#BalanceTonPorc : Des journalistes femmes témoignent de harcèlement sexuel au travail

Partager l'article
Vous lisez:
#BalanceTonPorc : Des journalistes femmes témoignent de harcèlement sexuel au travail
Plusieurs femmes postent des messages sur Twitter pour raconter des harcèlements sexuels au travail.
Plusieurs femmes postent des messages sur Twitter pour raconter des harcèlements sexuels au travail. © Abaca
De nombreuses femmes postent depuis hier sur Twitter des messages racontant des harcèlements sexuels dont elles auraient été victimes.

Les femmes prennent la parole. Vendredi après-midi, Sandra Muller, journaliste à "La lettre de l'audiovisuel" poste un message sur son compte Twitter, appelant les femmes à raconter des harcèlements sexuels qu'elles auraient vécus au travail. "Toi aussi raconte en donnant le nom et les détails d'un harcèlement sexuel que tu as connu dans ton boulot. Je vous attends", a-t-elle écrit, avec le hashtag "#BalanceTonPorc". Elle donne ensuite l'exemple en accusant un ancien patron d'Equidia, Eric Brion, qui lui aurait dit : "Tu as des gros seins. Tu es mon type de femmes. Je vais te faire jouir toute la nuit."

À lire aussi
Affaire Griveaux : "Mediapart" s'explique sur la publication d'un billet relayant les vidéos à caractère sexuel
Presse
Affaire Griveaux : "Mediapart" s'explique sur la publication d'un billet relayant...
Après la publication de vidéos à caractère sexuel, B. Griveaux dénonce "des attaques ignobles"
Politique
Après la publication de vidéos à caractère sexuel, B. Griveaux dénonce "des...
Affaire Griveaux : L'étrange fou rire de Laurence Sailliet sur CNews
TV
Affaire Griveaux : L'étrange fou rire de Laurence Sailliet sur CNews

"Un jour, je vais te baiser, que tu le veuilles ou non"

Le lendemain, de nombreuses femmes se sont emparées du hashtag pour témoigner des harcèlements et remarques sexistes dont elle ont été victimes dans le cadre de leur travail. Parmi elles, de nombreuses journalistes ont pris la parole. "Un red chef, grande radio, petit couloir, m'attrapant par la gorge : 'Un jour, je vais te baiser, que tu le veuilles ou non'", raconte Giulia Foïs, journaliste à Radio France. Ancienne chroniqueuse sur LCI et désormais visage de "William à midi" sur C8, Julia Molkhou note les propos d'un "animateur et producteur télé" à qui elle a refusé les avances : "Tu ne bosseras plus jamais petite pute ! Plus jamais tu m'entends ?!"

Elisabeth Philippe, journaliste littéraire à "L'Obs", rédige la remarque de l'un de ses confrères "dans une rédaction" : "Ah non, je vais pas te conduire là-bas. Si tu montes dans ma voiture, j'aurai envie de te violer !". "Il y a quelques années, après une séquence TV qui l'avait fait marrer, un chef : 'Et toi, on t'a déjà bifflée ?' En ricanant", ajoute Amandine Rebourg, journaliste à LCI. Rédactrice en chef du "Média" et ancienne journaliste à France 2, Aude Rossigneux dénonce aussi "un député RPR", "devenu ensuite ministre de Sakozy", qui l'aurait téléphonée "en pleine nuit" pour faire "des propositions salaces".

"Quand tu auras mûri, on couchera ensemble"

De jeunes journalistes racontent leur première expérience dans le métier, notamment lors de leurs stages. Anaïs Denet, désormais correspondante pour RMC et BFMTV "dans l'Ouest", témoigne de son premier stage de journalisme à Paris. "J'avais 18 ans. Le rédacteur en chef m'embrasse de force. Il venait être jeune papa", explique-t-elle. "Après des messages insistants et moultes 'arrête' (sic), un journaliste : 'Dans 2 ans, quand tu auras mûri, on couchera ensemble'", lance Angèle Chatelier, désormais journaliste culture à Oui FM.

De nombreux tweets continuent à être postés ce dimanche, avec un message particulièrement intriguant de Laurence Boccolini : "J'avais 20 ans dans les années 80. La radio = ma vie ! J'hésite à 'balancer' quoique ce soit. On aurait de quoi ouvrir une charcuterie." Le hashtag "BalanceTonPorc" est depuis une journée en "Top Tendance" et a dépassé les 5.000 utilisations dans la nuit de samedi à dimanche. Plusieurs hommes comme Kevin Razy et Mouloud Achour ont soutenu publiquement l'initiative de ces femmes sur Twitter.

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Miss Daria

C'est un sujet vraiment difficile : dénoncer sans tomber dans la lapidation ... N'empêche que tous ceux qui témoignent sont outrés ou pas au courant ou pas à ce point... Je pense sincèrement qu'il y a des menteurs mais aussi ceux qui banalisent, ceux qui harcèlent également et ceux qui sont témoins mais qui l'enfouissent dans leur inconscient.

