Emmanuel Macron réagit aux convocations de journalistes à la DGSI

Partager l'article
Vous lisez:
Emmanuel Macron réagit aux convocations de journalistes à la DGSI
Emmanuel Macron en interview sur Youtube © HugoDécrypte
Le président de la République a répondu hier soir à une interview donnée sur la plateforme de vidéos Youtube.

Hier soir, quelques jours avant le scrutin européen, Emmanuel Macron a accordé une dernière interview au vidéaste Hugo Travers, retransmise en direct sur sa chaîne Youtube et sur sa page Facebook. Au cours de l'entretien, le président de la République a été interrogé sur l'affaire des journalistes convoqués par la DGSI. En effet, "Le Monde" a révélé mercredi que sa reporter Ariane Chemin sera convoquée par la Direction générale de la sécurité intérieure le 29 mai prochain, pour certaines révélations dans les affaires Benalla. Dans "Quotidien", Valentine Oberti a confié également mercredi soir avoir été entendue par les policiers des services secrets français en février dernier, après une révélation sur la vente d'armes françaises au coeur du conflit au Yémen. Selon l'AFP, Louis Dreyfus, président du directoire du "Monde", sera aussi entendu prochainement par la DGSI. Au total, neuf journalistes ont été ou vont être auditionnés par la DGSI.

À lire aussi
Diffusion Coupe du monde féminine 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne par chaîne
Sport
Diffusion Coupe du monde féminine 2019 : Le calendrier des retransmissions chaîne...
Maxime Le Forestier flingue la "putain d'émission de merde" de Thierry Ardisson
Musique
Maxime Le Forestier flingue la "putain d'émission de merde" de Thierry Ardisson
"Je suis une célébrité, sortez-moi de là" : Les 11 célébrités du jeu de TF1
TV
"Je suis une célébrité, sortez-moi de là" : Les 11 célébrités du jeu de TF1

"Quand c'est classifié en sécurité nationale, c'est qu'il y a une raison"

"Pour la DGSI, il y a deux affaires. Liberté de la presse et liberté des sources totales. Mais elles doivent être composées avec les libertés des autres ! Il y a l'affaire des armes au Yémen où des journalistes ont révélé le contenu d'une note confidentielle des services", a débuté Emmanuel Macron, en référence aux révélations du média "Disclose" et de "Quotidien". Et de poursuivre : "Ils font leur travail de journaliste. On ne leur demande pas d'où ça vient. Il y a la protection des sources. C'est très bien. On la protège et j'y veille."

Toutefois, le chef de l'Etat nuance son propos : "Mais à côté de ça, il y a une sécurité nationale. Elle crée des obligations de réserve. On doit composer avec les deux. Donc, il y a une enquête qui a été ouverte sur ce sujet. Parce que c'est grave. Parce que sinon n'importe quel journaliste peut se procurer par une indélicatesse des documents qui relèvent de la sécurité nationale et les mettre sur la place publique". Selon le président français, ces informations révélées peuvent menacer la sécurité des Français : "Quand c'est classifié en sécurité nationale, c'est qu'il y a une raison."

"Le gouvernement n'y est pour rien"

"Deuxième affaire, c'est la révélation du nom d'une personne des forces spéciales liée à la fameuse affaire Benalla. Dans le cas présent, ce n'est pas l'Etat qui a porté plainte. La convocation de journalistes du 'Monde' est liée à la plainte de cette personne. Celle-ci mène une activité confidentielle et dangereuse", a expliqué Emmanuel Macron. Et d'ajouter : "Son nom a été révélé par les journalistes. Lui, en tant que citoyen, a porté plainte. Il est normal que la justice se penche dessus. Le procureur a demandé à la DGSI que ces journalistes soient auditionnés". Le président de la République a martelé que dans cette affaire "le gouvernement n'y est pour rien", mais qu'il est "obligé de protéger toutes les libertés" : "La liberté de la presse mais la liberté des individus aussi". puremedias.com vous propose de visionner la séquence à partir de 26'24.

