Blocage des sites pornographiques : Comment le gouvernement veut enfin tenter d'interdire leur accès aux mineurs

Partager l'article
Vous lisez:
Blocage des sites pornographiques : Comment le gouvernement veut enfin tenter d'interdire leur accès aux mineurs
Par Tom Kerkour Journaliste
Ayant grandi à l'heure où YouTube empiète sur le petit écran, Tom Kerkour savoure autant un épisode de "Cauchemar en cuisine" que du Joueur du Grenier. Captivé par le bouleversement des médias à l'ère digitale/numérique, il intègre la rédaction de Puremédias en décembre 2022.
Le ministre délégué au Numérique Jean-Noël Barrot présente son plan pour protéger les mineurs. © Abaca
Le contrôle de l'âge des visiteurs de sites pornographiques et censé être strictement encadré depuis 2020. Pour la première fois, un décret devrait permettre d'appliquer cette consigne aux multiples barrières.

En juin 2020, les parlementaires français adoptaient la loi de protection des victimes de violences conjugales. Au milieu de celle-ci, un amendement porté par la sénatrice Marie Mercier (LR), qui s'attaque à une tangente : la pornographie consommée par les mineurs. Le but de son texte - adopté sans accrocs -, forcer les sites pornographiques à mieux contrôler l'âge des utilisateurs, pour barrer l'accès aux mineurs. En clair, ne pas se contenter d'un "J'ai plus de 18 ans, oui/non", qui ne protégeait pas grand-chose.

À lire aussi
"Je ne sais pas pourquoi j'ai chopé cette info" : Mathilde Panot (LFI) se prend les pieds dans le tapis face à Benjamin Duhamel sur BFMTV
Politique
"Je ne sais pas pourquoi j'ai chopé cette info" : Mathilde Panot (LFI) se prend...
"Des négociations âpres avec TF1" : Marine Tondelier explique pourquoi Manuel Bompard (LFI) représentera le Nouveau Front populaire au débat du 25 juin
Politique
"Des négociations âpres avec TF1" : Marine Tondelier explique pourquoi Manuel...
"Mon grand-père était dans la Waffen-SS..." : Europe 1 publie puis supprime de ses réseaux un témoignage problématique d'un auditeur de Cyril Hanouna
Politique
"Mon grand-père était dans la Waffen-SS..." : Europe 1 publie puis supprime de ses...
"Vous allez m'obliger à sortir de ma réserve" : Un journaliste de France 3 recadre fermement un candidat RN sur la privatisation de l'audiovisuel public
Politique
"Vous allez m'obliger à sortir de ma réserve" : Un journaliste de France 3 recadre...

Deux ans après le vote de cette loi... Rien, ou plutôt, pas grand-chose. Un décret d'application a, dans les faits, accordé à l'Arcom le pouvoir de contrôler les sites qui ne se plient pas aux règles, de les mettre en demeure, puis de les assigner en justice pour, peut-être, demander leur blocage. Le régulateur est aujourd'hui engagé devant les tribunaux avec quelqu'une de ces plateformes, Pornhub, Tukif, XHamster, Xnxx et Xvidéos. Aucun n'a mis en ligne de système de vérification de l'âge considéré comme fiable.

Comme le montrent ces longues procédures, face à la justice, le régulateur peine à faire entendre ses arguments. Et pour cause, jusqu'à très récemment, les sites avaient une défense difficile à contrer. Si la loi exige que les sites contrôlent l'âge des internautes intéressés par le contenu pour adultes, dans les faits, aucun dispositif de vérification ne pouvait être mis en place. Si bien que la justice a ordonné aux différents acteurs de s'asseoir autour d'une table pour une médiation.

Cul-de-sac légal

La raison de ce cul-de-sac est technique. Pour contrôler l'âge d'une personne, il faut en obtenir des données personnelles. Or, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (Cnil) a pour mission de protéger les internautes des collectes qui pourraient leur porter préjudice. Elle s'est par exemple opposée à ce que les sites puissent demander la carte d'identité des visiteurs. Dans un avis rendu en 2021, elle jugeait que ces données étaient trop sensibles, surtout puisqu'il s'agit d'un contenu aussi intime.

