Attentat de Conflans : Le département des Yvelines proteste contre la médiatisation d'un collégien

Partager l'article
Vous lisez:
Attentat de Conflans : Le département des Yvelines proteste contre la médiatisation d'un collégien
Par Christophe Gazzano Journaliste
D’un naturel curieux et passionné de télé, Christophe Gazzano a toujours nourri le désir de devenir journaliste. Après ses études et une dizaine d’années passées dans la presse régionale, ce natif de Salon-de-Provence est “monté à la capitale” pour intégrer Pure Médias en 2017.
Emotion devant le collège où enseignait Samuel Paty
Emotion devant le collège où enseignait Samuel Paty © Abaca
Le témoignage de cet adolescent était devenu viral, mais ses représentants légaux n'avaient pas donné leur accord pour qu'il s'exprime.

Son témoignage avait fait le tour des médias. Samedi dernier, au lendemain de l'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, de nombreuses personnes s'étaient rassemblées devant l'établissement pour faire part de leur émotion. Sur les réseaux sociaux, le témoignage d'un adolescent de 12 ans recueilli par le journaliste indépendant Clément Lanot était devenu viral. On y voyait cet élève, scolarisé dans le collège, mais qui n'avait pas Samuel Paty comme professeur, déclarer notamment, plein de sagesse : "Il faut continuer à apprendre. Sinon les terroristes vont gagner". Une vidéo partagée plus de 2,5 millions de fois.

À lire aussi
Laurie Delhostal se met en retrait de la télévision pour soigner un cancer
TV
Laurie Delhostal se met en retrait de la télévision pour soigner un cancer
Alessandra Sublet décroche un rôle dans un film pour Netflix
TV
Alessandra Sublet décroche un rôle dans un film pour Netflix
"Ce n'est pas Adil Rami !" : Raphaël Varane se moque de son ancien coéquipier en conférence de presse
TV
"Ce n'est pas Adil Rami !" : Raphaël Varane se moque de son ancien coéquipier en...
L'improbable duplex de Jacques Vendroux habillé en qatari depuis un kebab pour CNews
TV
L'improbable duplex de Jacques Vendroux habillé en qatari depuis un kebab pour CNews

Le collégien est vite devenu un symbole, au point d'être invité à la télévision, dans "C Politique"* sur France 5 ou à la radio, sur France Inter où il a été interrogé lundi par Léa Salamé. Le même jour, le quotidien "Libération" a dressé son portrait sur son site internet, tandis que de nombreux journaux ont relayé son témoignage dans l'intervalle. Une forte médiatisation fulgurante qui a dérangé Lyes Louffok, membre du Conseil national de la protection de l'enfance. Ce dernier a appelé les médias à la raison, en soulignant que l'adolescent est un enfant fragile, placé sous la responsabilité de l'aide sociale à l'enfance du département des Yvelines.

Le site "Causette" s'est interrogé à son tour en dénonçant "une exposition médiatique qui questionne notre responsabilité collective" et a révélé que c'est le pédopsychiatre qui suit l'enfant qui a répondu favorablement aux différentes sollicitations, en accord avec le jeune homme. Mais dans un communiqué publié mardi, le département des Yvelines, s'est fendu d'une mise au point.

"Aucune autorisation pour que celui-ci soit interviewé"

"Le visage, les propos et l'identité d'un jeune collégien de 12 ans ont été dévoilés sans autorisation par un grand nombre de médias lui demandant de s'exprimer après le drame", rappelle le Conseil départemental, dont dépend l'adolescent. Et d'ajouter : "À ce jour, les détenteurs de l'exercice de l'autorité parentale n'ont donné aucune autorisation pour que celui-ci soit interviewé, ni que son visage et son identité soient dévoilés, tant sur des médias écrits qu'audiovisuels, mais aussi sur le web ou les réseaux sociaux".

L'institution se défend de toute prise d'initiative en la matière. "A aucun moment les services de l'aide sociale à l'enfance ne se sont substitués aux représentants légaux de ce mineur et n'ont, au contraire, eu de cesse de rappeler ce cadre et l'absence d'autorisation".

La responsabilité de l'éducateur et du médecin qui ont épaulés l'adolescent durant cet épisode médiatique est pointée : "Non seulement ces deux personnes n'ont jamais été habilitées à délivrer une telle autorisation mais l'association qui les emploie leur avait par ailleurs préalablement signifié cette absence d'autorisation". Condamnant l'attitude des médias, le département des Yvelines demande désormais que le témoignage de l'adolescent soit supprimé de tous les supports, sous peine d'engager des poursuites civiles et pénales "dans l'intérêt du mineur". Pour l'heure, seul le journaliste indépendant qui avait recueilli la parole de l'adolescent en premier a supprimé sa vidéo.

* puremedias.com a relayé lundi le passage de l'adolescent dans "C Politique", ignorant à l'époque l'absence de délivrance d'une autorisation par ses représentants légaux. La séquence a été supprimée de notre site conformément à la demande du département des Yvelines.

l'info en continu
Le live nocturne d'Amine complètement dingue cartonne sur Twitch
Audiences
Le live nocturne d'Amine complètement dingue cartonne sur Twitch
Laurie Delhostal se met en retrait de la télévision pour soigner un cancer
TV
Laurie Delhostal se met en retrait de la télévision pour soigner un cancer
Audiences : Record historique aux Etats-Unis pour un match de football !
Audiences
Audiences : Record historique aux Etats-Unis pour un match de football !
"Tous en cuisine" : Cyril Lignac revient avec ses "menus de fêtes" aujourd'hui
Programme TV
"Tous en cuisine" : Cyril Lignac revient avec ses "menus de fêtes" aujourd'hui
Sébastien Thoen : "Vincent Bolloré est comme nous, il n'en a rien à foutre"
Interview
Sébastien Thoen : "Vincent Bolloré est comme nous, il n'en a rien à foutre"
Alessandra Sublet décroche un rôle dans un film pour Netflix
TV
Alessandra Sublet décroche un rôle dans un film pour Netflix