Grégoire Margotton : "Je me prépare à la Coupe du monde depuis 48 ans"

Partager l'article
Vous lisez:
Grégoire Margotton : "Je me prépare à la Coupe du monde depuis 48 ans"
Grégoire Margotton
Grégoire Margotton © TF1
A l'occasion de la Coupe du monde de football en Russie, le journaliste de TF1 s'est confié à puremedias.com.

puremedias.com au rythme de Moscou. A l'occasion de la Coupe du monde de football, qui se déroulera en Russie du 14 juin au 15 juillet, les personnalités de l'univers du ballon rond se confient pendant un mois pour parler du mythique tournoi de football et de leur actualité à la télévision ou à la radio. Ainsi, Grégoire Margotton, journaliste sur TF1 et commentateur de matchs de football et de handball, a répondu à notre sollicitation.

À lire aussi
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste médiatique Christophe Prudhomme
TV
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste...
"Ils enterrent des pokemons" : Dérapage sur BFMTV lors de l'hommage en Chine aux victimes du coronavirus (màj)
TV
"Ils enterrent des pokemons" : Dérapage sur BFMTV lors de l'hommage en Chine aux...
Se croyant hors antenne, Sophie Coste enguirlande son fils en direct sur Chérie FM
Radio
Se croyant hors antenne, Sophie Coste enguirlande son fils en direct sur Chérie FM

Propos recueillis par Florian Guadalupe. L'entretien a été réalisé le jeudi 17 mai.

Partie Coupe du monde

puremedias.com : Quel est votre meilleur souvenir d'une Coupe du monde ?
Grégoire Margotton : C'est toujours la première. J'avais 8 ans en 78. Je faisais le mur avec mon frère aîné pour regarder les matchs de la Coupe du monde en Argentine. Ca correspond à mes premiers souvenirs de football. Et professionnellement, c'est toujours la première et c'était 1998, en France, avec Canal+. Et j'ai envie aussi de vous répondre la prochaine !

Ils ont dit
"Si la France se retrouve au début de la finale, elle aura autant de chances que son adversaire"
Grégoire Margotton

Quel est le plus mauvais souvenir ?
Ce sont des Coupes du monde qui ne laissent pas de souvenirs. Celles dont on a oublié la finale. Celles qui n'ont pas été avec du grand jeu. Je n'ai pas un très grand souvenir de 1994 aux Etats-Unis, ni de 2002, qui correspond à une équipe de France pas grandiose. Et je n'ai pas un grand souvenir de 2010 et vous comprenez sans doute pourquoi.

Quel joueur a marqué ce début de siècle ?
Quelle question ! Mon dieu ! Il y a eu deux générations en 18 ans. Il est là le problème. Celui qui a marqué les dix premières années, c'est Zidane. Il était toujours au sommet en 2006. Celui qui a marqué les dix dernières, c'est un joueur qui n'a pas encore gagné la Coupe du monde. Vous faites votre choix. Il s'appelle Cristiano ou Lionel. Et il peut aussi s'appeler Antoine.

Qui sera la surprise pour cette Coupe du monde en Russie ?
Des surprises en Coupe du monde, il n'y en a pas énormément. C'est rare. Il y a des sensations. On peut découvrir des joueurs jusqu'en huitièmes ou en quarts de finale. Quand arrivent les demi-finales et la finale, on se retrouve avec des pays où il n'y a pas de joueurs surprise. Neymar ou Gabriel Jesus ne seront pas des surprises s'ils arrivent au bout avec le Brésil. Messi et d'autres, pareil avec l'Argentine. Si les Français vont jusqu'au bout, Mbappé, Pogba, Griezmann ne seraient pas des surprises. Des surprises, je ne pense pas, mais des sensations et des découvertes, il y en a toujours.

Les Bleus peuvent-ils aller jusqu'au bout ?
Bien sûr. Aujourd'hui, il y a plus fort qu'elle. Mais le 15 juillet, si la France se retrouve au début de la finale, elle aura autant de chances que son adversaire.

