#BalanceTonPorc : Des journalistes femmes témoignent de harcèlement sexuel au travail

Partager l'article
Vous lisez:
#BalanceTonPorc : Des journalistes femmes témoignent de harcèlement sexuel au travail
Par Florian Guadalupe Journaliste
Passionné de sport, de politique et des nouveaux médias, Florian Guadalupe est journaliste pour Puremédias depuis octobre 2015. Ses goûts pour le petit écran sont très divers, de "Quelle époque" à "L'heure des pros", en passant par "C ce soir", "Koh-Lanta", "L'équipe du soir" et "La France a un incroyable talent".
Plusieurs femmes postent des messages sur Twitter pour raconter des harcèlements sexuels au travail.
Plusieurs femmes postent des messages sur Twitter pour raconter des harcèlements sexuels au travail. © Abaca
De nombreuses femmes postent depuis hier sur Twitter des messages racontant des harcèlements sexuels dont elles auraient été victimes.

Les femmes prennent la parole. Vendredi après-midi, Sandra Muller, journaliste à "La lettre de l'audiovisuel" poste un message sur son compte Twitter, appelant les femmes à raconter des harcèlements sexuels qu'elles auraient vécus au travail. "Toi aussi raconte en donnant le nom et les détails d'un harcèlement sexuel que tu as connu dans ton boulot. Je vous attends", a-t-elle écrit, avec le hashtag "#BalanceTonPorc". Elle donne ensuite l'exemple en accusant un ancien patron d'Equidia, Eric Brion, qui lui aurait dit : "Tu as des gros seins. Tu es mon type de femmes. Je vais te faire jouir toute la nuit."

À lire aussi
7 mois après leur burn-out, McFly et Carlito font leur retour sur Youtube et annoncent des changements radicaux
Internet
7 mois après leur burn-out, McFly et Carlito font leur retour sur Youtube et...
Elon Musk envisage de rendre X payant pour tous les utilisateurs
Internet
Elon Musk envisage de rendre X payant pour tous les utilisateurs
"Zen" : Maxime Biaggi lance la saison 3 de son talk avec un invité prestigieux à 20h sur Twitch
Internet
"Zen" : Maxime Biaggi lance la saison 3 de son talk avec un invité prestigieux à...
"La télé a été incapable de se réinventer" : Squeezie étrille le petit écran et revient sur son interview avec Thierry Ardisson
Internet
"La télé a été incapable de se réinventer" : Squeezie étrille le petit écran et...

"Un jour, je vais te baiser, que tu le veuilles ou non"

Le lendemain, de nombreuses femmes se sont emparées du hashtag pour témoigner des harcèlements et remarques sexistes dont elle ont été victimes dans le cadre de leur travail. Parmi elles, de nombreuses journalistes ont pris la parole. "Un red chef, grande radio, petit couloir, m'attrapant par la gorge : 'Un jour, je vais te baiser, que tu le veuilles ou non'", raconte Giulia Foïs, journaliste à Radio France. Ancienne chroniqueuse sur LCI et désormais visage de "William à midi" sur C8, Julia Molkhou note les propos d'un "animateur et producteur télé" à qui elle a refusé les avances : "Tu ne bosseras plus jamais petite pute ! Plus jamais tu m'entends ?!"

Elisabeth Philippe, journaliste littéraire à "L'Obs", rédige la remarque de l'un de ses confrères "dans une rédaction" : "Ah non, je vais pas te conduire là-bas. Si tu montes dans ma voiture, j'aurai envie de te violer !". "Il y a quelques années, après une séquence TV qui l'avait fait marrer, un chef : 'Et toi, on t'a déjà bifflée ?' En ricanant", ajoute Amandine Rebourg, journaliste à LCI. Rédactrice en chef du "Média" et ancienne journaliste à France 2, Aude Rossigneux dénonce aussi "un député RPR", "devenu ensuite ministre de Sakozy", qui l'aurait téléphonée "en pleine nuit" pour faire "des propositions salaces".

"Quand tu auras mûri, on couchera ensemble"

De jeunes journalistes racontent leur première expérience dans le métier, notamment lors de leurs stages. Anaïs Denet, désormais correspondante pour RMC et BFMTV "dans l'Ouest", témoigne de son premier stage de journalisme à Paris. "J'avais 18 ans. Le rédacteur en chef m'embrasse de force. Il venait être jeune papa", explique-t-elle. "Après des messages insistants et moultes 'arrête' (sic), un journaliste : 'Dans 2 ans, quand tu auras mûri, on couchera ensemble'", lance Angèle Chatelier, désormais journaliste culture à Oui FM.

De nombreux tweets continuent à être postés ce dimanche, avec un message particulièrement intriguant de Laurence Boccolini : "J'avais 20 ans dans les années 80. La radio = ma vie ! J'hésite à 'balancer' quoique ce soit. On aurait de quoi ouvrir une charcuterie." Le hashtag "BalanceTonPorc" est depuis une journée en "Top Tendance" et a dépassé les 5.000 utilisations dans la nuit de samedi à dimanche. Plusieurs hommes comme Kevin Razy et Mouloud Achour ont soutenu publiquement l'initiative de ces femmes sur Twitter.

Twitter
Twitter
Elon Musk envisage de rendre X payant pour tous les utilisateurs
Tweetdeck, renommé "XPro", est désormais payant
"X", nom choisi par Elon Musk pour remplacer Twitter, a déjà été déposé par Microsoft et Facebook
Twitter : La nouvelle version de Tweetdeck deviendra payante à partir d'août 2023
Voir toute l'actualité sur Twitter
Autour de Twitter
l'info en continu
Audiovisuel public : Rima Abdul Malak annonce une hausse du budget pour 2024 mais sous conditions
Politique
Audiovisuel public : Rima Abdul Malak annonce une hausse du budget pour 2024 mais...
Moins d'un mois après son lancement, "Paf" avec Pascale de La Tour du Pin change de plateau sur C8
TV
Moins d'un mois après son lancement, "Paf" avec Pascale de La Tour du Pin change...
"Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas été choisi" : Kad Merad révèle avoir été recalé de l'animation d'une célèbre émission de France 2
TV
"Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas été choisi" : Kad Merad révèle avoir été...
"Vous êtes d'extrême-droite, vous ?!" : Accrochage entre Sonia Mabrouk et Alexis Corbière sur CNews
TV
"Vous êtes d'extrême-droite, vous ?!" : Accrochage entre Sonia Mabrouk et Alexis...
Football : TF1 s'offre en exclusivité les 31 matchs de l'Euro féminin 2025
TV
Football : TF1 s'offre en exclusivité les 31 matchs de l'Euro féminin 2025
Eric Zemmour condamné à 4.000 euros pour "injure homophobe" sur CNews
Justice
Eric Zemmour condamné à 4.000 euros pour "injure homophobe" sur CNews