Nicolas Beytout : "Nous avons une production low cost mais une rédaction haut de gamme"

Partager l'article
Vous lisez:
Nicolas Beytout : "Nous avons une production low cost mais une rédaction haut de gamme"
Par Benoit Daragon Journaliste
Nicolas Beytout
2 photos
Lancer le diaporama
Dans une interview à puremedias.com, Nicolas Beytout détaille les raisons pour lesquelles il lance "L'Opinion", un site internet et un quotidien.
Nicolas Beytout

Nicolas Beytout a présenté ce matin à la presse "L'Opinion", un nouveau site internet d'information payant qui aura une déclinaison imprimée vendue en kiosques. 24 heures avant le lancement, l'ancien directeur de la rédaction du "Figaro" et PDG de "Les Echos" détaille son projet pour puremedias.com.

À lire aussi
"C'est une règle qu'on applique à tous" : Fabrice Fries, le PDG de l'AFP, explique pourquoi l'agence ne qualifie pas le Hamas de terroriste
Presse
"C'est une règle qu'on applique à tous" : Fabrice Fries, le PDG de l'AFP, explique...
"Rodolphe Saadé n'est jamais intervenu dans cette affaire" : Jean-Christophe Tortora (CMA CGM) justifie la mise à pied du directeur de la rédaction de "La Provence"
Presse
"Rodolphe Saadé n'est jamais intervenu dans cette affaire" : Jean-Christophe...
"La Provence" : Rodolphe Saadé rétropédale, le directeur de la rédaction réintégré après la Une jugée "ambiguë" sur Emmanuel Macron
Presse
"La Provence" : Rodolphe Saadé rétropédale, le directeur de la rédaction réintégré...

Propos recueillis par Benoît Daragon.

puremedias.com : On dit souvent qu'un média est créé pour combler un manque. Quel manque a guidé le lancement de "L'Opinion" ?

Nicolas Beytout : Je ne sais pas si on comble un manque... Je pense que l'ensemble de l'univers médiatique est aujourd'hui secoué. Nous avons connu beaucoup de disparitions de journaux et, parallèlement, le champ des débats et des idées est toujours plus vaste. Si manque il y a, c'est probablement dans le débat et dans le positionnement d'un certain nombre de journaux. On pense avoir une ligne qui permet de défendre efficacement une vision qui n'est pas, aujourd'hui, majoritaire dans la presse française.

Votre ligne éditoriale est "libérale, pro-business et européenne". Vous visez quel public avec ce positionnement ?

On vise des gens qui sont intéressés par le débat public, qui ont un engagement non pas politique mais sur le plan des idées. Qui sont probablement ouverts au reste du monde et qui regardent évoluer la France par rapport au reste du monde. Qui pensent que les débats méritent d'être posés différemment.

"On peut produire à des coûts beaucoup plus gérables que ceux des autres médias"

La presse traverse une phase économique très difficile, avec fermetures et plans sociaux. Comment allez vous réussir économiquement, là où tous les autres échouent ?

Ce qui nous différencie fondamentalement c'est de partir d'une feuille blanche, d'avoir construit une équipe et un projet nouveau en partant de zéro. On a pu apporter immédiatement toutes les technologies à la disposition de la presse. Elles sont difficiles à imposer dans les différents médias car elles bousculent des professions, en remettant en cause des habitudes. La deuxième chance, c'est que je n'ai pas transformé une société, bousculer des savoirs-faire. En partant d'une feuille blanche, on peut produire à des coûts beaucoup plus gérables que ceux des autres médias.

Concrètement, qu'est qui change ?

Je vous donne deux exemples. Nous sommes une petite quarantaine, on va bosser beaucoup, probablement plus que dans beaucoup de quotidiens parce que, par l'histoire sociale, il y a de nombreuses semaines de vacances. Ici on aura 6 semaines et c'est déjà plus que la plupart des Français. Autre exemple, nous serons 30 journalistes sur 40 salariés. Ce qui veut dire que les trois quarts des effectifs seront concentrés sur la production de contenus. Au fond, dans les grands médias, on se rend compte que, de plans d'économies en guichets de départs, ceux qui produisent les contenus s'amenuisent et deviennent même minoritaires. Nous serons centrés sur la production de contenus de haut niveau.

