Archie Panjabi (The Good Wife) : "La série ne juge jamais ses personnages"

Partager l'article
Vous lisez:
Archie Panjabi (The Good Wife) : "La série ne juge jamais ses personnages"
CBS
2 photos
Lancer le diaporama
CBS
De passage au Festival de Télévision de Monte-Carlo, la Britannique Archie Panjabi évoque le succès de "The Good Wife", son personnage énigmatique ainsi que les similitudes d'un épisode avec l'affaire DSK. Entretien.

CBS
Elle joue l'un des personnages les plus énigmatiques et les plus fascinants de la télévision américaine. Lors du 51ème Festival de Télévision de Monte-Carlo, puremedias.com a pu rencontrer Archie Panjabi, l'interprète de Kalinda dans l'excellente série The Good Wife. Cette enquêtrice qui travaille dans le même cabinet que le personnage principal est mystérieuse, très réservée mais aussi très franche et très débrouillarde. Aux Etats-Unis, le rôle a déjà valu à l'actrice un Emmy Award l'an dernier.

De passage à Monte-Carlo, Archie Panjabi a évoqué le succès aussi bien critique que public de The Good Wife, même si elle reconnaît que les audiences sont un peu moins bonnes sur les cibles jeunes. Elle parle en détail de ce personnage unique et de ce qui la surprend le plus : que le public l'aime ! Entretien.

« Il y a un peu de magie dans le succès »



The Good Wife est une excellente série, elle fait l'objet de critiques incroyables un peu partout dans le monde. Je suppose qu'il y a un peu de fierté pour vous de faire partie d'un tel projet ?

À lire aussi
Karim Nedjari (RMC) : "Tous les clignotants sont au vert pour notre grille de midi à minuit"
Interview
Karim Nedjari (RMC) : "Tous les clignotants sont au vert pour notre grille de midi...
Pierre Croce : "Je n'imaginais pas du tout faire cette carrière de youtubeur"
Interview
Pierre Croce : "Je n'imaginais pas du tout faire cette carrière de youtubeur"
Thomas Dubois (Amazon Prime Video) : "Nous produirons une douzaine de créations en 2022"
Interview
Thomas Dubois (Amazon Prime Video) : "Nous produirons une douzaine de créations en...


Oui, je suis très fière. Je n'avais jamais fait de télévision aux Etats-Unis, alors le fait que ce soit ma première expérience et que j'ai la chance de jouer ce personnage, je n'aurais pas pu espérer mieux.

Y a-t-il eu des fois dans votre carrière où vous avez été un peu moins fière des projets auxquels vous participiez ?
Pour être honnête, j'ai tendance à choisir des rôles qui m'enthousiasment et j'adore le processus de transformation et l'idée de jouer quelqu'un de très différent de moi. Donc la plupart des rôles que j'ai choisis m'ont satisfait, que le succès ait été au rendez-vous ou non. J'aimerais continuer à sélectionner mes rôles de la sorte après The Good Wife, même si je sais bien que ce n'est pas toujours facile. Parfois, un rôle a l'air génial et finalement ce n'est pas le cas - mais pour l'instant je ne regrette rien.

Oui, parfois sur le papier un rôle peut paraître très prometteur, comme Kalinda dans le pilote de The Good Wife, mais tout aurait pu tourner beaucoup moins bien au fil des épisodes...
Voilà, on ne sait jamais ce qui sera un succès ou non. Il y a un peu de magie là-dedans, beaucoup repose sur le timing et sur la chance aussi.

« La série ne juge jamais ses personnages »



Et comment expliquez-vous le succès de The Good Wife ?
Je pense que c'est notamment parce que la série parvient à trouver un équilibre entre le côté procédural et le côté humain, tout le drame qui se tisse autour des personnages. Les téléspectateurs sont très impliqués dans les affaires juridiques parce qu'elles sont très contemporaines, très actuelles, mais il y a toujours un élément humain à côté. Et ce n'est pas juste le personnage principal mais tous les personnages secondaires. Et je pense aussi que les créateurs de la série ne jugent jamais les personnages : personne n'est parfait, personne n'est mauvais. Tous sont très complexes, avec plusieurs facettes, ce qui reflète très bien la réalité de la nature humaine. Je pense que c'est ce qui intrigue et attire les téléspectateurs parce que la nature humaine est imprévisible et c'est exactement ce que la série parvient à être.