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Jacques

Elle mélange tout, des choses qui n'ont rien à voir avec le climat, et même des choses qui sont un bon point pour le climat (le nucléaire) mais dont on comprend que son inculture crasse la pousse à penser le contraire. Quelle misère de laisser ces gens à des postes de premier plan.



La Sardine

C'est déjà mieux.



Spontex En Marche

Cette jalousie !



bigtv

Ok , les journalistes ne sont pas censés dévoiler leurs sources mais qui ne nous dis pas que du coup qu' il y a peut être des taupes ds certains services top secret qui monnaient bien leurs infos couverts indirectement par " le secret des sources " des journalistes .
Et la ça devient dangereux...



La Sardine

Par chance vous n'êtes pas policier, le monde est bien fait.



La Sardine

Les avantages fiscaux sont évidement injustifiés. Il n'y a pas l'ombre d'un doute la dessus. Quand au risque c'est à l'employeur de le rémunérer, pas aux contribuables. L'argument est toujours le même : à croire qu'ils sont tous pigistes et qu'ils vont au péril de leur vie pour nous informer (une dose de culpabilisant au passage, ça aide a passer la pilule).

Que ce soit les journalistes ou la SNCF, même combat, le contribuable n'a pas a participer à leur caisses de retraite, et puis quoi encore ?

Il y a bien des papiers qui sortent de temps en temps mais c'est pas la grosse révolte dans les rédactions : chut !



La Sardine

Est ce que ce genre de déclaration est "grave" : non mais c'est très très embarrassant même après rectification, oui en effet je le crois. De la à assimiler la bourde d'un ministre à un mensonge d'Etat je crois que ceux qui l'ont affirmé ont (provisoirement) perdu le sens de la raison.

Sinon tu sais on tire rarement à vue tant qu'aucune vie n'est en danger. Et heureusement malgré la vindicte populaire toujours prompte aux accès de violence par procuration.



vincetv

Attendez les journalistes ne sont pas au dessus des lois ! Il faut arrêter de les mettre au rang au dessus des autres ! C'est devenu fatiguant.



tikeum75

"Le chef de l’État a construit cette campagne européenne comme un exercice de prestidigitation mettant en scène un duel progressistes-nationalistes. Il tente de faire oublier un bilan quasi inexistant et une image dégradée en Europe. Le président paie également le prix d’une vision archaïque et arrogante de ce que peut être le rôle de la France dans l’Union européenne.

Le constat est unanime. Jamais depuis au moins vingt ans, une campagne pour les élections européennes n'a été aussi médiocre, dépourvue de débats et d'idées, sans lignes de force, sans enjeux clairement posés et discutés. Les scrutins précédents avaient donné lieu à de fortes confrontations : sécurité, traité de Lisbonne et crise financière mondiale en 2009 ; crise grecque, crise de la zone euro, sortir ou non
de l'Union européenne (UE) en 2014. Quant à la campagne de 2004, elle intervenait après le grand élargissement de l'Union et la guerre en Irak.

En cette année 2019, une Europe désenchantée, morne et divisée n'intéresse plus. C'est le cas dans de nombreux pays européens. C'est une situation particulièrement marquée en France, où l'abstention pourrait tutoyer les 60 %. Emmanuel Macron a largement contribué à installer un paysage aussi morose. Depuis des mois, le pouvoir et le parti présidentiel ont construit un dispositif politique qui vide la campagne et le scrutin de leurs véritables enjeux (lire notre article ici).

Le choix de présidentialiser jusqu'au bout la campagne européenne. Réduire l'élection européenne à un duel progressistes-nationalistes, remettre en scène un face-à-face Macron-Le Pen qui fait le miel de l'extrême droite, ont permis au pouvoir de confisquer le débat démocratique en marginalisant tous les autres partis. Présidentialiser à l'extrême ce scrutin, dans un exercice de relégitimation d'un chef de l'État affaibli par six mois de crise des « gilets jaunes », a achevé de détourner cette élection de son objet premier : l'Europe."

