Arlette Chabot, Europe 1 : "On va rebâtir l'information"

Partager l'article
Vous lisez:
Arlette Chabot, Europe 1 : "On va rebâtir l'information"
Crédits : Sruet / Storybox / Europe 1
Crédits : Sruet / Storybox / Europe 1 © Arlette Chabot, directrice de l'information d'Europe 1.
Nouvelle directrice de l'information d'Europe 1, Arlette Chabot a du faire face aux nombreux bouleversements traversés par la station. Elle nous livre sa feuille de route pour les mois à venir et son avis sur les nouveaux rendez-vous déjà à l'antenne.

Nouvelle directrice de l'information à Europe 1, Arlette Chabot a du faire face aux nombreux bouleversements traversés par la station depuis son arrivée : départs de Marc-Olivier Fogiel, d'Alexandre Bompard ou encore de Nicolas Demorand. Venue de France 2 où elle dirigeait l'information, elle nous livre sa feuille de route pour les mois à venir et son avis sur les nouveaux rendez-vous déjà installé à l'antenne.

Vous êtes à la tête de la rédaction d'Europe 1 depuis une dizaine de jours, j'imagine que vous avez fait un état des lieux en arrivant, quel est-il ?

À lire aussi
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C à vous"
TV
Le chauffeur d'Alain Weill licencié pour faute grave... après son passage dans "C...
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
TV
Pascal Praud : "France Inter, c'est de la propagande !"
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire sur France 3
Exclusivité
COVID-19 : Une comédienne de "Plus belle la vie" remplacée de manière temporaire...


C'est une rédaction qui a été un peu bouleversée ces derniers mois suite aux nombreux changements. Soit à la tête de la station soit à l'antenne. Après ça, on va remettre un peu de stabilité, on a fixé un cap, on se met au maximum de nos possibilités pour l'atteindre. C'est une bonne rédaction, tout le monde le sait. Elle n'a jamais cessé de travailler, elle avait sans doute besoin qu'on fixe une nouvelle direction. Il faudra un certain temps, ce n'est pas l'arrivée de quelqu'un qui remet tout d'aplomb en 48 heures. Et je dois apprendre ce qu'est ce métier à la radio ! Diriger une rédaction, j'ai déjà fait, faire de la radio aussi. Mais diriger une rédac à la radio, c'est nouveau. On va rebâtir l'information, elle doit être au coeur d'une station comme Europe.

Vous aviez parlé d'une rédaction traumatisée. Vous les avez un peu soignés depuis ?
Le mot était un peu excessif, la rédaction a été tourneboulée par tous ces changements, ce qui est normal. Il y a eu un mercato de printemps, avec un nouveau patron à Libération, au Nouvel Obs, au Monde... Beaucoup de choses changent dans la presse en ce moment. N'importe quelle entreprise qui verrait ses cadres et ses animateurs emblématiques partir connaîtrait les mêmes bouleversements.

"Moi, je n'ai rien à dire sur le passé. Ce qui m'intéresse c'est ce qu'on fait aujourd'hui et demain"



Quel bilan faites vous des nouvelles émissions et animateurs mis à l'antenne depuis peu ?
C'était déjà décidé par Denis Olivennes et évidémment, j'adhère ! L'idée, c'était de refaire de l'information classique dans le meilleur sens du terme à la mi-journée, avec une vraie tranche d'informations. Vous savez, ici, on se souvient d'Europe midi avec André Arnaud, ça voulait dire quelque chose. On est toujours dans l'histoire à Europe, avec des mythes. Donc là, avec Patrick Roger, on est dans la même ligne, ça marche bien. Et Nicolas Poincaré le soir, j'ai l'impression qu'il a toujours été ici. Il est totalement adapté au ton de la maison, à son style. Ca c'est du changement mais qui nous ramène aux fondamentaux. Chaque fois qu'on regarde ce qui s'est fait sur Europe 1, on tombe vite sur des figures mythiques de la radio et de la station. Il faut revenir à ça sans oublier que nous sommes en 2011.

Après le départ d'Alexandre Bompard, certains journalistes ont critiqué la radio et sa politique de starisation ou de peopolisation de l'antenne. C'était votre sentiment ?
Moi, je n'ai rien à dire sur le passé. Ce qui m'intéresse c'est ce qu'on fait aujourd'hui et demain. J'aime beaucoup Marc-Olivier Fogiel, il a un style, un ton. Il n'est plus là, tout en gardant l'amitié ou la sympathie personnelle qu'on peut avoir pour lui, nous sommes tous partis dans une nouvelle étape pour Europe.

Quelle est la nouvelle ligne éditoriale d'Europe ? La nouvelle promesse faite aux auditeurs ?
Europe a toujours été une radio qui a un fort lien avec ses auditeurs, c'est une radio qui doit donner à réfléchir, on doit avoir une information de grande qualité. C'est toujours très difficile à faire même si c'est facile à annoncer.

