• Accueil »
  • News
  • »
  • puremedias a vu le documentaire "La Maison de la radio" de Nicolas Philibert
15H49 Le 17/03/13 News 15
puremedias a vu le documentaire "La Maison de la radio" de Nicolas Philibert

puremedias a vu le documentaire "La Maison de la radio" de Nicolas Philibert

Présenté au dernier festival de Berlin, le documentaire "La Maison de la radio" de Nicolas Philibert offre le portait d'un média artisanal et met en lumière les petites mains qui font la radio au quotidien.
"La Maison de la radio" de <span>Nicolas Philibert </span>en salles le 3 avril.
 "La Maison de la radio" de Nicolas Philibert en salles le 3 avril.

Le 3 avril sort en salles "La Maison de la radio", un documentaire de Nicolas Philibert, qui a été présenté au dernier festival de Berlin. Pour "Etre et avoir", le réalisateur avait passé une année scolaire dans une école primaire du fin fond du Puy-de-Dôme. Pour ce film, le documentariste s'est enfermé pendant 6 mois dans le siège de Radio France qui abrite les antennes nationales et les services administratifs de France Inter, France Info, France Bleu, France Culture, France Musique, Fip, Le Mouv', ainsi que des formations musicales (orchestres et choeurs). puremedias.com a déjà vu le documentaire et vous en dit un plus sur ce film singulier.

Qu'est ce que ça raconte ?

Nicolas Philibert propose de passer une journée dans la Maison de la radio. Il commence, évidemment, par les matinales d'info, qui sont très rapidement expédiées, avant de s'attarder sur les personnes, anonymes ou non, qui participent directement ou indirectement à fabriquer les programmes. Comme on pourrait filmer du personnel travaillant dans un hôpital, Philibert montre les petites mains qui réfléchissent en terme de rendus sonores ou cherchent à mettre en valeur une interview ou une information. Il propose des moments de radio saisissants, ainsi qu'une série de portraits de personnalités, dont certains sont assez drôles ! Le film se termine sur ceux qui officient la nuit, juste avant que ne recommencent les matinales. Il ne s'agit pas d'un film sur Radio France, mais sur le média radio en général, sur le son, et sur ceux qui le fabriquent.

Qui est filmé ?

Plus de 200 personnes ! Si vous êtes un fidèle auditeur de Radio France, vous reconnaîtrez de nombreuses voix : Patrick Cohen, Marc Fauvelle, François Busnel, Philippe Colin et Xavier Mauduit, Evelyne Adam ou Thomas Legrand. Mais finalement ces gens n'intéressent pas le réalisateur qui ne les montre que très rapidement. Il préfère passer du temps à filmer les visages des personnes que ces stars interviewent ou le travail de leurs assistants. Il s'arrête par exemple sur la façon, presque artisanale, dont Philippe Vandel enregistre sa chronique dans une cabine et regarde Rebecca Manzoni expliquer à ses invités comment ils vont devoir meubler, seuls, la "minute de solitude" qui conclue son émission.

Mais le documentaire n'est jamais aussi intéressant que quand il montre des anonymes : Marie-Christine Le Dû, qui forme un futur présentateur de flash, Marie-Claude Rabot-Pinson qui coordonne la fabrication des reportages des journaux et éclate de rire en lisant les infos insolites de l'AFP, ou Marguerite Gateau, qui réalise une fiction avec l'acteur Eric Caravaca. Philibert filme aussi un preneur de son qui va enregistrer des bruits extérieurs en forêt, des reporters en moto qui couvrent le Tour de France, une présentatrice de journaux aveugle, ou des instruments de musique fabriqués main à base de fils élastiques...

Pourquoi Radio France et pas RTL ou Europe 1 ?

Il ne s'agit ni d'un film sur les médias, ni sur l'économie du groupe ou son virage numérique, ni même d'une réflexion sur le traitement journalistique de tel ou tel événement par les radios publiques. Non, Nicolas Philibert ne s'intéresse pas aux contenus mais à la façon dont on les fabrique. Il ne donne aucun nom et ne précise jamais où sont posées ses caméras. Ce n'est pas non plus un film d'entreprise : Philibert regarde, fasciné, ceux qui pensent en terme de son, comme c'est le cas dans toutes les autres stations.

