Marc-Olivier Fogiel : "Je ne regrette pas du tout d'avoir porté plainte contre Samuel Gontier"

Partager l'article
Vous lisez:
Marc-Olivier Fogiel : "Je ne regrette pas du tout d'avoir porté plainte contre Samuel Gontier"
Par Ludovic Galtier Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
Marc-Olivier Fogiel évoque les différences entre BFMTV et CNews © DR
Le directeur général de BFMTV a accordé un long entretien bilan de l'année 2022 à puremedias.com. Dans cette dernière partie, l'ancien animateur livre son analyse du procès qui l'a opposé début décembre au journaliste de "Télérama", Samuel Gontier.

Epilogue. Dans cette troisième et dernière partie de notre entretien avec Marc-Olivier Fogiel, le directeur général de BFMTV se confie sur sa passion toujours intacte pour la radio et livre sa version dans le procès pour diffamation qui l'a intenté début décembre à Samuel Gontier, et à l'issue duquel le journaliste de "Télérama" a été relaxé.

À lire aussi
Mazarine Pingeot-Mitterrand arrive sur LCP : "Le débat est en berne aujourd'hui à la télévision"
Interview
Mazarine Pingeot-Mitterrand arrive sur LCP : "Le débat est en berne aujourd'hui à...
Gilles Tanguy : "J'aurais lancé 'L'informé' même si Vincent Bolloré n'avait pas racheté Prisma Media"
Interview
Gilles Tanguy : "J'aurais lancé 'L'informé' même si Vincent Bolloré n'avait pas...
Manon éliminée de "N'oubliez pas les paroles" : "J'ai fait une erreur bête qui m'a été fatale"
Interview
Manon éliminée de "N'oubliez pas les paroles" : "J'ai fait une erreur bête qui m'a...
Karim Rissouli : "Si j'ai arrêté 'C Politique', c'est parce que j'allais dans le mur"
Interview
Karim Rissouli : "Si j'ai arrêté 'C Politique', c'est parce que j'allais dans le...

A LIRE AUSSI : Marc-Olivier Fogiel : "BFMTV a franchi un cap en audience cette année"

A LIRE AUSSI : Marc-Olivier Fogiel : "BFMTV se prépare à délocaliser en Ukraine une émission avec Jean-Baptiste Boursier"

Propos recueillis par Ludovic Galtier

Avant d'être nommé directeur général de BFMTV, vous présentiez "RTL soir" entre 2012 et 2019. Rue Bayard d'abord, à Neuilly-sur-Seine ensuite, vous étiez réputé pour décrocher des interviews exclusives, notamment de célébrités. Mettez-vous toujours autant les mains dans le cambouis aujourd'hui ?
C'est une grosse partie de mon activité. Je passe beaucoup de temps à décrocher des choses et à faire en sorte, par exemple, que l'on puisse être dans l'avion avec Emmanuel Macron quand il revient de l'ONU ou qu'il nous annonce chez nous au lendemain du premier tour, que 65 ans n'est pas forcément l'âge sur lequel il restera pour la réforme des retraites. BFM est la chaîne de l'événement et nous devons continuer dans cette voie. Mais heureusement, je ne suis pas le seul à convaincre les uns et les autres de venir chez nous.

Ils ont dit
"La radio me manque"
Marc-Olivier Fogiel

L'antenne ne vous manque-t-elle pas ? Si je vous dis "Bonsoir à tous, c'est parti pour deux heures d'info. Et à la une..." (gimmick de Marc-Olivier Fogiel en ouverture de "RTL soir")... Qu'est-ce que vous répondez ?
Que cela a été sept années formidables à RTL. Non, mais autant la télé ne me manque pas du tout, autant la radio me manque. Je n'ai hélas pas du tout de temps à y consacrer aujourd'hui. Mais si j'ai un truc qui me plaît toujours, c'est le micro, plus que la caméra.

Dans un portrait surprise qu'avait dressé de vous Jean-Alphonse Richard lors de votre dernière en juin 2019, l'actuel présentateur de "L'heure du crime" terminait en supposant que vous reviendrez un jour à la radio. Vous confirmez ?
Je n'ai jamais vraiment eu de plan de carrière. Quand on est venu me chercher pour diriger BFMTV, je pensais refaire une année à RTL. Je n'en sais rien mais mes trois années de matinale à Europe 1 et mes sept années à RTL, ce sont des années que j'ai adorées. Je ne m'interdis donc pas d'y revenir. Et je retournerai volontiers dans une rédaction, sans la diriger, pour un projet qui me plaît. Mais pour le moment, la question ne se pose pas. Je n'ai pas le temps de me poser la question.

Ils ont dit
"Je me reconnais dans les interviews sans concession d'Apolline de Malherbe"
Marc-Olivier Fogiel

Parmi toutes les émissions que vous avez pu présenter, laquelle a été la plus excitante ?
Je dois dire que d'avoir réussi à installer "On ne peut pas plaire à tout le monde" en prime time sur France 3 tous les dimanches soir (2004-2006, ndlr) reste un moment fort pour moi. Cela s'est fait non sans mal. Je remplaçais "Derrick", on m'avait expliqué que c''était impossible de changer les habitudes des téléspectateurs le dimanche... Après, l'une de mes fiertés est d'avoir pu faire "On ne peut pas plaire à tout le monde" le vendredi soir sur France 3 (2000-2003, ndlr) avec la caricature du mec qui n'écoutait pas... Et puis de lancer vingt ans après, dans la même case et sur la même chaîne, "Le divan" (2015-2018, ndlr) et être exactement l'inverse, c'est-à-dire le mec qui recueillait la parole, qui écoutait. Ces deux façons opposées d'aller chercher la vérité me résument assez bien.