Le personnage de Kalinda est très particulier. Vous avez des points communs avec elle ?
Je pense que je suis quand même nettement plus chaleureuse qu'elle, je souris beaucoup plus ! Mais c'est vraiment agréable de jouer un personnage qui est si froid mais aussi très direct et cynique, mais qui malgré tout est aimé du public. C'est ce qui me surprend à chaque fois. Les téléspectateurs aiment Kalinda malgré ce côté très réservé. Ca m'intrigue. J'ai fait Harvard et il y avait des cours là-dessus, sur les personnages, sur ce qui fait que les gens aiment tel ou tel personnage.

Et selon vous, qu'est-ce qui explique alors que le public l'aime ?
Je n'en sais rien... C'est l'un des plus grands mystères du personnage ! Peut-être parce qu'elle dit ce qu'elle pense et que les gens apprécient ça ? Elle est très cash, elle dit ce que tout le monde pense mais n'ose pas dire et quand elle le dit, elle n'agace pas les gens. Au contraire, ils l'écoutent. Peut-être que les gens aimeraient être comme elle ? Ou alors c'est son côté très fort : elle est débrouillarde, elle sait se servir d'une arme... Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est qu'ils ont fait un test de personnalité sur le personnage et elle ne rentre dans aucune case. Elle est un peu ci, un peu ça...

Il n'y a aucun personnage comme elle à la télé...
Oui c'est vrai. Elle est à la fois très réservée, et à la fois, si on lui pose une question elle donne la réponse la plus honnête qui soit. Et elle est très douée pour faire parler les gens alors qu'elle est aussi très douée pour ne rien dire.

« Ils n'ont pas sensationnalisé la sexualité de Kalinda »


CBS
Elle est aussi bisexuelle, ce qui est très rare dans une série de grande chaîne américaine. Ca vous a fait peur ?
J'étais un peu stressée, un peu curieuse...

C'était un aspect de sa personnalité qui avait été décidé dès le début ? On vous l'avait annoncé ?
Il en était question oui, ils jouaient un peu avec cette idée. Mais ce qui est génial avec Robert et Michelle (King, les créateurs et showrunners de la série, ndlr), c'est qu'ils ont hésité entre le révéler, ne pas le révéler et finalement ça a énormément intrigué le public. Ils ont un petit peu teasé les téléspectateurs. Ce que j'ai apprécié, c'est qu'ils n'ont pas fait de sa sexualité un événement, quelque chose de sensationnel. Ce n'est qu'un aspect de sa personnalité. Et je pense que ça a encore plus intrigué les gens, ce qui n'aurait pas été le cas s'ils avaient joué la carte du sensationnel. Là, ils n'ont donné que quelques bribes et ont laissé beaucoup de questions en suspens. C'est comme ça que ça devrait être : que les gens soient différents à cause de leur origine, de leur sexualité... On ne devrait pas y accorder tant d'importance.

C'est un peu la marque de fabrique de la série : tout est subtil, rien n'est sensationnalisé... Ce sont des personnages intelligents qui font des choix intelligents.
Je crois que Robert et Michelle nous donnent ça sur le papier, mais en plus, les acteurs sont bons et intelligents. Ils font eux aussi des choix intelligents donc je pense que c'est un tout qui fonctionne très bien. Le travail est une vraie collaboration, contrairement à beaucoup de séries où il y a le créateur, le script et on s'y tient. Sur le tournage, il y a beaucoup de dialogue, si on veut changer quelque chose on peut improviser parfois. C'est très sain comme relation, et Robert et Michelle nous écoutent beaucoup tout en protégeant beaucoup leurs personnages. C'est ce côté collaboratif qui apporte un peu de magie à la série.

