Laurence Boccolini ("Mask Singer") : "C'est nul et méchant d'avoir balancé les noms"

Partager l'article
Vous lisez:
Laurence Boccolini ("Mask Singer") : "C'est nul et méchant d'avoir balancé les noms"
Laurence Boccolini dans "Mask Singer"
Laurence Boccolini dans "Mask Singer" © TF1
puremedias.com s'est entretenu avec la gagnante du divertissement de TF1.

Elle a chanté sur Queen, les Beatles ou encore Beyoncé. Durant les six numéros de "Mask Singer", elle était cachée sous le costume de la licorne. Hier, Laurence Boccolini a été sacrée première gagnante de la saison 1 de "Mask Singer" sur TF1. L'animatrice aux talents de chanteuse s'est dévoilée face à Camille Combal et au quatuor d'enquêteurs composé de Jarry, Alessandra Sublet, Kev Adams et Anggun. Au lendemain de sa victoire, puremedias.com s'est entretenu avec Laurence Boccolini.

À lire aussi
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste médiatique Christophe Prudhomme
TV
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste...
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce soir a été raccourci"
Interview
Denis Brogniart ("Koh-Lanta : L'île des héros") : "Voilà pourquoi l'épisode de ce...
"Ils enterrent des pokemons" : Dérapage sur BFMTV lors de l'hommage en Chine aux victimes du coronavirus (màj)
TV
"Ils enterrent des pokemons" : Dérapage sur BFMTV lors de l'hommage en Chine aux...

Propos recueillis par Pierre Dezeraud.

Comment vous-êtes vous retrouvée dans cette aventure "Mask Singer" ?
C'est très simple. On m'a demandé si ça me plairait de le faire, j'avais vu le format américain et je trouvais que le personnage de la licorne ferait très plaisir à ma fille qui est en pleine période licorne. Je l'ai fait pour elle. Alors, j'ai demandé s'il était disponible. On m'a dit oui et c'était parti ! Je n'imaginais pas que ce serait une aventure aussi intense et difficile. Il a fallu énormément travailler. Mais j'étais ravie parce qu'il fallait chanter et j'ai tellement peu d'occasion de chanter. Chaque émission, je me disais que j'allais partir en ballotage et être éliminée. J'ai été très surprise d'arriver en finale.

On ne peut pas dire que les enquêteurs ont tout de suite été très perspicaces !
C'était très amusant. Malheureusement, je ne les voyais pas beaucoup, voire pas du tout. Dans ma tête de licorne, j'avais un centimètre carré de vision ! Je ne voyais rien, je n'entendais rien. Mais j'ai beaucoup aimé les noms proposés... Charlotte de Turckheim, Izia Higelin, Christiane Taubira... Ça ne manquait pas d'imagination ! J'ai vu qu'ils cherchaient aussi parmi toutes les rondes du show-biz, surtout Kev Adams qui était très branché poitrine visiblement (rires). Ça m'a fait beaucoup rire.

Ils ont dit
"Le jour où on m'a enfilé la tête de la licorne pour la première fois, j'ai dit que je ne pouvais pas le faire"
Laurence Boccolini

Vous connaissiez Camille et les enquêteurs ?
Personnellement, non, très peu voire pas du tout ! J'avais uniquement rencontré Camille sur "Qui veut gagner des millions ?". Avec Jarry, on se connait de vue parce que l'on travaille sur l'édition d'un livre pour l'association Le Refuge chaque année et on est dans le jury tous les deux. Mais on ne se connait pas plus que ça. Alessandra, je l'ai simplement croisée. Anggun était venue une fois dans "Le Blind Test". Quant à Kev Adams, je ne l'avais jamais rencontré. D'ailleurs j'étais très surprise qu'il soit aussi grand ! Mais, voilà, les enquêteurs n'étaient pas mes amis ! Mais ça va le devenir peut-être, qui sait !

