"Jacqueline Sauvage" sur TF1 : Un téléfilm fort, engagé et sans nuance

Partager l'article
Vous lisez:
"Jacqueline Sauvage" sur TF1 : Un téléfilm fort, engagé et sans nuance
Bande-annonce de "Jacqueline Sauvage : C'était lui ou moi" © TF1
En s'emparant de l'affaire Jacqueline Sauvage, TF1 propose ce soir un téléfilm militant.

Quand l'une des affaires judiciaires les plus médiatisées de ces dernières années devient une fiction télévisée. Ce soir, à 21h10, TF1 proposera à ses téléspectateurs de suivre "Jacqueline Sauvage : C'était lui ou moi", téléfilm adapté de l'affaire judiciaire éponyme qui a fait grand bruit en France. Réalisé par Yves Rénier, ce film en 2x52 minutes est directement adapté de "Je voulais juste que ça s'arrête", l'ouvrage dans lequel Jacqueline Sauvage raconte les violences conjugales qu'elle a subies ainsi que la mort de son compagnon, abattu de trois coups de fusil dans le dos en 2012.

À lire aussi
Audiences : Laurence Boccolini leader devant "Mask Singer" en forte baisse, "N'oubliez pas les paroles" très haut
TV
Audiences : Laurence Boccolini leader devant "Mask Singer" en forte baisse,...
Julien Cazarre et Sébastien Thoen parodient "L'heure des pros" de Pascal Praud
TV
Julien Cazarre et Sébastien Thoen parodient "L'heure des pros" de Pascal Praud
"C'est tellement désolant votre émission !" : Echange tendu entre Julien Courbet et un déménageur sur M6
TV
"C'est tellement désolant votre émission !" : Echange tendu entre Julien Courbet...

Côté cast, c'est Muriel Robin qui prête ses traits à celle qui est devenue un emblème de la lutte contre les violences faites aux femmes. Condamnée deux fois à 10 ans de prison par des jurys populaires, Jacqueline Sauvage avait finalement été graciée par François Hollande en 2016. Se basant exclusivement sur le récit de celle-ci, TF1 épouse totalement sa vision dans ce téléfilm. Les magistrats sont prévenus : ce soir, c'est l'histoire de Jacqueline Sauvage par Jacqueline Sauvage qui est racontée. Dans une interview accordée au "Parisien", Muriel Robin, qui s'est mobilisée en impulsant notamment un appel pour défendre le droit à une "légitime défense différée", assume d'ailleurs "un film citoyen et militant".

De la nécessité de matérialiser la violence

Selon ses propres dires, la comédienne s'est d'ailleurs investie sans compter pour ce rôle. Et cela se voit. Douze ans après "Marie Besnard", Muriel Robin est méconnaissable, livrant une interprétation particulièrement forte de son personnage. En contraste avec la femme soumise qu'interprète la comédienne, Olivier Marchal incarne, sans demi-mesure, Norbert Marot, l'époux de Jacqueline Sauvage. Poivrot et bourreau, son personnage est monstrueux. Quant aux scènes de violences physiques et verbales, elles sont souvent insupportables à regarder.

Et c'est en cela que ce téléfilm est nécessaire. Il est indispensable de montrer la violence, de la matérialiser par l'image et le son et de marteler qu'en France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Comme le dit justement Muriel Robin dans "Le Parisien", "on n'en parlera jamais assez". Trois ans après "L'Emprise", qui racontait l'histoire d'Alexandra Lange, acquittée après avoir tué son mari alors qu'il la battait, on ne peut que se réjouir de voir la première chaîne s'engager à nouveau, par le prisme de la fiction, contre les violences faites aux femmes.

Le téléfilm décrit d'ailleurs remarquablement le phénomène d'emprise vécu par les femmes battues qui se murent dans le silence. Le combat des avocates, et la façon dont elles ont contribué à faire de Jacqueline Sauvage le symbole d'une cause, est également intéressant.

Une occasion manquée d'ouvrir le débat

La seule vraie réserve que suscite ce téléfilm, c'est son manque total de nuances. Les magistrats risquent ainsi d'être irrités par la représentation caricaturale donnée de l'institution judiciaire, à travers une présidente de cour d'assise et une présidente de cour d'appel manquant franchement d'humanité. En épousant le point de vue de Jacqueline Sauvage, TF1 laisse aussi de côté de nombreux aspects du dossier, quitte à transformer la réalité. Par exemple, Jacqueline Sauvage s'est contredite à plusieurs reprises devant les gendarmes, ce qui n'apparaît pas dans le téléfilm. Elle n'a pas non plus découvert durant son procès que ses filles avaient été violées par leur père, contrairement à ce que montre la fiction.

Il aurait ainsi été plus juste de représenter le personnage fictif de Jacqueline Sauvage avec la part de nuances du personnage réel qui était par exemple, décrit comme froid et antipathique par certains jurés lors des deux procès d'assises, comme l'ont souligné plusieurs documentaires ainsi qu'un ouvrage sur l'affaire.

TF1 fait corps avec l'émotion de l'opinion publique

Prendre l'affaire dans sa globalité, sa complexité et sa réalité concrète, n'aurait rien enlevé à la gravité des faits de violence subis par Jacqueline Sauvage. Car cette histoire ne raconte pas que cela. Elle pose aussi une vraie question de société, occultée par TF1 et son parti pris de faire corps avec l'émotion suscitée dans l'opinion publique par cette affaire. Peut-on se faire justice soi-même ? Le cas de Jacqueline Sauvage, victime et coupable à la fois, doit ouvrir ce débat. Dommage que le téléfilm de TF1 ne le fasse pas.

À noter que ce téléfilm sera justement suivi à partir de 23h d'un documentaire baptisé "Jacqueline Sauvage : Victime ou coupable ?", produit par Elephant.

Sur le même thème
l'info en continu
Natacha Polony : "Il faut arrêter de traiter d'abrutis ceux qui ont regardé le doc 'Hold Up'"
Radio
Natacha Polony : "Il faut arrêter de traiter d'abrutis ceux qui ont regardé le doc...
Rokhaya Diallo dénonce la "chronique mensongère" du "pathétique Patrick Cohen" dans "C à vous"
TV
Rokhaya Diallo dénonce la "chronique mensongère" du "pathétique Patrick Cohen"...
Loi "Sécurité globale" : Les syndicats de journalistes claquent la porte de Gérald Darmanin
Audiences
Loi "Sécurité globale" : Les syndicats de journalistes claquent la porte de Gérald...
"Affaire conclue" : Une vendeuse interdite de salle des ventes
TV
"Affaire conclue" : Une vendeuse interdite de salle des ventes
"J'espère que vous allez bien vous faire chier !" : Econduite, une prétendante de "L'amour est dans le pré" enrage
TV
"J'espère que vous allez bien vous faire chier !" : Econduite, une prétendante de...
Convalescent, Michel Drucker sort du silence sur RTL : "J'ai eu quelques doutes sur la fin de ma carrière"
Radio
Convalescent, Michel Drucker sort du silence sur RTL : "J'ai eu quelques doutes...
Vidéos Puremedias