DSK cible les médias dans une "interview confession exclusive" accordée au "Point"

Partager l'article
Vous lisez:
DSK cible les médias dans une "interview confession exclusive" accordée au "Point"
DSK à la Une du "Point" daté du 11 octobre 2012
DSK à la Une du "Point" daté du 11 octobre 2012 © DR
DSK fait la Une du "Point" daté du 11 octobre 2012. Il revient longuement sur les atteintes à sa vie privée et le comportement des médias, critiquant notamment le livre de Raphaëlle Bacqué.

La rumeur courrait depuis quelques jours. Dominique Strauss-Kahn allait de nouveau prendre la parole après le parquet de Lille a classé sans suite la procédure pour viol visant l'ancien président du Fonds monétaire international dans le cadre de l'affaire dite du Carlton de Lille. Comme nous vous l'avons révélé dès mardi après-midi sur notre fil Twitter, c'est l'hebdomadaire Le Point qui a décroché cette exclusivité. Dans son édition datée du 11 octobre, les "incroyables confessions" de DSK s'étende sur sept pages.

À lire aussi
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste médiatique Christophe Prudhomme
TV
"C à vous" : Roselyne Bachelot démonte les contradictions de l'urgentiste...
"Ils enterrent des pokemons" : Dérapage sur BFMTV lors de l'hommage en Chine aux victimes du coronavirus (màj)
TV
"Ils enterrent des pokemons" : Dérapage sur BFMTV lors de l'hommage en Chine aux...
Se croyant hors antenne, Sophie Coste enguirlande son fils en direct sur Chérie FM
Radio
Se croyant hors antenne, Sophie Coste enguirlande son fils en direct sur Chérie FM

"Qu'on me laisse tranquille !"

Dans cet entretien mené par Hervé Gattegno, DSK n'aborde aucun sujet politique et économique. ll dit vouloir s'interdire "tout commentaire sur la situation politique française et le gouvernement actuel". "Je n'ai plus de responsabilités publiques, je ne suis plus candidat à rien, déclare-t-il. Je n'ai jamais été condamné, ni dans ce pays ni dans aucun autre. Par conséquent, rien ne justifie que je sois devenu l'objet d'une traque médiatique qui, certains jours, ressemble à une chasse à l'homme (...) Qu'on me laisse tranquille !".

"Je ne suis plus un politique, mais pas non plus un people"

L'essentiel de l'interview porte ainsi sur les atteintes répétées à sa vie privée et ses conséquences sur sa vie quotidienne. "Je ne suis plus un politique, mais pas non plus un people. Je veux disposer de ma liberté d'aller et venir sans être traqué", résume DSK, précisant qu'un "photographe guette en bas de (chez lui) un jour sur deux". L'ex-futur candidat à la présidentielle, dont l'ascension a été stoppée nette en mai 2011 par son arrestation à New York, prend pour cible les médias. "Ce qui est inacceptable, c'est qu'on piétine ma vie privée et celle de tous ceux qui me croisent ou fréquentent", explique-t-il, allusion aux journaux qui ont publié des clichés le montrant aux côtés d'une femme désignée comme sa nouvelle compagne. DSK ne cible pas seulement les journaux à scandales, mais également le livre "Les Strauss-Kahn" de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, journalistes au Monde. "Les auteurs ont ramassé tous les ragots sur mon compte depuis des années - faux pour la plupart, explique-t-il. Elles ont inventé des scènes, additionné des pseudo-confidences, repris la chronique des vieilles affaires dans lesquelles j'ai été soupçonné ou poursuivi mais sans insister sur le fait que j'ai toujours été innocenté."

DSK meurtri par les caricatures

Toujours à propos des médias, M. Strauss-Kahn revient sur la fameuse interview accordée à Claire Chazal, quelques jours après avoir été innocenté au pénal dans l'affaire du Sofitel, et sur les caricatures dont il fait l'objet depuis. A propos de la première, il regrette d'avoir répondu à sa question relative aux événements qui se déroulées avec Nafissatou Diallo. A l'époque, DSK était pourtant resté vague, reconnaissant une "relation inappropriée" constituant une "faute morale" mais "sans contrainte, ni violence, ni agression". "J'aurais dû lui répondre : ça ne vous regarde pas. L'essentiel, c'est que c'est qui s'est passé dans cette chambre ne tombe pas sous le coup de la loi. Le reste ne regarde personne", dit-il. A propos des caricatures, des humoristes et autres imitateurs, qu'ils le représentent comme un homme brutalisant les femmes, DSK est meurtri : "Je ne me reconnais pas dans ce portrait. Tous ceux qui me connaissent savent que la violence m'est étrangère." En février 2009, alors président du FMI, Dominique Strauss-Kahn s'était déjà déclaré blessé sur France Inter, quelques minutes après une chronique de Stéphane Guillon.

Dominique Strauss-Kahn
Dominique Strauss-Kahn
Netflix : Un documentaire en préparation sur DSK
"Minute par minute" : W9 revient sur l'affaire DSK pour lancer son nouveau magazine ce soir
"Quotidien" : Agacé, DSK jette le micro d'un journaliste
"Welcome to New York" : Dominique Strauss-Kahn porte plainte pour diffamation
Voir toute l'actualité sur Dominique Strauss-Kahn
Sur le même thème
l'info en continu
Maxime Saada (Canal+) sur la Ligue 1 : "Quand on n'est pas livré, on ne paye pas"
TV
Maxime Saada (Canal+) sur la Ligue 1 : "Quand on n'est pas livré, on ne paye pas"
"Le bureau des légendes" : La saison 5 dès ce soir sur Canal+
Séries
"Le bureau des légendes" : La saison 5 dès ce soir sur Canal+
"Les Sandales blanches" : Amel Bent héroïne d'une fiction pour France 3
TV
"Les Sandales blanches" : Amel Bent héroïne d'une fiction pour France 3
"C'est Canteloup" de retour ce soir sur TF1
Programme TV
"C'est Canteloup" de retour ce soir sur TF1
"Ils racontent le monde d'après" : "Le Parisien" présente ses excuses après sa Une 100% masculine
Presse
"Ils racontent le monde d'après" : "Le Parisien" présente ses excuses après sa Une...
Le confinement vu par... Alessandra Sublet
Confinement
Le confinement vu par... Alessandra Sublet
Vidéos Puremedias