Isabelle Nanty ("Munch") : "J'ai accepté le projet sans rien avoir lu !"

Partager l'article
Vous lisez:
Isabelle Nanty ("Munch") : "J'ai accepté le projet sans rien avoir lu !"
Isabelle Nanty dans "Munch"
Isabelle Nanty dans "Munch" © TF1
L'actrice revient pour puremedias.com sur le personnage qu'elle incarne ce soir sur TF1, dans "Munch".

"Si j'avais dû tuer toutes les personnes dont je souhaitais la mort, Paris serait désert". Cette petite phrase adressée à un juge est signée Munch, ou plutôt maître Munchowski, la nouvelle avocate héroïne de TF1. Un rôle haut en couleurs porté par Isabelle Nanty, vue notamment dans "Les Tuche" et "Les Profs".

À lire aussi
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
TV
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Presse
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Sport
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois

Ce soir, à 20h55, la Une diffusera donc les deux premiers épisodes de "Munch", série produite par JLA Productions. Aux côtés d'Isabelle Nanty, les téléspectateurs de la Une reconnaîtront notamment Lucien Jean-Baptiste ("La Première Étoile") dans le rôle de Hubert, l'associé de Munch, Aurélien Wiik ("La vengeance aux yeux clairs") dans la peau d'un ex-flic et l'humoriste Tom Villa ("Salut les Terriens") qui incarne Aurélien, un jeune avocat. À l'occasion de la diffusion de cette série inédite sur TF1, puremedias.com a rencontré Isabelle Nanty.

Propos recueillis par Pierre Dezeraud.

"J'ai accepté le rôle sans avoir lu le scénario"

Isabelle Nanty, premier rôle d'une série judiciaire sur TF1, c'est un peu inattendu, non ?
Je ne sais pas. Vous trouvez ? Je ne fais pas de calcul, je vais essentiellement au gré des rencontres que je peux faire. En l'occurrence, au début de ce projet, j'ai rencontré Françoise Berthaud et Jean-Sebastien Bouilloux, les producteurs, associés à Jean-Luc Azoulay et TF1. Ils avaient envie de me rencontrer et les choses se sont faites assez naturellement. J'y suis allée les yeux fermés, j'ai même accepté le projet sans rien avoir lu.

Vous avez accepté le rôle avant d'avoir lu le scénario ?
Oui, c'est vraiment la rencontre avec Françoise et Jean-Sébastien qui a été déterminante. Après, en ce qui concerne TF1, c'est un hasard, ça aurait parfaitement pu être une autre chaîne. La seule chose qui m'intéresse, c'est que le projet me corresponde.

On parle d'une avocate "hors-normes". Est-ce que vous êtes d'accord avec ça ?
Je pense qu'être avocat, c'est déjà hors-normes en soi. Je crois même que l'ADN d'un avocat est d'être hors-normes. Vous conviendrez que se positionner comme défenseur absolu des droits des individus, ce n'est pas commun ! Après, Munch est plus en amont de la plaidoirie, c'est une femme pressée, qui n'est que de passage. D'où son côté un peu borderline.

"Munch ne s'impose aucune limite"

Justement, on a du mal à situer le curseur des limites que s'impose Munch. Jusqu'où est-elle prête à aller pour défendre ses clients ?
Elle ne s'en impose pas ! Ça lui vient comme ça, ce n'est pas un personnage qui est dans l'anticipation de ce qu'il va faire. Munch est une intuitive qui part sur le postulat de la présomption d'innocence. Elle veut systématiquement aller au bout de ce postulat. Comme il faut aller vite dans ces cas-là, elle n'hésite pas à court-circuiter le schéma traditionnel qui veut que la police fasse son enquête dans son coin. Alors, elle prend les devants et n'hésite pas à se mettre en danger pour accélérer la procédure et innocenter ses clients au plus vite.

Comment vous-êtes vous mise dans la peau d'une avocate ? Vous vous y connaissiez en droit ?
Pas du tout, c'est une découverte absolue ! J'avais touché le sujet du doigt en jouant la juge dans "Le bureau des affaires sexistes" sur Arte. J'avais une robe rouge, là, elle est noire ! C'est plus amincissant (rires). Plus sérieusement, ce que j'aime beaucoup avec Munch, c'est que, comme beaucoup d'avocats, ce qui la motive, c'est la certitude que chaque individu a le droit d'être protégé, peu importe qui il est.

"Son petit ton caractéristique ne doit pas devenir caricatural"

On découvre une femme entière, humaine, aux méthodes pas vraiment conventionnelles et avec un certain sens de la répartie. C'est cet ensemble qui la différencie des avocats que l'on a l'habitude de voir à la télévision ?
Je ne sais pas. Est-ce que la différence fait la qualité ? Concernant le sens de la répartie de Munch, son petit ton caractéristique, on fait attention à ce que cela ne devienne pas caricatural. Ce ne serait pas juste de la réduire à cela.

Un ado accusé de meurtre, un mari suspecté du viol de sa femme... Dans les deux cas, Munch se propose d'emblée de les défendre. Elle a une attirance pour les cas désespérés ?
Il se trouve que ce sont ces cas-là que l'on traite dans la série. Mais, si vous regardez bien le premier épisode, à un moment donné, elle dit à Aurélien qu'elle défend le cas d'un type qui a crevé des pneus. Elle lui dit aussi que si elle ne devait faire que des innocents, ça la ferait chier. En définitive, l'attirance de Munch, c'est surtout pour l'humain qui se cache derrière chaque affaire, quelle qu'elle soit.