Comment ça s'est passé avant les répétitions ?
Il y a d'abord eu énormément d'essayages. Ça a été une première étape compliquée. Le jour où on m'a enfilé la tête de la licorne pour la première fois, j'ai dit que je ne pouvais pas le faire. J'ai pleuré. Je suis claustrophobe, c'était trop difficile. Il a fallu m'habituer donc progressivement j'ai porté la tête chaque fois un peu plus longtemps. On a commencé par 5 minutes pour finir par 2 heures. Mais c'était très dur. J'étais chez le kiné quinze fois par semaine (rires). Mes cervicales avaient du mal à supporter le poids de la tête. Donc, les essayages ont été un sacré boulot. Ensuite, il y a eu le studio, où j'ai enregistré toutes les chansons. On en a enregistré cinq puis toutes celles des ballotages. Je ne suis pas chanteuse donc ça a pris un peu de temps. D'ailleurs, les gens qui disent que les voix étaient auto-tunées, ce n'est pas vrai. Il y a eu un peu de déformation au début pour compliquer le travail des enquêteurs et prolonger le suspense de l'émission. Mais il n'y a pas eu tant de transformations que ça ! Je me suis bien marrée avec l'équipe en studio. Notamment en préparant la version country de "Help" des Beatles. Je pensais que j'allais me faire dégager là-dessus (rires) !

Pendant les répétitions, la logistique n'était pas trop lourde ?
C'était surtout tout autour des répétitions. C'est tout ce qui a été montré dans les magnétos. J'avais un téléphone intraçable. Il fallait que je sois toujours vêtue de l'uniforme noir avec une visière et une cagoule. La nounou ne me parlait pas et m'appelait juste "Licorne". J'arrivais dans un parking complètement fermé et j'étais emmenée en loge. Là, il fallait attendre tout seul que quelqu'un vienne vous chercher. Quant aux répétitions, c'était très dense à cause du costume. Je ne pouvais pas bouger du tout. Je l'ai beaucoup regretté car j'aurais aimé pouvoir danser un peu. Au final, c'était très intense, fatigant, émotionnellement dur mais surtout très chouette. C'est une super expérience.

Ils ont dit
"C'est impossible de chanter dans ces conditions !"
Laurence Boccolini

On ne se sent pas complètement esseulé sur un tournage comme celui-ci ?
Vous êtes souvent seul et en même temps tout tourne autour de vous. Dans ma loge, j'ai beaucoup regardé les programmes de l'après-midi sur ma télévision (rires). Après, je suis une trac-euse, j'ai eu le temps d'angoisser !
J'étais persuadée que j'allais tomber. Je ne voyais rien, la tête de la licorne partait en avant. Les gens marchaient tout le temps sur ma robe. Je m'accrochais tout le temps aux gardes du corps pour me déplacer. En fait, on attend constamment le moment sur scène. C'est très court, ça dure 1 minute 30, mais c'est le meilleur instant de la journée. Et les meilleurs souvenirs.

Sur scène, sous votre costume, vous ne chantez pas du tout ?
Mais ça n'est pas possible. Il n'y a pas de trou dans la tête. On a juste un micro collé à la joue pour transformer notre voix quand on répond aux enquêteurs. Vous n'avez aucune possibilité de mettre un micro pour faire sortir la voix. En plus, vous ne voyez rien. Et si vous parlez, ça résonne autour de vous. C'est impossible de chanter dans ces conditions. Par contre, la version que tout le monde entend, c'est celle qui a été bossée pendant des jours en studio. C'est vraiment nous, c'est authentique.

En gros, sur scène, vous vous contentez de bouger ?
Oui, il faut faire vivre un peu la chanson. Parce que si vous restez statique, ça n'a pas grand intérêt.

Ils ont dit
"Mon retour à la fiction est lancé !"
Laurence Boccolini

Vous êtes parvenue à garder le secret auprès de vos proches ?
Ça a été très simple. Tout se passait dans la journée pendant que ma fille était à l'école. Nous étions obligés de garder le silence parce que nous avions signé un contrat. Ça coutait très cher de divulguer sa participation. Il n'y a qu'un accompagnant qui est aussi dans la confidence et qui a signé un contrat également. Ma fille l'a découvert ce matin en voyant l'émission en replay. Elle était scotchée !

Comment garder le secret à partir du moment où, avant même la diffusion de "Mask Singer", une liste de personnalités, sur laquelle figurait votre nom, avait fuité sur certains sites et les réseaux sociaux ?
Il suffit de ne pas répondre. C'est moche d'avoir balancé des noms. Cette émission existe dans plein de pays. La France est un des rares pays où on a voulu être méchant et balancer les noms. Mais ça n'a pas de sens. Quel est l'intérêt ? Ce n'est pas un secret d'état, c'est juste du divertissement familial pour se marrer ! C'est nul et méchant. Pourquoi toujours voir le côté méchant des choses et ne jamais être bienveillant ? Vous voyez, ma boîte de production s'appelle Production Bienveillante, on dirait que ça m'a porté bonheur !

