Thierry Boyer (leLIVE) : "Nous arrivons avec 50 heures de programmes par semaine"

Partager l'article
Vous lisez:
Thierry Boyer (leLIVE) : "Nous arrivons avec 50 heures de programmes par semaine"
Thierry Boyer, directeur du LIVE.
Thierry Boyer, directeur du LIVE. © Webedia / A.Mahieu
Le directeur du nouveau média leLIVE, lancé par Webedia, accorde un entretien à puremedias.com.

Un nouveau média se lance. Ce lundi, leLIVE, un nouveau média en direct et interactif, initié par Webedia, société éditrice de puremedias.com, sera disponible sur plusieurs plateformes telles que Youtube, Twitch, Mixer et Facebook. De nombreuses incarnations connues du monde de la télévision et du web porteront les divers programmes de ce média. A cette occasion, Thierry Boyer, directeur du LIVE, s'est confié à puremedias.com pour dévoiler les détails de ce projet.

À lire aussi
"Demain nous appartient" : Le feuilleton de TF1 de retour dès le 15 juin à un nouvel horaire
Séries
"Demain nous appartient" : Le feuilleton de TF1 de retour dès le 15 juin à un...
Cinéma : Les films prévus l'après-midi ce week-end sur France 2
Programme TV
Cinéma : Les films prévus l'après-midi ce week-end sur France 2
Ophélie Radureau-Viaene ("Télématin") : "Laurent Bignolas sera reconduit la saison prochaine"
Interview
Ophélie Radureau-Viaene ("Télématin") : "Laurent Bignolas sera reconduit la saison...

Propos recueillis par Florian Guadalupe.

puremedias.com : Comment définiriez-vous leLIVE ?
Thierry Boyer
: leLIVE est un nouveau média destiné aux jeunes, principalement aux "Millennials". J'espère qu'il deviendra un média générationnel. Ce qui va faire sa force, c'est l'interaction et l'interactivité entre les communautés et les animateurs de cette grille. Si on peut prendre certaines références qu'on a aimées, ce serait plutôt l'esprit de la radio libre, mais filmée. Il y a des choses qu'on a aimées aussi en télé. C'était plutôt celle des années 90, comme par exemple MTV ou les débuts de Canal+ avec leurs approches un peu disruptives. C'est ce mix-là. Un média à part entière où il y a une liberté d'expression, un ton et une grammaire spécifiques au digital. De plus, l'avis des internautes et de ces communautés nous intéresse. Ce sera le média dont vous êtes acteur. Contrairement à la télévision, où les téléspectateurs sont plus passifs, dans leLIVE, il y aura une communion.

Ils ont dit
"On va essayer d'avoir une grille généraliste"
Thierry Boyer

Quelle est la genèse de ce projet ?
On ne s'est pas improvisé sur le sujet. On a créé le Stream il y a plus de deux ans, uniquement sur la plateforme Twitch. Un média live sur une niche, celle du gaming et de la culture geek. On démarre à 6h30 du matin avec une matinale et on finit à minuit ! C'est quand même assez colossal. On a vu qu'il y avait un vrai engouement. Par la suite, on a testé différentes thématiques. Par exemple, il y a des sujets sur la BD ou le cinéma. Tous les jours, il y a un talk qui s'appelle "Le Recap'", qui est un véritable rendez-vous. On a multiplié les audiences de ce média par cinq en deux ans. L'une de ses forces est justement l'interaction avec les communautés et ses grands rendez-vous.

La saison dernière, certains visages de TalentWeb se sont d'ailleurs essayés au direct.
Oui. Au sein du groupe, nous avons déjà initié des lives ponctuels et on a surperformé. Par exemple, on a tourné "Roméo & Juliette" dans un théâtre lors d'un challenge improvisé avec Cyprien, Squeezie, McFly et Carlito. On a battu un record sur Twitch qui est phénoménal. On a eu une pointe à 380.000 personnes et sur le cumul, on était à 1,5 million. C'était complètement fou ! Sur Youtube, on fait aussi des performances incroyables. Le morning en live de McFly et Carlito, c'est 50.000 personnes toutes les semaines à 6h30 du matin ! On a réalisé des scores de 100.000 viewers en simultané. On a vu qu'il y avait un engouement à ces moments-là. A chaque fois, on était "Trending Topic" sur Twitter.

