Plan social à "L'Obs" : Les journalistes de nouveau dans la rue

Partager l'article
Vous lisez:
Plan social à "L'Obs" : Les journalistes de nouveau dans la rue
Les journalistes ont de nouveau manifesté ce midi devant la place de la Bourse.
Les journalistes ont de nouveau manifesté ce midi devant la place de la Bourse. © Twitter
Les salariés de l'hebdomadaire protestent contre les conditions du plan de départs enclenché par la direction.

La mobilisation ne faiblit pas. Les salariés de "L'Obs" ont une nouvelle fois manifesté devant la place de Bourse, contre les conditions du plan de départs de 38 personnes, enclenché par la direction en juin. Déjà, vendredi dernier, les membres de la rédaction s'étaient rassemblés au pied de leur société, avec la présence de Jean Daniel, le fondateur de l'hebdomadaire.

À lire aussi
"Hey le prolo ! Parler, tu sais ce que ça veut dire ?" : Quand le débat de BFMTV dérape complètement...
TV
"Hey le prolo ! Parler, tu sais ce que ça veut dire ?" : Quand le débat de BFMTV...
"Morbide", "navrant", "indigne"... : Catherine Deneuve flingue son "Un jour, un destin" et Laurent Delahousse
TV
"Morbide", "navrant", "indigne"... : Catherine Deneuve flingue son "Un jour, un...
"C'est pas une manifestation, c'est la guerre !" : Jean-Jacques Bourdin bouche bée face à la colère d'un auditeur de RMC
TV
"C'est pas une manifestation, c'est la guerre !" : Jean-Jacques Bourdin bouche bée...

"Merci pour l'été de merde"

Ce midi, de nombreux journalistes ont brandi une fausse Une, créée la semaine dernière, avec en titre "Non aux licenciements". Certains se sont amusés à imprimer de faux masques de Xavier Niel, l'un des actionnaires de l'hebdomadaire, alors que d'autres tenaient des pancartes de contestation : "Non à L'Obs low cost", "38 No Future", "Presse en danger", "Pas d'oursins dans les poches" ou "Merci pour l'été de merde".

Depuis une semaine, et malgré les nombreuses réunions avec la direction, les négociations sur les conditions de départs volontaires n'avancent pas. "Jeunes comme vieux, la rédaction ne voit pas en quoi il y a des avancées", s'inquiète un journaliste. "La dernière proposition d'indemnités de licenciement de la direction est de 1,1 mois de salaire par année d'ancienneté, alors que le minimum légal est d'un mois !", s'agace un salarié de "L'Obs", qui "exige" deux mois, "comme à L'Express".

"Un blocage d'un voire plusieurs numéros"

"Les départs contraints sont toujours planifiés en mars prochain s'il n'y a pas assez de départs volontaires", s'inquiète un journaliste. "Plus largement, à moyen terme, on craint que cette rédaction ne soit passablement affaiblie et ne soit plus capable d'assurer son job avec la même exigence", redoute un autre. Malgré la menace d'une grève la semaine dernière, "L'Obs" est bel et bien sorti en kiosques aujourd'hui, avec en Une François Fillon. Jusqu'à quand ? "J'espère comme beaucoup de gens un blocage d'un voire plusieurs numéros", lance un salarié. Une énième réunion a lieu cet après-midi entre les deux parties.

Une perte de 2,5 millions en 2015

Avec une baisse des ventes en kiosques de 13%, soit 401.000 exemplaires vendus en moyenne, le groupe veut réduire ses pertes : 2,5 millions d'euros en 2015. "Force est de constater que la situation économique de notre journal, comme malheureusement celle de nombreux autres news magazines en France et à l'international, n'est plus viable sans une large remise à plat de toute notre organisation", expliquait une note adressée aux salariés en septembre dernier.

Matthieu Croissandeau
Matthieu Croissandeau
"L'Obs" : Matthieu Croissandeau bientôt remplacé par Dominique Nora
Matthieu Croissandeau ("L'Obs") : "Le journal ne roule pas pour Emmanuel Macron"
Plan social à "L'Obs" : "La direction semble inflexible, c'est la grosse angoisse" (màj)
Voir toute l'actualité sur Matthieu Croissandeau
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Dante

Vu la qualité de leurs articles, rien d'étonnant, c'est à se demander s'ils sont journaliste des fois.



Cathy Minet-Diverchy

Moi à leur place je ferais genre 1 mois de grève pour rien et ensuite je me plaindrais au CSA, toujours pour rien mais ça le ferait ! Ensuite je ferais comme prévu du début, je démissionnerai... mais au moins j'aurais cassé au maximum le truc quoi !



mac-whitegamish

Bien vu



mac-whitegamish

Invariablement amusé de voir fièrement brandi, l'étendard d'un France Inter incarnant la gauche caviar, sociétale et progressiste.
Bel aveu sur l'état moralement délabré, d'un service public partisan, idéologisé, instrumentalisé,



Tnec

C'est pour ça que France Inter réalise des records ?



mmalicorne

L'OBS a embauché Morandini ?



Aigreurs Actuelles

Faut juste que ces gens se mettent à la page.
La gauche caviar sociétale et progressiste n'attire plus un lecteur en dehors du 11ème arrondissement parisien.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Tous les programmes de la télé du 29 décembre 2018 au 4 janvier 2019
Tous les programmes de la télé du 29 décembre 2018 au 4 janvier 2019
"Les Rois du Gâteau" : La saison 2 arrive le 31 décembre sur M6
Programme TV
"Les Rois du Gâteau" : La saison 2 arrive le 31 décembre sur M6
"On va s'aimer un peu, beaucoup" : France 2 lance la saison 2 le 2 janvier
TV
"On va s'aimer un peu, beaucoup" : France 2 lance la saison 2 le 2 janvier
"Incroyable talent" : Pourquoi ne verra-t-on pas ce soir tous les candidats qualifiés pour les demi-finales ?
TV
"Incroyable talent" : Pourquoi ne verra-t-on pas ce soir tous les candidats...
"The Bridge" : Le nouveau jeu de M6 débarque le 3 janvier en prime
TV
"The Bridge" : Le nouveau jeu de M6 débarque le 3 janvier en prime
"Big Bounce" : La course de trampolines de TF1 démarre le 4 janvier
Programme TV
"Big Bounce" : La course de trampolines de TF1 démarre le 4 janvier
Vidéos Puremedias