Netflix déçoit sur son nombre d'abonnés et dévisse en bourse

Partager l'article
Vous lisez:
Netflix déçoit sur son nombre d'abonnés et dévisse en bourse
Reed Hastings, patron de Netflix
Reed Hastings, patron de Netflix © Abaca
La croissance du parc d'abonnés de la plateforme a été inférieure au prévision au deuxième trimestre. L'entreprise a été sanctionnée en bourse.

Le ciel au-dessus de Netflix se couvre. Hier, la plateforme de streaming américaine a dévoilé ses résultats pour le deuxième trimestre. Côté abonnés, Netflix compte désormais 130 millions d'utilisateurs partout dans le monde. Sur la période avril-juin, la plateforme a engrangé 5,1 millions d'abonnés supplémentaires. Un chiffre inférieur aux prévisions de l'entreprise pilotée par Reed Hastings qui tablait sur une progression de 6,2 millions d'abonnés. "Nous avons eu un trimestre solide mais pas extraordinaire", a simplement reconnu Netflix dans une lettre adressée à ses actionnaires.

À lire aussi
"Affaire conclue" : Attaqué par Pierre-Jean Chalençon, un acheteur réplique
TV
"Affaire conclue" : Attaqué par Pierre-Jean Chalençon, un acheteur réplique
"C à vous" : Emilie Tran Nguyen remplacera Maxime Switek à la rentrée
Séries
"C à vous" : Emilie Tran Nguyen remplacera Maxime Switek à la rentrée
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Presse
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"

Pour ne rien arranger, l'entreprise californienne prévoit désormais un ralentissement de la croissance de son parc d'abonnés au troisième trimestre. Alors qu'elle avait engrangé 5,3 millions d'abonnés au troisième trimestre de l'année 2017, la plateforme s'attend désormais a gagné 5 millions de clients supplémentaires sur la période juillet-septembre 2018. Sur les marchés, la sanction ne s'est pas fait attendre. Hier, le cours de l'action a brutalement reculé de près de 14% dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street, comme le rapporte l'AFP. Face à l'inquiétude des marchés, Reed Hastings est monté au créneau en attribuant ces résultats à une défaillance du système de prévision.

L'accroissement de la concurrence en cause ?

David Wells, le directeur financier de l'entreprise, a assuré que la hausse des tarifs, appliquée l'hiver dernier, n'est pas responsable de ce ralentissement de la croissance. L'explication réside peut-être plutôt dans l'absence de nouveau hit majeur au catalogue, de type "Stranger Things", au cours du dernier trimestre. La concurrence accrue dans le domaine est également à prendre en compte. Selon Paul Verna, un analyste américain, Netflix a enregistré un "deuxième trimestre faible" en raison de "la concurrence croissante sur le marché de la vidéo en streaming avec Amazon, Hulu, HBO et autres, qui gagnent des parts de marché aux dépens de Netflix".

Les perspectives incitent forcément les marchés à l'inquiétude alors que de nombreux entrants sont attendus sur le secteur comme Disney et l'opérateur AT&T. Reed Hastings a aussi cité "le rassemblement des diffuseurs français" dans son analyse de la conjoncture. Selon Paul Verna, Netflix devrait pourtant "rester nettement leader du marché aux Etats-Unis" grâce à son "solide portefeuille de programmes originaux". L'automne s'annonce d'ailleurs comme une période faste pour la plateforme qui envisage de mettre en ligne près d'une soixantaine de nouveaux programmes originaux.

Solides résultats financiers

Au demeurant, côté finances, Netflix ne vacille pas. Son chiffre d'affaires a progressé de 40% en un an et atteint désormais 3,9 milliards de dollars. L'entreprise a par ailleurs engrangé 384 millions de dollars de bénéfice. Surtout, pour la première fois de sa courte histoire, Netflix a réalisé un chiffre d'affaires à l'international supérieur à celui réalisé sur le sol américain, ce qui tend à valider la stratégie d'expansion de la plateforme. Pour engranger davantage d'abonnés dans le monde entier, Netflix produit de plus en plus de fictions en langues originales. C'est le cas en Europe, et notamment en France, mais aussi en Asie où le potentiel de croissance est particulièrement élevé.

Sur le même thème
l'info en continu
Audiences juillet : TF1 leader, M6 au plus bas, records historiques pour Arte, les RMC, TF1SF et Franceinfo
Audiences
Audiences juillet : TF1 leader, M6 au plus bas, records historiques pour Arte, les...
"Motive : le mobile du crime" : France 2 enchaîne avec la saison 3 dès ce soir
Programme TV
"Motive : le mobile du crime" : France 2 enchaîne avec la saison 3 dès ce soir
"Fourniret, la traque" : François-Xavier Demaison et Philippe Torreton à l'affiche d'un téléfilm pour TF1
TV
"Fourniret, la traque" : François-Xavier Demaison et Philippe Torreton à l'affiche...
Dieudonné banni de Facebook et Instagram
Internet
Dieudonné banni de Facebook et Instagram
Microsoft veut racheter TikTok... que Donald Trump souhaite interdire
Internet
Microsoft veut racheter TikTok... que Donald Trump souhaite interdire
Audiences dimanche : L'info de TF1 et France 2 en forme, "Vivement dimanche prochain" au plus bas
Audiences
Audiences dimanche : L'info de TF1 et France 2 en forme, "Vivement dimanche...
Vidéos Puremedias