Chronologie des médias : Délais raccourcis pour voir les films sur Canal+ et les plateformes de streaming

Partager l'article
Vous lisez:
Chronologie des médias : Délais raccourcis pour voir les films sur Canal+ et les plateformes de streaming
Par Ludovic Galtier Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
Netflix s'engage pour l'environnement
Un nouvel accord sur la chronologie des médias a été signé ce lundi 24 janvier au ministère de la Culture.

Une nouvelle chronologie des médias actée dans la douleur. Après des mois d'âpres négociations, un accord sur le calendrier de diffusion des films en ligne et à la télévision après leur sortie au cinéma, a été signé ce lundi 24 janvier, entre diffuseurs et organisations du septième art. Son entrée en vigueur est prévue le 10 février 2022 pour une durée de trois ans. Une clause de revoyure a été fixée dans un an, afin de dresser un premier bilan.

À lire aussi
César 2023 : "L'Innocent, "La nuit du 12"... Découvrez la liste complète des nominations
Cinéma
César 2023 : "L'Innocent, "La nuit du 12"... Découvrez la liste complète des...
Oscars 2023 : La liste complète des nominations
Cinéma
Oscars 2023 : La liste complète des nominations
Box-office : Quels sont les dix plus gros succès de tous les temps ?
Cinéma
Box-office : Quels sont les dix plus gros succès de tous les temps ?
Box-office : Les 30 films qui ont dépassé les 10 millions d'entrées en France
Cinéma
Box-office : Les 30 films qui ont dépassé les 10 millions d'entrées en France

Canal+ conserve la pole position

L'accord conforte la position de Canal+, qui conserve l'exclusivité de diffusion des films qu'elle a co-financés pendant neuf mois. La chaîne cryptée pourra désormais diffuser les longs-métrages français et internationaux dans un délai de six mois (contre huit actuellement) après leur sortie en salles, s'est réjoui Maxime Saada, PDG du groupe Canal+, sur Twitter.

En décembre dernier, la chaîne cryptée avait accepté d'investir plus d'argent (190 millions d'euros par an) dans le septième art à condition d'obtenir une meilleure exposition que les plateformes de SVOD comme Netflix ou Disney+. En quatre ans, l'ex-chaîne cryptée a ainsi divisé par deux son délai de diffusion des films, fixé à 12 mois jusqu'en 2018. "Cette chronologie des médias modernisée reconnaît la position unique de Canal + dans le cycle de financement du cinéma", se félicite le groupe dans un communiqué, précisant que plus de 400 films sont diffusés en première exclusivité chaque année sur ses chaînes.

De meilleures fenêtres de diffusions pour les plateformes

Ce texte change notamment les règles en vigueur pour les plateformes. En décembre, Netflix, Disney+, Amazon Prime Video ou encore Apple TV avaient officiellement intégré le système français de financement des productions audiovisuelles et cinématographiques. Ils devront verser 20% à 25% de leur chiffre d'affaires en France pour la production locale, une manne espérée de 250 à 300 millions d'euros par an pour les films, séries, et autres fictions tricolores, dès cette année.

Netflix, seule plateforme à avoir signé l'accord, pourra désormais diffuser les films 15 mois après leur sortie en salles, contre 36 mois aujourd'hui. En contrepartie, le géant américain s'engage, selon "Le Monde", à produire au moins dix films par an et à investir en moyenne 40 millions d'euros dans la création, soit 4% de son chiffre d'affaires réalisé en France. "Cet accord est une première étape significative de modernisation de la chronologie des médias", a souligné un porte-parole de Netflix auprès de l'AFP. Globalement, l'accord est une bonne nouvelle car davantage d'argent devrait être injecté dans la production cinématographique française, souligne la Fédération nationale du cinéma français (FNCF) auprès de l'AFP.