La genèse est donc venue à travers tout ça ! Aujourd'hui, il y a un tel engagement de la part des communautés autour de ces talents-là. Elles veulent partager encore plus de choses avec eux et leur quotidien. On va essayer de structurer le format a minima car il ne faut pas que les talents se renient non plus. Ce sera toujours eux, dans leur univers, dans leur ADN. On va essayer d'avoir une grille généraliste. On aura des rendez-vous pour satisfaire toutes les tranches d'âge des "Millennials". Il y en aura pour les plus jeunes - écoles primaires et collèges - jusqu'aux trentenaires. On pourra se divertir, s'informer, participer et jouer. Et toujours avec bienveillance. On va s'imposer une vraie ligne de conduite. On ne se permettra pas n'importe quoi car on a un vrai devoir pédagogique. On a essayé de s'entourer d'un panel de talents qui partagent cette philosophie.

Ils ont dit
"On n'attendra pas des mois pour rectifier le tir et améliorer certaines choses."
Thierry Boyer

Quelles seront les incarnations de ce média ?
On a essayé de fédérer autour de cette chaîne différents incarnants issus de mondes différents. On a les natifs digitaux, comme Cyprien et Norman. On s'est également entouré de personnalités à l'aise dans l'exercice du live. C'est quand même un exercice spécifique. Il faut être à l'aise à l'instant et pouvoir tenir des cases a minima d'une heure. Tout le monde n'est pas à même de le faire. On a les natifs digitaux, comme Cyprien et Norman. On a aussi certaines personnalités qui nous ont rejoints depuis plusieurs mois comme Guillaume Pley. Il a arrêté la radio pour s'exprimer sur le web. Il présente une formidable émission, "Le QG", qui est aujourd'hui devenue un programme de référence sur les plateformes. "Le QG" va se retrouver sur la grille en primo-diffusion. On aura également l'after du "QG" qui va s'appeler "Le QG à partager", avec un héros de tous les jours. Par exemple, ça peut être l'un des pompiers qui a participé à éteindre les feux qui ont sévi en Australie.

Il y aura une émission quotidienne sur leLIVE. En quoi consistera-t-elle concrètement ?
Elle sera co-présentée par Kevin Razy et Agathe Auproux. Elle traitera de l'actualité générale et du web avec des intervenants et un invité par jour. La force du digital va faire évoluer cette émission dans le temps, notamment grâce aux communautés. L'aspect participatif sera crucial. Sur le digital, on ne triche pas. On aura une approche qui consistera à se divertir en apprenant, avec par exemple Hugo Décrypte sur l'actualité politique et économique. Il a une approche didactique, mais toujours dans l'interaction puisqu'il incitera le public à voter et participer.

Ils ont dit
"On ne peut pas se permettre de faire n'importe quoi quand on parle de santé."
Thierry Boyer

Ce média aura également sa case santé ?
Oui. Cette case sera animée par Michel Cymès. Le but sera de parler aux jeunes en abordant des thématiques qui les intéressent. Le premier thème sera autour de la sexualité. On parlera aussi des drogues douces, de l'alcool, du cannabis et entre autres du cyber-harcèlement. Ca demandera des échanges ! Il sera entouré d'une personnalité qui a déjà fait ses preuves sur la vulgarisation des questions autour de la santé. Il s'appelle Julien Ménielle, vidéaste de la chaîne "Dans ton corps". On se délecte à chaque fois de ses petits formats. Ils seront avec Marine Lorphelin qui est interne en médecine et ancienne Miss France. Ce sera un bon mix. On pourra parler à toutes les générations.

Michel Cymes n'est pas forcément la personne que l'on imagine pour parler aux "Millennials"...
C'est une vraie caution sur la santé. On ne peut pas se permettre de faire n'importe quoi quand on parle de cette thématique. Il sera avec Julien Ménielle qui est infirmier. Dès lors qu'on aborde des sujets très spécifiques, on a besoin de bonnes cautions. L'avantage est qu'un médecin, ça parle à tout le monde. Michel Cymes fait l'unanimité. Mais il sera entouré de natifs digitaux. Marine Lorphelin a une grosse communauté sur le digital. Et puis, Michel Cymes a vraiment cette envie de transmission et de vulgarisation des informations de la santé.

