La "taxe GAFA" devant l'Assemblée nationale

Partager l'article
Vous lisez:
La "taxe GAFA" devant l'Assemblée nationale
Par Benjamin Meffre Journaliste
Passionné par les médias, l’économie et la politique, Benjamin est rédacteur en chef de puremedias.com dont il a intégré la rédaction en 2013.
Bruno Le Maire
Bruno Le Maire © Abaca
Le projet de loi français visant à taxer Google, Facebook ou Amazon, agace les Etats-Unis.

Quand la France décide de faire sans l'Europe. Ce lundi 8 avril, le projet de loi de taxation des GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) arrive à l'Assemblée nationale. Défendu par Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des finances, ce nouveau prélèvement doit concerner les entreprises qui font un chiffre d'affaires sur leurs activités numériques de 750 millions d'euros dans le monde, et de plus de 25 millions d'euros en France. Celles-ci devraient être imposées à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France sur les publicités en ligne, la vente à des tiers des données personnelles, et l'"intermédiation", soit la mise en relation entre entreprises et clients par des plateformes comme Amazon.

À lire aussi
Renforcement de l'Arcom, davantage de pluralisme... : Les propositions du rapport de la commission d'enquête sur l'attribution des fréquences de la TNT
Politique
Renforcement de l'Arcom, davantage de pluralisme... : Les propositions du rapport...
"Une tentative de censure au service de leur ami Bolloré" : Pourquoi le rapport de la commission qui a auditionné Cyril Hanouna et Yann Barthès pourrait être enterré
Politique
"Une tentative de censure au service de leur ami Bolloré" : Pourquoi le rapport de...
Européennes 2024 : Caroline Roux va arbitrer un débat entre Jordan Bardella et Gabriel Attal le jeudi 23 mai en direct sur France 2
Politique
Européennes 2024 : Caroline Roux va arbitrer un débat entre Jordan Bardella et...
"L'affaire Inès Reg et Natasha St-Pier a créé un fantasme identitaire" : Prisca Thevenot, porte-parole du gouvernement, revient sur le clash dans "Danse avec les stars"
Politique
"L'affaire Inès Reg et Natasha St-Pier a créé un fantasme identitaire" : Prisca...

Cette nouvelle taxe made in France devrait s'appliquer à une trentaine de groupes du numérique. La société française cotée au Nasdaq, Criteo, serait elle aussi concernée par le nouveau prélèvement qui devrait rapporter à l'Etat près de 400 millions d'euros en 2019, puis 650 millions en 2020-2022. Cette réforme de la fiscalité s'inspire en fait du projet européen de taxation des GAFA qui, après des mois de négociations, est finalement tombé à l'eau après l'opposition de quatre pays (Irlande, Suède, Danemark et Finlande).

La colère de l'administration américaine

Depuis plusieurs semaines, le projet du gouvernement français de taxer les GAFA agace fortement l'administration américaine. Par la voix du chef de sa diplomatie, Mike Pompeo, les Etats-Unis ont jugé qu'il était "extrêmement discriminatoire à l'égard des multinationales basées aux Etats-Unis", comme le rapporte l'AFP. L'administration Trump a ainsi demandé une nouvelle fois à la France d'y renoncer, ce que Bruno Le Maire a refusé, soulignant vendredi 5 avril depuis Bucarest que la France était "décidée" et "souveraine" en matière fiscale.

Les Américains craignent notamment que la taxation française n'inspire d'autres pays à travers le monde. En Europe, l'Autriche et le Royaume-Uni planchent déjà sur des projets similaires. S'il s'apprête à défendre une taxe française devant le Parlement, Bruno Le Maire se dit cependant favorable à la création d'une taxation internationale, qui viendrait prendre la place de l'imposition nationale. "Pour éviter la multiplication des taxes nationales, il faut accélérer les travaux à l'OCDE", a-t-il déclaré vendredi, en référence aux travaux actuels sur le sujet de l'Organisation de coopération et de développement économiques. "Une taxation internationale sur les grandes entreprises numériques est la meilleure solution", a-t-il ajouté, confirmant que si une telle taxe internationale voyait le jour, le futur prélèvement français serait abrogé.

l'info en continu
Box-office : "Un petit truc en plus" d'Artus confirme son énorme carton, "Le deuxième acte" offre à Quentin Dupieux le meilleur démarrage de sa carrière
Cinéma
Box-office : "Un petit truc en plus" d'Artus confirme son énorme carton, "Le...
"Alex Vizorek n'est pas un exemple d'élégance avec les femmes" : Marlène Schiappa flingue l'humoriste de RTL
Radio
"Alex Vizorek n'est pas un exemple d'élégance avec les femmes" : Marlène Schiappa...
"Un départ compliqué à accepter" : Quelques heures après son élimination choc dans "Secret Story", Cassandra sort du silence sur Instagram
TV
"Un départ compliqué à accepter" : Quelques heures après son élimination choc dans...
"Il prend mon bras et il me mord" : Edouard Baer accusé de "violences sexuelles" par six femmes, le comédien présente ses "excuses"
Personnalités
"Il prend mon bras et il me mord" : Edouard Baer accusé de "violences sexuelles"...
"Licenciement is coming" : Guillaume Meurice convoqué par Radio France, connaîtra la décision de la commission de discipline le jeudi 30 mai
Radio
"Licenciement is coming" : Guillaume Meurice convoqué par Radio France, connaîtra...
Thomas Scimeca, nouvelle recrue de "HPI" sur TF1 : "Il fallait tout de suite en imposer et ce n'est pas évident quand on débarque en saison 4"
Interview
Thomas Scimeca, nouvelle recrue de "HPI" sur TF1 : "Il fallait tout de suite en...