Disney regrette un accord "frustrant"

De leur côté, Disney+ et Amazon Prime Video devront patienter deux mois supplémentaires, soit 17 mois, avant de diffuser les films dans lesquels ils co-investissent. "Nous pensons que la nouvelle chronologie des médias (...) n'établit pas un cadre équitable et proportionné entre les différents acteurs de l'écosystème audiovisuel, a regretté la direction de Disney, qui devra suivre les nouvelles règles, même sans les avoir signées. Ceci est d'autant plus frustrant que nous avons augmenté nos investissements dans la création de contenus originaux français".

Elle aussi mécontente de cet accord qu'elle juge "à la fois incompréhensible et déraisonnable", la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) a fait savoir qu'elle n'y apposerait pas sa signature. "Personne ne peut imaginer que les termes de cet accord peuvent aujourd'hui rester en vigueur pour une durée de trois ans. Les mutations rapides du secteur en termes d'offre, de technologie et de demande conduiront inéluctablement à une évolution rapide de la place du cinéma dans l'ensemble des offres disponibles sur le marché français." La SACD considère aussi que ces nouvelles règles risquent de dissuader les services de SVOD de sortir les films qu'elles produisent au cinéma, au profit d'une programmation immédiate sur leur plateforme.

Des films programmés 22 mois après leur sortie sur les chaînes gratuites

Ce calendrier change, enfin, la donne pour les chaînes gratuites. TF1, France Télévisions, M6 et Arte qui n'ont l'autorisation de programmer les films seulement 22 mois après leur sortie au cinéma, se font ainsi doubler par les plateformes. Mais elles conservent une exclusivité de diffusion du 22e jusqu'au 36e mois, c'est-à-dire que durant cette période les films en question seraient retirés des plateformes. Toujours selon "L'opinion", les chaînes pourraient signer des accords avec ces dernières pour ouvrir des "périodes de co-exclusivité" où le consommateur aurait le choix entre chaîne gratuite ou plateforme de SVOD. "Nous serons très vigilants sur le rapport de force entre ces grandes plateformes et les acteurs français", a prévenu Thomas Valentin, vice-président du groupe M6.

Netflix
Netflix
Netflix : Cette série adorée des fans repêchée un mois après sa disparition
Audiences Netflix : Le carton inattendu des "Combattantes" (TF1) partout dans le monde
Netflix : Quels sont les 10 films et séries les plus populaires de l'histoire du service ?
Netflix : Une série française fait un carton inattendu aux Etats-Unis et dans 57 pays
Voir toute l'actualité sur Netflix
Autour de Netflix
  • House of Cards
  • Breaking Bad
  • The Vampire Diaries
  • Arrow
  • Once Upon a Time
  • Vanessa Hudgens
  • Jonathan Cohen
  • Henry Cavill
  • Revenge
  • Felicity Huffman
l'info en continu
Xavier Niel et Rodolphe Saadé veulent s'associer pour investir dans "Brut"
Business
Xavier Niel et Rodolphe Saadé veulent s'associer pour investir dans "Brut"
Netflix : Pourquoi "En place" la série de Jean-Pascal Zadi mérite d'être vue
SVOD
Netflix : Pourquoi "En place" la série de Jean-Pascal Zadi mérite d'être vue
"Ce n'est pas la peine de le dire sur ce ton !" : Rachida Dati s'agace des questions de Léa Salamé sur France Inter
Radio
"Ce n'est pas la peine de le dire sur ce ton !" : Rachida Dati s'agace des...
"Il y a eu des soucis" : Paul El Kharrat ("Les 12 coups de midi") revient sur sa brouille avec Jean-Luc Reichmann
TV
"Il y a eu des soucis" : Paul El Kharrat ("Les 12 coups de midi") revient sur sa...
Audiences : Bilan catastrophique pour la mini-série "Meurtre au polonium - l'affaire Litvinenko" sur M6
Audiences
Audiences : Bilan catastrophique pour la mini-série "Meurtre au polonium -...
"Rien ne justifie mon comportement" : Denis Brogniart accusé de faits graves par d'anciennes collaboratrices
Personnalités
"Rien ne justifie mon comportement" : Denis Brogniart accusé de faits graves par...