François Sureau sur Inter : "La presse a été pendant la première partie du confinement étonnamment lamentable"

Partager l'article
Vous lisez:
François Sureau sur Inter : "La presse a été pendant la première partie du confinement étonnamment lamentable"
François Sureau sur France Inter © France Inter
Le nouvel académicien était ce matin l'invité de Nicolas Demorand dans la matinale de France Inter.

Un tacle appuyé à la presse. Invité ce matin de France Inter pour présenter son dernier ouvrage consacré à Guillaume Apollinaire, François Sureau a vertement critiqué le travail des journalistes durant la crise sanitaire entamée il y a un an.

À lire aussi
Fabrice Luchini confie être "allé avec inquiétude" dans "On n'est pas couché" sur F2
Radio
Fabrice Luchini confie être "allé avec inquiétude" dans "On n'est pas couché" sur...
"Vous êtes un voyou !" : Jean-Michel Aulas s'écharpe avec Daniel Riolo sur RMC
Radio
"Vous êtes un voyou !" : Jean-Michel Aulas s'écharpe avec Daniel Riolo sur RMC
Philippe Caverivière se moque des audiences de RTL : "On est premiers derrière France Inter !"
Radio
Philippe Caverivière se moque des audiences de RTL : "On est premiers derrière...
"Bonjour Marine Le Pen" : puremedias dans les coulisses des "Matins présidentiels" de franceinfo:
Radio
"Bonjour Marine Le Pen" : puremedias dans les coulisses des "Matins présidentiels"...

Estimant qu'un "gouvernement raisonnablement coupable" avait fait en sorte pendant un an de transférer la responsabilité de la crise sur un "peuple innocent", l'avocat a accusé l'ensemble des citoyens mais aussi la presse d'avoir participé gaiement à ce mouvement de transfert. "La presse par exemple a été pendant la première partie du confinement étonnamment lamentable dans son absence d'esprit critique", a-t-il cinglé.

Amené à préciser sa pensée par Nicolas Demorand, celui qui est aussi un conseiller de l'ombre d'Emmanuel Macron a raconté : "Il m'est arrivé d'entendre sur une chaîne de télévision dans une émission de grande écoute - je pensais ne jamais avoir à entendre quelque chose de ce genre... Une question un peu désagréable, normalement critique, avait été posée au ministre de la Santé qui a manifesté une impatience à l'égard de cette manifestation incongrue d'esprit critique. Pour aussitôt voir le journaliste présent à l'antenne dire : 'Ah mais ne vous en faites pas. Nous sommes là pour rassurer les Français'. 'Pour RASSURER les Français'...", a déploré François Sureau.

"Pas à la hauteur de ce que l'on est en droit d'attendre des contre-pouvoirs"

Et de poursuivre : "Les six premiers mois de cette affaire (la crise sanitaire, ndlr) ont été caractérisés par ça... Ensuite, l'analyse critique de ce qu'il se passe, l'analyse profonde de cet effondrement de la gestion technocratique du monde, progresse mais ne reste pas à la hauteur de ce que l'on est en droit d'attendre des contre-pouvoirs. Je parle de la presse. Je pourrais également parler du Parlement qui s'est pratiquement mis en vacances", a conclu l'écrivain. puremedias.com vous propose de revoir cet entretien ici.

l'info en continu
Canal+ pourra désormais diffuser les films six mois après leur sortie en salles
Cinéma
Canal+ pourra désormais diffuser les films six mois après leur sortie en salles
Box-office France : "Encanto" chasse "Les Bodin's", "House of Gucci" 3e, démarrage difficile pour le biopic sur NTM
Box-office
Box-office France : "Encanto" chasse "Les Bodin's", "House of Gucci" 3e, démarrage...
"Je connais les méthodes de F2 !" : Patrick Balkany très remonté contre "Complément d'enquête"
TV
"Je connais les méthodes de F2 !" : Patrick Balkany très remonté contre...
"Je paye pour ce que je veux regarder" : Estelle Denis favorable à la suppression de la redevance télé
TV
"Je paye pour ce que je veux regarder" : Estelle Denis favorable à la suppression...
Salto, une première année dans la douleur
SVOD
Salto, une première année dans la douleur
"Walkyries" : Une nouvelle série avec Hélène de Fougerolles et Grégory Fitoussi à venir sur TF1
Séries
"Walkyries" : Une nouvelle série avec Hélène de Fougerolles et Grégory Fitoussi à...