Cinéma français : Mathieu Kassovitz dénonce une "partouze artistico-commerciale"

Partager l'article
Vous lisez:
Cinéma français : Mathieu Kassovitz dénonce une "partouze artistico-commerciale"
Mathieu Kassovitz s'explique dans "La Quotidienne du cinéma" sur TPS Star © TPS Star
Invité sur TPS Star, l'acteur et réalisateur français a expliqué pourquoi il s'était enflammé sur Twitter, allant jusqu'à dire qu'il "enc**** le cinéma français".

Mathieu Kassovitz n'y est pas allé par quatre chemins il y a quinze jours quand il a voulu exprimer sa frustration face à la liste des nominations pour les prochains César. Nommé une seule fois pour son film "L'ordre et la morale", qui figure sur notre liste des 20 flops ciné de l'année 2011, le film historique n'est présent que dans la catégorie meilleur scénario adapté.

À lire aussi
Audiences : "Capitaine Marleau" leader en baisse devant "Koh-Lanta", "Secrets d'Histoire" sur le Prince Philip faible
Audiences
Audiences : "Capitaine Marleau" leader en baisse devant "Koh-Lanta", "Secrets...
C8 veut devenir une chaîne "solidaire et utile"
TV
C8 veut devenir une chaîne "solidaire et utile"
Publicité clandestine dans "L'Equipe d'Estelle" : Le CSA intervient auprès de la chaîne L'Equipe
TV
Publicité clandestine dans "L'Equipe d'Estelle" : Le CSA intervient auprès de la...

"Une seule nomination aux césars. J encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde" a ainsi tweeté le réalisateur du film, à qui l'on doit aussi notamment "La Haine" et "Les Rivières Pourpres". Devant la vague de réponses des membres du réseau social, Mathieu Kassovitz a enfoncé le clou : "Je m en fout des césars. Je n'y ai jamais mis les pieds. Je suis juste choqué par le manque d intérêt".

"Que le public n'y aille pas, je n'ai aucun problème avec ça"

Cette semaine, l'acteur et réalisateur français a enfin eu l'occasion de s'expliquer sur ce dérapage. Invité de "La Quotidienne du cinéma" sur TPS Star, Mathieu Kassovitz est d'abord revenu sur sa réaction après l'annonce des nominations. "Ce n'était pas douloureux, pas du tout. Sérieusement. Je trouve que c'est un film assez fort, (long et compliqué) à faire et qui est un film très français. Que le public n'y aille pas, pour différentes raisons, je n'ai aucun problème (avec ça). Je comprends que les gens n'aient pas envie de voir ça et qu'ils aient envie de choses beaucoup plus simples. Mais que l'industrie ne comprenne pas que ce genre de films doit faire partie du panel du cinéma français, je trouve ça un petit peu difficile", a-t-il expliqué.

C'est ensuite au cinéma français en lui-même que Mathieu Kassovitz s'en est pris, reprochant son manque d'ambition. "Ca n'a rien à voir avec la qualité des films, mais je trouve que dans l'ensemble du cinéma français, on manque d'une ambition très simple qui est celle du cinéma. On fait des films, on oublie un petit peu le côté cinéma", a-t-il lancé. "On est soit sur des imitations de films américains sur lesquels on n'est pas assez (bon) soit dans des films qui (sont trop bons pour la télé mais pas assez pour le cinéma)".

"Cette partouze artistico-commerciale n'est pas excitante"

Accompagné de Sylvie Testud, réalisatrice et scénariste du film "La Vie d'une autre" dont l'acteur tient le premier rôle aux côtés de Juliette Binoche, Mathieu Kassovitz a ensuite évoqué le côté trop corporatiste du cinéma français, qui empêche les jeunes talents de se faire entendre puisqu'ils n'ont pas les relations nécessaires pour percer. "On travaille dans des tout petits groupes, on retrouve les mêmes acteurs dans les mêmes films faits par des copains... Je trouve que cette partouze artistico-commerciale n'est pas excitante. Et j'en suis extrêmement malheureux", a expliqué l'acteur.

Selon lui, le milieu du cinéma français a beaucoup changé ces dernières années et personne ne pourrait aujourd'hui mettre sur pied un film comme "La Haine", que Mathieu Kassovitz a réalisé en 1995. "(Même moi), si je voulais faire "La Haine 2", je ne pourrais pas. Impossible. Personne ne voudrait mettre le doigt dedans ! Et si on allait jusqu'au bout, je ne suis même pas sûr que le film sortirait parce que les distributeurs diraient "Je ne veux pas de ce public dans nos salles", a-t-il regretté.

l'info en continu
Audiences radio, le match des soirées : Sintès large leader en repli, Sotto chute, Bugier en légère hausse
Audiences
Audiences radio, le match des soirées : Sintès large leader en repli, Sotto chute,...
Désinvitée par "C à vous", Sonia Mabrouk pointe une "inélégance" et un "irrespect"
TV
Désinvitée par "C à vous", Sonia Mabrouk pointe une "inélégance" et un...
Remarque sexiste sur LCI : "Une petite blague populaire", assume Julien Odoul
TV
Remarque sexiste sur LCI : "Une petite blague populaire", assume Julien Odoul
Audiences radio, le match des humoristes : Les comiques de France Inter régressent, Canteloup repasse devant Rovelli
Audiences
Audiences radio, le match des humoristes : Les comiques de France Inter...
Audiences chaînes info : LCI et BFMTV au coude-à-coude mercredi soir
Audiences
Audiences chaînes info : LCI et BFMTV au coude-à-coude mercredi soir
Christopher Baldelli nouveau patron de Public Sénat, Bertrand Delais reconduit à la tête de LCP
TV
Christopher Baldelli nouveau patron de Public Sénat, Bertrand Delais reconduit à...
Vidéos Puremedias