Protection des données personnelles versus protection des mineurs, sur ce dossier, Arcom et Cnil s'opposent. Sans que l'une ou l'autres des autorités n'ait l'ascendant sur l'autre. Une difficulté à se mettre d'accord qui a courroucé Roch-Olivier Maistre, le président de l'Arcom. Comme l'a révélé "Le Figaro", il a critiqué en privé la Cnil et menacé de leur "voler dans les plumes" s'ils n'y mettaient pas du leur.

Mais, pour la première fois, la question semble aboutir. Comme l'a annoncé le ministre délégué au Numérique Jean-Noël Barrot au "Parisien", le gouvernement a repris les choses en main. "Ce qui va changer c'est que, l'Arcom et la Cnil, ont trouvé un moyen d'établir un référentiel, des lignes directrices pour que des solutions soient robustes, fiables, ne puissent pas être facilement contournées", a-t-il expliqué jeudi soir chez franceinfo: "Ce n'est pas l'Etat qui va mettre en place cette solution, les deux régulateurs vont fournir un cahier des charges, ensuite, les sociétés privés vont ensuite développer des solutions". Il devrait être rendu public prochainement.

Deux millions de mineurs exposés

Voici comment vont devoir procéder les sites, grâce au système dit du "tiers de confiance". Jamais l'utilisateur ne communiquera ses données directement aux sites X. Il devra les transmettre à un acteur tiers, "peut-être votre opérateur télécom", qui fournira une attestation de majorité. Elle doit ensuite être transmise par l'utilisateur au site pour adulte. Un mécanisme qui contourne les principales craintes de la Cnil mais peut être plus embêtant pour les utilisateurs. "Cela fonctionnera un peu comme le contrôle demandé par votre banque lorsque vous réalisez un achat en ligne, sauf que ce certificat de majorité sera anonyme", a expliqué le ministre délégué. Le plus important, le tiers ne sait pas pourquoi l'attestation est demandée et le site pour adulte ne sait pas à qui appartient l'attestation.

Avec son système, le gouvernement veut mettre fin à un problème qui n'a que trop duré. En France, 19 millions de visiteurs pour adultes ont été recensés par Médiamétrie en avril 2022. Parmi eux, 2 millions (12%) sont mineurs, et parfois vraiment très jeunes. Le dossier est pourtant loin d'être bouclé. Si Jean-Noël Barrot espère une entrée en vigueur d'ici le mois de septembre, son projet doit obtenir l'aval du Conseil d'État, de l'Arcom, de la Cnil, de l'Union Européenne... Sans oublier les nombreux recours que les sites X s'apprêtent à déposer. Armés des meilleurs avocats de Paris, ils ne comptent pas lésiner sur le moyens pour bloquer ce texte qui pourrait porter un sérieux coup à leur business.

l'info en continu
"Pascal Praud a toujours prêché pour l'union des droites" : Laurent Joffrin fait le bilan de ses années à CNews dans "Complément d'enquête" sur France 2
TV
"Pascal Praud a toujours prêché pour l'union des droites" : Laurent Joffrin fait...
"C'est inacceptable" : Leona Winter ("Drag Race France") présente ses "excuses" après l'apparition d'une vidéo d'elle en train de faire un "blackface"
TV
"C'est inacceptable" : Leona Winter ("Drag Race France") présente ses "excuses"...
"Un immense commentateur" : François Janin, ancien directeur des sports de TF1 et passé par "Stade 2", est mort
TV
"Un immense commentateur" : François Janin, ancien directeur des sports de TF1 et...
"Vos messages d'affection m'ont beaucoup touché" : Dix jours après sa violente agression, Olivier Ménard de retour sur la chaîne L'Équipe
TV
"Vos messages d'affection m'ont beaucoup touché" : Dix jours après sa violente...
Netflix : 4 jours après sa sortie, ce film basé sur un fait divers hallucinant détrône le phénomène "Sous la Seine"
Netflix
Netflix : 4 jours après sa sortie, ce film basé sur un fait divers hallucinant...
Inès Reg fait volte-face et abandonne son projet de fiction pour TF1, la production lui cherche une remplaçante
TV
Inès Reg fait volte-face et abandonne son projet de fiction pour TF1, la...