France Télévisions s'accorde avec les producteurs français pour mieux contrer Netflix

Partager l'article
Vous lisez:
France Télévisions s'accorde avec les producteurs français pour mieux contrer Netflix
"Dix pour cent"
"Dix pour cent" © Christophe BRACHET - MONVOISIN PRODUCTIONS / MOTHER PRODUCTIONS /FTV
Le groupe public vient de signer un nouvel accord concernant ses droits numériques sur les oeuvres qu'il finance.

Delphine Ernotte l'avait dit, elle ne veut plus "danser avec le diable Netflix". Dans un communiqué publié ce matin, France Télévisions annonce ainsi avoir signé le 21 décembre 218 un nouvel accord avec les producteurs français* de fictions et de documentaires. Ce dernier permet au groupe public d'atteindre l'un de ses objectifs stratégiques : avoir davantage de droits sur la "vie numérique" des programmes qu'il finance pour ses antennes.

À lire aussi
"T'es quoi, toi ?" : Daniel Riolo et Christophe Dugarry manquent d'en venir aux mains sur RMC (màj)
Sport
"T'es quoi, toi ?" : Daniel Riolo et Christophe Dugarry manquent d'en venir aux...
"13 Heures" : Quand Leïla Kaddour se laisse surprendre par le direct
TV
"13 Heures" : Quand Leïla Kaddour se laisse surprendre par le direct
"C à vous" : Anne-Elisabeth Lemoine décontenancée par les conseils d'hygiène intime d'un invité
TV
"C à vous" : Anne-Elisabeth Lemoine décontenancée par les conseils d'hygiène...

D'après les termes de l'accord valable au 1er janvier 2019, France Télévisions bénéficiera désormais en matière numérique d'un droit d'exclusivité aligné sur ses droits linéaires, soit entre 30 et 36 mois. Concrètement, on ne pourra pas retrouver des séries ou des téléfilms financés majoritairement par France Télévisions sur les plate-formes de chaînes gratuites concurrentes pendant cette longue période. Par ailleurs, le public pourra aussi avoir accès plus longtemps au replay de certains épisodes de séries. Dorénavant, France Télévisions sera ainsi libre de mettre à disposition sur ses plateformes de replay l'intégralité des épisodes d'une série jusqu'à 7 jours après la diffusion du dernier épisode.

De nouveaux droits SVOD pour France Télé

Avec cet accord, France Télévisions bénéficiera aussi d'une période d'exclusivité en matière de SVOD**. Désormais, le groupe public aura pendant 12 à 24 mois les droits SVOD exclusifs des oeuvres qu'il finance à plus de 66% pour la fiction ou à plus de 55% pour le documentaire. De quoi éviter la mésaventure "Dix pour cent", dont la saison 3, financée par France Télévisions, a été mise en ligne sur Netflix un mois seulement après sa diffusion sur France 2. De bon augure aussi pour le catalogue de Salto, la plate-forme de SVOD "made in TF1/France Télé/M6", qui doit sortir de terre cette année.

En échange de ces nouveaux droits accordés à France Télé, les producteurs ont obtenu que la durée d'exploitation exclusive des programmes en linéaire soit réduite de 48 mois à 36 mois, voire même à 30 mois pour une fiction unitaire. France Télévisions a par ailleurs accepté que la part de programmes réservée aux producteurs indépendants passe de 75 à 82,5%. Le groupe public s'engage enfin à maintenir ses investissements annuels par genre pour la période 2019-2022, avec un engagement total de 420 millions d'euros par an.

*Le SATEV, le SPECT, le SPFA, le SPI, et l'USPA
** Service de vidéo à la demande par abonnement

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Julius3527

Ils doivent trembler, chez Netflix... mais pas de peur, de rire, devant le ridicule de France Télévisions.



Il n'y en a qu'une

C'est l'hypothèse la plus logique, à l'image de la prise SCART ou péritel imposée d'emblée comme norme en 1980 afin de freiner la consommation des postes étrangers et de favoriser les marques régies indirectement par l'État. Ce n'est donc guère étonnant de rencontrer des anciens de l'ORTF puis de TDF dans l'organigramme de Thomson-CSF, principal fournisseur du matos technique des chaînes françaises, jusque dans les années 90.