Partie médias

Ils ont dit
"Je me prépare depuis 48 ans"
Grégoire Margotton

Comment abordez-vous cette Coupe du monde sur TF1 ?
Avec envie, parce que je n'ai pas commenté beaucoup de matchs de foot depuis six mois. Tout d'un coup, je vais beaucoup vous saouler (rires). Je passerai chez vous tous les jours ou presque. J'ai très envie de commenter et de retrouver ce rythme d'un match tous les jours ou d'un match tous les deux jours. J'ai envie aussi de voyager et de passer du temps avec une toute petite équipe. J'aime bien ce format-là. Avec Bixente Lizarazu, on s'entend bien et j'ai envie de passer un mois avec lui en Russie. J'ai envie de voir des beaux matchs de foot et envie de voir des matchs de foot improbables ! Le premier est tout de même assez improbable entre la Russie et l'Arabie Saoudite, par exemple. On va découvrir des joueurs qu'on ne connaît pas. Je vous mets au défi de me citer le 11 saoudien. Même moi, je ne pouvais pas le faire. J'espère pouvoir le faire le 14 juin quand on fera le match d'ouverture !

Depuis combien de temps vous préparez-vous à cette compétition ?
Je me prépare depuis 48 ans (rires). Réponse bien classique. Je me prépare depuis la mi-mai. C'est une préparation au long cours. Les matchs de l'équipe de France que j'ai pu commenter depuis deux ans maintenant m'ont préparé à commenter les Bleus. Je regarde depuis plusieurs mois tous les championnats pour voir les joueurs des équipes nationales dans leurs clubs.

Il s'agira de votre première Coupe du monde sur TF1. C'est le Graal de pouvoir commenter les matchs des Bleus dans ce tournoi ?
Je ne sais pas si c'est le Graal. C'était déjà très agréable de commenter l'Euro. Je ne fonctionne pas comme ça. Je me dis que je vais essayer d'être à la hauteur du truc. Ca reste un événement extraordinaire. C'est une chance folle, tout simplement, d'être diffuseur exclusif en clair des Bleus. C'est une chance folle de pouvoir faire vivre les plus beaux matchs. On aura peut-être 6, 7, 8, 15, peut-être 20, 22 millions de téléspectateurs.

Vous allez donc être la voix la plus écoutée de France pendant un mois.
J'espère que les gens que je vais saouler pendant un mois le vivront bien. J'ai toujours eu cette chance-là de parler à une caméra. Je n'arrive pas à imaginer qu'il y a derrière cette caméra et ce micro parfois 100.000 et parfois 20 millions de personnes. Je n'y pense pas.

Ils ont dit
"'Koh-Lanta', 'The Voice', 'Danse avec les stars', ce n'est pas comparable une seule seconde avec un France/Brésil ou un France/Allemagne en finale de Coupe du monde"
Grégoire Margotton

Comment expliquez-vous que le football soit un si grand vecteur d'audience ?
Ce qui fédère, c'est l'inconnu, c'est le direct, c'est le côté mondial. Tout ça, ce n'est pas réuni souvent. J'ai eu la chance de découvrir le handball avec TF1. Quand on parle de l'équipe de France dans un tournoi mondial et qu'on parle de demi-finale ou de finale, on s'aperçoit qu'il y a 7, 8, 10 millions de personnes qui regardent du handball. Quand tout est réuni, il y a du suspens. Un match de l'équipe de France de football, c'est quelque chose qu'on a envie de vivre en direct. C'est l'un des derniers spectacles en direct qui intéresse et qui réunit toute la famille et toutes les générations. On comprend que ce soit fédérateur. Il y a des programmes très puissants sur TF1, "Koh-Lanta", "The Voice", "Danse avec les stars", mais ce n'est pas comparable une seule seconde avec un France/Brésil ou un France/Allemagne en demi-finale ou en finale de Coupe du monde. On est dans une autre dimension. C'est un moment de partage devant une télé ou devant un écran géant dans une fanzone. Puis, surtout, cette équipe de France nous donne envie plus qu'à certaines époques !

Que pensez-vous des nouvelles recrues du groupe TF1 pour la Coupe du monde ?
Au-delà de l'attractivité du programme qui est proposé à ces consultants et à ces commentateurs, peut-être qu'ils ont plus envie qu'à une certaine époque de rejoindre le groupe TF1 pour un mois, pour deux mois ou pour plus longtemps. Il y a un côté attractif plus fort qu'à une époque. C'est assez enthousiasmant. Ca veut dire qu'il y a pas mal de gens qui veulent vivre cette Coupe du monde avec nous. Je ne sais pas si c'est l'endroit où il faut être, mais je n'ai pas l'impression d'être dans un endroit "du passé" où personne n'a envie de venir.