L'avantage c'est que la radio publique propose une plus grande variété de situations que les stations privées. Philibert filme des jeux qui ont lieux en public ("Le Jeu des mille euros"), l'enregistrement de fictions radiophoniques, des chanteurs en live, les membres de l'orchestre symphonique et la chorale et plein d'artistes barrés ou extrêmement pointus qui ne sont reçus nulle part ailleurs. Le réalisateur n'hésite pas à se moquer parfois de ses sujets, du bureau littéralement envahi de CD de Frédéric Lodéon ou de cet animateur d'émission littéraire (de France Culture ?) qui passe 10 bonnes minutes à présenter son invitée qui se force à sourire...

Qu'apprend-t-on ?

Vous n'apprendrez pas grand chose sur les coulisses de la radio, pas d'anecdotes, pas d'analyses, pas de perspective. En revanche, "La Maison de la radio" est un beau portrait d'un média que l'on découvre artisanal. Le documentaire met en image le quotidien d'une entreprise atypique où on aime faire entendre des gens pas formatés.

Est-ce que c'est bien ?

"La maison de la radio" parlera sans doute moins au grand public que "Etre et avoir" (1,6 million d'entrées en 2002) car il est moins universel. Malgré quelques longueurs, et l'absence d'un fil conducteur, il devrait cependant beaucoup intéresser les spectateurs que la radio passionne.


Qu'en pensez vous ?
  • Génial0
  • Incroyable !0
  • Prévisible0
  • Déprimant0
  • Rien à faire0


Plus sur
Nicolas Philibert

3 articles
3 photos
LANCER LE DIAPORAMA
Nicolas Philibert : "La Maison de la radio" est "un film sur l'écoute, la parole et la voix"

Le réalisateur Nicolas Philibert s'est enfermé pendant 6 mois dans "La Maison de la Radio" pour offrir un...

Bande-annonce : Le documentariste Nicolas Philibert fait visiter "La Maison de la radio"

Nicolas Philibert, le réalisateur d'"Etre ou avoir", a passé six mois dans "La Maison de la radio", le...






comments powered by Disqus
l'infoen continu
30/05 Grégoire Margotton : "Je ne changerai rien mais on me dira sans doute que j'ai beaucoup changé..."
30/05 "S.O.S. Fantômes" : Melissa McCarthy répond aux critiques
30/05 "Top Gear UK" : Démarrage mitigé pour la nouvelle version de l'émission
30/05 Audiences mai : TF1 et France 2 faibles, M6 en forme, France 3 sombre, D8, BFMTV et les HD en forme
30/05 Quel avenir pour les polémistes après "On n'est pas couché" ?
30/05 "Batman V Superman" : Jeremy Irons est d'accord avec les critiques !
30/05 Alessandra Sublet : "C'est très grisant pour une animatrice d'être sur des one shot"
30/05 "Le Labyrinthe 3" décalé à 2018 pour que Dylan O'Brien se remette
30/05 Vivendi mange Gameloft
30/05 Le réalisateur John Carney tacle Keira Knightley
30/05 France 5 officialise Anne-Elisabeth Lemoine et Bruce Toussaint le week-end, Caroline Roux la semaine
30/05 France Inter : Bernard Guetta devrait reprendre sa chronique à la rentrée
30/05 "Médias le mag" : Les adieux de Thomas Hugues
30/05 Box-office US : "X-Men Apocalypse" leader correct, "Alice" floppe
30/05 André Rousselet, le fondateur de Canal+, est mort
30/05 "C Politique" : Les adieux de Caroline Roux
30/05 Audiences dimanche : "Sept à Huit Life" faible, "Stade 2" au top, le bloc "66 minutes" de M6 en petite forme
30/05 Info puremedias.com Europe 1 : Départ de Bruno Gaston pour Maximal

Ce soir que regardez vous ?

Les mystères de Laura

Je regarde 59

Mon beau-père et moi

Je regarde 1

Un Français

Je regarde 0

L'angle éco

Je regarde 0
Tout afficher