Tu vois tu n'as pas bien lu :)

Au temps pour moi, je viens de voir que c'était Médiapart, l'ergonomie et l'identité visuelle du site étant proche du Fig, j'ai confondu les deux :) Surtout que l'article intitulé "Macron, le passif d'une illusion" dont tu viens de lire un extrait ne parle pas de la journaliste convoquée ! Deuxième au temps pour moi :) Faut vite que je retrouve l'article vociférant :)



tikeum75

Relis encore une fois.



tikeum75

Lis et relis :)



tikeum75

http://www.lefigaro.fr/medi...

http://www.lefigaro.fr/flas...



bigtv

Une fois de plus il vient tout bien nous expliquer le pourquoi du comment avec son sourire qui se veut ravageur ...beurkkkk



LeMoi

N'est pas Delahousse qui veut ;)



La Sardine

On est bien d'accord, je me suis bien abstenu de le défendre. Mais parler de mensonge d'Etat au sujet de l'affaire de l’hôpital, quelle farce !



La Sardine

Très juste. Ce que je veux ajouter aussi c'est qu'il n'y a rien de pire que des journalistes pour parler des problèmes des journalistes. C'est le conflit d’intérêt dans toute sa splendeur.

Qui parle par exemple du statu de journaliste pour remplir sa déclaration d'impôt ? Qui parle des avantages surprenants accordé à cette profession comme les autres ? C'est passé sous silence alors que ce qui les touche est aussitôt relayé par des (et je maintiens) vociférations.



tikeum75

Il n'y a pas que Médiapart qui vocifère, Le Figaro et Le Monde aussi, entre autres :)



Jon75

Castaner n'est pas un saint, non plus, il a fait des dérapages verbales, l'opposition ne lui fait pas de cadeau.



Jon75

Au moins, il a clarifié les choses dans sa version, au nom de la liberté d'autrui.



La Sardine

Non mais on peut avoir une vision très légère du secret défense, on peut, mais c'est de l'inconscience.



tikeum75

Nous venons d'apprendre son deuxième prénom, Régis :) On peut dire merci au Nul :)



La Sardine

La convocations des journalistes ne me fait ni chaud ni froid. Chacun est dans son rôle. Et les vociférations (quasi permanentes) de Médiapart en ce moment sur ce sujet me laisse de marbre.

Le vrai sujet c'est la vente des armes au Yémen, le travail de Disclose est sur ce point remarquable, c'est la seule chose qui compte. Et quand j'entends l'opposition vociférer contre le soit disant "mensonge d'état" de C. Castaner sur tous les plateaux radio, télé au sujet des gilets jaunes et parallèlement laisser stratégiquement tomber le vrai mensonge d'Etat de la vente d'arme, ça craint.



Jacques

La sécurité de la nation n'est pas mise en péril parce qu'on apprend que des armes dont on savait de toute façon qu'elles avaient été livrées sont utilisées dans le conflit armé contre le Yemen (au lieu de rester au garage comme le disaient Parly and co).



Glasgow

Pardon, mais Macron a raison sur ce point. Oui, la liberté de la presse est fondamentale, mais il ne faut pas qu'elle mette en péril la sécurité de toute une nation. Ca me semble être totalement logique.



karopikk

Franchement cette "interview" c'était bidon. Le gamin n'avais aucune repartie et à juste dérouler le tapis à Macron.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Angelina Jolie intègre la rédaction du "Time"
International
Angelina Jolie intègre la rédaction du "Time"
France 2 arrête "Bons baisers d'Europe"
TV
France 2 arrête "Bons baisers d'Europe"
"Murder Mystery" : Démarrage record sur Netflix pour le film avec Jennifer Aniston, Adam Sandler et Dany Boon
SVOD
"Murder Mystery" : Démarrage record sur Netflix pour le film avec Jennifer...
"Vaches à hublot" : L'association L214 fait appel à Nagui pour son enquête choc
Personnalités
"Vaches à hublot" : L'association L214 fait appel à Nagui pour son enquête choc
"Musiques en fête" : Cyril Féraud rend hommage en direct sur France 3 à son père décédé
TV
"Musiques en fête" : Cyril Féraud rend hommage en direct sur France 3 à son père...
"The Rain" et "Chambers" s'arrêtent sur Netflix
SVOD
"The Rain" et "Chambers" s'arrêtent sur Netflix
Vidéos Puremedias