Pendant six mois, vous n'avez pas commenté beaucoup de matchs. Est-ce que le rythme que vous aviez auparavant à Canal+ vous manque ?
Pas du tout ! Pas une seule seconde. Pendant ces six mois, j'ai fait un film sur les Bleus qui m'a pris beaucoup de temps. Ca me permet aussi de prendre un peu de recul. J'ai la chance d'avoir un peu plus de télé à partir de la rentrée. Ca m'a permis aussi de réfléchir à certaines choses, de regarder à droite et à gauche, et de réfléchir sur mon métier pour pouvoir repartir sur un rythme différent, à partir du mois de septembre. J'ai eu la possibilité de faire un peu de handball. Puis mon rythme en ce moment est terrible. Je vais repartir dans un rythme de fou.

Ils ont dit
"On sera les seuls à proposer le témoignage d'Aimé Jacquet"
Grégoire Margotton

Vous avez travaillé sur un documentaire sur les 20 ans de la victoire des Bleus en 1998, qui sera diffusé sur TF1. Que va-t-on retrouver dans cette production ?
On va retrouver de l'émotion, de l'information, du sourire et surtout les champions du monde. Je ne m'avance pas sur ce que la concurrence va proposer. Je pense qu'il y aura d'autres films sur cet anniversaire et c'est assez logique. Beaucoup de chaînes ont envie d'en parler. Je pense qu'on sera les seuls à proposer le témoignage des 22 Bleus. On sera aussi les seuls à proposer le témoignage d'Aimé Jacquet. Il ne parle plus de cette période-là et plus de ce titre-là depuis des années. Il nous a fait l'amitié de nous parler et, je crois, de ne parler qu'à nous. Pour tout vous dire, s'il y en a un qui m'émeut et qui me fait rire jusqu'à avoir la larme à l'oeil, c'est Aimé Jacquet. On sera différent des autres et on sera les seuls à raconter toute la Coupe du monde avec la possibilité de raconter les matchs et de revivre toute l'histoire avec tous les acteurs de cette époque-là. Ce sont eux qui vont raconter leur Coupe du monde 20 ans après, avec leur recul, leurs analyses et leur maturité. Quand je revois ces séquences-là, ça a été très dur de faire des choix tellement il y avait des choses à choisir dans les interviews qu'on a pu conduire. Quand je revois ce qu'on a fait, je suis assez fier.

Quelques jours avant la Coupe du monde, il y a un autre événement pour fêter les 20 ans du sacre de l'équipe de France. C'est ce match de gala des Bleus qui sera diffusé sur TF1 le 12 juin prochain. Qui va-t-on retrouver sur le terrain ?
On aura les joueurs de l'équipe de France de 1998 qui seront dans la U-Arena de Nanterre, sans Didier Deschamps qui sera déjà en Russie. En face, le nom des adversaires, je le saurai au dernier moment, mais la sélection sera mondiale. C'est tout ce que je peux vous dire. Elle sera la plus belle possible.

Ils ont dit
"Le nom de 'Téléfoot' ne changera pas à la rentrée"
Grégoire Margotton

A la rentrée, vous prenez les commandes de "Téléfoot" sur TF1. Vous remplacez Christian Jeanpierre. Aviez-vous demandé à animer cette émission ?
Je ne le remplace pas, je lui succède. Ce n'est pas pareil ! Ce n'est pas le même verbe. Mais sinon, non, ça s'est fait comme ça avec la direction des sports de TF1.

Qu'est-ce que ça représente pour vous "Téléfoot" ?
Ca représente ce qu'on a vu à l'antenne toute la saison avec Christian, c'est-à-dire 40 ans. J'ai 48 ans. Vous faites le calcul. Ca veut dire que ça représente mes premiers souvenirs du football. Mes parents n'étaient pas trop favorables à ce que je puisse veiller à cette époque-là devant la télévision (Jusqu'en 1981, l'émission était diffusée en seconde partie de soirée, ndlr). J'allais alors dormir chez des copains pour avoir la possibilité, sans mes parents, de regarder "Téléfoot" le soir. Oui, ce sont des souvenirs hyper forts et Pierre Cangioni (le premier présentateur de l'émission en 1977, ndlr), pour moi, c'est toute mon enfance. Puis derrière, il y a eu beaucoup de présentateurs. Christian a eu la chance de présenter longtemps "Téléfoot". J'espère que je la présenterai aussi longtemps que lui. J'espère contribuer à ma toute petite mesure à l'histoire de cette émission. Mais je ne suis pas seul, c'est une équipe. Puis, un scoop ! Le nom de "Téléfoot" ne changera pas. Ca va rester "Téléfoot".