Dans un autre contexte, le bloc de l'Est avait aussi recours au SECAM pour garantir les monopoles des fabricants de téléviseurs au sein de l'URSS et des pays alliés et pour contrer les débordements des signaux étrangers reçus à la frontière. Enfin, les anciennes colonies françaises avaient également adopté la solution d'Henri de France dans un souci de continuité technique.



Il n'y en a qu'une

Ce qu'il me faut, c'est dans l'idéal un scope multistandards qui gère à la fois le SECAM-L et le SECAM-K mais ce type reste ultra rare à part si on lorgne dans le matos pro. J'imagine que ça sera plus simple et plus économique d'importer de France le magnéto adéquat malgré la douane. À moins que j'aie une de ces chattes en écumant les vide-greniers.

Sinon, je te remercie pour le lien car il faudra que je songe à numériser ma collec après coup.



Box office story

Strictement aucune importance. Je ne savais même pas qu'il y avait des séries de France Télévison sur Netflix. Quelle drôle d'idée.

Les producteurs produiront uniquement pour Netflix



Bartowski

-- https://www.magix.com/fr/vi...



karima

un abonnement Netflix pour de la fiction Française de France télé, même pas en rêve



La Sardine

Je lis avec intérêt votre commentaire, toutefois je ne vois toujours pas pourquoi être défavorable à la concurrence mais surtout et avant tout à la mutation des réseaux de tv : être à la fois sur le linéaire et le non linéaire me semble légitime sans pour autant dépendre du bon vouloir d'un Netflix tout puissant. Les anglais font exactement la même chose actuellement et la finalité reste non pas d’être sur du francophone mais bien de créer à moyen terme une plateforme des télévisions européennes, c'est à dire de garantir par exemple à TF1, BBC, ADR, RTL etc la totale maîtrise de ce qu'ils diffusent.



Pickle Rick

Toute cette régulation les fera crever.



Etienne

Ce serait bien que la rédaction de Pure Média rappelle que les droits de 10 pour cent sont gérés par France TV Distribution et que c'est cette filiale de France TV qui a vendue les droits à Netflix



EiffelNord

Du protectionnisme... non ?



Jon75

Netflix est disponible sur les télévisions connectées comme chez Sony et Samsung avec Android TV aussi. Je reçois Netflix directement sur ma télé dit "connectée" avec le Wi-Fi de ma maison.



Jacques

En même temps, financer quasi intégralement des oeuvres pour qu'elles se retrouvent à la concurrence, il fallait être maso ...



wistiti

Les pauvres me font penser à un chien qui court après sa queue...



Starlight

Le iPlayer est un service en accès libre comme l'est France.tv chez nous. Son succès n'empêche pourtant pas la BBC de réfléchir, elle aussi, à des alliances avec d'autres opérateurs pour créer un service rival de Netflix.
https://www.nextinpact.com/...



Hyakina

Le modèle BBC iPlayer n'est pas un service streaming classique, c'est un service de replay hyper performant, et je serais plus en accord d'aller en ce sens en France... Mais bon, quand il s'agit de dépenser et d'investir avec de l'argent public, on ne regarde pas ce qui est efficace, on regarde qui va encore s'engraiiser sur le dos du contribuable/consommateur...



Hyakina

Nan mais Salto par rapport à Netflix/ Amazone/SFR/Canal/Bein, c'est un peu la VSH du blueray nan?



