Low cost : Plus cheap, tu meurs

Partager l'article
Vous lisez:
Low cost : Plus cheap, tu meurs
"Low Cost" est un holocauste. Le film est un massacre et le spectateur, victime de ce terrible crash, n’en ressort pas indemne. Inutile d’aller chercher la boîte noire : sans scénario ni personnages dignes de ce nom, une comédie ne peut que s'écraser.

"Ai-je bien claqué la porte derrière moi ce matin ?", "Pourquoi Nadine faisait-elle la gueule ce midi à la cantine ?", "Ai-je, au fond, réussi ma vie ?" : voilà le genre de questions qui vous passeraient par la tête si d’aventure vous vous infligiez une séance de Low Cost. En tentant de réaliser un hommage au génial Y a-t-il un pilote dans l'avion ?, l’ex-Robin des Bois Maurice Barthélémy perd malheureusement le contrôle de son "film".

Le mot sketch n’a jamais aussi bien porté son nom. Car il signifie ébauche en anglais. Le mot juste, donc, pour cet embryon de long métrage qui fait plus penser à un interminable épisode de Scènes de ménages sur M6. Car son salmigondis n’arrive pas à la cheville du monument grotesque des années 80. On cherche, en vain, des répliques aussi cultes que "Et tu as déjà vu un monsieur tout nu ?", "Joey, tu aimes les films sur les gladiateurs ?" ou encore "Joey, est-ce que tu as déjà vu une prison turque ?". A mille lieux des délires du Commandant Oveur, interprété par Peter Graves, Maurice Barthélémy ne nous offre qu’une overdose de pseudo gags aussi indigestes qu’un repas pris dans l’avion.

Un très Beauvais film



Imaginez des passagers survoltés bloqués dans un avion qui a 8 heures de retard. Quelle histoire ! Malheureusement, dans le cas de Low Cost, c’est plutôt : "quelle histoire ?". 1h29 de vide sidéral pour les spectateurs, pris en otage. Lorsqu’un des personnages se plaint "Qu’est ce qu’il fait chaud ici !" un autre lui rétorque : "C’est normal, c’est à cause de la chaleur…". Un ange passe… Et un spectateur quitte la salle. Une comédie où on ne rit jamais, en voilà un drôle de concept ! On esquisserait presque un sourire lorsque Nuance, l’hôtesse de l’air jouée par Judith Godrèche, cite du Lacan mais la sauce ne prend pas. Pire, elle tourne car les plaisanteries sont rances. Un beau gâchis lorsqu’on se souvient de sa prestation très inspirée dans l’excellent Potiche.

Gérard Darmon, en pilote à la retraite, est ridicule et irritant, lui qui était si bon acteur dans La Cité de la Peur. Et que dire de Jean-Paul Rouve ? Son rôle de névrosé au dernier degré est navrant. Il nous avait pourtant fait vibrer dans le brillant et ténébreux Poupoupidou. On imagine bien qu’il n’a pas pu dire non à son grand ami Maurice Barthélémy mais il aurait dû méditer ses mots du présocratique Chilon de Sparte : "Agis avec ton ami comme s’il devait devenir ton ennemi". Low Cost fait le même effet à ses acteurs que la kryptonite à Superman. Tous les interprètes valent beaucoup mieux que ce très Beauvais film. Oui, même Lord Kossity.

l'info en continu
Covid-19 : 29,5 millions d'euros d'aides pour les journalistes pigistes
Politique
Covid-19 : 29,5 millions d'euros d'aides pour les journalistes pigistes
Tous les programmes de la télé du 9 au 15 octobre 2021
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 9 au 15 octobre 2021
"Validé" : La saison 2 de la série de Franck Gastambide arrive le lundi 11 octobre sur Canal+
Programme TV
"Validé" : La saison 2 de la série de Franck Gastambide arrive le lundi 11 octobre...
France Bleu Pays Basque : Cinq journalistes suspendus dans le cadre d'une enquête pour des faits de sexisme
Radio
France Bleu Pays Basque : Cinq journalistes suspendus dans le cadre d'une enquête...
"Alex Hugo" débarque sur France 3 ce soir
Programme TV
"Alex Hugo" débarque sur France 3 ce soir
Lens/Lille : Daniel Riolo dézingue le choix d'Amazon de ne pas diffuser les images des incidents
Sport
Lens/Lille : Daniel Riolo dézingue le choix d'Amazon de ne pas diffuser les images...