C'était ce qui était prévu, non ?
Oui, oui. Mais aujourd'hui, tout va si vite. C'est un scoop. Ca s'appellera toujours "Téléfoot" et j'espère que ça le restera dans 50 ans, évidemment sans moi (rires).

Ils ont dit
"Vous voulez vraiment que je bosse neuf jours sur huit !"
Grégoire Margotton

Cette saison, vous avez fait vos premiers pas aux commentaires du handball pour le groupe TF1. Est-ce qu'on vous retrouvera la saison prochaine aux commentaires de ce sport ? Vous pourriez aller vers d'autres disciplines ?
Si mon rythme me permet de commenter du handball, je le ferai avec grand plaisir. Je n'ai pas découvert le handball mais j'ai découvert le commentaire du hand avec les mondiaux masculins, il y a peu près un an. J'ai adoré ça. J'ai adoré les filles championnes du monde aussi en décembre dernier. Je ne regardais pas beaucoup de hand il y a deux ans. Aujourd'hui, j'en consomme beaucoup. Ca peut être d'autres sports aussi, le criquet, le tir à l'arc. Je n'en ai aucune idée. J'ai toujours adoré le sport au sens large. Bien sûr que le foot m'a accompagné depuis 30 ans, mais d'autres sports aussi. Je suis ouvert à tout.

Outre les commentaires et "Téléfoot", comptez-vous animer d'autres émissions à la rentrée ?
Non. Ce n'est pas prévu ! Mais vous voulez vraiment que je bosse neuf jours sur huit ! "Téléfoot" une fois par semaine, plus des commentaires de l'équipe de France ou de grands matchs internationaux, ça suffira ! Ca me va très bien comme rythme.

Avez-vous d'autres projets de documentaires ?
Là encore, c'est quelque chose qui ne se voit que tous les six mois ou tous les ans et qui ne dure qu'une heure. On ne se rend pas compte comment ça demande du temps, du travail et de la préparation. Vu le programme que je vais avoir à la rentrée, je ne suis pas sûr que j'en prépare de nouveaux dans l'immédiat. Attendons déjà de voir si celui sur les 20 ans des Bleus sera bien accueilli. S'il l'est, ça donnera peut-être d'autres possibilités.

Grégoire Margotton
Grégoire Margotton
L'année médias 2019 vue par... Grégoire Margotton
Grégoire Margotton (TV Notes 2019) : "On va changer des choses à la rentrée dans 'Téléfoot'"
Grégoire Margotton récupère les commandes de "Téléfoot" dès le 2 septembre sur TF1
Voir toute l'actualité sur Grégoire Margotton
Sur le même thème
l'info en continu
Audiences : France 3 leader en rediffusion, "Pékin Express" au plus haut depuis 2012, carton pour "The Mandalorian"
Audiences
Audiences : France 3 leader en rediffusion, "Pékin Express" au plus haut depuis...
Denis et Julie, gagnants de "Pékin Express" : "Nous avons eu très peur de passer encore une fois à côté"
TV
Denis et Julie, gagnants de "Pékin Express" : "Nous avons eu très peur de passer...
"Nos terres inconnues" : Raphaël de Casabianca emmène Nicole Ferroni ce soir sur France 2
Programme TV
"Nos terres inconnues" : Raphaël de Casabianca emmène Nicole Ferroni ce soir sur...
Cinémas fermés : "Forte" avec Melha Bedia et Valérie Lemercier sortira sur Amazon Prime Video le 15 avril
Cinéma
Cinémas fermés : "Forte" avec Melha Bedia et Valérie Lemercier sortira sur Amazon...
Coronavirus : Le tournage de la série "All Rise" reprend pour un épisode spécial pandémie
Séries
Coronavirus : Le tournage de la série "All Rise" reprend pour un épisode spécial...
"Le bureau des légendes" : "Le Figaro" au coeur de l'intrigue de la saison 5
Séries
"Le bureau des légendes" : "Le Figaro" au coeur de l'intrigue de la saison 5
Vidéos Puremedias