Médias le Mag, l'interview l Fabrice Arfi : "Maïtena Biraben ne dit pas la vérité"

Partager l'article
Vous lisez:
Médias le Mag, l'interview l Fabrice Arfi : "Maïtena Biraben ne dit pas la vérité"
Médias le mag, l'interview : Fabrice Arfi © Youtube
Chaque vendredi, retrouvez sur puremedias.com "Médias le mag, l'interview", en partenariat avec France 5.

Chaque vendredi, retrouvez "Médias le mag, l'interview", en partenariat avec France 5. Julien Bellver, co-rédacteur en chef de puremedias.com et chroniqueur dans "Médias le mag" le dimanche à 12h35 interrogera une personnalité des médias toutes les semaines. Pour ce cinquième numéro, Julien Bellver reçoit Fabrice Arfi, journaliste à "Mediapart" et co-auteur du livre sur les nouvelles censures, "Informer n'est pas un délit" (Ed. Calmann-Lévy).

À lire aussi
"Quotidien" : Yann Barthès insulte Donald Trump et tacle Canal+
TV
"Quotidien" : Yann Barthès insulte Donald Trump et tacle Canal+
C8 : Jean-Luc Lemoine perd (temporairement) le prime du vendredi, Cyril Hanouna le remplace dès ce soir
Programme TV
C8 : Jean-Luc Lemoine perd (temporairement) le prime du vendredi, Cyril Hanouna le...
NRJ Music Awards 2018 ce soir sur TF1 : La liste des nommés
TV
NRJ Music Awards 2018 ce soir sur TF1 : La liste des nommés

"Maïtena Biraben ne dit pas la vérité"

Dans "Informer n'est pas un délit", vous révélez les manipulations, les menaces, les pressions économiques derrière chaque grande enquête d'investigation. Il y a un chapitre sur Vincent Bolloré, patron de Canal+. C'est à cause de lui que vous avez été décommandé du "Grand Journal" ?
Oui, contrairement à ce qu'ont voulu faire croire, dans une énième communication de crise, les équipes du "Grand Journal" et surtout son animatrice Maïtena Biraben, sur France Inter. Cette déprogrammation est à la fois une anedcote insignifiante, mais aussi très révélatrice dans le même temps de ce qu'on raconte, entre autres, dans ce livre. Oui, "Le Grand Journal" nous avait demandé de lui réserver l'exclusivité du lancement du livre, à lui et pas à "C à vous". Quand ils ont reçu les épreuves, ils sont revenus vers la maison d'édition un peu penauds, sur le mode "En fait, on va plutôt ne rien faire du tout sur le livre". Et c'est vrai qu'il y avait un chapitre sur Vincent Bolloré.

Maïtena Biraben vous a répondu hier sur France Inter. Elle assure que vous serez invité "un jour" dans l'émission et qu'il est "simplement faux" de dire que vous avez été déprogrammé... Qui ment ?
En tous cas, ce qu'elle dit n'est pas la vérité... J'ai été dans l'obligation de tenir un discours de vérité - je crois qu'on aime bien ça, au "Grand Journal" - sur Médiapart, sur mon blog... J'ai raconté toute l'histoire et j'ai rendu publics des textos de la production qui nous disent que c'est bien à cause de Vincent Bolloré qu'on ne sera pas invité. Je ne vais pas me rouler par terre pour aller au "Grand Journal", ce n'est pas ma vie !

Plus question d'y retourner ?
Avec ce qui s'est passé, je n'y retourne pas, c'est absolument hors de question ! Je ne vais pas cautionner ce type de pratiques quand on fait un bouquin dont l'objectif est précisément de faire comprendre que la liberté d'informer, le droit de savoir des citoyens, est en danger en France.

"Vincent Bolloré a censuré personnellement le documentaire"

Sur France Inter, Maïtena Biraben a aussi assuré que Vincent Bolloré n'intervenait pas dans la ligne éditoriale du "Grand Journal"... Vous la croyez ?
On peut dire que le ciel n'est pas bleu. On peut tout dire. Ce n'est pas que je ne la crois pas, c'est que c'est faux ! Et c'est documenté ! Il se trouve que Mediapart était partenaire d'un documentaire d'investigation pour l'émission "Spécial Investigation" qui devait être diffusé sur Canal+ au printemps dernier, qui allait révéler des informations très embarrassantes sur le Crédit Mutuel. Le Crédit Mutuel est un partenaire financier historique du groupe Vivendi. Monsieur Bolloré, je l'ai raconté dans le journal sans que ça soit démenti d'ailleurs - il l'a même assumé devant des représentants du personnel - a censuré personnellement le documentaire. Heureusement que le service public est là ! France 3 le diffusera le 7 octobre prochain. Donc bien sûr que Vincent Bolloré s'occupe, à titre personnel et de manière un peu brutale et verticale, de la ligne éditoriale de Canal+

Le sous-titre de ce livre, c'est "Les Nouvelles censures". Qu'est-ce qui a changé, qu'est-ce qui est vraiment nouveau ?
En fait, si on a réussi à mettre autour de la table une quinzaine de journalistes - c'est une première en France ! - et que nous avons appelé ça les nouvelles censures, c'était pour trancher un peu avec l'idée que l'on peut avoir de la vieille censure ORTF, verticale. Elles sont nouvelles parce qu'elles sont parfois insidieuses, comme l'époque. Et donc elles sont pires ! Ce que nous essayons de décrypter, en révélant les coulisses d'enquêtes célèbres, de manière très factuelle et sobre, c'est un écosystème pourri en France sur la liberté d'informer. Ce n'est pas un geste corporatiste de journalistes qui disent "Laissez-nous faire ce qu'on veut, et si possible n'importe quoi". Ce qu'on essaye d'expliquer, c'est qu'on vole quelque chose au citoyen, quelque chose de culturel et démocratique qui est consacré par les Nations unies, la Déclaration des droits de l'Homme, notre constitution...