Votre êtes la directrice de l'info mais aussi à l'antenne chaque soir. C'était une condition indispensable à votre arrivée ?
J'ai toujours dit que j'essayais d'être cohérente avec moi-même... J'ai dit à France Télévisions qu'il n'était pas question pour moi d'arrêter l'antenne pour conserver un poste de responsable. Directeur c'est une fonction mais mon métier c'est journaliste. Arrivant à Europe, j'ai dit la même chose. Je dirige la rédaction avec beaucoup de joie et c'est un honneur pour moi. Je ne vais pas truster l'antenne : une interview le soir, ça s'arrête là ! J'ai toujours pensé que les patrons devaient aussi prendre des risques et aller un peu au charbon. C'est mon cas et celui de Patrick Roger, directeur de la rédaction mais à l'antenne le midi.

"Je ne vais pas truster l'antenne : une interview, ça s'arrête là !"



La matinale est un carrefour stratégique pour les radios. Etes-vous satisfaite de Guillaume Cahour ?
Il faut au moins lui rendre hommage, succéder à Marc-Olivier Fogiel à un moment où ça tanguait, ce n'est pas facile. Il s'installe, comme s'installe une matinale avec un ton forcément différent. Là aussi il faut du temps pour que tout le monde retrouve ses marques.

Sa présence à l'antenne est assurée en septembre si les deux prochaines vagues de sondages sont bonnes ?
On est pas comme ça à se dire "Si les vagues de sondage sont bonnes tu restes, si elles sont mauvaises tu pars" ! Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Europe 1 a besoin de stabilité et il faut laisser le temps à Guillaume Cahour de s'installer. On reconstruit cette tranche du matin, pas à pas. Nous ne sommes pas pour les changements radicaux mais les évolutions sont ncéessaires.

On dit Jean-Marc Morandini en sursis. Il sera là à la rentrée ?
Jean-Marc Morandini ne dépend pas de moi. Son émission (Le grand direct des médias, ndlr) dépend désormais de la direction des programmes et plus de l'information. Et je ne crois pas qu'on songe à mettre en cause sa présence à l'antenne d'après ce que j'en sais.

"Incriminer la presse n'est clairement pas une façon de répondre à la montée du Front National"



Un sujet plus général pour terminer. Certaines voix se sont élevées dernièrement pour accuser les médias, responsables selon certains de la montée de Marine Le Pen dans les sondages. J'imagine que vous n'êtes pas d'accord mais qu'en pensez vous ?
J'ai déjà entendu ça, quand on a commencé il y a très longtemps à inviter Jean-Marie Le Pen dans des émissions de télévision. Des politiques refusaient même de venir débattre. A l'époque déjà, quand le FN montait dans les sondages, on nous accusait d'en être les responsables. C'est la même chose avec Marine Le Pen aujourd'hui. C'est souvent, pour des politiques de tous bords, une manière de masquer leur désarroi. Mais incriminer la presse n'est clairement pas une façon de répondre à la montée du Front National.

Arlette Chabot
Arlette Chabot
Arlette Chabot sur la présidence de France Télé : "Bon courage à celui qui va prendre en charge le navire !"
Arlette Chabot et Michel Field à la matinale de LCI à la rentrée
Europe 1 : Arlette Chabot évincée de la direction de l'information ?
Arlette Chabot : "Les journalistes aiment surfer aux côtés du vainqueur annoncé. C'est lamentable."
Voir toute l'actualité sur Arlette Chabot
Sur le même thème
l'info en continu
"Mindhunter" : Pas de saison 3 pour la série de Netflix sur les tueurs en série
SVOD
"Mindhunter" : Pas de saison 3 pour la série de Netflix sur les tueurs en série
Thierry Ardisson lance sa chaîne Youtube en partenariat avec l'INA aujourd'hui
Internet
Thierry Ardisson lance sa chaîne Youtube en partenariat avec l'INA aujourd'hui
"Quand on va à la télé, on ne gagne pas notre vie" : Michel Boujenah ne veut plus être "l'invité de service"
Radio
"Quand on va à la télé, on ne gagne pas notre vie" : Michel Boujenah ne veut plus...
Audiences samedi : le "20 heures" de TF1 au plus haut, records pour Nagui, Samuel Etienne et Ali Baddou
TV
Audiences samedi : le "20 heures" de TF1 au plus haut, records pour Nagui, Samuel...
Audiences : "Mask Singer" large leader en hausse, le rugby devant France 3, Arte et France 5 au dessus du million
TV
Audiences : "Mask Singer" large leader en hausse, le rugby devant France 3, Arte...
"Mask Singer" : Une star internationale cachée sous un déguisement ce soir sur TF1
TV
"Mask Singer" : Une star internationale cachée sous un déguisement ce soir sur TF1
Vidéos Puremedias