Quels sont vos projets avec TF1 ?
Il y a un "Grand concours" spécial TF1 qui arrive en janvier. Et je viens aussi de tourner dans un épisode de "Joséphine, ange gardien".

Vous avez aussi tourné pour France 3.
Oui, je viens de tourner, à Lyon, un épisode de "Mongeville" avec Francis Perrin, où j'incarne une commandante de pompiers. C'était génial. Mon retour à la fiction est lancé. Je suis super heureuse. Maintenant, j'espère pouvoir me remettre à l'écriture. Et puis, depuis hier soir, j'attends que le co-producteur de Bruno Mars m'appelle ! (rires) Je suis libre jusque juillet 2027 ! J'ai mon trophée, j'ai ma carte de visite, merci "Mask Singer" ! (rires)

Ils ont dit
"Mes relations avec la direction de TF1 sont très bonnes"
Laurence Boccolini

Quelles sont vos relations avec la direction de TF1 ?
Très bonnes sinon je pense que je n'aurais pas fait "Mask Singer" et ils ne me l'auraient pas proposé. Hier, j'ai eu un adorable mot de Gilles Pelisson (PDG du groupe TF1, ndlr) qui m'a énormément touchée. Ça m'a beaucoup émue, je le remercie. Ce n'est pas parce que je n'ai pas de contrat d'exclusivité avec TF1 que j'ai des mauvaises relations avec eux. Ils m'ont demandé pourquoi j'avais fait "Mongeville" sur France 3 mais je n'ai pas à demander la permission, c'est assez naturel en fait. L'année 2020 va commencer et j'espère que des supers projets arrivent.

Et en 2020, vous voulez privilégier la fiction ou l'animation ?
Le retour à la fiction, je prends un pied extraordinaire ! Je suis heureuse, quoi. Là, j'ai à nouveau envie d'écrire. Donc je travaille sur des pitchs de scénarios pour des unitaires. L'animation, c'est mon métier. C'est vrai que j'aimerais retrouver les plateaux télé. Il y a le cinéma aussi, pourquoi pas ! Le cirque, non, hein... (rires).

La radio, c'est une page tournée ?
Oui, après ma dernière expérience, ça ne me manque pas du tout ! Là, je suis bien. J'en ai fait plus de 35 ans, la 36e était peut-être l'année de trop. J'aurais du m'arrêter... Il faut toujours rester sur un bon souvenir !

"Mask Singer" vous a peut-être aussi donné envie de monter sur scène ?
Oui j'adore la scène mais je ne vais pas forcer les gens en leur mettant le couteau sous la gorge et en leur disant que je veux faire une comédie musicale. Et puis je ne suis pas une professionnelle, je ne suis pas chanteuse ! C'est compliqué. Peut-être qu'hier soir, quelqu'un s'est dit que ce serait pas mal. Tant que les gens ne savent pas ce que vous savez faire... Ce n'est pas comme aux Etats-Unis ou les animateurs télé peuvent être danseurs, chanteurs, comédiens, humoristes... En France, on aime vous garder dans des cases. C'est bien dommage. On vous dit que vous allez perdre le public. Je n'ai jamais cru cela. Le public a beaucoup plus d'imagination qu'on ne le pense. Quand je faisais "Le maillon faible", je faisais aussi "Mademoiselle Joubert" en même temps. Et ça ne nous a pas empêché de faire 10 millions de téléspectateurs.

Sur le même thème
l'info en continu
Maxime Saada (Canal+) sur la Ligue 1 : "Quand on n'est pas livré, on ne paye pas"
TV
Maxime Saada (Canal+) sur la Ligue 1 : "Quand on n'est pas livré, on ne paye pas"
"Le bureau des légendes" : La saison 5 dès ce soir sur Canal+
Séries
"Le bureau des légendes" : La saison 5 dès ce soir sur Canal+
"Les Sandales blanches" : Amel Bent héroïne d'une fiction pour France 3
TV
"Les Sandales blanches" : Amel Bent héroïne d'une fiction pour France 3
"C'est Canteloup" de retour ce soir sur TF1
Programme TV
"C'est Canteloup" de retour ce soir sur TF1
"Ils racontent le monde d'après" : "Le Parisien" présente ses excuses après sa Une 100% masculine
Presse
"Ils racontent le monde d'après" : "Le Parisien" présente ses excuses après sa Une...
Le confinement vu par... Alessandra Sublet
Confinement
Le confinement vu par... Alessandra Sublet
Vidéos Puremedias