Margaux de Frouville (BFMTV) : "Nous sommes restés factuels durant cette crise sanitaire"

Partager l'article
Vous lisez:
Margaux de Frouville (BFMTV) : "Nous sommes restés factuels durant cette crise sanitaire"
Margaux de Frouville
Margaux de Frouville © DR
La journaliste est devenue le visage de la crise sanitaire sur BFMTV.

Depuis deux mois, elle est en première ligne sur le terrain de l'information en continu. Margaux de Frouville, cheffe du service santé de BFMTV, a passé les deux mois de confinement à commenter au jour le jour l'évolution de l'épidémie de coronavirus ayant frappé la France et le monde. puremedias.com a pu interroger cette journaliste de 34 ans qui a accédé à une nouvelle notoriété au gré de cette grave crise sanitaire.

À lire aussi
"13 Heures" de TF1 : "Le canard enchaîné" révèle la raison de "l'énorme problème technique"
TV
"13 Heures" de TF1 : "Le canard enchaîné" révèle la raison de "l'énorme problème...
"Ce monsieur est fou !" : Un garagiste poursuit en direct un envoyé spécial de Julien Courbet sur M6
TV
"Ce monsieur est fou !" : Un garagiste poursuit en direct un envoyé spécial de...
"C'est de la propagande !" : Pascal Praud charge "C ce soir" de Karim Rissouli
TV
"C'est de la propagande !" : Pascal Praud charge "C ce soir" de Karim Rissouli

Propos recueillis par Benjamin Meffre.

puremedias.com : Après deux mois à commenter quotidiennement la crise du coronavirus, dans quel état physique êtes-vous ?
Margaux de Frouville
: Je dois vous avouer que je suis un peu essorée. J'ai eu un petit coup de fatigue en cette première semaine de déconfinement. Vous dites "deux mois" mais tout cela a vraiment commencé pour moi fin janvier. Depuis, le rythme a vraiment été très intense.

Quel a été votre premier geste de déconfinement lundi 11 mai ?
Aller chez le coiffeur. J'avais pris rendez-vous dès 10h30. C'était vraiment le premier moment que je prenais pour moi depuis des semaines et des semaines.

Qu'est-ce qui a été le plus dur à gérer durant ces deux derniers mois très intense pour vous ?
D'un point de vue professionnel, c'est véritablement passionnant. Mais c'est un rythme exceptionnel, sachant que j'ai aussi deux enfants confinés à la maison.

Ils ont dit
"Il y a aussi énormément de choses à lire sur l'épidémie"
Margaux de Frouville

Comment vous-êtes vous justement organisée au quotidien ?
Je travaille de chez moi, de mon réveil à environ 16h. A 16h, j'arrive à la rédaction, je prends l'antenne à 18h et jusqu'à minuit. Ca fait de bonnes journées.

Hors antenne, que faites-vous professionnellement ?
Je prépare mes interventions du soir. Il faut se tenir à jour sur tout. S'il y a un nouveau foyer de contamination par exemple, il faut appeler les Agences régionales de santé, les médecins sur place pour obtenir des précisions... Il y a aussi énormément de choses à lire sur l'épidémie. Les semaines passant, de plus en plus d'études paraissent et le savoir scientifique sur elle évolue en permanence. Il faut donc s'en tenir informée pour pouvoir en informer précisément les téléspectateurs. Je cale aussi des reportages, participe à la sélection des médecins qui vont s'exprimer à l'antenne, et écris des articles pour le site web. Il y a toujours quelque chose à faire. C'est très intense mais c'est passionnant. Je ne me plains pas.

Votre service a été renforcé pour faire face à une telle situation ?
Oui, jusqu'à présent, j'étais en tandem avec le médecin et consultant Alain Ducardonnet. Avec la crise, nos effectifs sont montés à six journalistes et deux médecins consultants.

Vous allez conserver ce périmètre sur la durée ?
Je vous avoue que je ne sais pas. Je ne me suis pas trop projetée. Cela dépendra sans doute de l'évolution de l'épidémie. Tout est tellement incertain...

Justement, beaucoup de choses - parfois contradictoires - sont dites sur ce virus que l'on connaît finalement assez mal. Comment faire le tri et ne pas répandre de fausses informations ?
Je pense qu'il faut multiplier et croiser le plus possible les sources : lectures, appels, enquêtes. Dans cette crise, on a parfois au sein d'une même spécialité comme les infectiologues ou les virologues, des personnes qui ne sont pas d'accord entre eux... Il faut d'ailleurs aussi ne pas avoir peur de dire que les connaissances scientifiques sur un sujet sont incomplètes ou ne font pas consensus.

Ils ont dit
"Je n'ai aucune lassitude"
Margaux de Frouville

Lors de cette épidémie, les chaînes info ont été une nouvelle fois pointées du doigt, accusées de participer à un climat anxiogène. BFMTV a-t-elle bien travaillé selon vous ?
J'ai sincèrement le sentiment que l'objectif de rester factuel a été atteint. C'était là notre mission de journaliste. Nous avons tâché de décrypter le plus possible les chiffres et d'expliquer au mieux les études, même contradictoires. J'ai en tout cas ça en tête tous les jours.

Vous êtes devenue le visage de cette crise sur BFMTV. Avez-vous perçu ce changement de statut ?
Sincèrement non. C'était un tel tourbillon. Je n'ai d'ailleurs plus aucune notion de temps...

Vous comptez continuer à couvrir cette épidémie dans les mois qui viennent ? Vous n'êtes pas lassée ?
Non, je n'ai aucune lassitude. L'un des aspects les plus stimulants est justement d'avoir pu suivre l'épidémie depuis le départ, à la fin décembre-début janvier. Avoir suivi toute l'histoire est rétrospectivement une chance pour la comprendre.

l'info en continu
"La stagiaire" : Michèle Bernier dans une saison 6 avec des stars des feuilletons quotidiens dès le 23 mars sur France 3
Programme TV
"La stagiaire" : Michèle Bernier dans une saison 6 avec des stars des feuilletons...
Daniel Kretinsky (CMI France) souhaite lancer un nouveau magazine d'actualité
Presse
Daniel Kretinsky (CMI France) souhaite lancer un nouveau magazine d'actualité
"Les Simpson" : La série de Matt Groening renouvelée pour des saisons 33 et 34
Séries
"Les Simpson" : La série de Matt Groening renouvelée pour des saisons 33 et 34
Charline Vanhoenacker se paye Vincent Bolloré, "le leader suprême au charisme inégalable"
Radio
Charline Vanhoenacker se paye Vincent Bolloré, "le leader suprême au charisme...
Canal+ veut atteindre 30 millions d'abonnés dans le monde d'ici 5 ans
Business
Canal+ veut atteindre 30 millions d'abonnés dans le monde d'ici 5 ans
Agression d'un photo-reporter à Reims : Un suspect de 21 ans mis en examen
Justice
Agression d'un photo-reporter à Reims : Un suspect de 21 ans mis en examen
Vidéos Puremedias