Hyakina

" Faut rappeler que La Casa De Papel, bien que estampillé Netflix est un produit Antena 3 (Espagne)"
Je suis le seul a avoir parlé de cette série dans mon argumentation, et il ne me semble pas avoir dénigré les tv nationales ni leurs évolutions dans le numérique, chose que vous mettez à mon crédit de façon erronée.
Je pose sur la table simplement le fait de ce que l'on recherche lorsqu'on fait quelque chose. Il n'y a que la France pour dépenser de l'argent publique sans même étudier une autre façon de faire, peut être plus rentable, moins coûteuse pour les mêmes effets.
Parce que Netflix cartonne en streaming, alors il faut investir des millions pour aller le concurrencer? Sachant en plus que sur l’échiquier il existe déjà des opérateurs Français qui se sont lancés tels que Canal, SFR, même amazone Fr etc...
Donc on va prendre du budget de la culture, donc de l'argent publique, donc encore mon pognon, pour aller le dépenser dans un service supplémentaire dont je n'aurais pas eu besoin si on avait fait autrement, qui va me demander de payer encore pour un abo... pfff.
Faudrait vraiment qu'on arrête de dépenser de l'argent publique pour quedalle, alors qu'aller chercher l'argent là où il est sans même devoir investir suffirait!!!
Comment se fait -il que en France, on ai une rétention d'une semaine sur le Replay, alors que ça ne coûte pas grand chose de le laisser 3 mois par exemple? là on aurait une vraie révolution numérique Française! Et qui ne coûterait rien ou très peu.
Et pourquoi aller sur du streaming FR payant à travers une plateforme alors que toutes nos chaines française ont déjà les applications, les supports, les VOD etc en place?
Bref, ma critique est surtout financière plutôt que de contenu...



Hyakina

Sur Freebox Delta, Netflix est en HD 1080 ou en UHD si tu payes la petite différence de prix de l'abonnement. Le problème est le son, qui se limite à du stéréo basique, ce qui casse un peu l'effet waouh d'un film si tu es bien équipé.



Hyakina

Je ne dis pas qu'ils se foutent des fictions made in France, et là le sujet ce n'est pas d'apporter du contenu Français sur Netflix, mais bien de limiter l'apport par des délais supplémentaires d'ajouts, afin de laisser une place concurrentiel à la future plate forme FTV.
Moi ce qui me dérange, c'est surtout qu'il existe aujourd'hui plusieurs plateformes de VOD streaming, et qu'on veut encore en rajouter, histoire de faire encore plus payer le consommateur, alors qu'une solution simple serait d'apporter les contenus dans Netflix (Qui est actuellement le plus diffusé au monde) et de faire payer Netflix correctement les droits de ces contenus selon leurs diffusions. Ainsi, pas besoin de dépenser encore et toujours de l'argent pour créer une plateforme, et les contenus Français auraient une véritable visibilité à l'étranger, donc une opportunité de créer des droits supplémentaires, et injecter dans notre culture encore plus de moyens d'investissements.
Prenez l'exemple de CASA DE PAPEL, série à peine regardée en Espagne lors de sa diffusion télévisuelle, qui a tellement cartonné sur Netflix qu'ils peuvent générer une S3 et refaire travailler et investir la culture en Espagne (On remarque que du coup, d'autres feuilletons marchent bien car attrait de l'acteur, du "modèle" de la série, des auteurs, etc...) Sans cette visibilité internationale, Casa de Papel serait passée inaperçue, les acteurs seraient moins payés voir sans emplois, les auteurs seraient restés sur un bide, donc plus de contrat, etc, etc....
Créer une plateforme FR de streaming amènerait à quoi? On supprime de Netflix la série 10% (car pas finie de tourner de plus de 30 mois) et du coup la visibilité de cette série se limite aux gens francophiles qui daignent se rajouter un abo streaming? Ou est l'intérêt si cette même série peut cartonner partout dans le monde rapidement, donc générer de l'argent, donc continuer a tourner, à investir?
Ce n'est que mon point de vue, je vous l'accorde, mais il est largement partagé par mon entourage directe, qui certes ne représente pas la population, mais qui donne une image assez réaliste de la consommation de streaming dans ma proximité.



Il n'y en a qu'une

On se moquait déjà à l'époque de l'obstination de l'ORTF à vouloir employer le SECAM juste pour pas trop blesser l'égo d'Henri de France plutôt que le PAL comme les voisins européens. Comme si ça ne suffisait pas, on a crée le SECAM-K pour l'outremer pour des raisons assez obscures puis le MESECAM réputée de meilleure qualité mais qui n'a jamais servi en diffusion.

