La Proie : Peur sur la ville

Partager l'article
Vous lisez:
La Proie : Peur sur la ville
Malgré un script bancal, "La proie" est un très bon film d’Eric Valette qui confirme, après "A bout portant", que le cinéma d'action a sa place dans l'hexagone.

Un braqueur s’évade de prison pour traquer son ancien co-détenu, mais un tueur en série a entrepris de lui coller ses crimes sur le dos. Une policière de la brigade des fugitifs se lance à la poursuite du braqueur, devenu bien malgré lui l’ennemi public numéro 1. Quand chacun des protagonistes aura été au bout de lui-même, qui sera le chasseur, et qui sera la proie ?

Depuis quelques temps, le cinéma d'action français sort de sa léthargie : Pour elle, L'Ennemi intime, Le Convoyeur, A bout portant, etc. Bref, le fameux cinéma populaire de Delon-Bébel revient enfin sur nos écrans.

Certes, les résultats sont parfois inégaux, mais l'envie de sortir du cinema-bobo-inrockuptibles du 16e arrondissement et des comédies formatées pour TF1 est là, et bien là. Eric Valette fait partie de ces gens comme Florent Emilio Siri ou Fred Cavayé qui font bouger le cinéma français. Après le surprenant Maléfique et l'épatant Une Affaire d'Etat, Valette revient avec un film d'action, porté avec talent par Albert Dupontel.

Intrigue, sous-intrigue, sous-sous-intrigue, etc.



Le gros point fort du film est d’ailleurs, sans conteste, son personnage principal. Dupontel, à la fois fort, viril et charismatique, ne souffre pas de la comparaison avec Belmondo ou Delon, il porte le film à bout de bras et se dépense sans compter. La scène où il arrive à se dépêtrer de trois prisonnier à coups de bourre-pifs, suivi d'une évasion spectaculaire, est déjà une scène d'anthologie et une des meilleurs scènes d'action du cinéma français. Les autres, ceci dit, sont aussi toutes bien réalisées et jamais ennuyeuses.

En revanche, on peut rapprocher à Valette et au scénariste d'être un peu trop gourmands : le script multiplie les sous-intrigues et les personanges secondaires, et on se retrouve avec des scènes gratuites et inutiles (comme celle de l'arrestation du proxénète avec Alice Taglioni). Comme si le réalisateur voulait absolument nous épater, alors qu'on n'a pas besoin de ça pour apprécier La Proie.

Pour elle
Pour elle
Bande-annonce : "A bout portant", par le réalisateur de "Pour elle"
Sur le même thème
l'info en continu
Laurent Ruquier sur la première d'"On est en direct" : "On a fait trop long, mais on va régler tout ça"
TV
Laurent Ruquier sur la première d'"On est en direct" : "On a fait trop long, mais...
"Ici tout commence" : Gims interprètera le générique du nouveau feuilleton de TF1
TV
"Ici tout commence" : Gims interprètera le générique du nouveau feuilleton de TF1
Squeezie débarque sur NRJ à partir d'aujourd'hui
Radio
Squeezie débarque sur NRJ à partir d'aujourd'hui
Jean-Marie Bigard répond aux attaques de François Cluzet : "Il se retrouve à lécher le cul des gouvernants"
TV
Jean-Marie Bigard répond aux attaques de François Cluzet : "Il se retrouve à...
C8 : Bernard Montiel et Isabelle Morini-Bosc remplacent Cyril Hanouna ce soir dans "A prendre ou à laisser" et "TPMP"
TV
C8 : Bernard Montiel et Isabelle Morini-Bosc remplacent Cyril Hanouna ce soir dans...
Eric Dupond-Moretti veut des procès filmés et diffusés à la télévision d'ici 2022
TV
Eric Dupond-Moretti veut des procès filmés et diffusés à la télévision d'ici...
Vidéos Puremedias