Elle pourrait y aller par goût du défi...
J'espère que non. Je trouve important qu'elle soit dans le passage, désintéressée, pas dans l'égo... Que son passage soit utile, sans jugements moraux, et avec une haute idée de ce qu'est l'humain.

La série suit aussi l'entourage professionnel de Munch mais on ne sait que très peu de choses sur sa vie personnelle, hormis un élément que l'on découvre à la fin du premier épisode. Il y a des cadavres dans les placards de Munch ?
Dans la vie comme dans la fiction, ce qu'il y a de plus intéressant, c'est le mystère. Au fur et à mesure des épisodes, on lèvera un peu plus ce voile. Après, en 52 minutes, c'est un peu compliqué de parler d'autres choses que de l'affaire. Et ce n'est pas une série qui ne tourne qu'autour de mon personnage...

Être à l'affiche d'une énième série judiciaire, ça ne vous a pas fait peur sur le papier ?
Honnêtement, non, je ne réfléchis pas à cela ! La seule chose qui m'importe, c'est d'incarner au mieux l'intime conviction que porte cette avocate que chaque individu a le droit d'être défendu.

Vous-même, vous êtes une consommatrice de séries télévisées ?
Quand j'étais petite, j'en ai vu quelques unes, oui. Là, je n'ai vraiment plus le temps, c'est beaucoup trop chronophage !

"Christiane Potin aurait du finir en hôpital psychiatrique !"

Christiane Potin va-t-elle faire ses adieux aux téléspectateurs de France 2 dans la dernière saison de "Fais pas ci, fais pas ça" ?
Oui, j'ai tourné dans le dernier épisode de la dernière saison. D'ailleurs, j'ai eu du mal à la retrouver cette fois-ci. Vous savez, ce n'est pas évident de retrouver un personnage que vous ne faites qu'une seule fois par an. Surtout que Christiane est complètement folle ! Sa vraie fin aurait du être en hôpital psychiatrique !

Elle va vous manquer ?
Oui, un peu. C'est surtout l'équipe de "Fais pas ci, fais pas ça" qui va me manquer. Il y avait une très bonne ambiance sur ce tournage, c'était un énorme plaisir de tourner avec eux.

Entre le tournage des "Tuche 3" qui approche et la mise en scène de "L'hôtel du libre-échange" à la Comédie Française, vous aurez le temps de mettre en boîte d'autres épisodes de "Munch" ?
Oui, mon planning est plutôt bien cadencé. Nous tournons la suite de "Munch" jusqu'à Noël. Ensuite, en début d'année, je serai sur la promo de "Mon poussin", le film de PEF. Puis j'enchaînerai avec les répétitions à la Comédie Française et le tournage des "Tuche 3".

Donc, ça ne vous gêne pas de vous imaginer actrice principale d'une série récurrente pendant plusieurs années ?
Tant que c'est bien, ça ne me gêne pas. Le jour où ce ne sera plus le cas, j'irais voir ailleurs. Après, j'espère que les téléspectateurs seront au rendez-vous.

Vous avez d'autres projets pour la télévision ?
Non, pas actuellement, "Munch" me suffit. J'essaie de me limiter à faire un film et une mise en scène par an. Là, la mise en scène de "L'hôtel du libre-échange" me prend pas mal de temps, c'est du Feydeau, c'est la Comédie Française... Quand je m'engage dans un projet, j'aime m'investir à fond et ne pas faire plusieurs choses en même temps.

"Si PEF veut faire "Les Profs 3", je suis partante"

Entre la télévision, le cinéma et le théâtre, vous avez une préférence ?
Non, je ne peux pas en avoir puisque mon métier, c'est de jouer. Donc, peu m'importe le support. Malheureusement, je ne peux plus jouer au théâtre parce que j'ai décidé de consacrer du temps à ma vie familiale. Après, si vous me demandez quels sont les rôles que j'ai préférés, ce serait Christiane Potin que j'ai adoré jouer sur France 2, Gladys dans "Les Profs" parce que j'aime la douleur qu'elle porte derrière sa dinguerie et mon rôle de Léontine au théâtre dans "Les deux canards". Rendez-vous compte, c'était un personnage qui traversait une dizaine de sentiments différents en trois minutes. C'était épuisant mais passionnant pour l'instrumentaliste que je suis.

Si PEF devait faire "Les Profs 3" un jour, vous seriez partante ?
Je suis toujours partante avec mes amis ! Je n'ai pas de plan de carrière, je vais là où on me dit (rires).

Sur le même thème
l'info en continu
France Télévisions : Le Tour de France sera commenté cette année depuis Paris pour raison sanitaire
Sport
France Télévisions : Le Tour de France sera commenté cette année depuis Paris pour...
"Voltaire, Mixte" : Pierre Deladonchamps héros de la nouvelle série d'Amazon Prime Video
Séries
"Voltaire, Mixte" : Pierre Deladonchamps héros de la nouvelle série d'Amazon Prime...
"Une famille en or" de retour avec Camille Combal sur TF1
TV
"Une famille en or" de retour avec Camille Combal sur TF1
"Cuisine impossible" : Juan Arbelaez et Julien Duboué arrivent en prime time ce soir sur TF1
Programme TV
"Cuisine impossible" : Juan Arbelaez et Julien Duboué arrivent en prime time ce...
L'Eurovision va avoir une version américaine
TV
L'Eurovision va avoir une version américaine
"K2000" va devenir un film
Cinéma
"K2000" va devenir un film
Vidéos Puremedias