Du coup, je me retrouve embêté pour lire mes vieilles cassettes enregistrées en SECAM-L depuis mon déménagement en Nouvelle-Calédonie vu que je n'ai qu'un magnétoscope SECAM-K dispo dans mon nouveau chez moi. En revanche, j'ai glané de chouettes trésors chez ma belle-famille.



Gregory Stanislas

Tous les téléviseurs actuels ont accès directement sans difficulté à Netflix + ceux qui ont la PS4, la BBox Miami, la Xbox et chrome cast.



La Sardine

On ne pars pas au combat quand on est certain de perdre. Quand on est sur de perdre dans ce cas on change de stratégie.

Je reste stupéfait ici de lire un certain nombre de commentaires qui dénigrent les télévisions nationales et leur évolutions dans le numérique que l'on oppose à un Netflix définitivement tout puissant qui aurait tout compris et auquel il ne faudrait sous aucun prétexte tenter de concurrencer. Faut rappeler que La Casa De Papel, bien que estampillé Netflix est un produit Antena 3 (Espagne).

Donc, oui, il faut évidemment évoluer sur le terrain des plateformes pour changer l'expérience de la télévision au plus grand nombre et Salto, bien que sous financée, est une étape importante de ce changement de paradigme dans la stratégie audiovisuelle française et peu être Européenne.



Gregory Stanislas

Pour le téléspectateur c'est un danger, ça signifie payer encore un nouvel abonnement pour voir certaines séries. La concurrence n'est pas toujours souhaitable. A la grande epoque il diffissuf d'un seul abonnement à 35€ pour tout voir, il n'y avait que canal et il y avat tout les films, toutes les séries et toit le sport. Aujourd'hui il faut compter presque 150€. A venir Disney+



Bartowski

Bon le plus grand problème de France Télévisions c'est les contenus, parce que soyons honnête il n'y rien ; Netflix a était boosté par des séries comme Strangers Things, je rappelle que Netflix n'est pas disponible facilement sur les téléviseurs déjà, le seul que j'ai entendu parler c'est sur le nouveau box Free, en plus il parait que c'est une application bridé dessus, uniquement en 720p et pourtant apparemment il y a des millions d'utilisateurs en France. Bref le problème est le contenus, si il n'y a vraiment rien d'intéressant les gens ne vont pas regarder.



La Sardine

C'est bien le travail qui est en discussion actuellement : la plateforme européenne est évoquée par les allemands, les français, les anglais. Ça ne veut pas dire qu'elle verra le jour. Les railleries autour de Salto sont amusantes, c'est comme si en 1960 on raillait l'ORTF de vouloir émettre en couleurs comme aux USA.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Incident dans "Destination Eurovision 2019" : Des manifestants envahissent la scène en direct
TV
Incident dans "Destination Eurovision 2019" : Des manifestants envahissent la...
"Qui veut gagner des millions ?" : Jean-Pierre Foucault présente son dernier numéro ce soir sur TF1
Programme TV
"Qui veut gagner des millions ?" : Jean-Pierre Foucault présente son dernier...
Audiences : Le deuxième débat marathon d'Emmanuel Macron en baisse sur les chaînes d'info
Audiences
Audiences : Le deuxième débat marathon d'Emmanuel Macron en baisse sur les chaînes...
"Je suis une célébrité, sortez-moi de là" : Christophe Dechavanne et Laurence Boccolini favoris pour l'animation
TV
"Je suis une célébrité, sortez-moi de là" : Christophe Dechavanne et Laurence...
"Vous êtes surtout un connard !" : Bernard Tapie revient sur son accrochage avec un Gilet jaune
TV
"Vous êtes surtout un connard !" : Bernard Tapie revient sur son accrochage avec...
Audiences access 20h : "Quotidien" devant "TPMP", "28 minutes" au top
Audiences
Audiences access 20h : "Quotidien" devant "TPMP", "28 minutes" au top
Vidéos Puremedias