Orelsan relaxé dans son procès contre Ni putes ni soumises

Partager l'article
Vous lisez:
Orelsan relaxé dans son procès contre Ni putes ni soumises
Orelsan
Orelsan © Abaca
Le rappeur Orelsan avait été poursuivi par le mouvement féministe Ni putes ni soumises, qui estimait que sa chanson "Sale pute" était une 'provocation au crime". Il a été relaxé mardi.

Le rappeur Orelsan, qui était poursuivi pour "provocation au crime" par le mouvement féministe Ni Putes ni soumises pour sa chanson "Sale Pute", a été relaxé mardi par le Tribunal correctionnel de Paris. Le chanteur avait défendu sa liberté d'expression tandis que l'association avait décrit ce titre comme un "appel à la haine".

À lire aussi
Interview de Carlos Ghosn sur Inter : Léa Salamé défendue par sa patronne
Radio
Interview de Carlos Ghosn sur Inter : Léa Salamé défendue par sa patronne
Audiences : Record historique pour "N'oubliez pas les paroles", succès confirmé pour "Mamans et célèbres" sur TFX
Audiences
Audiences : Record historique pour "N'oubliez pas les paroles", succès confirmé...
Audiences radio : "Les Grosses Têtes" deux fois plus fortes que France Inter, Cauet en forme, Vacher souffre sur Fun
Audiences
Audiences radio : "Les Grosses Têtes" deux fois plus fortes que France Inter,...

L'affaire avait pris des proportions importantes et le rappeur de 29 ans avait même dû annuler sa participation à plusieurs festivals. Au mois de mai dernier, le jeune homme, récompensé aux dernières Victoires de la Musique, avait défendu sa liberté de création face à la présidente de l'association, Asma Guérifi, qui définissait la chanson comme "un appel à la haine". La raison ? Des propos jugés violents voire menaçants : "Je vais te mettre en cloque (sale pute) et t'avorter à l'Opinel". Des accusations niées par le chanteur, expliquant que sa chanson ne contenait "aucune provocation ou aucune incitation" à agresser les femmes.

"On se trompe d'ennemi"

Cette affirmation n'est pas partagée par le mouvement féministe. L'avocate de l'association, Me Samia Megouche, a rappelé qu'"une femme (mourrait) tous les trois jours sous les coups de son compagnon et ça, ce n'est pas fictif". La procureur a pourtant décidé de plaider la relaxe du chanteur, expliquant que l'association se "trompait d'ennemi" : les femmes battues ne sont "pas victimes des propos d'un chanteur qui s'exprime dans le cadre de sa liberté d'expression artistique", avait-elle expliqué.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Bientôt la fin des "cop shows" à la télé ?
TV
Bientôt la fin des "cop shows" à la télé ?
Licenciement de Natacha Polony : Europe 1 condamnée à lui verser près de 400.000 d'euros d'indemnités
Radio
Licenciement de Natacha Polony : Europe 1 condamnée à lui verser près de 400.000...
Netflix dévoile ses nouvelles productions françaises pour 2020
SVOD
Netflix dévoile ses nouvelles productions françaises pour 2020
"César Wagner" : Gil Alma dans la peau d'un "Monk" à la française ce soir sur France 2
Programme TV
"César Wagner" : Gil Alma dans la peau d'un "Monk" à la française ce soir sur...
Municipales 2020 : 500 débats prévus sur France Télévisions
TV
Municipales 2020 : 500 débats prévus sur France Télévisions
"Better Call Saul" : La saison 6 du spin-off de "Breaking Bad" sera la dernière
Séries
"Better Call Saul" : La saison 6 du spin-off de "Breaking Bad" sera la dernière
Vidéos Puremedias