"Le canard enchaîné" : Christophe Nobili mis à pied après avoir dénoncé un emploi fictif au sein du journal satirique

Partager l'article
Vous lisez:
"Le canard enchaîné" : Christophe Nobili mis à pied après avoir dénoncé un emploi fictif au sein du journal satirique
Par Ludovic Galtier Lloret Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
"Face au pouvoir, les 100 ans du Canard Enchaîné" (1/2) © Abaca
Cette décision, annoncée ce dimanche aux salariés du journal, est consécutive à un long conflit entre le journaliste et sa direction.

Crise au "Canard". "Le comité d'administration du 'Canard enchaîné' vient de prendre - à l'unanimité - une décision difficile. Une procédure pouvant conduire à un licenciement a été engagée à l'encontre de Christophe Nobili". Tel est le contenu d'un mail, envoyé aux salariés du journal satirique et révélé ce dimanche 2 avril 2023 par le quotidien "Libération". Christophe Nobili, l'un des journalistes à l'origine de l'affaire Fillon en janvier 2017, s'est épanché, dans un livre publié début mars et intitulé "Cher Canard", sur l'enchaînement des événements qui a précédé ses révélations sur l'existence d'un emploi fictif au sein même de sa rédaction.

À lire aussi
"Têtu" : Le groupe SOS et la fondation Le Refuge annoncent la reprise du magazine dédié aux questions LGBTQIA+
Presse
"Têtu" : Le groupe SOS et la fondation Le Refuge annoncent la reprise du magazine...
Incertitude autour d'une éventuelle cession de "Marianne" : Les journalistes "dénoncent la brutalité de ces méthodes"
Presse
Incertitude autour d'une éventuelle cession de "Marianne" : Les journalistes...
Isabelle Saporta virée de la direction de Fayard en raison de "différends stratégiques", des noms circulent déjà pour la remplacer
Presse
Isabelle Saporta virée de la direction de Fayard en raison de "différends...

"Je resterai dans ce journal"

Derrière "décision difficile", entendez mise à pied avec privation de salaire, assortie d'une convocation le 7 avril à un entretien préalable au licenciement. "Cette décision a été prise après la parution de son livre, et ses multiples déclarations à la presse et dans les autres médias, en violation tant de la convention collective des journalistes que de la charte déontologique du 'Canard'", justifie la direction, qui précise que Christophe Nobili conserve, pendant la période de sa mise à pied, la possibilité "d'accéder aux locaux pour les besoins de ses mandats".

Le journaliste, placé sous le statut de lanceur d'alerte, occupe des fonctions de délégué syndical SNJ-CGT. "C'est plus qu'une désillusion pour moi. Je suis venu dans ce journal il y a 20 ans pour défendre des valeurs. C'est ma maison, je n'ai rien à me reprocher (et) je resterai dans ce journal", a-t-il réagi, auprès de franceinfo.fr. Christophe Nobili d'ajouter : "Oui, c'est dur d'aller au journal, oui, c'est parfois surréaliste de se trouver dans des réunions de rédaction où l'on parle d'affaires supposées d'emplois fictifs sur Fabien Roussel ou le couple Ciotti à Nice et où tout le monde regarde ses chaussures. Il y a un culte des chefs, ce poids du secret, c'est tout ce que l'on dénonce".

Un emploi fictif au "Canard enchaîné" pendant 24 ans

Dans "Cher Canard - De l'affaire Fillon à celle du 'Canard Enchaîné'", clin d'oeil à "Cher connard" de Virginie Despentes, Christophe Nobili règle ses comptes avec sa direction - Nicolas Brimo et Michel Gaillard en prennent pour leur grade - mais explique surtout comment il a découvert qu'Edith Vandendaele, compagne d'André Escaro, auteur des cabochons de la page 2 - celle qui abrite "La mare aux canards" - et ex-administrateur du journal, avait été payée pendant près d'un quart de siècle et jusqu'en 2020 sans jamais avoir travaillé pour "Le canard".

Selon les calculs du journaliste, Edith Vandendaele aurait coûté 3 millions d'euros à l'entreprise, qui dément les allégations du journaliste. Si elle reconnaît un montage financier qui "peut paraître acrobatique", elle nie toute infraction pénale. "Lorsqu'on va voir les dirigeants du 'Canard enchaîné et qu'on leur explique qu'on a payé pendant 25 ans une dame déclarée comme rédactrice, alors que l'on sait qu'elle n'a jamais écrit la moindre ligne et qu'on vous répond qu'elle lisait la presse à son mari qui dessine pour le journal et que c'est pour ça qu'elle était rémunérée, quand on vous explique qu'elle était un peu son assistante, comme l'était une célèbre assistante auprès de François Fillon, je pense que ça n'est pas très franc", tire à boulets rouges Christophe Nobili.