Et du côté du reste de la grille ?
Il y a d'autres rendez-vous que l'on connaît déjà comme "301 vues" présenté par Cyprien. Puis, il y aura des talents qu'on connaît à travers différents exercices, comme DominGo qui aura un jeu hebdomadaire. Bapt et Gaël vont faire leur retour, avec "Le Bapt & Gaël Show". On proposera aussi un rendez-vous cuisine, une émission économique pour essayer de mettre en avant les petites pépites entrepreneuriales, une case dédiée à la musique et un programme autour du cinéma en partenariat avec Allociné incarné par JB de la chaîne avec Tales from the click. Certaines cases seront emmenées par des humoristes comme Le Pérave ou Laura Felpin. Pour le sport, on aura Thomas Thouroude, entouré de Jhon Rachid et Kemar. En tout, il y aura une trentaine de talents pour faire cette grille. A chaque fois, ce sera avec les codes du digital.

Ils ont dit
"On va essayer de couvrir certains événements comme le salon de l'E3 de Los Angeles ou le salon de l'Agriculture."
Thierry Boyer

Avez-vous un objectif d'audience ?
Non. C'est très compliqué. Je pense qu'il faut être assez humble. C'est un nouveau média. Il aura la particularité d'être accessible sur toutes les plateformes : Youtube, Twitch, Mixer et entre autres Dailymotion. On aura notre propre application iOS et Android. On aura également des segments IGTV et Facebook Watch. Le but est de pouvoir accéder n'importe où et sur n'importe quel "device" au média. On veut être le plus fédérateur possible et le plus oecuménique, en n'oubliant personne. On ne veut surtout pas se fixer des objectifs d'audience. On espère bien entendu que le média sera adopté par le plus grand nombre. En tout cas, tous les talents sont plus que motivés. Ils vont y mettre leur coeur, fédérer leur communauté et leur proposer un véritable rendez-vous. Il sera quotidien, hebdomadaire, mensuel, bi-mensuel ou juste événementiel.

Y aura-t-il des programmes toute la journée ?
Ce sera de l'after school. Dans un premier temps, la grille ouvrira à 17h et se terminera à minuit. On a fait la même chose au début pour LeStream. Ensuite, libre à nous d'élargir cette grille.

Le média sera-t-il totalement en direct ?
85% de la grille sera en live. "Le QG" est par exemple une émission enregistrée dans les conditions du direct. Mais il y aura "Le QG à partager" juste après, pendant une heure, qui sera en live. Donc, oui, on aura très peu de cases enregistrées. Ce sera une véritable prouesse.

Ce sera donc un média avec des rendez-vous en direct, à des heures précises. Pourquoi ce choix à une époque où les "Millennials", la cible du LIVE, préfèrent consommer leur contenu à la demande ?
Il y aura toujours de la VOD. Mais la magie du live, c'est l'imprévu. Avec les talents qui nous entourent, il y aura toujours des surprises. C'est ce que veulent les communautés. Donc, il faut bien donner un rendez-vous à sa communauté pour échanger avec eux et les faire participer. On va essayer de couvrir certains événements comme le salon de l'E3 de Los Angeles ou le salon de l'Agriculture. Aujourd'hui, on a des possibilités techniques qui sont moins coûteuses qu'auparavant et qui nous permettent de couvrir certains éléments de manière aisée. Si c'est du contenu froid, ce genre d'événement n'aurait aucun intérêt. Je peux vous assurer que les communautés sont tellement engagées qu'elles veulent participer et être présentes à l'instant t.

Ils ont dit
"Quand on a goûté au live, on a envie d'y revenir."
Thierry Boyer

Sur le long terme, est-ce que ce média pourrait être disponible à la télévision ? Sur un canal ?
Aujourd'hui, nous sommes là pour toucher les jeunes et aller les chercher en priorité sur l'ensemble des plateformes qui sont au coeur des usages des moins de 35 ans : le digital, la vidéo et le social. Mais on sera aussi disponible sur l'écran de TV, via les SmartTV Samsung ou via Molotov.

La participation des youtubeurs au LIVE ne va-t-elle pas empiéter sur leurs productions personnelles ?
Absolument pas. C'est un exercice complémentaire. Ils ne vont pas du tout faire ce qu'ils font sur leur chaîne. On parle ici d'exercice en live. Si on prend l'exemple de "301 vues" de Cyprien, ça fonctionne déjà très bien. On est vraiment sur le système de la radio libre. Le live est quelque chose d'addictif. Quand on y a goûté, on a envie d'y revenir. Eux n'ont pas connu la radio. Quelque part, c'est un format similaire. Pouvoir avoir un retour en direct des communautés et échanger avec elles, ça fait toujours quelque chose. Ca va au-delà de lire les commentaires le lendemain d'avoir posté une vidéo.

