Jean Rességuié : "J'espère que RMC Story battra son record historique avec la Ligue Europa"

Partager l'article
Vous lisez:
Jean Rességuié : "J'espère que RMC Story battra son record historique avec la Ligue Europa"
Jean Rességuié en interview à puremedias.com.
Jean Rességuié en interview à puremedias.com. © Abaca
Le journaliste sportif commentera avec Jérôme Rothen le match Rennes/Celtic à 18h55 sur RMC Story.

La Ligue Europa fait son retour ce soir. A 18h55, RMC Story proposera le premier match de la saison de la deuxième compétition européenne de football. Dans cette affiche, le Stade Rennais, qui avait signé un beau parcours l'année dernière, affrontera le Celtic Glasgow. A l'occasion du retour du tournoi européen, puremedias.com a interrogé le journaliste Jean Rességuié, qui commentera le match avec Jérôme Rothen sur RMC Story. Le commentateur travaille également sur la station RMC et sur les chaînes RMC Sport.

À lire aussi
Arrêt d'"On n'est pas couché" : Catherine Barma envisage de poursuivre Laurent Ruquier en justice
TV
Arrêt d'"On n'est pas couché" : Catherine Barma envisage de poursuivre Laurent...
Thomas Hugues fait ses adieux à RTL : "On peut remercier les patrons qui nous virent"
Radio
Thomas Hugues fait ses adieux à RTL : "On peut remercier les patrons qui nous...
"Le Retour du grand blond" : Les films prévus sur France 3 l'après-midi cette semaine
Cinéma
"Le Retour du grand blond" : Les films prévus sur France 3 l'après-midi cette...

Propos recueillis par Florian Guadalupe.

puremedias.com : Comment abordez-vous cette nouvelle saison de Ligue Europa sur RMC Story ?
Jean Rességuié :
Avec beaucoup d'impatience et beaucoup de fierté. La saison dernière, c'était la partie d'observation et de mise en route dans un nouveau métier de commentateur à la télé. J'avais commenté les matchs, des huitièmes de finale jusqu'à la finale de la Ligue Europa. Ce soir, ce sera un joli clin d'oeil car le premier match de la saison sera à Rennes. J'avais commencé les commentaires à la télévision en mars dernier à Rennes pour le match face à Arsenal, dans une ambiance extraordinaire au Roazhon Park. J'espère qu'on va revivre la même chose, même si l'horaire est un peu particulier pour le premier match des Rennais.

Ils ont dit
"Le public français est en attente d'une belle histoire, que ce soit à Rennes ou à Saint-Etienne."
Jean Rességuié

Est-il plus compliqué de commenter la Ligue Europa que la plus prestigieuse Ligue des Champions ?
Non, pas du tout. Pour moi, c'est mettre en avant un club français qui n'a pas volé son parcours l'an dernier. Le Stade Rennais avait, en plus, battu le PSG en finale de la Coupe de France. Donc, il y a une attente. Il y aura aussi Saint-Etienne, dont les matchs en Ligue Europa seront diffusés sur RMC Story dans cette première partie de saison. Pour moi, il n'y a aucune différence entre la Ligue des Champions et la Ligue Europa. La seule différence pour moi sera dans le positionnement du commentaire et de la voix par rapport à la radio, même si on m'a demandé de rester moi-même. Il faut d'abord garder le respect du parcours des clubs français. Depuis trois saisons, les clubs français ont la volonté de faire quelque chose dans cette compétition et d'essayer d'aller au bout. Il faut être à leur hauteur.

En termes de ferveur populaire, est-ce une compétition qui a nécessairement besoin d'exploit français ?
Toute compétition a besoin d'exploit. Quand on voit la ferveur qu'il y a eue la saison dernière à Rennes, avec leur victoire face au Bétis Séville et à Arsenal à l'aller, c'était une ambiance extraordinaire. Pas mal de confrères et moi-même avons été surpris par le fait que le Roazhon Park puisse résonner autant. Ce stade ressemble à ceux anglais, avec un public très proche. Je pense que le public français est en attente d'une belle histoire, que ce soit à Rennes ou à Saint-Etienne. Ces équipes devront démontrer que même si ce n'est pas simple de jouer sur deux tableaux, avec la Ligue 1 le week-end, il est possible qu'elles fassent un beau parcours. L'engouement populaire peut porter ces équipes.

Ils ont dit
"Je n'avais pas demandé à faire de la télévision."
Jean Rességuié

Parle-t-on de manière différente sur RMC Story que sur RMC Sport ?
Les abonnés sur RMC Sport sont dans l'attente d'un traitement pointu. Ils souhaitent un suivi et une préparation pour être au plus près de l'actualité des clubs que nous allons commenter. Avec RMC Story, qui propose une fenêtre en clair, un public plus large découvrira certains clubs français et leurs adversaires. Ce soir, ce sera le Stade Rennais et le Celtic Glasgow. Il découvrira aussi des voix, celle de Jérôme Rothen et la mienne.

Avez-vous la même liberté de ton à la télévision qu'à la radio ?
Oui. On m'a demandé de rester le même. Je n'avais pas demandé à faire de la télévision. Je ne l'avais jamais calculé. Ca a été un challenge personnel et un défi. Je continue de parfaire cette formation, car l'exercice est différent. Je suis plutôt fier de me retrouver avec d'anciens joueurs reconnus, comme Eric Di Meco ou Jérôme Rothen, à commenter de belles affiches. Peu importe les médias, le public est dans l'attente d'avoir un vrai produit. C'est pour ça qu'il faut toujours rester professionnel.