« Je n'ai jamais fait ça dans ma carrière »



Dans une interview que vous aviez donnée plus tôt cette année, vous expliquiez que souvent, vous n'aviez vous-même pas les réponses aux questions que le public se posait, ce qui vous forçait à jouer ce mystère justement, à deviner ce que cachait Kalinda. Ca vous aide à la jouer ?
C'est très stimulant de jouer un personnage dont on sait très peu. Dans la première saison, j'étais un peu perdue d'ailleurs, mais on a passé tant de temps à créer l'aspect physique du personnage, c'est-à-dire la coupe de cheveux, les bottes, le maquillage... Et quand je m'habille comme ça, c'est presque comme si je suivais l'instinct du personnage, comme si cette tenue faisait ressortir des choses en moi que je suivais. Et parfois, quand je regarde le résultat, je vois quelque chose auquel je ne m'attendais pas, c'est assez surréaliste en fait. Mais c'est aussi très enthousiasmant. Parfois, Michelle et Robert me disent "Je ne m'attendais pas à ce que tu fasses ça" et je réponds "Mais moi non plus !" (Rires). Je n'ai jamais fait ça dans ma carrière.

Les téléspectateurs français n'ont pas encore eu la chance de découvrir la deuxième saison. Que peuvent-ils en attendre ?
On a quelques réponses sur Kalinda, on n'apprend pas énormément de choses mais un petit peu quand même. Et ce sont des révélations qui vont au final affecter tous les personnages de la série, surtout à la fin de la saison. Les graines de l'intrigue sont semées au début de la saison mais ce n'est qu'à la fin qu'elles fleurissent vraiment et les résultats sont assez... choquants ! Les six derniers épisodes sont excellents et ils ont été très bien accueillis.

« Je ne suis pas surprise qu'il y ait des similitudes avec l'affaire DSK »



Dans la saison 2, un épisode fait écho à l'affaire DSK, qui a fait énormément de bruit notamment en France. Un Prix Nobel de la paix est accusé d'agression sexuelle par une masseuse venue le masser dans un hôtel...
Je ne connais pas les détails de l'affaire DSK mais je ne suis pas surprise qu'il y ait des similitudes. The Good Wife est un drama qui est vraiment dans son époque, et il y a énormément de choses qu'on a tournées ou qu'on tournera et qu'on verra plus tard arriver dans la vraie vie. Je pense que tout ça n'est qu'une coïncidence mais la série est aussi très réaliste donc ça ne m'étonne pas.

The Good Wife est une série qui marche bien mais qui peine parfois sur les 18-49 ans, cible fétiche des annonceurs américains. Pourquoi ?
Je ne sais pas. Je sais qu'ils font quelques changements l'an prochain afin d'attirer des téléspectateurs plus jeunes. La série change de case horaire pour celle du dimanche à 21h. Donc j'espère que ça aura un impact...

Est-ce qu'une série peut être trop intelligente ?
(Silence) Il y a tellement de télé-réalités que je pense qu'il faut équilibrer les choses. La télévision doit offrir de tout pour tout le monde donc si la série est trop intelligente, elle plaira à une partie du public !

The Good Wife - Saison 2
The Good Wife - Saison 2
M6 exploite l'affaire DSK pour promouvoir "The Good Wife"
"The Good Wife" de retour en prime sur M6
Lisa Edelstein va rendre visite à "The Good Wife"
Voir toute l'actualité sur The Good Wife - Saison 2
Autour de The Good Wife - Saison 2
  • The Good Wife - saison 4
l'info en continu
"On ne va pas s'interdire les plans à trois" : Marlène Schiappa remporte le prix de l'humour politique 2021
Politique
"On ne va pas s'interdire les plans à trois" : Marlène Schiappa remporte le prix...
Newen : Romain Bessi succède à Bibiane Godfroid à la tête du groupe
Business
Newen : Romain Bessi succède à Bibiane Godfroid à la tête du groupe
La plateforme Molotov condamnée à verser 7 millions d'euros à M6
Justice
La plateforme Molotov condamnée à verser 7 millions d'euros à M6
"Les Tuche 4" : "Le Parisien" fait son mea culpa après avoir détesté la franchise, Jean-Paul Rouve amusé
Cinéma
"Les Tuche 4" : "Le Parisien" fait son mea culpa après avoir détesté la franchise,...
"C'est un tocard" : Cyril Hanouna charge François Hollande dans "Touche pas à mon poste"
TV
"C'est un tocard" : Cyril Hanouna charge François Hollande dans "Touche pas à mon...
Audiences : Record historique pour "Bourdin Direct" avec Eric Zemmour sur BFMTV
Audiences
Audiences : Record historique pour "Bourdin Direct" avec Eric Zemmour sur BFMTV