Attentats du 13 novembre : Manuel Valls dépose plainte pour "diffamation publique" après un doc d'Arte

Partager l'article
Vous lisez:
Attentats du 13 novembre : Manuel Valls dépose plainte pour "diffamation publique" après un doc d'Arte
Un témoin anonyme porte des accusations graves contre Manuel Valls dans un documentaire d'Arte © Abaca
L'ex-Premier ministre dénonce aujourd'hui des "affirmations d'une violence inouïe".

L'ex-Premier ministre dénonce la "violence" d'un documentaire d'Arte. Ce jeudi, à travers une série de tweets, Manuel Valls annonce déposer plainte du chef de "diffamation publique envers une personne publique" à la suite de la diffusion d'un documentaire, baptisé "Les ombres du Bataclan", le 3 septembre dernier sur Arte.

À lire aussi
"Au tableau !" : Mélissa Theuriau annonce le retour de l'émission et son transfert de C8 à Canal+
Politique
"Au tableau !" : Mélissa Theuriau annonce le retour de l'émission et son transfert...
Marine Le Pen : "Ce n'est pas à Monsieur Bolloré de décider qui doit être président de la République"
Politique
Marine Le Pen : "Ce n'est pas à Monsieur Bolloré de décider qui doit être...
Concentration des médias : Le Sénat lance sa commission d'enquête mercredi
Politique
Concentration des médias : Le Sénat lance sa commission d'enquête mercredi
"La bataille de l'Élysée" : François-Xavier Ménage porte la nouvelle offre politique de TF1 dès le lundi 6 décembre
Politique
"La bataille de l'Élysée" : François-Xavier Ménage porte la nouvelle offre...

Pour rappel, le vendredi 3 septembre, la chaîne franco-allemande avait proposé en deuxième partie de soirée un documentaire revenant sur les coulisses politiques des attentats du 13 novembre 2015. Dans ce film, la parole avait été donnée à un grand nombre d'intervenants, dont Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, respectivement Premier ministre et ministre de l'Intérieur à l'époque.

"Manuel Valls avait besoin de s'accaparer les bonnes grâces au sein des policiers"

Au cours du documentaire, un ancien officier du renseignement, nommé Franck B. et dont le visage n'a pas été révélé, a porté de lourdes accusations contre Manuel Valls. "Il n'y avait non seulement le Raid qui aurait pu intervenir (au Bataclan, ndlr), mais non loin, il y avait également l'équipe du GIGN à la caserne des Célestins, qui était présente, qui finissait un entraînement de lutte anti-terroriste et qui était en mesure d'intervenir rapidement", a raconté le témoin anonyme. Et de lâcher : "Ce qui se disait chez les personnes qui avaient accès à l'information, c'est que c'était bien un ordre de Valls (de ne pas faire intervenir le GIGN et le Raid, ndlr)".

"A ce moment-là, on était dans un contexte particulier. Nous avions Manuel Valls qui, en tant que Premier ministre, visait clairement le poste de président de la République. Il avait besoin de s'accaparer les bonnes grâces au sein des policiers. Ce qui n'était pas gagné", a poursuivi l'individu à la voix altéré par la chaîne. Et d'ajouter : "Il fallait mettre en avant les policiers. Quitte à ne pas faire intervenir certains et privilégier d'autres, comme par exemple la BRI". puremedias.com vous propose de visionner la séquence.

"Ces affirmations d'une violence inouïe"

Des propos que l'ancien élu à la mairie de Barcelone dément fermement dans sa série de tweets aujourd'hui. "Il est affirmé que j'aurais privilégié comme Premier ministre des intérêts électoraux au détriment de l'efficacité des interventions des forces de l'ordre lors de la nuit des attentats du 13 novembre 2015. Cela revient à m'imputer un cynisme quasi-diabolique puisque je n'hésiterais pas à sacrifier des vies humaines sur l'autel d'un tortueux calcul électoral", écrit Manuel Valls.

"Ces propos dépassent largement les limites admissibles de la liberté d'expression", enchaîne l'ex-chef du gouvernement, pointant du doigt "ces affirmations d'une violence inouïe", "formulées sans aucun souci d'exactitude et sur lesquelles il ne (lui) a pas été permis de répondre précisément", qui "caractérisent à l'évidence le délit de diffamation publique envers une personne publique".

Contactée par puremedias.com, la chaîne Arte n'a pas encore réagi à l'annonce du dépôt de plainte de Manuel Valls.

Manuel Valls
Manuel Valls
Manuel Valls devient chroniqueur pour BFMTV et RMC
Manuel Valls : "Une partie de la gauche est prête à excuser ceux qui ont tué les journalistes de 'Charlie Hebdo'"
Manuel Valls fait condamner "Paris Match" pour "atteinte à la vie privée"
Voir toute l'actualité sur Manuel Valls
Autour de Manuel Valls
l'info en continu
Affaire PPDA: Florence Porcel dépose une nouvelle plainte pour viol avec constitution de partie civile
Justice
Affaire PPDA: Florence Porcel dépose une nouvelle plainte pour viol avec...
Fusion TF1-M6 : Alain Weill candidat pour racheter une de leurs chaînes et créer "L'Express TV"
TV
Fusion TF1-M6 : Alain Weill candidat pour racheter une de leurs chaînes et créer...
"Envoyé spécial" sur Nicolas Hulot : Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "viol" et "agression sexuelle"
Justice
"Envoyé spécial" sur Nicolas Hulot : Le parquet de Paris ouvre une enquête pour...
Elise Lucet : "Il n'y a pas de prescription dans le journalisme"
TV
Elise Lucet : "Il n'y a pas de prescription dans le journalisme"
Ecran noir : "Quotidien" victime d'un problème technique sur TMC
TV
Ecran noir : "Quotidien" victime d'un problème technique sur TMC
"Angèle" : La chanteuse belge au centre d'un documentaire sur Netflix
Netflix
"Angèle" : La chanteuse belge au centre d'un documentaire sur Netflix