Plusieurs vidéastes de Youtube réalisent des séries et des courts-métrages. Pourrait-on les retrouver en première diffusion sur leLIVE ?
Oui, on pourrait. On a un ou deux programmes de la sorte en genèse. Ça pourrait en effet être une primo-diffusion en live ou un extrait. Mais ce sera toujours assorti d'un plateau auquel le créateur sera convié pour expliquer l'origine de sa production. Il pourra échanger et répondre aux questions des communautés.

Ils ont dit
"Les plateformes rêvent à ce que l'on grandisse à l'international, dans les autres territoires."
Thierry Boyer

Comment le média sera-t-il financé ?
Le business model de la chaîne sera par la publicité, comme tous médias gratuits. Même par rapport à ça, on aura une approche disruptive. On aura des programmes incarnés et des approches "brand content". On collaborera avec des marques qui sont assez ouvertes pour que les talents disruptent et réinventent les codes de la promotion. Parfois, ils contournent et parodient ! Il y a beaucoup de marques qui l'ont d'ores-et-déjà compris. Puis, c'est très bien accepté par les communautés qui ont acquis que ces marques nous permettent de créer du contenu intéressant et divertissant.

Pas de pages de publicité ?
Il y aura les publicités classiques des plateformes. Ce sera du pré-roll qui sera limité par rapport à un média linéaire. Ce sera de l'intégration totalement assumée et transparente. Elle sera beaucoup mieux acceptée. Ce sera un contenu avant tout.

Comment les plateformes ont accueilli l'annonce de l'arrivée du LIVE ?
Nous sommes le contenu. Ils sont le contenant. Nous avons besoin de ces plateformes pour être diffusés. Nous travaillons main dans la main avec elles. Elles sont ravies de notre arrivée. Nous arrivons avec du contenu, 50 heures de programmes par semaine. Elles se réjouissent ! En plus, c'est du programme qualitatif et interactif ! Pour elles, c'est extraordinaire. Elles vont nous aider à émerger et à ce que l'on grandisse. Elles rêvent même à ce que l'on grandisse à l'international, dans les autres territoires.

Pensez-vous que leLIVE va ringardiser la télévision ?
Non. Pas du tout. Je ne veux pas que leLIVE soit comparé à la télévision. Ce sera une autre manière de consommer un média, de se divertir, d'apprendre, mais on sera complémentaire. La radio n'est pas un concurrent de la télé, comme notre média ne le sera pas, ni de la radio, ni de la télévision. Il sera un média à part entière. Mais on continuera à regarder de la télévision et à écouter la radio. Je pense que les jeunes prendront plaisir à le découvrir.

Il existe une certaine méfiance entre les youtubeurs et le monde de la télévision. Les passerelles ne sont pas toujours très simples...
Les personnalités qui nous rejoignent ont voulu découvrir autre chose. On a fédéré des personnes qui ne sont pas forcément que des youtubeurs ou des digital natives. Certaines viennent de la télévision ou de la radio et sont très excitées à l'idée de relever ce challenge et s'exprimer différemment. L'envie et l'engouement sont là. On espère maintenant que ce média trouvera un vrai public, avec des rendez-vous qui deviendront - je l'espère - dans quelques années, cultes.

l'info en continu
RMC : L'émission de Philippe Lellouche s'arrête
Radio
RMC : L'émission de Philippe Lellouche s'arrête
Microsoft remplace ses journalistes par des robots
Internet
Microsoft remplace ses journalistes par des robots
Audiences mai : TF1 reprend des couleurs, F2 se tasse, F3, M6, BFMTV, les RMC et LCI en forme, F4 au plus bas
Audiences
Audiences mai : TF1 reprend des couleurs, F2 se tasse, F3, M6, BFMTV, les RMC et...
Stéphane Rotenberg débarque sur RTL le 6 juillet
Radio
Stéphane Rotenberg débarque sur RTL le 6 juillet
France 3 : "Jouons à la maison" en quotidienne dès aujourd'hui à 20h40
Séries
France 3 : "Jouons à la maison" en quotidienne dès aujourd'hui à 20h40
"Un si grand soleil" de retour aujourd'hui à 20h45 sur France 2
Programme TV
"Un si grand soleil" de retour aujourd'hui à 20h45 sur France 2
Vidéos Puremedias