"J'ai un enfant, oui j'ai peur..." : Azzeddine-Ahmed Chaouch (ex-"Quotidien") se confie sur la libération de la parole raciste à l'approche des législatives

Partager l'article
Vous lisez:
"J'ai un enfant, oui j'ai peur..." : Azzeddine-Ahmed Chaouch (ex-"Quotidien") se confie sur la libération de la parole raciste à l'approche des législatives
Par Noëlle Binet Journaliste
Noelle Binet est une journaliste passionnée, constamment à l'affût de l'actualité en plus d'être une autrice à ses heures perdues. Depuis son plus jeune âge, elle a développé un fort intérêt pour les médias et les personnalités publiques. Ses autres passions : la mode, les séries et la littérature.
"J'ai hésit à venir, j'ai peur" : Azzeddine-Ahmed Chaouch (ex-"Quotidien") se confie sur la libération de la parole raciste depuis les élections européennes © BFMTV
Alors que journalistes Karim Rissouli et Mohamed Bouhafsi ont récemment dénoncé la libération de la parole raciste depuis le résultats des législatives, Azzeddine-Ahmed Chaouch a soutenu leurs prises de paroles sur BFMTV ce jeudi 27 juin.

Ce jeudi 27 juin 2024, Azzeddine-Ahmed Chaouch était l'un des invités de BFMTV pour évoquer les récentes prises de paroles de ses confrères Karim Rissouli et Mohamed Bouhafsi récemment visés par des messages à caractère raciste. Depuis les résultats des élections européennes, les deux hommes assurent que la victoire du Rassemblement National de Jordan Bardella a orchestré, en France, la libération de la parole raciste.

À lire aussi
"Touche pas à mon poste !" : Pourquoi l'exclusion de C8 de la TNT ne signe pas pour autant la fin de l'émission de Cyril Hanouna
TV
"Touche pas à mon poste !" : Pourquoi l'exclusion de C8 de la TNT ne signe pas...
"Je pars la tête haute" : Jarry, au bord des larmes, intronise Cyril Féraud et fait ses adieux à "Tout le monde veut prendre sa place" sur France 2
TV
"Je pars la tête haute" : Jarry, au bord des larmes, intronise Cyril Féraud et...
"Censure flagrante", "atteinte à la liberté d'expression" : Benjamin Castaldi, Eric Naulleau et Laurence Ferrari s'indignent du retrait de la fréquence à C8
TV
"Censure flagrante", "atteinte à la liberté d'expression" : Benjamin Castaldi,...
Jeux olympiques de Paris 2024 : La Fédération française de la lose rejoint Eurosport pour se moquer des plus beaux ratés de la compétition
TV
Jeux olympiques de Paris 2024 : La Fédération française de la lose rejoint...

Un constat partagé par l'ex-chroniqueur de "Quotidien" qui a lui-même été visé par ce type d'attaques sur ses réseaux sociaux. "J'ai bloqué sur Twitter les messages privés, et lorsque je tweete, d'ailleurs, je tweete très peu, j'empêche qu'on réponde parce que m'est arrivé", a rapporté Azzeddine-Ahmed Chaouch face à Alain Marschall.

"J'étais traité de bougnoule"

Rebondissant sur le récent témoignage de Mohamed Bouhafsi, qu'il connait bien, Azzeddine-Ahmed Chaouch a révélé qu'en 2017 il avait déjà été traité de "bougnoule" par "des militants du Front National (RN ndlr)". "C'était dans un meeting, c'était pour le premier mai (...)", a assuré le journaliste qui officie désormais sur "Public Sénat".

A l'antenne, Azzeddine-Ahmed Chaouch a également souligné qu'il avait "hésité à venir" pour témoigner par crainte de représailles. "C'est difficile, on n'a pas envie d'être le porte-parole de 'je ne sais quoi", a renchéri le principal intéressé. "Je suis déjà le porte-parole de moi-même. Je fais mon travail, je suis journaliste (...) Quand j'essaie de parler de cela, je fais des documentaires, un livre", a-t-il précisé. "Vous avez peur en ce moment de ce qu'il se passe ?", lui a alors demandé Alain Marschall. Ce à quoi son interlocuteur a répondu par l'affirmative.

"J'ai peur oui, quand même, franchement", a reconnu Azzeddine-Ahmed Chaouch. "Après le témoignage de Karim Rissouli (il a reçu un courrier raciste à son domicile ndlr), on se dit 'ils connaissent mon adresse ?!' Je sais qu'il peut y avoir certains complices qui peuvent donner les adresses (...). Moi j'ai un enfant (...)".

"Qui va parler ?"

Ne voulant pas se "victimiser", le journaliste assure qu'il est important de pointer le racisme décomplexé qui ne cesse de croître à l'approche des législatives. "Que ce soit Karim, ou Mohamed, ils n'en parlent pas tous les jours de ça, moi non plus, donc qu'est-ce qu'on fait aujourd'hui ?!", a-t-il lancé. "On ne veut pas tirer notre légitimité, notre victimisation (...), mais un moment, vu les circonstances, si je ne parle pas, si Karim ne parle pas, si Mohamed ne parle pas, qui va parler ?!".

l'info en continu
"Touche pas à mon poste !" : Pourquoi l'exclusion de C8 de la TNT ne signe pas pour autant la fin de l'émission de Cyril Hanouna
TV
"Touche pas à mon poste !" : Pourquoi l'exclusion de C8 de la TNT ne signe pas...
Box-office : "Le Comte de Monte-Cristo" remonte fort et double "Moi, moche et méchant 4" et "Vice-Versa 2"
Box-office
Box-office : "Le Comte de Monte-Cristo" remonte fort et double "Moi, moche et...
"Je pars la tête haute" : Jarry, au bord des larmes, intronise Cyril Féraud et fait ses adieux à "Tout le monde veut prendre sa place" sur France 2
TV
"Je pars la tête haute" : Jarry, au bord des larmes, intronise Cyril Féraud et...
"Censure flagrante", "atteinte à la liberté d'expression" : Benjamin Castaldi, Eric Naulleau et Laurence Ferrari s'indignent du retrait de la fréquence à C8
TV
"Censure flagrante", "atteinte à la liberté d'expression" : Benjamin Castaldi,...
"Un bonjour, vous ne pouvez pas le refaire" : Philippe Gougler raconte les coulisses de ses rencontres dans "Des trains pas comme les autres" sur France 5
Interview
"Un bonjour, vous ne pouvez pas le refaire" : Philippe Gougler raconte les...
Jeux olympiques de Paris 2024 : La Fédération française de la lose rejoint Eurosport pour se moquer des plus beaux ratés de la compétition
TV
Jeux olympiques de Paris 2024 : La Fédération française de la lose rejoint...