"Sept milliardaires contrôlent 95% de la production journalistique"

Vous dîtes qu'il faut changer la loi sur la presse...
Il faut tout changer ! On est dans une concentration historique des médias en France. Sept milliardaires dont le coeur d'activité n'est pas l'information - c'est de vendre des armes, de faire du BTP, de la téléphonie mobile, de la banque, Bolloré c'est un peu tout - ont entre leurs mains 95% de la production journalistique. Et leur chiffre d'affaires dépend pour partie de leurs rapports avec le gouvernement français ou les Etats étrangers. On a une loi de la presse qui ne défend pas suffisamment la liberté d'informer. Et on a un accès aux documents administratifs qui est pitoyable en France. Tout cet écosystème-là est à repenser de fond en comble, parce qu'on est dans un moment extrêmement inquiétant où, derrière les discours, s'érige un mur institutionnel, légal, judiciaire, politique de l'opacité.

C'est plus dur de résister aujourd'hui malgré la démultiplication des canaux d'information ?
On ne peut pas se satisfaire de ce qui se passe en France. Bien sûr, on ne meurt pas d'être journaliste en France. On n'est pas en Russie ou au Congo. Pour autant, nous ne sommes pas une démocratie qui répond aux canons en la matière. Et c'est notre devoir d'interroger ce monde bizarre qui nous entoure et d'essayer de comprendre pourquoi nous volons au citoyen son droit de savoir. C'est un bien fondamental !

"Le silence des politiques est désespérant"

Invité du "Supplément" il y a quelques semaines, Nicolas De Tavernost affirmait ne pas pouvoir "supporter qu'on dise du mal" des clients de M6. L'argent de la pub sur les grands médias, c'est un levier efficace pour faire taire les journalistes ?
Vous vous rendez compte dans quel pays on est ? Le patron d'une grande chaîne peut aller dans une émission de télé et dire "Oui, je censure". Si ses clients sont des gens qui truquent des marchés publics ? Si ses clients, c'est Volkswagen ? Si l'émission "Capital" avait eu le scoop sur le scandale mondial, ça ne sortirait pas ? On volerait ça au citoyen ! Je trouve ahurissant qu'un patron de chaîne puisse venir dire ça sans qu'il y ait de réaction.

Comment expliquez-vous le silence du gouvernement ? On dit Vincent Bolloré proche de Nicolas Sarkozy mais récemment, Fleur Pellerin l'a défendu sur France Inter et François Hollande dit de lui selon L'Express qu'il a "l'énergie des grands capitaines d'industrie"...
C'est désespérant. Il y a une autorité de régulation qui s'appelle le CSA, et de voir un monde politique qui ne considère pas ce que nous disons sur la liberté d'informer comme un droit fondamental qu'il faut à tout prix défendre... On ne peut pas s'habituer. Je crois vraiment que les citoyens ont faim de savoir, mais du côté de la classe politique, on n'a pas vu un tweet ou un une déclaration d'un homme politique qui s'alarme de tout ça. Ca nous tend un miroir qui est désespérant.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Dix pour cent" : Que vaut la saison 3 de la série de France 2 ?
Critique
"Dix pour cent" : Que vaut la saison 3 de la série de France 2 ?
Katherine MacGregor (Harriet Oleson dans "La petite maison dans la prairie") est morte
Séries
Katherine MacGregor (Harriet Oleson dans "La petite maison dans la prairie") est...
"La quotidienne" : Enorme vol plané pour un chroniqueur
TV
"La quotidienne" : Enorme vol plané pour un chroniqueur
"Beauty Match" : Lufy revient sur TFX dès le 3 décembre à 18h20
Programme TV
"Beauty Match" : Lufy revient sur TFX dès le 3 décembre à 18h20
"La Malédiction de la Vologne" : France 3 enquête sur le petit Grégory les 5 et 6 décembre
Programme TV
"La Malédiction de la Vologne" : France 3 enquête sur le petit Grégory les 5 et 6...
Accusé de conflit d'intérêts avec le PSG, Pierre Ménès dément les allégations de "Mediapart"
Sport
Accusé de conflit d'intérêts avec le PSG, Pierre Ménès dément les allégations de...
Ce soir que regardez-vous ?
120
Votes
Dix pour cent
Je regarde
60
Votes
Burger Quiz
Je regarde
47
Votes
40
Votes
Esprits criminels
Je regarde
26
Votes
Le meilleur pâtissier
Je regarde
16
Votes
Des racines et des ailes
Je regarde
3
Votes
La tortue rouge
Je regarde
2
Votes
Père et maire
Je regarde
1
Votes
Battle of the Sexes
Je regarde
1
Votes
1
Votes
James Bond 007 contre...
Je regarde
1
Votes
Un aller pour l'enfer
Je regarde
0
Votes
La grande librairie
Je regarde
0
Votes
Enquêtes criminelles
Je regarde
0
Votes
Joséphine, ange gardien
Je regarde