Benjamin Siksou, en 2011.

Benjamin Siksou, en 2011.
Benjamin Siksou, en 2011. © Abaca