Vos propos rappellent ceux d'Alain Weill, quand il a lancé BFM TV. Vous allez faire de la presse "low cost" ?

Le problème de ce genre de mot c'est qu'il donne le sentiment que la qualité est faible. Mon projet, au contraire, est de tout concentrer sur une production de qualité et pour ça d'économiser le maximum ailleurs. Donc on est low cost dans les moyens de production oui, mais high cost dans la réunion d'une équipe de rédaction haut de gamme. Et high ambition sur ce que l'on veut faire.

Pensez-vous avoir créé une nouvelle famille de presse quotidienne ?

Il y a deux manières d'inventer. La première est de créer un objet ou un service qui n'existe nulle part ailleurs. La deuxième est de mettre ensemble des produits et services qui existent déjà mais dont la combinaison crée la nouveauté. Et je pense que l'assemblage que nous allons faire de contenus web, vidéo et papier va nous donner une véritable personnalité.

"Nous couvrirons l'actualité sans la prétention de dire tout à tout le monde"

Vous n'avez que trois thématiques (politique, international et économie). C'est un choix pour être exhaustif ?

Nous n'avons aucune chance de battre les tenants du titre : ils sont tous plus nombreux et couvrent toute l'actualité. Qu'est-ce que je peux apporter, moi, de différent et de nouveaux pour émerger ? Rien si je fais la même chose qu'eux. Dès l'origine, nous voulions être sélectifs et choisir de facon rigoureuse ce que l'on veut traiter. Sur le journal papier, nous avons décidé qu'il n'y aurait pas de colonnes de brèves. Il n'y a pas de repêchage. Une actualité que l'on n'a pas voulu traiter ne sera pas présente. Nous couvrirons donc l'actualité sans la prétention de dire tout à tout le monde.

Quel est le capital de départ?

Cela n'a pas beaucoup d'intérêt, nous sommes en train de finaliser une deuxième levée de fonds. Mais l'important pour nous est que tous les gens embauchés ont quitté des postes. A tous, il fallait que je puisse dire que nous avions un plan de financement qui rendait crédible leur venue sur 3 années. Le capital de départ permet que cette aventure ne soit pas aventureuse et que tout le monde puisse être payé pendant au moins trois années. D'où l'objectif d'être rentable dans trois ans.

Puremedias.com vous propose de découvrir la Une du Numéro 0 de "L'Opinion".

La Une du numéro zéro de
Nicolas Beytout
Nicolas Beytout
Nicolas Beytout : "'L'Opinion' va bien dans un univers difficile"
"L'Opinion" revendique une diffusion à 22.000 exemplaires
"L'Opinion", un nouveau quotidien en kiosques mercredi matin
Voir toute l'actualité sur Nicolas Beytout
l'info en continu
"On se donne les moyens d'être les premiers" : Quand Gabriel Attal compare les sondages de Renaissance et Jordan Bardella à la bataille d'audience entre BFMTV et CNews
TV
"On se donne les moyens d'être les premiers" : Quand Gabriel Attal compare les...
"Je suis dégoûté" : Anthony Colette, danseur de Natasha St-Pier, souffrant et blessé avant le prime de "Danse avec les stars"
TV
"Je suis dégoûté" : Anthony Colette, danseur de Natasha St-Pier, souffrant et...
"Les gens confondent les salaires des journalistes et ceux des animateurs" : Nathalie Saint-Cricq révèle son salaire à France Télévisions
TV
"Les gens confondent les salaires des journalistes et ceux des animateurs" :...
"Les 12 coups de midi" : Qui sont les 20 plus grands gagnants du jeu de Jean-Luc Reichmann sur TF1 ?
TV
"Les 12 coups de midi" : Qui sont les 20 plus grands gagnants du jeu de Jean-Luc...
"Il a perdu le GPS de CNews ?" : Pascal Praud amer qu'Emmanuel Macron se rende sur BFMTV/RMC et pas sur CNews
TV
"Il a perdu le GPS de CNews ?" : Pascal Praud amer qu'Emmanuel Macron se rende sur...
Netflix : 24 heures après sa sortie, cette mini-série française addictive intègre le top 10 des fictions les plus vues dans le monde
SVOD
Netflix : 24 heures après sa sortie, cette mini-série française addictive intègre...