Switch : Encore raté !

Partager l'article
Vous lisez:
Switch : Encore raté !
"Tu veux recommencer a zéro ? N'hésite plus et rends-toi sur switch.com !". Cette phrase n'est pas la dernière pub ringarde qui tourne en boucle tard le soir sur MCM, mais le point de départ de "Switch", le dernier polar raté de Frederic Schoendoerffer.

Tout Schoendoerffer qu'il soit, ce qu'on peut reconnaître sans broncher à Frédéric Schoendoerffer, c'est son travail de recherche : solide avec un vrai souci du détail, un peu à la Michael Mann. On se souvient de son très bon premier film Scènes de crimes (nomination au César du premier film, 1999) et dans lequel le duo André Dussollier / Charles Berling enquêtait sur une sordide série de meurtres flirtant avec le milieu porno. Psychologie des personnages, ambiance glauque et photographie froide : un travail d'orfèvre.

S'en suivit le pas si mauvais Agents secrets, ou comment un couple d'espions (Vincent Cassel / Monica Bellucci) devait conjuguer vie privée et missions secrètes. Puis, le moyen Truands où, malgré une réalisation nerveuse et précise, les personnages tombaient dans la caricature la plus totale (l'excellent Philippe Caubère en Tony Montana surexcité, on s'en souviendra). Voilà donc Switch qui nous plonge dans une course poursuite effrénée après qu'une Québécoise, Sophie Malaterre, a échangé sa maison pour les vacances avec une illustre inconnue et est soupçonnée de meurtre.

L'élève Schoendoerffer



On pouvait s'attendre a ce que Switch soit LE polar Francais qui court-circuiterait le très bon Olivier Marchal à qui on ne peut quasiment rien reprocher tant ça sent le vécu (36 Quai des Orfèvres). Et, au vu de la bande-annonce prometteuse, pitch intéressant + rythme + caméra a l'épaule, le tout écrit par Jean Christophe Grangé (Les Rivières Pourpres), on espérait un renouveau de pépère façon Paul Greengrass. Malheureusement, ce ne sera pas encore pour cette fois.

D'ailleurs, c'est peut être la clef du problème. A trop s'attarder sur la forme, il a, depuis quelques années, complètement perdu le sens du storytelling. Élève, il ne devait pas aimer les explications de texte, intro, développement et (bordel !) conclusion. L'intrigue plutôt claire au départ va s'échapper et se perdre de tiroir en placard. On ne sait plus qui chasse qui..."Un chasseur sachant chasser sans son chien, etc."… Voyez l'impression que ça donne ? Et engager Eric Cantona dans la tenue de l’inspecteur chef Damien Forgeat, s'il vous plaît, aura été la dernière chose a faire en ce bas monde. Mais quels étaient les critères pour ce rôle à part savoir courir pendant 5 minutes? Ne s'improvise pas Acteur (avec un grand A) qui veut. Lui a-t-on déjà dit, sans avoir peur de se prendre une mandale, qu'il est nettement plus efficace lorsqu' il nous vend du déo sans se prendre au sérieux ou bien dans Looking for Eric ?

Le cas Cantona



Eric Cantona, donc, qu'on aime pourtant bien, est un ANI (Acteur Non Identifable). Le regard hésitant, ne sachant pas bien placer sa voix puisque handicapé par son accent marseillais (forcément), manque clairement de conviction et termine la plupart de ses phrases par "Merde". On est aux anges. Sous son commandement, des sbires, sous-exploités, tel le très bon Mehdi Nebbou, une des valeurs sûres du cinéma français (si seulement on lui filait un bon premier rôle).

Quant a Karine Vanasse (Sophie Malaterre, euh...Benedicte Sertaux...euh… Enfin, regardez le film, vous comprendrez. Peut-être.), convaincante, elle joue le jeu. Mais par pitié, que Schoendoerffer arrête de faire apparaître son frère. Ici, médecin légiste, il semble annoncer la fin du monde dès qu'il ouvre la bouche juste pour dire ce qu'il vient de trouver sur le corps du mort.

Mais bon sang ! Puisqu'elle vous dit qu'elle n'est pas celle que vous croyez qu'elle est ! Regardez son Facebook, c'est simple non ?

Frédéric Schoendoerffer
Frédéric Schoendoerffer
commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Yann Chouquet (France Inter) : "On s'en sort bien dans un paysage général assez catastrophique"
Interview
Yann Chouquet (France Inter) : "On s'en sort bien dans un paysage général assez...
Audiences radio, le match des soirées : Sintes leader devant Sotto en léger repli, Nathalie Levy et Europe 1 stables
Audiences
Audiences radio, le match des soirées : Sintes leader devant Sotto en léger repli,...
"La bataille des couples" : Dylan viré par la production après son crachat sur Mélanie
TV
"La bataille des couples" : Dylan viré par la production après son crachat sur...
"Journaliste investigateur délateur" : Ségolène Royal dénonce les méthodes de la cellule investigation de Radio France
Radio
"Journaliste investigateur délateur" : Ségolène Royal dénonce les méthodes de la...
Audiences radio, les stars des matins : Bern devant Nagui en hausse, "Les GG", "Boomerang" et "L'instant M" en baisse
Audiences
Audiences radio, les stars des matins : Bern devant Nagui en hausse, "Les GG",...
Audiences radio Europe 1 : Belliard, Roumanoff, Vandel, Noël, Delacroix... Ce qui marche, ce qui ne marche pas
Audiences
Audiences radio Europe 1 : Belliard, Roumanoff, Vandel, Noël, Delacroix... Ce qui...
Vidéos Puremedias