Donner les noms, c'est donner corps au choses, c'est mettre les gens face à leurs responsabilités, c'est aussi ouvrir les yeux de leurs proches, permettre peut-être à d'autres de leurs victimes de verbaliser leur malaise.

Ce qui empêche d'abord toutes ces femmes de nommer c'est d'abord la société, nous, les magistrats, la police (qui n'a même pas voulu prendre la plainte d'une amie qui venait de se faire agressée...), les collègues, nos regards etc....
Une écrivaine est intervenue dans Quotidien et a expliqué qu'une des raisons pour laquelle elle n'a pas révélé de noms, c'était pour épargner la famille du gars... (???)
Un homme qui harcèle, qui veut dominer, qui est un prédateur, ne l'est pas que sur vous. Le problème ne vient pas de la victime mais de lui : c'est une façon d'être.

Il faut oser pointer du doigt sans avoir peur d’être mise en porte à faux et, parler de ces différentes situations sans nommer c'est aussi jeter l'opprobre et le doute sur tout le monde. Il faut que les gens puissent dire : "désolé, j'ai eu tort" ou "désolé, je ne me suis pas rendu compte" ou "je n'ai peut-être pas voulu voir" ou " je n'agirai plus comme ça" etc... etc...
Bref, le sujet est épineux mais indispensable!



La Sardine

C'est incontestable.



Eyle Bay

Et ils sont nombreux..



L'Œil

Ou alors, elle le prend de force avec un sextoy...
Bon, je crois qu'il est temps de mettre fin à ce grand moment de poésie !



L'Œil

Une femme qui est violée à un orgasme mécanique. Et de son côté, un homme aura plus ou moins une érection mécanique, sauf s'il est dégoûté par sa violeuse au point de rester plat devant ses avances.



Mento

Avec 1 couple sur 4 qui se rencontre au travail il ne faut pas être grand vizir pour savoir que les échanges entre collègues ont parfois rien a voir avec le travail et sont dans la séduction, on tombe rarement amoureux lorsqu'on te demande si tu as changé la cartouche dans l'imprimante, donc sans pour autant excuser les psychopathes, on doit laisser aux hommes et aux femmes le droit d'être lourd ou un peu maladroit, mais refuser le harcèlement ou les agressions.



NorbertGabriel

Oui mais la balance penche quand même très largement d'un côté, c'est comme le pâté d'alouette, un cheval une alouette..



EiffelNord

Ma phrase est un résumé de nombreuses améliorations possibles du "parcours judiciaire" :
_ la recherche de preuves doit être plus élargie avec au-delà de la victime, une responsabilité dans la recherche de preuve des enquêteurs voire une demande de "preuve d'innocence" de la part de l'accusé (pas que du déclaratif)
_ augmenter encore le délai de prescription
_ faciliter la plainte, l'écoute, l'enquête... et pourquoi pas vu que le sursis est très fréquent ne pas frapper fort avec 1 mois minimum ferme (si cela est légalement possible du ferme dans du sursis)
_ promouvoir les "bonnes pratiques" pour les victimes car elles ne sont faciles voire parfois impossibles à faire [état de choc] (prudence, crier, se débattre, ne pas se laver après l'acte, en parler vite autour se soi, porter plainte dès que possible...)
_ la justice a tendance à être à la fois lente (X mois et je suis gentil entre l'acte et le jugement) et expéditive (peu de temps et de travail passé à l'analyse judiciaire de l'affaire)

Je précise :
_ Dans mon entourage (pas familial), je connais un cas de fausse déclaration (d'après la justice et de nombreux proches) d'attouchement donc je ne vois pas le problème que d'un côté de la barre.
_ Dans un procès de proches, je connais des cas où des faux documents (probants ou illustratifs, je ne sais pas) ont été présentés mais ni étudiés ni remis en cause par la défense dont l'impact ne semble pas négligeable dans le fond de l'affaire (solvabilité de la personne plaignante).
_ Dans un cas de plainte (dégradation de mon véhicule), le délinquant a laissé ses empreintes à 2 endroits (0 photos ou prélèvements)... personne identifiée 5 ans après... et rien (aucun jugement en lien direct avec l'affaire... prescription ?).



NorbertGabriel

Sans doute, toutefois pour qu'une femme viole un homme, il est quand même indispensable que celui ci exprime un certain enthousiasme "mécanique" si on peut dire, ou alors je n'ai pas tout compris à la chose ?



Nathalie Breton

Le harcèlement sexuel n'est pas un scoop........ C'est vieux comme le monde... Moi aussi quand j'étais jeune et belle j'ai été emmerdé tous azimuts et je n'en reste pas traumatisée pour autant... Les hommes sont des perpétuels excités de la verge..... Les gens ont l'air de débarquer ça me fait rire........



MikePhoenix

Vous vous n'avez pas compris l'ironie de la fin de mon commentaire. Bonne nuit hein !