Une crise de plusieurs mois

Dans un article publié dans "Le canard enchaîné" le 15 mars, les deux rédacteurs en chef, Erik Emptaz et Jean-François Julliard, avaient qualifié le journaliste de "fourbe" et l'accusent de vouloir "mettre à mal le journal par tous les moyens". "C'est une procédure d'une violence inouïe et totalement injustifiée", a commenté, dans "Télérama", l'avocat de Christophe Nobili, Pierre-Olivier Lambert. "On est dans un pouvoir autocratique exercé par deux directeurs (Michel Gaillard et Nicolas Brimo, ndlr), qui en l'espèce va contre les intérêts du journal, de ses journalistes et des lecteurs".

Depuis la révélation du sort réservé par "Le canard enchaîné" au journaliste dans la presse, Christophe Nobili a reçu une marque de soutien de ses collègues. "Quelles que soient les réserves que chacune et chacun, au sein du journal, peut avoir à propos de l'ouvrage 'Cher Canard' (...), nous, salariés du Canard enchaîné, estimons que ce projet de licenciement constitue une sanction totalement disproportionnée", écrivent-ils. "Il nous paraît constituer une atteinte aux valeurs fondamentales, à la raison d'être du 'Canard enchaîné', journal fondé en 1916 pour s'opposer frontalement à la censure - aux 'ciseaux d'Anastasie' - et au 'bourrage de crâne' par les institutions de tout poil", ajoutent les signataires. "'Le canard' se prendrait-il pour Bolloré (actionnaire du groupe Canal+, ndlr)" ?, a pour sa part tonné le syndicat de journalistes SNJ-CGT , auquel appartient Christophe Nobili.

Au-delà des réponses par médias interposés, le conflit entre Christophe Nobili et sa direction a pris un tournant judiciaire en mai 2022 : le journaliste a déposé à cette période une plainte contre X pour abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux. Une démarche aussitôt suivie de l'ouverture d'une enquête judiciaire confiée à la brigade financière de Paris. Les investigations sont toujours en cours, précise "Libération".

Le canard enchaîné
Le canard enchaîné
"Le canard enchaîné" saisit le ministre du Travail pour licencier l'un de ses journalistes syndiqués
"Qui a été lésé ?" : "Le canard enchaîné" répond aux soupçons d'emploi fictif le visant, des salariés s'indignent
"Le canard enchaîné" : L'ancien chef du service politique était un espion au service de l'Est
Voir toute l'actualité sur Le canard enchaîné
l'info en continu
"30 euros brut d'augmentation par mois" : Après 11 jours de grève, les correspondants régionaux de France 2 ("20 Heures", "Télématin") annoncent la fin de leur mouvement
TV
"30 euros brut d'augmentation par mois" : Après 11 jours de grève, les...
"On ne mélange pas les torchons et les serviettes" : Pourquoi Philippe Candeloro ne couvrira pas les Jeux olympiques de Paris cet été sur France Télévisions
TV
"On ne mélange pas les torchons et les serviettes" : Pourquoi Philippe Candeloro...
"La Voix a décidé de prendre un peu de repos" : 24 heures avant le retour de "Secret Story" sur TF1, Dominique Duforest, mythique voix du jeu, annonce son départ
TV
"La Voix a décidé de prendre un peu de repos" : 24 heures avant le retour de...
Netflix : 24 heures après sa sortie, ce film d'action époustouflant s'impose en tête du top dans 83 pays
SVOD
Netflix : 24 heures après sa sortie, ce film d'action époustouflant s'impose en...
"Un accident domestique" : Kendji Girac donne sa version des faits sur le tir par balle dont il a été victime
TV
"Un accident domestique" : Kendji Girac donne sa version des faits sur le tir par...
Marie-Sophie Lacarrau ("13 Heures" de TF1) : "'Votre plus beau marché', c'est le Routard ou le guide Michelin, gagner, c'est s'offrir un label"
Interview
Marie-Sophie Lacarrau ("13 Heures" de TF1) : "'Votre plus beau marché', c'est le...