Vous avez souvent usé d'un ton incisif dans vos interviews. Avez-vous un successeur dans la nouvelle génération ?
Quand je vois les interviews sans concession d'Apolline de Malherbe, je me reconnais bien.

Vous avez enfin été observateur de la vie des médias dans "Télés dimanche" et "TV+" sur Canal+. Vous avez interviewé des directeurs de chaîne, quelle question poseriez-vous a Marc-Olivier Fogiel, directeur de BFMTV ?
Est-ce que c'est difficile de se renouveler ? Sur une chaine info, ce n'est pas aussi simple que cela et c'est l'enjeu du quotidien. Ma grande fierté c'est de me dire que BFMTV n'a plus rien à voir avec ce que c'était mais qu'en même temps, c'est totalement la même chose.

Ils ont dit
"Le fait que BFMTV soit critiquée, et même de façon véhémente, cela fait partie de la vie démocratique et il n'y a pas de sujet"
Marc-Olivier Fogiel

Le mois de novembre à été marqué par six jours de grève sur BFMTV, l'antenne a été plusieurs fois impactée. Les grévistes demandent des augmentations de salaire et l'amélioration de leurs conditions de travail. A quoi les négociations ont-elles abouti ?
A un dialogue social de meilleure qualité. A la suite du mouvement, le dialogue a repris, les négociations annuelles obligatoires ont été avancées et un accord historique a été conclu. Jamais de telles augmentations annuelles n'avaient eu lieu. Elles concernent 70% du personnel avec certaines tranches allant jusqu'à 5,5% d'augmentation.

Regrettez vous le procès pour diffamation contre Samuel Gontier ?
Tous les commentaires sont possibles. J'ai été commenté, cela a même fait ma réputation. "Les guignols" m'ont associé à une hyène, ça m'a fait rire... Le fait que BFMTV soit critiquée, et même de façon véhémente, cela fait partie de la vie démocratique et il n'y a pas de sujet. Toutefois, j'estime qu'il y a des bornes qui ne doivent pas être dépassées. Quand bien même, il s'agit d'un journaliste qui traite BFMTV de xénophobe, d'islamophobe. Pour moi, j'aurais manqué à mon devoir de ne pas défendre la chaine et moi-même. Il prétendait, en effet, que c'était depuis mon arrivée. Je ne regrette pas du tout d'avoir porté plainte. Ce n'est pas parce que la première instance lui a donné raison que je m'en satisfais. Je me réserve le droit de faire appel. Je ne suis pas dans une logique de bâillonnement de la presse. Les mots ont un sens et quand on les emploie n'importe comment, mon rôle est de défendre une rédaction. La critique est possible évidemment, même souhaitable, l'insulte non.

Plus largement, on est dans un contexte où les pressions exercées sur les médias d'investigation indépendants sont fortes. Que le site "Reflets" ait été empêché par la justice de publier des infos sur Patrick Drahi et Altice n'est-ce pas une entrave à la liberté d'informer ?
Sincèrement, je ne connais pas suffisamment bien le dossier. Les journalistes qui enquêtent, par définition, c'est leur métier. Ici, il y a des journalistes d'investigation. Je n'ai pas lu sur quelle base, la justice a rendu sa décision.

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel : "BFMTV se prépare à délocaliser une émission en Ukraine avec Jean-Baptiste Boursier"
Marc-Olivier Fogiel : "BFMTV a franchi un cap en audience cette année"
Attaqué par Marc-Olivier Fogiel et BFMTV pour diffamation, Samuel Gontier ("Télérama") relaxé
Voir toute l'actualité sur Marc-Olivier Fogiel
Autour de Marc-Olivier Fogiel
  • France Télévisions
  • France 3
  • Europe 1
  • RTL
  • Laurent Ruquier
  • Michel Denisot
  • Patrick Sabatier
  • André Manoukian
  • Dieudonné
  • Ariane Massenet
  • Doc Gyneco
  • Fabrice Eboué
l'info en continu
Audiences Netflix : Cette série française cumule 66 millions d'heures de visionnage dans le monde
Audiences
Audiences Netflix : Cette série française cumule 66 millions d'heures de...
Julien Courbet, "Tattoo Cover", Audrey Fleurot... : Les temps forts à la télé du 25 février au 3 mars 2023
Programme TV
Julien Courbet, "Tattoo Cover", Audrey Fleurot... : Les temps forts à la télé du...
L'échange improbable entre Karine Le Marchand et une agricultrice sur la reproduction des escargots dans "ADP"
TV
L'échange improbable entre Karine Le Marchand et une agricultrice sur la...
"Ici tout commence", "Demain nous appartient" : Pourquoi Salto ne propose plus les feuilletons en avance ?
Plateforme
"Ici tout commence", "Demain nous appartient" : Pourquoi Salto ne propose plus les...
"Top Chef" 2023 : Découvrez les visages de 16 candidats de la saison 14
TV
"Top Chef" 2023 : Découvrez les visages de 16 candidats de la saison 14
Une candidate de "Drag Race France" attaque en justice Reconquête, le parti d'Eric Zemmour
TV
Une candidate de "Drag Race France" attaque en justice Reconquête, le parti d'Eric...