L'année dernière, RMC Story a signé les six meilleures audiences de son histoire grâce à la Ligue Europa. Pensez-vous pouvoir battre cette saison le record historique de Arsenal/Stade Rennais ? Le match avait été suivi par 1,6 million de téléspectateurs, soit 7,5% du public.
J'espère que RMC Story battra son record historique. Je l'espère pour le groupe. C'est faisable. Même après l'élimination de Rennes l'année dernière, RMC Story a signé de très bons scores. Le milieu des audiences est un milieu que je découvre. Un bon parcours de Rennes ou Saint-Etienne serait une très bonne locomotive pour les audiences de RMC Story.

Est-il nécessaire que cette compétition soit en clair ?
C'est un autre débat. Cette diffusion fait partie d'un package global de RMC. Dans cet accord, il y avait l'ouverture sur le clair. Ca fait partie d'un contrat. De ce fait, il y a cette ouverture pour un public différent. Après, concernant la Ligue Europa, ça a toujours fonctionné comme ça. Dans le cadre de cet accord, c'est une bonne idée de permettre aux téléspectateurs de suivre cette compétition en clair.

Ils ont dit
"Je sais que parfois je peux avoir un peu trop d'énergie. Je peux agacer aussi."
Jean Rességuié

Après plus de 30 ans sur RMC, vous commentez désormais la quasi-totalité des compétitions de football, que ce soit à la radio ou à la télévision. Avez-vous le sentiment d'être au sommet de votre carrière ?
(rires) Je ne sais pas quoi répondre. En tout cas, je suis assez fier du parcours. Cette chance m'a été donnée par Alain Weill en 2001 au tout début de l'éclosion du nouveau RMC. C'est extraordinaire. Je n'ai jamais imaginé faire de la télévision dans le groupe RMC. Je me sens comme un privilégié. Je travaille pour un groupe de médias. Je travaille pour une entité, RMC Sport, qui assure le contenu sport du groupe. Donc, quand on me demande d'aller sur RMC Story, j'y vais. Quand on me demande d'aller sur BFMTV, j'y vais. Quand on me demande de participer aux grands événements sportifs, comme la Coupe du monde, j'y vais aussi. Ca fait partie de mon rôle.

La télévision s'est accélérée pour vous ces derniers mois. Avez-vous ressenti une certaine pression ?
On a toujours un petit peu de pression. Mais ce n'est pas de la pression, c'est de l'adrénaline. Quand j'ai commenté la finale de la Coupe du monde en 2018, j'avais beaucoup d'adrénaline. Il y a des moments qui mettent un peu de pression. Hier soir, PSG/Madrid, j'avais un peu de pression car c'était un match particulier.

D'où vous vient cette fougue dans vos commentaires ?
La passion. J'ai dû mal à l'expliquer. Je sais que parfois je peux avoir un peu trop d'énergie. Je peux surprendre. Je peux agacer peut-être aussi. Mais c'est ma façon à moi de faire vivre les événements. C'est tout simplement la passion d'être dans un stade. Je me dis que pas mal de gens aimeraient bien être à ma place. Beaucoup de jeunes rêvent de faire ça. Je suis content d'avoir suscité quelques vocations. J'ai découvert la radio à 13 ans, c'était le parcours des Verts. Deux ans après, c'était le parcours de Bastia et je l'écoutais sur Radio Monte-Carlo. Je me suis retrouvé à travailler avec les gens que j'écoutais à l'époque. En 2002, j'ai co-présenté une émission avec Jean-Michel Larqué. Ce sont juste des concours de circonstance extraordinaires. J'ai la fierté de mon parcours. Je remercie aussi les gens qui m'ont fait confiance comme François Pesenti, l'ancien boss de RMC Sport, Alain Weill et Frank Lanoux. Au début de RMC, on était à 1,9 point d'audience. Ce n'était pas grand chose. Il suffisait d'y croire.

l'info en continu
"Peter Pan" : Jude Law devrait jouer le Capitaine Crochet dans l'adaptation en live-action
Cinéma
"Peter Pan" : Jude Law devrait jouer le Capitaine Crochet dans l'adaptation en...
"Le moins pire pâtissier", "Bientôt mamans"... : 6play mise sur des spin-offs des marques du groupe M6
Internet
"Le moins pire pâtissier", "Bientôt mamans"... : 6play mise sur des spin-offs des...
Mort d'Ennio Morricone : Les chaînes bouleversent leur programmation (MAJ)
Cinéma
Mort d'Ennio Morricone : Les chaînes bouleversent leur programmation (MAJ)
"La bataille du jury" : Une danseuse chute en coulisses, les pompiers interviennent
TV
"La bataille du jury" : Une danseuse chute en coulisses, les pompiers interviennent
Sport : Cinq gérants de sites piratant Canal+, beIN Sports et RMC Sport condamnés
Justice
Sport : Cinq gérants de sites piratant Canal+, beIN Sports et RMC Sport condamnés
"Les Copains d'abord" : M6 lance sa nouvelle comédie familiale le 30 juillet
Programme TV
"Les Copains d'abord" : M6 lance sa nouvelle comédie familiale le 30 juillet
Vidéos Puremedias