et de payer un bras pour tous ces saltimbanques.



Backpacker

Peux-tu me dire en quoi Ernotte est responsable??? C'est pas elle qui veut raboter le budget de France Télés ou alors tu ne sais pas lire... Il faut cesser de prendre systématiquement Ernotte pour cible. C'est le gouvernement le SEUL et UNIQUE responsable au final!



Backpacker

Cela démontre le peu de pouvoir qu'a la présidente de France Télévisions lorsqu'il s'agit de budget. Elle a beau prier le gouvernement de ne pas sabrer, elle ne peut rien faire d'autre.
Tout ça c'est la faute du gouvernement Philippe et du président Macron. Alors qu'ils pourraient pourtant rétablir la pub après 20h afin d'assurer de grosses rentrées publicitaires en soirée à l'audiovisuel public et sauver les journalistes des rédactions, Macron et Philippe se fichent complètement du service public mais cherchent uniquement à préserver les intérêts de leurs grands copains des chaînes privées - les Bolloré, Bouygues et Lagardère - et ceux du CAC40. Lamentable!



Cyril du 33

Pour le reste, France Télévisions peut conserver quatre chaînes : France 2 pour le cinéma, les séries télé, la musique, les débats politiques et l'information nationale et internationale, France 3 pour le divertissement, l'information locale et régionale et les programmes consacrés à l'outre mer (et un peu de cinéma et séries télé aussi), France 5 pour les documentaires, la découverte du monde, la littérature et les sciences et France 24 pour l'information en continu. Les programmes jeunesse peuvent être diffusés à la fois sur la 2, la 3 et la 5.



Starlight

De mémoire, à l'étranger, la BBC a supprimé plus de 2000 postes depuis 2011 et ce n'est sans doute pas fini.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Miss France 2018 : La productrice révèle aux "Dessous de l'écran" tous les secrets de la 88e cérémonie
TV
Miss France 2018 : La productrice révèle aux "Dessous de l'écran" tous les secrets...
L'année médias 2017 vue par... Claude Askolovitch
Personnalités
L'année médias 2017 vue par... Claude Askolovitch
"Danse avec les stars" 2017 :  La sublime performance de Lenni-Kim sur "Diego, libre dans sa tête"
TV
"Danse avec les stars" 2017 : La sublime performance de Lenni-Kim sur "Diego,...
L'année médias 2017 vue par... Alex Goude
TV
L'année médias 2017 vue par... Alex Goude
Audiences samedi : "50' inside" au plus haut, record historique pour "C l'hebdo" sur France 5
TV
Audiences samedi : "50' inside" au plus haut, record historique pour "C l'hebdo"...
Audiences : 14,4 millions de téléspectateurs pour l'hommage à Johnny Hallyday
TV
Audiences : 14,4 millions de téléspectateurs pour l'hommage à Johnny Hallyday
Ce soir que regardez-vous ?
2
Votes
Mariés au premier regard
Je regarde
1
Votes
Paris, etc.
Je regarde
1
Votes
No Offence
Je regarde
1
Votes
X-Men Origins : Wolverine
Je regarde
0
Votes
Les Chamois
Je regarde
0
Votes
Une merveilleuse...
Je regarde
0
Votes
L'orange de Noël
Je regarde
0
Votes
Touchez pas au grisbi
Je regarde
0
Votes
La folle histoire de...
Je regarde
0
Votes
La vengeance dans la peau
Je regarde
0
Votes
Appels d'urgence
Je regarde
0
Votes
0
Votes
Football
Je regarde
0
Votes
Les hommes viennent de...
Je regarde
0
Votes
Hubert et le chien
Je regarde