La Sardine

Les fausses aussi... Ça peut être sans fin cette conversation.



Lex

Évolution de la législation pour condamner sans preuve ? Sérieusement ? C'est aussi ce qu'aimeraient certains députés concernant le terrorisme. Pouvoir condamner sur des présomptions.



Lex

Non. Parole contre parole, quelle que soit l'affaire ou le sexe ou la religion ou je ne sais quelle caractéristique de l'accusé, le bénéfice du doute lui profite.



Box office story

Il y a également le cas où je suis témoin d'avoir été harcelé par des Cadres féminins dans mon Entreprise. pas facile d'être le seul homme dans une équipe entièrement féminine. Oui, on peut être détruit psychologiquement par un groupe de femmes moqueuses, haineuses, insultantes, méchantes. Subir les quolibets pour un trou dans une manche de veste, subir 4 évaluations annuelles au lieu de...zéro pour certaines, une supérieure hiérarchique cherchant une seule qualité dans ma personnalité, me jurant qu'elle aura ma peau par tous les moyens, se moquant, m'humiliant. Bref une destruction en groupe organisée. J'ai également été témoins d'embauches Masculines sur le critère "BCBG" soit beau cul, belle gueule avec système de notations sur le physique y afférent. J'ai vu l'embauche d'un DAF effectué sur le critère du "plus beau costume". Si si....
Je pense qu'en général l'être humain(e) est pourri'(e) à la base, quelque soit le sexe, c'est une question de pouvoir, de rapport de force et de groupe. Oui une femme peut faire un travail de destruction massive envers un homme, comme un homme et uniquement pour le plaisir.



Lex

Et il ne devrait jamais y avoir de meurtre, jamais de vol, jamais d'infraction au code de la route... Et pourtant... :/



zop

C'est carrément immonde.
Surpris par le nombre de témoignages, c'est plus courant que ce que je pensais.

Total soutien à ces dames !



Lex

Balancer un nom sans preuve peut mener à une plainte en diffamation. Il ne suffit pas de dénoncer, encore faut-il avoir des preuves. Dans le cas de Weinstein, ou celui de Cosby, c'est la multiplication des témoignages qui etaye la véracité des dires. Il y a un schéma, c'est un comportement récurrent.

Mais si on veut que les mentalités changent, un hashtag est une perte de temps. Au mieux, il ne peut servir que de révélateur et de défouloir.

La difficulté dans ce genre d'affaires (harcèlement, qu'il soit sexuel ou non), c'est d'être capable de prouver ce que l'on affirme. Ou disons plutôt que le fait d'avoir regroupé et conservé des éléménts facilitera une éventuelle procédure.



NorbertGabriel

Hélas...



NorbertGabriel

Oui j'aurais pu parler d'un certain Islam comme d'un certain catholicisme, tous les musulmans ne sont pas intégristes, tous les cathos ne sont pas dans la mouvance Mg Lefebvre, je suis plutôt dans ce domaine tendance abbé Pierre pour les applications concrètes. Quant à ma réputation, tant mieux si elle semble infréquentable aux yeux de gens dont je me passe très bien ,



Le Boss

Pourquoi ne pas dire les noms ? Vous êtes si lâche ?



Michel Licorde

Bravo Federer, parfait dans le match surtout sur ses mises en jeu. Il mérite son trophée. Nadal pas dans le match, il a joué sur une jambe, pas en forme... Ça arrive. Dommage, car ça donne une finale décevante et fade.

Oui, mais 23-15 pour l'espagnol. ;-)

1 titre + 1 finale. La tournée asiatique est une réussite pour Nadal, qui reste solidement numéro 1 mondial. Mais je suis inquiet pour son genou... J'espère que ce n'est rien de grave. A suivre...



Lubna Salem

morandini?



Mento

Sauf que des exemples de femme prétendant qu’une autre femme a eu une promotion parce qu’elle couche avec son ou sa supérieure il y en a aussi et j’ai du mal avec les procureurs qui se réveillent à la 25eme heures



Christine J.

Les vraies aussi ...



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Débat des municipales à Paris : le service public en colère
TV
Débat des municipales à Paris : le service public en colère
Bientôt un prime sur C8 pour Jean-Marie Bigard ?
TV
Bientôt un prime sur C8 pour Jean-Marie Bigard ?
Victoires de la musique classique 2020 : Le palmarès
TV
Victoires de la musique classique 2020 : Le palmarès
"Plan C" : Camille Combal au dessus du million
TV
"Plan C" : Camille Combal au dessus du million
Audiences access 20h : Audrey Crespo-Mara au coude-à-coude avec Laurent Delahousse, Les Marseillais au plus bas
TV
Audiences access 20h : Audrey Crespo-Mara au coude-à-coude avec Laurent...
Audiences access 19h : "Demain nous appartient" leader, "C à vous" à un haut niveau
TV
Audiences access 19h : "Demain nous appartient" leader, "C à vous" à un haut niveau
Vidéos Puremedias